- , -

September 2012

Au fil de la Thaïlande: Un peu d’épices thaï?

Une semaine que j’étais déjà à Bangkok et de cette mégapole, je n’avais encore quasi rien vu! Et pourtant, j’avais l’impression de l’avoir peut-être faite mienne d’une manière plus intime que celui ou celle qui y vient en vacances. Car oui, une fois de plus, j’étais là pour le travail! Planqués dans une hôtel qui sentait encore la moquette à peine posée, nous avions abordé Bangkok par la petite porte: celle de la banlieue. Petite en apparence mais royale pour se donner une idée du quotidien des résidents de Bangkok. Tous les jours, notre bus traversait le quartier, vers l’institution où nous organisions notre conférence, vivions ses embouteillages, passant les ponts jonchés de détritus et de lotus, slalomant entre les chiens errants, les tuktuks et les scooters, saluant d’un coup de klaxon les vendeurs de rue, les marchands et les images du roi, idole de idoles. Je m’amusais également à contempler les temples et statues… La plus étrange étant un poulet géant, aux abords d’un marché de volaille, le col couvert de colliers de fleurs, probablement pour apporter la prospérité aux vendeurs.

Une ville si énorme et si changeante que même les taxis s’y perdent. On monte dans une voiture sans savoir si l’on arrivera à destination pour notre bonheur! A la place du restaurant prévu, une gargote dans une rue animée, sous les ventilateurs, avec un soap opéra local en guise de bruit de fonds et où l’on s’amuse à imaginer les dialogues!

Les soirs y sentent l’odeur des crêpes que l’on vend dans la rue et le jasmin des petites vendeuses à qui il est impossible de refuser un collier de fleurs votives.  Les soirs y ont le bruit des voitures, des mopeds pétaradants et des conversations dans une langue saccadées et quand il est l’heure de rentrer, un fabuleux taxi customisé jusqu’au bout du tableau de bords vous ramène, alors que justement, en mettant le pied dedans, vous avez juste envie de l’engager pour la nuit, de vous reposer sur son repose tête Hello Kitty, de vous laisser hypnotiser par les LEDs qui tourbillonnent au plafond sur le rythme de la playlist du taximan et éblouir par les centaines de strass qui ont été minutieusement collés des accoudoirs à l’auto-radio (équipé d’un écran TV).

Lorsque vous rentrez à l’hôtel, depuis votre 10e étage, les gratte-ciel de Sukhumvit vous apparaissent comme des légos, loin bien loin, inaccessibles comme un rêve. Et quand enfin on y arrive, on se demande s’il on ne dort pas toujours: les lumières, le monde, les bar lounge à faire pâlir un Londres ou un New York, un dîner sur un bateau le long du fleuve Chao Phraya, entre immeubles couverts de LEDs multicolores et temples anciens éclairés d’une lumière aussi éclatante que les feuilles d’or qui recouvrent les dômes et les toits. L’eau est toujours présente à Bangkok, elle vous côtoie et vous conduit entre l’ancien et le moderne, les riches touristes et les modestes pêcheurs.

Et que dire du Grand Palais, un domaine royal qui semble tout droit sorti d’une légende avec ses bâtiment à la décoration raffinée jusqu’au moindre détails, aux couleurs chatoyantes et précieuses comme des bijoux. Du rouge, du bleu, du cuivre et le vert du Bouddha d’Emeraude, cousin du Manneken Pis par la taille. En signe de respect, je me suis agenouillée avec les autres fidèles et ait demandé à l’Éveillé sagesse, sérénité et clairvoyance pour le voyage qui allait suivre.

Et pour affronter les nombreux curries qui allaient croiser mes papilles!

Et vous? Déjà l’eau à la bouche?

Le MS Athena, la croisière qui ne prit jamais la mer (1e partie)
Le voyage en voit de toutes les couleurs!Travelling in Colours!




  1. fabrice
    le 23.06.2017

    Pas évident je trouve la première fois à Bangkok non? Moi, il m’a fallut un peu de temps pour aimer la ville:-)

  2. Melissa
    le 23.06.2017

    J’en discutais avec Laurent d’ Expatriation en Thaïlande quand on s’est vus là-bas. Je la trouve en effet assez difficile à appréhender mais étrangement, en même temps, on s’y sent vite à l’aise. Bizarre.

  3. laurent @ Expatriation en Thailande
    le 23.06.2017

    Bangkok surprend énormément, c’est une ville qui présente et vit au quotidien le choc entre l’orient et l’occident, c’est le “je t’aime moi non plus” de la vie urbaine. C’est un mélange entre tradition et modernisme, cabanes au bord d’un klong et gratte ciel… Mais la sérénité des Thaïs fait que l’on s’attache à cette ville et qu’on en tombe amoureux! 😉

  4. olivier
    le 23.06.2017

    Merci de nous faire partager ton expérience !