- , -

February 2012

Un petit tour au Salon des Vacances!

Chaque année, au coeur de l’hiver, alors que l’on commence tout doucement en en avoir raz-la-casquette de l’hiver, il revient… La grande foire de l’ailleurs: le Salon des vacances, qui se tient dans plusieurs palais du Heysel.

Ça a beau être la crise: le Belge tient à ses vacances et préférera s’endetter plutôt qu’y renoncer… Signe des temps: l’offre du Salon s’est même agrandie.

Avant de vous en parler, un petit mot sur le salon… quand je disais dans mon premier tweet qu’il s’agit d’un véritable cirque, je ne rigole pas! Quatre palais, des performances folkloriques,  des concours en pagaille, des écrans partout et des stands allant du modeste kiosque au restaurant que l’on imagine typique transplanté sous les plafonds du Heysel.

“Ca ne te ressemble pas d’aller dans un truc comme çà!” diras-tu, lectrice, lecteur.

Détrompe-toi… car dans ce genre de manifestations, il y a une telle abondance d’exposants que, comme a un grand repas buffet, on y trouvera bien quelque chose qui nous plaira et puis, c’est également une source d’inspiration… et oui, d’information! N’ayant que que quelques heures à consacrer et une idée précise de ce que j’y allais faire, j’ai vite laissé derrière moi les 3 premiers palais (celui de la France, de l’Europe et du Benelux) pour me concentrer sur le dernier (et le plus grand): celui qui abritait les “villages”  répartis par continents.  La première chose que l’on y voit: le pays hôte de l’année, l’Indonésie… Le plus grand archipel du monde est donc mis en avant saous toute les coutures: Bali et Jakarta bien sûr mai aussi Flores, Sulawesi, Java, Sumatra, Bornéo, La Paouasie, Komodo … Des endroits dont la plupart me sont familiers grâce à Petites bulles d’ailleurs! Je prend ce qui sera le premier d’une longue série de brochures et me dirige vers l’un stand que je voulais visiter: celui de la Thaïlande. J’y serai en juillet pour le travail et avec un peu de chance, pourrait prolonger d’une dizaine de jour. Je vais donc me renseigner sur ce qui est possible de faire dans ce laps de temps, aidée par les charmants représentants de l’office du tourisme thaïlandais… Pendant que l’on me dispense quelques conseils, des artistes de l’opéra populaire de Taïwan démarre une petite représentation de théâtre, regardé avec un petit sourire par une hôtesse du stand chinois, la tête posée sur les mains. Je poursuis… Ca fait un moment que l’idée de visiter Goa… A nouveau, discussion et conseils précieux avec l’office du tourisme. J’embarque plus de brochure.  Je repère un stand aux couleurs de la Polynésie française et sur le chemin, je me fais happer par le stand de Nouvelle-Calédonie, ou plutôt d’une agence de voyage, j’écoute poliment… l’envie ne manque pas mais mes priorités sont ailleurs! Le stand polynésien est en fait un voyagiste spécialisé dans la Polynésie… J’en suis toyte excitée! Sans doûte ici trouverai-je des infos complémentaires pour le Rapa Iti Project! Une dame à l’air presqu’ennuyé que je la dérange daigne m’accorder un peu d’attention. Je lui explique que je veux me rendre aux Îles Australes. “Et pourquoi?” me demamde t’elle du ton d’une banquière à qu je viendrai de faire une demande de prêt. Comment lui expliquer que c’est parce que je l’ai joué au fléchette? Et puis de quoi je me mêle. Je réponds… “Et bien… parce que c’est loin et mystérieux. Mon but est de rejoindre Rapa Iti. Les forts de l’île m’intéresse” Elle me regarde comme si j’avais inventé le nom. C’est pourtant elle, la spécialiste! Elle m’ouvre la brochure, l’officiel du tourisme de Polynésie française. Aucune page n’est consacré à Rapa, seulement une petite ligne dans le chapitre sur les Australes. Je sors un peu déconfite de tout çà… et quand je suis contrariée, j’ai faim! Je n’avais manqué d’observer que le stand thaïlandais avait une petit espace restauration! Je me jette donc littéralement sur une barquette de riez, de poulet sauté au gingembre et de petits légumes accompagnés de flan à la noix de coco! C’est un des avantages de ce salon… la possibilité d’être introduit à différentes cuisines, certains stands n’hésitant pas à créer des cafés et de mini-restaurants pour mieux prendre le visiteur par les sentiments! Brésil, Irlande, Pologne, Autriche et République tchèque sont des habitués! Rassasiée, je reprend mon chemin… Traverse le “village” africain, qui n’en est qu’à ses débuts. Signe des temps: un stand de la République démocratique du Congo y figure avec le Parc National des Virunga en “tête de gondole”, un des plus beau parc africain, mais surtout un des plus menacé!

Je fais un rapide passage dans le village des Amériques (tiens, un kiosque rien que pour expliquer les démarches pour visiter le territoire US) puis à l’imposant espace croisière (tiens, Costa!) qui en dit long sur l’essor du secteur. Je m’attarde au village des Caraïbes!  Coup de bol: Saint-Vincent-et-les-Grenadines sont mises à l’avant! Je l’avais mentionné en début d’année: ce joyau préservé des Caraïbes est en passe de ne plus l’être tant que çà… Je me renseigne donc… comment circuler entre les îles, le budget à prévoir quand on voyage de manière indépendante, etc. J’en ai l’eau à la bouche!  Mais ce qui a surtout titillé ma curiosité, c’est le petit stand du Suriname. proximité de l’ancien coloniste  hollandais oblige, je suppose! Mais je ne m’attendais pas à croiser ce petit état sud-américain dont rien que le nom de la capitale, Paramaribo, donne envie de s’y rendre. Entre mer turquoise et forêt amazonienne, il se pose en outsider, en terre vierge encore à découvrir!

Mais il serait injuste de penser qu’il n’y en a que pour le tourisme de masse! Les voyages éco-responsables, solidaires (surtout pour les moins de 30 ans) et la coopération au développement sont également représentés et repars du stand de la coopération belge avec plein d’infos sur les projets en cours, sur la possibilité d’y participer…   et une dernière brochure… Je reviens avec un butin de 10 kilos.  Je suis prête à partir sac-au-dos! Et comme vous pouvez le voir… J’en ai pour quelques heures de lecture!

Et vous? Êtes-vous allé au salon des vacances? En organise t-on dans votre région? Ou vous rêvez-vous plutôt d’un “salon des voyageurs”?

Back to the Future: Premiers pas à Stockholm
Des bonheurs de l'imprévu: perdue à Rio




  1. Julien@Voyageur-Independant
    le 20.12.2014

    Je ne savais pas que ce genre de salon existait! ça donne du rêve et au retour on doit vite se rendre sur internet à la recherche d’un billet pas cher pour l’une des destinations…

  2. Melissa
    le 20.12.2014

    Tout à fait, Julien… bien qu’énormément d’exposants espèrent qe tu n’attendras pas de rentrer chez toi pour réfléchir. ;D

Laisser un message

Votre adresse email ne seras pas publiée