- Naples , Italie -

December 2016

48 heures à Naples, 2ère partie : Chartreuse et château

10h00 : Certosa San Martino

Pas de chance ce samedi, le soleil tire la tronche. Il va falloir s’en accommoder ! Les couleurs, nous les trouverons sur les murs de Malte et dans le magnifique intérieur de la première visite du jour : la Chartreuse San Martino.

Ce monastère de moines chartreux, perché sur la colline de Vomero, est une espèce d’étape entre la ville basse et le Castel Sant’Elmo qui domine le monastère de toute sa masse.

Ce monastère devenu musée est un véritable joyaux, et quasi ignoré d’après ce que nous raconte Francesca, notre guide (nous serons d’ailleurs les seules à visiter à ce moment là). Celà fait bien longtemps que les Chartreux, chassés par la révolution française qui était arrivée jusque là, ne sont plus là mais l’ambiance qui y règne reste toute religieuse !

Lorsque l’on rentre dans la cour d’honneur, plutôt sobre avec ses murs blancs et ses pierres grises, on ne soupçonne pas l’extravagance qui se cache à l’intérieure. Construite sous les Angevins aux XIVème siècle et donnée au Chartreux (l’ordre préféré des grandes familles françaises), la chartreuse fut “relookée” pendant la période baroque et on a pas ménagé l’argent pour la rendre étincelante.

On commence par l’église, un véritable théâtre avec des motifs de marbre du sol presque au plafond ! S’il n’y en a pas là-haut, c’est tout simplement parce que le plafond entier est recouvert de peintures !

Puis, on se met à déambuler de salles en salles, toutes plus richement décorées les unes que les autres : marqueteries en bois d’une grande finesse dans la sacristie, fresques, sculptures, peintures, carrelage… chaque salle offre un univers complètement différent.

La visite se termine par le grand cloître, lieu de méditation et d’enterrement pour les chartreux. Cette grande cour est entourée de galerie soutenues par des colonnes blanches et sur balustrades du cimetière, on y a parsemé des crânes en marbre, pour rappeler la fugacité de la vie et que d’où que soit leur provenance, les moines étaient égaux dans la mort.

La visite se conclut sur la partie muséale.

Outre la décoration des salles, il y aussi tout un espace d’exposition. Par exemple, on trouve une salle dédiée aux carrosses du XVII-XVIIIème siècle, dignes du plus beau rêve de Cendrillon, et une autre consacrée aux barques.

C’est ici que l’ont devient familier avec la figure de Parthenope la Sirène, un des symboles de Naples. Parthenope avait la particularité d’avoir une queue divisée en deux et d’être la plus belle d’entre toutes. On retrouve sa figure partout en ville : sur des fontaines, des médaillons… elle donna même le nom à une révolution qui fit de Naples une république éphémère.

Ne manquez pas également la magnifique crèche, une des plus belles de Naples. Elle est immense et quand on la voit, on dirait un tableau en 3D d’un maître du baroque. La crèche est si richement fournie que l’œil a parfois du mal à s’attacher sur certains éléments. Tellement que j’ai eu beau chercher, je n’ai pas pu trouver le petit Jésus !

On découvre l’ancienne bibliothèque (fort sombre quand même pour ce genre de fonction) mais dont le sol est complètement recouvert de majolique.

Le clou de la visite est pour la fin : depuis les jardins et terrasses, on peut admirer plusieurs points de vue sur la baie de Naples et sur l’Île de Capri. Mais… parlant de vue, faîtes-vous une faveur et prenez la direction du Castel Sant’Elmo !

Castel Sant’Elmo, l’autre géant de Naples

Le premier des géants de Naples, c’est évidemment le Vésuve mais celui qui domine l’autre côté de la baie de Naples, c’est le Castel Sant’Elmo.

Construits sous les Angevins au départ puis complètement remanié sous la période de règne des Aragons, ce fort en étoile fut un élément de défense indispensable pour Naples. De part sa position, il veille sur toute la ville et la baie mais ce qui impressionne le plus, c’est la taille de ses murs. C’est tout simplement immense ! Sa masse écrasante de pierre de tuf jaune semble vouloir atteindre le ciel. Et ça rend du temps pour arriver à sa grande court intérieure, à travers galeries et arches. Mais une fois monté le chemin de garde du château, quelle vue !!! Sans doute une des plus belles de Naples : on aperçoit le Vésuve, la tête dans les nuages, Spaccanapoli, la longue rue qui coupe Naples comme une balafre, le petit “Manhattan” napolitain qui date des années 80, et bien entendue, Capri, encore elle… où je rêve d’aller lors d’une prochaine visite.

Quand à la cour du château, elle est parsemée d’oeuvres contemporaines : comme une horloge qui tourne à toute vitesse, mais à l’envers, et un grand cône en métal ajouré qui semble figurer celui d’un volcan… On y trouve également un musée du XXème siècle mais que nous n’avons pas eu le temps d’explorer.

Encore une bonne raison d’y retourner !

Rejoindre la chartreuse et le château

Funiculare Montesanto, (départ à côté de la station de métro du même nom) Arrêt Morghen

Les funiculaires de Chiaia (arrêt Cimarosa, départ près de la station Amedeo) et Central (arrêt Piazza Fuga) : sont un peu plus loin.

La station de métro la plus proche est Vanvitelli sur la ligne 1.

Cette balade napolitaine a été réalisée dans le cadre de l’Opération “#NaplesToday”.  Les opinions de l’auteure restent libres malgré le gavage lors de ces 48 heures.
Dans les pas de Saint-Nicolas
5 applications pour vous faciliter le voyage




  1. Lydia
    le 18.11.2017

    superbes photos, vraiment magnifique !

  2. Melissa
    le 18.11.2017

    Merci, Lydia ! On fait son petit possible.

  3. Pauline
    le 18.11.2017

    Très jolies photos qui donnent bien envie d’aller voir tout ça en vrai ! Merci pour la balade !

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer