- Trafalgar , Dominique -

March 2017

Le cœur vert de la Dominique : de cascades en randonnées entre Trafalgar et Laudat

La parenthèse de la vie à la ferme se referme. C'est sous une pluie battante que « Mister Sweetness », le chauffeur pour qui nous avons eu un coup de cœur, vient nous chercher. Notre prochaine destination : les environs de Trafalgar.

Un coup à la Trafalgar (Falls)

Nous avons réservé pour quelques nuits à Cocoa Cottage, un petit éco-resort tout près de différents sites à ne pas louper à la Dominique. J'en parlerai tout à l'heure mais à peine installée dans notre nouveau chez-nous, la pluie cesse, les nuages s'ouvrent et un ciel comme rincé devient de plus en plus bleu. Chance énorme : nous sommes à une petite heure à pied seulement d'une des merveilles de la Dominique : Trafalgar Falls. Sad et moi nous mettons donc en route sans tarder. L'accès est aisé, il suffit de longer la route. Ce qui ne vaut pas dire que ce soit facile ! La route monte implacablement d'abords vers le village de Trafalgar (c'est le moment de faire quelques petites courses à l'épicerie du village si nécessaire) puis enfin, à l'entrée du parc.

Ecotourist Site User Fee Programme
L'entrée que vous paierez sert à la maintenance du site que vous visiterez. Si vous comptez vous rendre dans d'autre endroits qui sont couverts par le programme (Emerald Pool, Freshwater Lake, Boeri Lake, Middleham Falls, Trafalgar Falls, Cabrits National Park, Syndicate Forest Trail, Indian River, Morne Trois Pitons National Park, Morne Diablotin et Soufrière Sulphur Hot Springs), le mieux est évidemment d'acheter un pass pour la semaine (vite rentabilisé : le pass est à 12 USD tandis que l'entrée pour un seul site est à 5 USD).

Pour atteindre les chutes, il faut marcher un petit peu. Rien de bien méchant, c'est une petite balade de santé sous les arbres qui dure un bon quart d'heure. N'oubliez pas de regarder dans les rigoles sur le côté du chemin, il se peut que vous y voyiez des crabes !

Au bout du chemin, on trouve un petit promontoire où une plateforme d'observation couverte a été construit pour les visiteurs et on découvre les Trafalgar Falls dans toutes leurs splendeurs : ces deux chutes d'eau quasi jumelles cascadent sur les côtés d'un gros rocher et tombent dans un bruit de tonnerre. La plupart des visiteurs s'arrêterons là, où peut-être prendront-ils les escaliers jusqu'au pied de la première chute. Pas nous : Sad et moi avons le temps et pouvons nous en rapprocher encore plus. Ce n'est pas une entreprise aisée dans ce chaos rocheux au fur et à mesure, je vais abandonner sac à dos et chaussures (plus facile finalement d'agripper ces rochers tous ronds avec ses pieds directement en contact avec eux. Un moment à savourer les pieds dans l'eau !

Tout çà nous a donné faim et ça tombe bien ! Juste devant l'entrée de Trafalgar Falls, se trouve Papillote Wilderness Retreat ! Papillotes est une institution à la Dominique : c'est le tout premier éco-resort qui a ouvert sur l'île dans les années 90. On peut y dormir, y manger où simplement visiter ses superbes jardins et mieux encore : se délasser dans ses bassins d'eau thermale. On ne va pas se le faire dire deux fois !

Nous nous sommes littéralement jetées sur nos plats ! Et comme l'heure du déjeuner était déjà passée, c'est bien placée avec une vue sur le jardin en contrebas que nous en avons profité. J'ai aussi fait connaissance avec une spécialité dont le goût devient TRES vite addictif : le sorel.

Le sorel est un jus de fleur d'hibiscus auquel on a ajouté de la cannelle. Celà donne un sirop rouge dont le goût à la fois un peu amer, légèrement sucré et épicé est très rafraîchissant. C'est une spécialité normalement destinée pour la période des fêtes et on peut le déguster soit tout seul, soit comme ingrédient de rhum punch.

Pour une somme modique (5 euros), nous pourrons utiliser les bassins thermaux de Papillote Wilderness Resort (attention Lectrice, Lecteur, tu dois amener tes propres essuies). Déjà, prendre les escaliers qui descendent jusque là est tout un poème : il y a des plantes partout ! Impossible de les nommer : des discrètes petites plantes rampantes à celles dont les feuilles font deux fois ma tête, tout pousse avec une luxuriance qui réjouit le cœur. Mais étrangement, il n'y a pas beaucoup de fleurs, sauf peut-être les gingembres roses et rouges et les roses de porcelaines, si délicates. Nous y voilà enfin ! Outre une famille d'Américains, nous sommes seules et encore une fois, on a l'impression d'être dans une espèce d'Eden ! Le lieu a été vraiment bien choisi : près d'une rivière dont les eaux fraîches viennent remplir un deuxième bassin pour faire trempette après la séance d'eau chaude.

L'eau est chaude en effet, mais pas brûlante juste... agréable. Comme un bain qui serait un peu plus que tiède. L'intérêt est dans les minéraux qu'elle possède mais aussi, dans ce qui nous entoure : le jardin, le bruit de l'eau, les oiseaux, le ciel qui semble si loin au dessus des arbres. Il nous faudra bien du courage pour sortir de Papillotes !

Et pour faire bonne mesure sur le chemin du retour, nous nous arrêterons au River Rock Café, juste à la sortie du village pour déguster un petit rhum punch, avec la vue sur la rivière en contrebas et un petit lézard pour compagnie !

 

Les tuiles, elles arrivent qu'on soit au paradis ou pas ! Ca fait le deuxième jour que Sad se lève avec le ventre torturé ! Est-ce le poisson, la bouteille d'eau tombée sur le chemin et contaminée par un microbe ? Nous ne l'avons jamais su mais voilà ma compagne de route sur le flanc : impossible pour elle de manger autre chose que du riz ou de faire quoique ce soit d'autre d'ailleurs. Je n'ai pas envie d'aller m'amuser pendant qu'elle morfle, mais Sad me presse quand même de faire l'activité canyoning que nous avions prévue avec Ti Nath Kanion.

Tôt le matin, Nathalie arrive donc me chercher dans un vieux pick-up qui semble avoir connu des jours meilleurs. Tit' Nat' est une fille de la montagne ! Elle doit avoir mon âge et à peine plus grande moi. Le corps sec et nerveux trahit celle qui escalade et passe sa vie dehors. Sa spécialité ? La spéléologie et elle en a fait son métier. Après avoir passé son brevet en France et exercé en montagne, elle est tombée amoureuse de la Dominique et partage son temps entre les deux pays. C'est elle qui va m'initier, ainsi qu'une jeune américaine au canyoning dans Titou Gorge et là, Lectrice, Lecteur...ça ne va pas être facile de te montrer car évidement, on ne fait pas de canyoning avec un appareil-photo, je vais devoir donc te raconter ! Première étape, on revêt les combinaisons en néoprènes, les même que pour des plongeurs. On enfile également des casques. J'ai mes chaussures de rando et je comprends très vite que les pauvres vont morfler à mort mais malheureusement, pas d'autre choix que de les utiliser si on veut pratiquer cette activités en toute sécurité. Nous passons toutes trois un harnais, traversons le pont et arrivons au point de départ. Là... j'ai le cœur qui se serre un peu : c'est un gouffre qui nous sépare. De la première descente. Et il faut le franchir ??? Je repense à ma maladresse, à mon manque d'équilibre, à l'avertissement de Nathalie (« Pas moyen de vous secourir ici donc si vous vous blessez, il faudra continuer jusqu'au bout »)... J'essaie de me rappeler pourquoi j'avais pensé que ce truc là était une bonne idée. Pendant que je gamberge, Nath a traversé la rivière avec la corde et a préparé le chemin. Aller, hop, c'est à notre tour. Laisse-moi te dire Lectrice, Lecteur que je ne me me souviens plus de cette première traversée jusqu'à ce que j'atteigne l'autre côté tellement j'étais concentrée pour ne pas faire de bêtises ! Une fois de l'autre côté, il faut franchir quelques rochers et descendre en rappel avant de tout lâcher... et se laisser tomber en arrière dans une piscine naturelle. Et là, l'anxiété s'envole et laisse place au plaisir pur. Titou Gorge est tout simplement fantastique. Il s'agit d'une espèce de canyon rempli d'éboulement rocheux où l'eau cascade de piscines naturelles en piscines naturelles. C'est tout simplement merveilleux ! Et c'est ainsi que nous allons parcourir ce merveilleux endroit, juste nous trois et la nature, en contact avec la minéralité des pierres et la fraîcheur de l'eau. Je m'en serai énormément voulue d'avoir reculé au dernier moment ! Ca n'a pas été facile tout le temps, certains passage demandent un peu d'escalade que les autres mais Nath' est une pro et saura vous mettre en confiance ou vous aider.

 Le lendemain, Sad se sent un peu mieux... ça tombe bien : nous allons passer la journée dans le centre de l'île et c'est « Mrs Sweetness », Sandra, la femme de notre chauffeur, qui nous emmène cette fois. Et Sandra est un sacré personnage ! Dire qu'elle a du bagout est un euphémisme : nous saurons non seulement tout sur les endroits visités, mais aussi sur sa famille, la rivalité entre fans de calypso et de soca pour le Carnaval, l'histoire récente de la Dominique, la réputation de chauffards des habitants du nord de l'île. On ne s'est pas ennuyé une seule fois avec elle !

Nous débutons le menu du jour avec un morceau de choix : la randonnée de Middleham Fall. C'est une randonnée assez connue qui prend une bonne heure et demie à travers la forêt. Il n'y a pas de difficultés particulière à part quelques racines et la boue à négocier sauf que... ça monte beaucoup. Sans arrêt même, avant de redescendre brusquement. Ici, la forêt est dense. Très dense. La randonnée se fait dans un cocon vert où on aperçoit à peine le ciel. L'avantage ? Nous sommes à l'abri du soleil et même si nos muscles chauffent, nous sommes pas exténuées par la chaleur. C'est plutôt les deniers moments de la descente qui sont un peu plus difficile à négocier avec des passages étroits et une hauteur de marche de tortionnaire pour des randonneuses de petite taille mais enfin... nous y arrivons. Nous entendions son grondement depuis un moment : Middleham Fall, la plus haute cascade de la Dominique. Une masse d'eau qui se déverse à 35 mètres de hauteur dans un fracas de tous les diables. Bref, c'est la puissance de l'eau à l'état pur ! Il y a une possibilité de se baigner dans la piscine naturelle mais plutôt pendant la saison sèche (ce qui n'était pas le cas ici), à cause de la force de l'eau.

C'est donc déjà bien fatiguées que Sandra nous emmène nous refaire une santé à Wotten Waven. Wotten Waven est LE village des sources thermales. Les Dominiquais n'hésitent pas à les utiliser et ces sources ont la réputation de guérir de nombreux mots : problèmes de peau, inflammation, soulagement d'articulations douloureuses... et bien d'autres. Evidemment, le délassement de muscles fatigués fait partie des bienfaits de ces sources. Les sources étant nombreuses, il y a donc pas mal d'établissements à Wotten Waven mais Sandra a donc décidé de nous emmener chez Tia's Bamboo Cottage.

La particularité de Tia, c'est qu'elle a construit trois bassins : un grand commun, moyennement chaud, un petit un peu plus en hauteur, un peu plus frais et un troisième tout en hauteur, qui est le plus chaud des trois. Le tout très joliment aménagé et agrémenté de systèmes de déversoir d'eau pour par exemple masser le dos ou le épaules. Divin !

 Nous avons gardé le meilleur pour la fin ! L'après-midi approche et il faut se dépêcher pour rejoindre la dernière étape : Emerald Pool. Le pass acheté à Trafalgar te donne également accès à Emerald Pool, Lectrice, Lecteur. N'oublie donc pas de le prendre avec toi ! Emerald Pool se trouve à l'orée du Parc de la Morne Trois Pitons et est une attraction TRES populaire quand un paquebot est en ville. Le mieux est donc de la visiter vers 15 heures, quand la plupart des excursionnistes sont rentrés sur le bateau. Depuis l'entrée, il faut marcher un petit quart d'heure un sentier bien balisé et très accessible avant d’accéder à la piscine naturelle et te dire, Lectrice, Lecteur, que c'est un enchantement est un peu un euphémisme ! Imaginez au centre d'un amphithéâtre formé par des arbres, une piscine naturelle où se déverse une cascade, avec une petite grotte juste derrière la chute d'eau. L'eau de ce bassin porte une jolie couleur verte, reflet des fougères et des arbres. La vision est paradisiaque et la cerise sur le gâteau, c'est qu'on peut s'y baigner ! L'eau est froide, ne vous privez pas de faire la planche dans cette eau douce avec la canopée qui vous entoure et le son de la cascade dans les oreilles... vous vous demanderez si vous n'êtes pas dans un rêve !

Pour en savoir plus
Ou dormir près de Trafalgar

Cocoa Cottage : On a décidé de se gâter un peu en milieu de séjour avec 3 nuits au Cocoa Cottage. Cet éco-resort est le fruit du travail d'Iris. Iris, dans sa vie antérieure, était patronne d'une compagnie d'avions privés. Venue d'Israël et installée à Miami, elle vivait une vie confortable et brassait un paquet d'argent. Néanmoins, quelque chose manquait. Ce quelque chose, elle le trouvât lors d'une visite à la Dominique. Une rencontre fortuite va la mettre en contact avec le propriétaire du futur Cocoa Cottage et c'est ainsi qu'elle a décidé tout lâcher pour concrétiser cette nouvelle aventure. Situé dans un beau jardin en bordure de la route qui va de Roseau à Trafalgar, cette propriété où poussent de jolis cacaoyers a un côté résolument bohème ! Les couleurs sont vives, la déco faite d'éléments chinés ou de récupération (porcelaine cassée, capsules de bières...). Le tout est gai et frais. Les quelques bungalows sont dispersés sur la propriétés et nous avons eu droit a une immense chambre avec deux lits doubles, au rez-de-chaussée d'un des bungalow avec notre propre porche et même un lit suspendu dehors (avec moustiquaire) pour ceux qui aurait envie de dormir avec les sons de la nature (et le concert des grenouilles) en prise directe ! Iris est adorable, a des tonnes d'histoire à raconter et on se sent bien chez elle ! Elle fait également table d'hôtes avec son équipe : ne vous en privez pas au moins pour un soir, c'est un chouette moment de convivialité avec les autres hôtes. Attention les gourmand, Cocoa Cottage produit son propre chocolat (je vous recommande celui au gingembre, hmmmm....)

Se rendre à Trafalgar

Pas de voiture ? Se rendre à Trafalgar est très facile, il suffit de grimper dans un mini-bus ! Les bus partent dans la rue où se trouve le supermarché Astaphan's. (King George V Str). Suffit de regarder les noms des localités ou de la région desservies. Le bus passe également devant le Cocoa Cottage. Suffit de demander au chauffeur de s'arrêter (en mentionnant bien fort "Stopping!").

Pour se rendre à Middleham Falls : Prendre le bus qui se rend à Laudat. Même coin que pour les bus qui se rendent à Trafalgar.

Pour se rendre à Emerald Pool : les bus qui partent pour Castle Bruce ou le Carib Territory passent devant Emerald Pool. Les arrêts se trouve dans le bas de River Bank Str.

.





En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer