- Bruges , Belgique -

April 2016

24 heures à Bruges (1ère partie)

Comment oublier une première fois à Bruges ? Je devais avoir 12 ans, en vacances avec des cousins venus de France. Bruges était un passage éclair sur le chemin de quelques chose d'autre (Meli -Park, sur la Côte). Les maisons du Markt m'avaient éblouie par leurs facades colorées. J'y étais revenue, bien des années plus tard avec mon ex. La Venise du Nord, ville de la romance... comment ne pas y aller quand on est amoureux ? Et pourtant, tout est noyé dans le brouillard des souvenirs et le temps gris qui avait enveloppé la ville. Bruges n'avait jamais si bien porté son surnom de "Bruges la Morte". Et pourtant... j'ai sauté dans le train pour aller la revoir. Pourquoi pas ? Après 20 ans, les villes changent ? C'est donc super excitée que j'embarque pour le week-end.

Une grosse heure plus tard, m'y voilà ! La gare étant un peu éloignée du Centre, je monte dans un bus pour rejoindre mon hôtel : le Martin's Brugge.

Depuis ma chambre, j'entends les calèches qui passent... 😉 #visitbruges #martinshotels

Une photo publiée par Melissa M. (@mellovestravels) le

 

Martin's Brugge, home sweet home

Il existe deux hôtels de la Chaîne : le Martin's Relais (4 étoiles) et le Martin's Brugge (3 étoiles). Ce dernier est le plus central et quand je dis plus central, tu meurs! Le Markt, la grand-place de Bruges est à 1 minute à pieds. C'est là que je passerai la nuit et quand je franchis les portes automatiques du lobby, mon nez est immédiatement chatouillé par le parfum d'ambiance, la première signature d'un hôtel. Frais, vert... mais avec une touche d'élégance. Le lobby est baigné par une douce lumière, habillé de blanc crème et de taupe avec des touches de couleurs grâce aux fauteuil et banquettes. C'est sobre et classe. Et là, Lectrice, Lecteur, au moment c'est une première : au moment de faire le check-in, la réceptionniste ne trouve pas mon nom. "Mais nous attendions pour hier, Madame. " Oui, je me suis trompée de jour !!! C'est finalement arrivé. J'ai des sueurs froides. Nous sommes samedi, dans une ville hyper-touristique... mais la réceptionniste ne se démonte pas. Il y a une chambre de libre et elle rit avec moi de ma bêtise. C'est donc à la fois mortifiée et soulagée que je vais découvrir tout çà. Ma chambre ("charming plus", 3ème catégorie sur 5 catégories de chambre)  est située sous les toits, dans l'annexe historique de l'hôtel. Elle est tout mignonne avec son lit mis en scène sous un vélux. Depuis la fenêtre, j'aperçois les flèches des églises de la ville ! La déco est tout aussi sobre que le lobby, style scandinave, dans des ton apaisant pour mettre en valeur les poutres du toit et le lit. Un lit particulièrement confortable (on s'enfonce dedans avec délice et j'y passerai une très bonne nuit) auquel il ne manque qu'une chose : des coussins un peu moins gros (pour ceux qui dorment sur le ventre comme moi, c'est un peu compliqué). Côté salle de bain, elle est petite, mais rien n'y manque, y compris un sèche-cheveux.

 

 

 

Je me mets donc en route... le ciel a décidé de faire la gueule, le temps que je me prépare à sortir. Etre au milieu de out, dans une ville petite comme Bruges, c'est tout! Sur le chemin de l'hôtel, j'ai aperçu « Chocolate Happiness », une boutique de chocolats qui avait l'air de sortir de l'eau. Il suffit de se promener 5 minutes pour se rendre compte du nombre impressionnant de chocolaterie, même pour une bruxelloise, ça adonne le tournis. C'est son esprit boudoir qui m'a fait rentrer dedans et je découvre qu'en fait, la boutique est toute nouvelle, elle avait ouvert la semaine d'avant. S'il ne fabriquent pas leur chocolat sur place (c'est apparemment interdit), ils sont bels et bien confectionné dans leurs propres ateliers. J'embarque un sachet et poursuis ma promenade.  Le pont de Wollestraat est un des points d'embarquement d'une promenade sur les canaux. Je n'hésite pas. Je ne l'ai jamais fait, et je compte bien sacrifier à la tradition.  Par contre, ce que j'imaginais comme une ballade romantique n'est pas tout à fait comme je me la représentais. Nous devons bien être une trentaine, entassés dans un petit bateau (en fait, il faut que le bateau soit plein avant qu'il ne parte). Notre "capitaine", Miguel, est en verve cet après-midi. L'histoire de Bruges, la laideur des seigneurs de Gruuthuse, sa naissance, comme tout bon brugeois jusqu'à récemment, à Sint-Jans hospitaal, les cygnes (protégés) du Minnewater... C'est un peu rapide et on croise tellement d'autres petits bateaux que ça n'a finalement rien de très romantique mais reste agréable et une chouette façon de survoler Bruges avant d'utiliser ses pieds.

Le #Bruges des touristes... 😉 #visitbruges

Une photo publiée par Melissa M. (@mellovestravels) le

 

C'est d'ailleurs ce que je vais faire en quittant le bateau. Sur le Dijver, de l'autre côté de l'embarcadère, se tient le petit marché aux puces. Mais il n'y a pas seulement que de la récup, il y a aussi des objets artisanaux, comme un stand d'objets et de jouet en bois (si vous tenez à rapporter un souvenir plus original que le dentelle, allez y faire un tour). Mais ce samedi, le vent est froid et le ciel lourd... il est déjà près de 17 heures, et je prend le chemin opposé pour me rendre vers le quartier de Sint-Anna.

Sur le chemin, je ne peux pas manquer de faire LA photo que tout le mode prend à Bruges : celle du panorama du Rozenhoedkaai (le quai du Rosaire) avec sa vue imprenable sur le Beffroi. Attention, vous risquez de vous battre avec des touristes menus de perche à selfie ! Du côté du Vismarkt (le marché au poisson) et de sa petite sœur, la Huidersvettersmarkt, c'est surprenamment calme! C'est un des atouts de Bruges, il suffit de s'éloigner un petit peu du chemin des touristes pour vous retrouver au calme. La Huidsvettersmarkt est e cours de réfection... et c'est bien dommage. Cette petite place tranquille et bordée de restaurant m'a l'air bien sympathique... Il faudra y revenir une fois terminée. Sur le Vismarkt, c'est la structure même du marché qui en impose : une architecture en colonnade et de grandes banquettes de pierres sombres pour y installer les stands et cageots de poissons car oui, c'est encore un marché actif.

Sur le chemin, je vais croiser la jolie église de Sainte-Walburge. Une jolie église baroque, à l'intérieur tout blanc et délicat. Un exemple de simplicité dans un style qui n'est pas réputé pour en avoir.

Finalement, j'arrive à mon but : de Vlissinghe, le plus vieux café de Bruges... et probablement le plus vieux de toute la Belgique puisque l'année dernière, le débit de boisson a célébré ses 500 ans. C'est donc avec un certain respect que je passe la porte d'entrée, dans une ruelle qu'on pourrait manquer. 500 ans... ça laisse songeuse, Lectrice, Lecteur. Cet endroit a vu des milliers et des milliers de fesses s'asseoir à son comptoir, des lèvres embrasser des verres ou des pots en grès, on y a célébré les joie et pleuré les malheurs de tous ceux dont l'histoire ne retiendra jamais le nom. C'est tout simplement émouvant! A quoi ressemble l'intérieur ? Eh bien non, il n'a pas gardé un look médiéval. Il en va des cafés comme n'importe quel intérieur : les modes et les styles changent avec les époques... et dans notre café, l'horloge s'est arrêté un bon jour de fin XIXème ou début XXème. Il suffit de voir d'anciennes photos pour se rendre compte que l'intérieur a à peine changé. Plein de bois, de grandes tables, de lourdes chaises cloutés et un petit bar en bois bien sympathique sont éclairés par de grandes fenêtres qui donne sur une court intérieure. Dommage que le temps si maussade, ce doit être bien agréable d'y lézarder. Mais je me consolerai avec une des bières maisons (la Vlissinghe, version blonde) et une petite saucisse sèche.

Il se trouve que le restaurant auquel je voulais me rendre est en fait à deux pas, je vais donc en profiter pour me promener un peu dans le quartier de Sint-Anna. Sint-Anna est peu le quartier qui monte à Bruges. C'est dans ce quartier que vivaient la population d'origine modeste. Il suffit de jeter un œil aux petites maisons toutes simples, généralement à un seul étage. Pas de façades ornées ni de grands monuments ici, mais des routes pavées et des rangées de maisons sages. On s'y sent bien... loin de l'agitation. Je me laisse guider, suivant ce que me dit mon œil, s'il voit quelque chose de beau ou de curieux. Sous un ciel si bas qu'un canal se pendrait, on n'entend que mes pas sur le pavé brugeois. Et là, je comprends pourquoi depuis quelques années, Sint-Anna est devenu un quartier résidentiel plutôt en vogue, et de chouettes cafés et restaurants s'y sont installés, dont le célèbre "De Karmeliet", trois étoiles au guide Michelin. Ce n'est pas là que je vais aller dîner, mais chez son petit frère beaucoup moins cher : "De Refter".

Réfectoire de luxe

"De Refter" signifie "réfectoire" en néerlandais mais pas de souci, on est loin de la nourriture de cafétéria... Comme nous sommes samedi, et que j'imagine que l'endroit sera peut-être plein sans avoir fait de réservation, je me présente à l'ouverture du restaurant. Bingo, je suis prise en charge par un jeune serveur et installée à une table près de la fenêtre. En attendant qu'on me serve l'apéritif, j'esquisse un petit sourire et me demande si le personnel ne me prendrait pas pour une critique culinaire. Qui viendrait manger seule un samedi soir ?  Je jette un œil à la carte. Elle est simple : on a le choix entre un nombre limité d'entrée, de plats et de desserts mais les ingrédient sont de qualité  et il y a toujours un représentants de chaque "groupe" de plats : poissons, viande, volaille et végétarien. et la préparation soignée. Je craque pour un ribeye de bœuf irlandais avec une salade croquante et des frites. Pendant que je termine mon apéritif, la salle à le temps de se remplir. Elle sera quasi pleine à mon départ une petite heure et demie plus tard. Mon ribeye arrive finalement, une belle pièce de viande accompagnée de jolies frites dorées. Mais au premier regard, je vois que la viande est un peu trop cuite. J'avais demandé saignante et elle arrive à point. Tant pis, la viande a l'air de qualité, je ne vais pas me laisser démonter pour çà. Elle est en effet savoureuse, tendre... dommage pour la cuisson. Quand aux frites, on jurerait qu'elle sortent d'une friterie voisine tellement elles sont bonnes. 

Le dessert arrive sans trop tarder : une panna cota aux fruits de la passion et banane avec un sorbet de fromage blanc et sa petite tuile. Et je pense que c'est ce que j'ai préféré du repas : la fraîcheur du sorbet et du fruit de la passion, la douceur de la banane, le crémeux de la panna cota et le croquant de la tuile... mon palais est aux anges... Est-ce que je commencerai à avoir des goûts de luxe ?

En tout cas, Bruges conspire à vous distiller comme des envies de luxe, de calme, et de volupté !

Cet article a été réalisé grâce à la collaboration de Martin's Hotels et Martin's Brugge mais les opinions de l'auteure lui restent propres, malgré le nounours fourni pour dormir. 

 

#MelDoesSvalbard : le jour où j'ai fait du chiens de traîneau près du Pôle Nord
#MelDoesSvalbard : Une histoire de montagnes fantômes




  1. LadyMilonguera
    le 21.11.2017

    Voilà qui ravive mon envie de découvrir la ville…

  2. Melissa
    le 21.11.2017

    C’est à voir… les touristes ne sont pas là pour rien. Mais je conseille de venir pendant la semaine.

  3. Samsha
    le 21.11.2017

    Merci pour ces bonnes adresses!!

  4. Melissa
    le 21.11.2017

    Merci, Samsha. 😉 Je suis là pour là pour çà. Il y en aura d’autres au prochain épisode. 😉

  5. Mathieu, BlogVoyages
    le 21.11.2017

    Je suis allé visiter Bruges il y a quelques semaines. J’y étais déjà allé rapidement. C’est vraiment une ville magnifique et unique en son genre. Je ferais la même remarque que Melissa, j’y suis allé un lundi, la ville était quasi déserte et c’est agréable de visiter ce genre de ville sans lutter constamment avec les nombreux touristes.

  6. Melissa
    le 21.11.2017

    Tout à fait Mathieu. C’est bien son seul défaut : le flot constant de touristes, surtout en été (que je déconseille fortement) mais une belle journée d’avril, c’est tout à fait acceptable. 😉

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer