- Valparaiso , Chili -

May 2015

Valparaiso, la fiancée du Pacifique : visite guidée express

La semaine dernière en parlant de Buenos Aires, j’évoquais ces ports de mer de légende, dont le seul nom évoque déjà l’aventure et l’envie de départ et j’ai eu envie de couper un peu le rythme et de sauter quelques étapes. De l’autre côté du continent, il y une ville de bords d’océan, qui a un pouvoir d’évocation encore plus fort : Valparaiso. Et pour vous dire, c’est un des endroits visités qui a suscité le plus de réactions lorsque j’ai posté de mes nouvelles sur les réseaux sociaux.

Valparaiso, littéralement : va au paradis. Est-ce à cause de son mur de collines où dévalent des petites maisons colorées ?   Ou à cause du bleu saphir du Pacifique ?

Ville aimée de Pablo Neruda, avec des habitants au caractères bien trempés, Valparaiso a une réputation de turbulente, de contestataire mais aussi d’artiste.

Il suffit de se balader à travers ses nombreux « cerros » pour se rendre compte de la fibre artistique de la ville. L’art est partout, et dans la rue : maisons colorées, fresques, graphs, sculptures… à chaque coin de rue, on trouve des petits trésors. Ca donne le tournis ! Alors lorsque Plan V Viajes, une agence de tourisme, m’a proposé une visite guidée, j’ai sauté sur l’occasion ! Et dès le début de la visite, j’ai compris pourquoi : se perdre dans le dédale des rues de Cerro Concepción et Cerro Alegre peut être facile (perso, votre blogueuse adore, mais ça peut en effrayer certains). Je me mets donc en route avec Guilem à la découverte des ces deux quartiers immanquables de la ville. Première étape : prendre les fameux  funiculaires qui vous emmène de la ville basse (el Plano) aux quartiers en hauteur… et ça tombe bien, le plus ancien (l’Ascensor Concepción) est celui que nous allons prendre.

Attention, les funiculaires sont loin d’être une attraction pour touristes, ils font partie des “transports en commun” de la ville de Valparaiso. Vous verrez de nombreux habitants, surtout des personnes âgées, emprunter ces funiculaires, pour certains vieux de plus de 100 ans. Cerro Concepción et Cerro Alegre sont les plus pittoresques des quartiers de Valparaiso. On y trouve demeures bourgeoises, petit palais… témoins d’un glorieux passés. Ses rues sont maintenant remplies de galeries, restaurants et bars mais pour les amateurs de culture, il y a de quoi faire. Quelques immanquables recommandés par Guilem : 

Paseo Gervasoni : les “terrasses” à jolies vues ne manquent pas sur ces deux cerros mais le Paseo Gervasoni offre sans doute la vue la plus dégagée.

Palacio Baburizza : Cette belle demeure art-nouveau est à présent le musée municipal des beaux arts. Pascual Baburizza l’avait remplie de peintures venant tout droit d’Europe et complété sa collection avec des œuvres de peintres locaux. En plus des collections, certaines des pièces ont été conservées en l’état. Une vrai plongée dans la vie bourgeoise du début XXe. Et pour se mettre parfaitement en condition, on peut prendre le thé sur le terrasse du musée.

Eglise anglicane Saint-Paul’s : Ville de marins, ville ouverte, Valparaiso en voit des gens de passage, de cultures et religion différentes. Pas étonnant donc de trouver une église anglicane sur ses collines : c’est St-Paul’s et son concert d’orgue qui se tient tous les dimanches.

Le street-art : Il y en a de partout, il suffit de tourner la tête pour découvrir une nouvelle fresque. Naïve, abstraite, provocante, poétique… il y en a pour tous les styles… mais les plus significatives sont quand même celle de Lukas. Immigré italien, il devient vite une grande figure de la caricature au Chili et son “Bestiario del Reyno de Chile” est un classique de l’illustration. Il a crée un véritable bestiaire grâce aux “chilenismos” (variante locale sur l’espagnol) pour décirre ses contemporains. Par exemple, un gallo-choro, c’est littéralement un coq-moule… mais en espagnol du Chili, un “Gallo” est un fier à bras et un “chorro”, un voleur. Résultat: le gallo-choro n’est pas un type que l’on aimerait rencontrer la nuit!

L’autre maison de Pablo Neruda au Cerro Lecheros : Pablo Neruda, le célèbre poète,  adorait la ville de Valparaiso. Outre la Sebastiana, sa maison en ville et sa maison de vacance à Isla Negra, Neruda a vécu dans une maison sur le Cerro Lecheros, au N*14 de Calle Cervantes (à côté du funiculaire désaffecté )… dans la cave! Maria-Teresa, la propriétaire, est la gardienne de ce refuge et vous racontera comment ‘Don Pablo” y est venu se cacher de la dictature et y a écrit une de ses œuvres majeures : “Et Canto General”.

Pour manger, rendez-vous à “Zamba Y Canuta“. Situé dans le “Plano” (la partie basse de la ville), le restaurant offre une superbe sur le port de Valparaiso. A sa tête, une équipe de femme et surtout, la Cheffe Carolina Contreras Cofré qui viendra dîner avec nous. J’imagine que ce restaurant design doit avoir un succès fou après des couples avec un pareil cadre! Au menu, produits régionaux et plats traditionnels revisités, comme mon plat de résistance, une pièce de bœuf avec sa “paille” frite (ainsi qu’une large sélection de vin). Une bien belle adresse pour se faire plaisir!

Pour dormir : L’hôtel Terranostra.  Situé dans un très joli bâtiment (ancienne banque), le Terranostra est un hôtel très confortable dont l’atout principal est d’être très, très bien situé sur le Plano (au pied de l’escalier qui mène au Cerro Concepción et de l’ascenseur).
Grande chambre et salle de bain très bien équipée, le tout dans des tons neutres et une déco minimaliste plutôt reposante (Valparaiso ne manque de couleurs). Le grand lit était particulièrement confortable.  Le petit-déjeuner (copieux) est servi à la carte, au café qui se trouve au rez-de-chaussée de l’immeuble. En semaine, c’est un lieu très vivant car par mal de gens viennent y déjeuner mais le café ferme relativement tôt et le week-end, n’espérez pas y trouver quelqu’un, il n’est ouvert que pour les petits-déjeuners des clients de l’hôtel (le café est géré de manière indépendante).
Un bon point pour le personnel, souriant et serviable.
Seul point négatif : je pense qu’il y a un problème d’insonorisation. L’hôtel étant bien situé, il y a pas mal de trafic et les Chiliens adorent faire la fête TRES tard le soir le week-end… et on les entend.

Finalement, se laisser conduire dans les rues de Valpo, c’était plutôt plaisant… mais le grand point positif, c’est d’être accompagné par quelqu’un qui possède les codes culturels et historiques de la ville et dans une ville aussi bouillonnante, c’est pression. Mais ceci n’était qu’une mise-en-bouche. On se retrouve dans quelques semaines pour une plongée plus en avant à travers les collines de Valparaiso.

Plan V Viajes est un tour-opérateur local situé à Valparaiso, avec différent programmes, que ce soit une visite de la ville, de la région mais ils organisent également  des séjours “sur-mesure” dans d’autres régions du Chili.
Titanic Belfast, et un bar qui tombe à pic
Les 5 questions qu'on pose à une femme qui voyage seule