- Roseau , Dominique -

March 2017

La Dominique, côté ville à Roseau

Comme nous aurons passé de bons moments sur le balcon de notre guesthouse, à observer Roseau by night ou sous le soleil du matin. La capitale de la Dominique est à quelques dizaines de mètres, de l’autre côté d’une rivière qui vient se jeter dans la Mer des Caraïbes. un point de vue appréciable ! En un coup d’œil, on embrasse presque toute la baie. Nous traversons un pont qui a connu de meilleurs jours pour arriver en ville.  En fait de ville, Roseau est plutôt un gros village !

Les rues de Roseau

Un gros village où il fait plus chaud qu’ailleurs sur l’île. N’espérez pas trouver beaucoup de bâtiments historiques ici, les invasions et les ouragans n’ont pas aidé à préserver le patrimoine bâti néanmoins, elle un certain charme. Sur un plan en damier, les rues de Roseau vivent au rythme du soleil, de magasins et des paquebots amarrés au port de ville, ou pas.

La journée, c’est un peu chaotique : les minibus et voitures circulent le long de rues étroites pleines de nids de poules… et laisse-moi, Lectrice, Lecteur, te décrire les trottoirs de Roseau ! C’est tout un poème. Les parcourir est semblable à une course d’obstacle : premièrement, ils sont surélevés. Située en bords de mer et soumise au inondations-éclair, Roseau a besoin de se laisser un peu de distance entre la route et ses trottoirs, histoire de garder les pieds de ses habitants au sec lors d’ouragan ou de pluies diluviennes. Mais en plus, les niveaux du trottoir sont inégaux. Évitez donc de vous faire un peu trop distraire par les jolies maisons de bois colorées qui bordent les rues, vous risqueriez de vous retrouvez les quatre fers en l’air, ou de vous tordre une cheville.

Les écoliers en uniforme se dépêchent de rentrer à l’école, à l’arrière de pick-ups, on cuit des crêpes ou on vend des fruits, de petits stands débordent des boutiques. C’est anarchique, mais à la cool ! La vie urbaine en mode caraïbe, quoi !

Roseau, c’est surtout une ville de commerce : marchés couvert ou à ciel ouvert, marché au poisson, magasins de souvenirs, et le gros supermarché à deux étages où l’on peut acheter de tout : de la farine à un salon complet en passant par les vêtements et les télévisions. Si vous voulez ramener des souvenirs pas chers (comme des confitures, du rhum, du rhum punch, du café ou du chocolat), Astaphan’s est un arrêt obligatoire.

Au Jardin Botanique

Mais la perle de Roseau, c’est le jardin botanique de Dominique. Situé au nord de la ville, il a l’air un peu délaissé… jamais totalement remis du passager de l’ouragan David en 1979, un des plus meurtriers qu’ait connu l’île, ce qui était l’un des plus beaux conservatoire de plantes des Caraïbes reste malgré tout un centre de recherche important. Il est partagé en trois : une partie “ornementale” où on se balade à l’ombre des arbres, une partie “économique” consacrée aux plantes médicinales et à la culture vivrière et une partie tournée vers la recherche et la conservation dont on peut voir les bâtiments et les serres.

L’effet de l’ouragan David, on peut le voir directement sur un bus scolaire complètement aplati par un baobab déraciné par la force des vents (heureusement, il n’y avait personne à l’intérieur) mais ça donne une idée des ravages qu’a causé cet ouragan qui détruisit de nombreux arbres qui avait mis des centaines d’années à grandir.

Le jardin botanique, c’est aussi peut-être le seul endroit où vous pourrez apercevoir l’oiseau emblématique de la Dominique : le sisserou. Ce joli perroquet vert au ventre pourpre figure sur le drapeau de la Dominique mais est très difficile à apercevoir dans son milieu naturel. Un peu plus facile à rencontrer, son pote le jaco, plus petit, est dans la cage d’à côté.

Dans un coin de jardin, nous finissons par trouver le but de notre promenade : Jack’s Steps : une longue série de marche qui vous emmène au sommet de Morne Bruce, la butte qui surplombe Roseau.

Jack's Walk
Afin de mieux surveiller Roseau, les Anglais avaient construit un poste de surveillance muni d’un canon sur Morne Bruce, lieu idéal pour dominer la ville et les environs. Pour y accéder, les soldats devaient passer  devant les drapeaux de la Grande-Bretagne : l’Union Jack. Cette marche quotidienne fut donc surnommé “Jack’s Walk”.

Morne Bruce pas si morne !

La ballade commence par un joli escalier de pierres de 35 marche et après, c’est plus compliqué (mieux avoir des chaussures de rando, surtout s’il a plu). Sad, qui prend la tête, ne tarde pas à se faire entourer par trois chiennes errantes, qui se ressemblent toutes les trois. Pas agressives pour un sou, elles ont plutôt l’air de vouloir faire de l’exercice, et peut-être de nous protéger des mauvaises rencontres. Une devant, une à droite, et une gauche, c’est sous bonne escorte que nous gravissons les sentiers escarpés qui mènent en haut de la butte. Il fait chaud, mais à l’ombre des arbres, c’est plutôt agréable ! C’est aussi une parfaite petite mise-en-bouche pour les randonnées qui vont nous attendre plus tard dans la semaine. La montée dure une petite demi-heure et la récompense est un sublime panorama sur la ville de Roseau… du genre carte postale : sur fond vert et bleu, les toits rouges et verts de roseau se détachent mais la ville est presque écrasée par l’énorme paquebot qui est au port. Ne vous étonnez pas d’ailleurs de côtoyer de nombreux touristes dans le coin, c’est un des arrêts obligatoires des excursions (même si le point de vue “pour touristes” est situé un peu sur la droite de la sortie de Jack’s Walk, la plupart des excursionnistes ne viennent même pas jusque là. Vous ne devrez donc pas jouer des coudes pour prendre votre photo.

Quelques bonnes adresses à Roseau

Où loger

Narakiel Inn 

Situé juste de l’autre côté de la rivière, à 10 minutes à pied du terminal de l’Express des Îles et à cinq minutes de la ville, cette petite guesthouse est un excellent point de chute. La chambre est petite, mais fonctionnelle avec bouteille d’eau est biscuits de bienvenue et frigo (bien utile, vu qu’il n’y a pas de pièce commune). Son gros atout est son balcon qui surplombe la rivière et où on peut papoter le soir avec une boisson fraîche ou dévorer son petit-déjeuner (à faire soi-même) le soleil dans les yeux.  Autre chouette petit truc : à votre demande, on peut remplir votre frigo de boissons et de nourriture sans supplément. Richard, le patron, vous aidera et vous conseillera sur les découvertes à faire sur l’île.

Où manger et boire un verre ?

Roseau compte pas mal de bars et de restaurants : voici quelques adresses, testées et approuvées (et en grand majorité recommandées par des Dominiquais).

Cartwheel Café : logé dans une vieille maison en pierre juste à côté du port, le Cartwheel sert essentiellement les locaux. L’endroit est charmant et si le petit-déjeuner n’est pas inclus dans votre logement, c’est un bon endroit pour le prendre. Le café est délicieux et on y sert également des gâteaux et des sandwiches.

Bayfront, Mary E. Charles Blvd

Fusion Village Restaurnt and Bar

L’entrée de ce restaurant plutôt couru se fait via une jolie maison vert citron typique des Antilles. Nous avons préféré déjeuner dans le grand patio, rempli de fresques.   Au premier coup d’œil, nous avons compris que le patron est italien : il y a une grande sélection de pâtes et de pizzas mais aussi de burgers et de plats créoles. Nous nous sommes régalées etle service était le plus attentionné que nous avons eu à Roseau.

Old St, Roseau

The Old Stone Grill & Bar : Ca semble une des “places-to-be” en ville (quand nous avons vu arrivez une bande de jeunes filles toutes apprêtées prendre place, on a compris). A la fois bar et restaurant, on y sert une cuisine créole de qualité sous les loupiotes multicolores une fois le soir venu. On y imagine bien des dîners en amoureux, aussi ! Sans doute un des meilleurs repas du séjour.

Castle St, Roseau

Ruins Rock Café : On ne peut le louper, cet immense espace en plein centre ressemble un peu à un “ruins bar” à la Budapest. Situé dans les ruines d’une vieille maison, la particularité du lieu est son étonnante liste des “bush-rhums”, du rhum infusé avec des herbes de toutes sortes (voir des animaux, comme le serpent). Considérés comme des “médicaments”, ils sont à consommer avec la plus extrême des modérations (tête qui tourne après un petit verre assurée). On y mange pas trop mal et en supplément, on trouve à l’arrière un petit magasin qui y vend toute sorte de produits, herbes et épices. A voir !

King George V St, Roseau





  1. LadyMilonguera
    le 15.12.2017

    J’aime toutes ces couleurs différentes !!!

  2. Melissa
    le 15.12.2017

    Ah oui, le moins qu’o puisse dire, c’est qu’il y a de la couleur dans les rues de Roseau. Ca peut faire de chouettes photos.

  3. Cyrielle - The Wild Panda
    le 15.12.2017

    Ca nous change de l’ambiance pluvieuse d moment ton article!
    Quel plaisir cette bouffée de soleil!

  4. Melissa
    le 15.12.2017

    Merci Cyrielle ! Je vais te dire, ça m’a fait le même effet en l’écrivant (même si à la Dominique, il pleut quand même pas mal, mais ce n’est pas la même chose). 😉

  5. argone
    le 15.12.2017

    J’avais adoré les maisons colorées de Roseau …. mais je n’avais pas eu le temps d’aller voir le jardin botanique, c’est dommage

  6. Melissa
    le 15.12.2017

    Oh… c’est étrange qu’on ne vous aient pas emmené là. C’est une des fiertés de Roseau. Zut, faudra revenir !

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer