- , -

May 2012

(Republic of) Georgia on my Mind : De la Géorgie, des Géorgiens et de Tbilissi…

Quand le soleil se lève sur Tbilissi, je suis dans un état second. Je n’ai pas vraiment dormi, même en tombant de fatigue… C’est que mon cerveau est en alerte et attend le réveil de Nic, le responsable de l’auberge. Malgré le défile de Chinois qui se succèdent sur le balcon pour fumer leur clope et dont le passage obligé est la pièce où nous dormons, il continue de dormir à point fermé et moi, trop crevée pour protester, j’attends comme dans le brouillard. Finalement, un des occupants de la pièce se lève, motivée par ce courageux, je fais de même et enfin; le maître de maison s’éveille. Sa tête fait le tour de la pièce et s’arrête sur moi. Je vois un grand blanc se peindre dans ses yeux encore tous bouffis de sommeil… La stupéfaction, puis le questionnement (“Attends, je t’ai pas vu hier, toi! D’ailleurs, je ne t’ai JAMAIS vu”) puis la mémoire qui revient et le soulagement. “Yes, you’re Melissa… you’re checking in today!”. Et là, tout va très vite! Alors qu’il est réveillé depuis 30 secondes, il va prendre des clés, m’emmène dans une autre partie de l’auberge et me montre mon chez moi: un mini-appart’ à partager mais dans lequel j’aurai ma chambre à moi. “Choisis ta chambre!” me dit-il. Je prends la plus grande, aussi parce que le seul lit est un peu petit pour deux personnes et que l’autre chambre a deux vrais lits. Encore en mode zombie, il me confie des draps et le voilà parti. Je ne fais ni une, ni deux je prends une douche puis me précipite dans le lit pour essayer de récupérer un peu avant de commencer un premier round d’exploration en début d’après-midi!

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, laisse moi te livrer, Lectrice, Lecteur, mes premières impressions sur la Géorgie et Tbilissi en particuliers. Le dépaysement commence par l’alphabet. Le géorgien a son propre alphabet, ancien comme ce pays, élégant, tout en courbe et en subtilité. Si subtil que tu dois attentivement regarder les lettres… certaines se ressemblent tellement entre elles, si ce n’était cette petite barre ou une patte qui vient s’ajouter… Un alphabet qui me donne toujours du fil à retordre et dont je ne distingue avec certitude que le O, le A, le I, le E, le L, le R et le T.

Que dire du Géorgien de chair et de sang ? Premièrement, qu’il est fier de l’être. Fier de faire partie d’une vieille nation (Colchis, le royaume de la Toison d’Or, c’était là), fier sa culture, de son art de vivre (surtout de son vin et de sa bonne chère) et souhaitant qu’on connaisse mieux son pays, toujours triste de constater le peu que l’on sache à son sujet, mais plus que prêt à instruire le curieux. Le Géorgien est en général aimable, serviable, hospitalier et pour les hommes, chevaleresques presque avec les dames!

Le Géorgien est aussi religieux… Profondément. Le nombre et la magnificence des églises en témoigne. La Géorgie a été une des première région à être évangélisée et la sévère foi orthodoxe y est vivace. Quand on monte en marshrutka, signe de croix! On passe devant une église ou un cimetière: signe de croix! Personne ne zappe la case “achat de chandelles votives” quand on pénètre dans une église et les enfants comme les personnes âgées baisent avec la même ferveur les icônes précieuses avant d’y appliquer le front, comme pour mieux communiquer avec Dieu, Jésus et les Saints.

Et Tbilissi… Tbilissi, la ville des balcons et sans feux rouges… Une ville bordèlique, où règne la poussière de la ruine et de la reconstruction. Un ville au patrimoine impressionnant, tellement énorme que des pans entiers de quartiers sont sur le point de s’écrouler parce qu’il y a trop (on appellera celà le syndrome italien) et aussi un peu beaucoup à cause des années de négliegence pendant la longue période soviétique. Des chantiers, il y en a partout! Maçon doit être un métier d’avenir pour les prochaines dix années à Tbilissi! Tandis que des quartiers sont en cours de restauration, ou que des œuvres architecturales contemporaines venant souligner que c’est une ville qui se tourne vers l’avenir finissent d’être achevées, ce sont les rues qui sont également en réfection. On dirait que la Géorgie a une grosse source d’argent (les deux grands gazoducs qui la traverse?) et qu’elle a décidé de faire de sa capitale une vitrine et le plus vite possible… quand au reste du pays, j’aurai l’occasion de le découvrir!!

Weekend Blog Awards : Mel Loves Travels récompensé!
Georgia on my Mind : Plus longue est la route!




  1. Lucie
    le 20.12.2014

    oh! Tu donnes envie de te rejoindre! J’ai étudié un peu l’histoire de la Géorgie à la fac mais il ne m’en reste pas grand chose malheureusement…C’est bien si les habitants sont prêts à te briefer sur leur pays!

Laisser un message

Votre adresse email ne seras pas publiée