- Aix-en-Provence , France -

June 2017

Quand le voyage d’affaires te fait vivre comme une locale à Aix-en-Provence

Lectrice, Lecteur, si tu me suis depuis un certain temps (et voire un temps certain), tu sais que mon boulot me fait voyager dans quelques endroits de par le monde. En général, nous sommes placés dans un hôtel où se tiendra la conférence que je contribue à organiser mais de temps en temps, il arrive que nous soyons placés ailleurs, qu’il y ait une véritable césure géographique entre l’endroit où nous logeons et celui où nous travaillons. C’est moins pratique, mais il se passe alors un drôle de phénomène : pendant une semaine, je me sens comme faisant partie intégrante de la ville qui nous accueille, pas comme une simple visiteuse.

Je m’explique.

Aix-en-Provence comme au quotidien

Cette année, une de nos conférences se déroulait à Aix-en-Provence où, plutôt que les gros complexes dont nous avions l’habitude, nos hôtes nous avaient dégotés de charmant petits hôtels dans le quartier de l’église de Saint-Jean-de-Malte. Le genre d’établissement qui tient plus de la pension de famille que l’usine à dormir.

Pas le temps de faire du tourisme : le matin, je me réveille. Sac à dos accroché aux épaules, je me mêle aux Aixois qui eux aussi, vont travailler. C’est aussi l’heure où les enfants vont à l’école. L’air est encore frais, le ciel pur mais on sait que le cagnard sera au rendez-vous d’ici 13 heures. Le Cours Mirabeau, belle artère centrale du vieux Aix, grouille de gens qui tracent et je suis parmi ceux-ci. La voyageuse que je suis flânerait, s’arrêterait pour prendre des photos, le nez en l’air… Mais non, je trace ma route pour me rendre sur mon lieu de travail temporaire et dès le 2ème jour, le train-train est déjà mis en route : remonter la rue, traverser le Cours Mirabeau et les rues commerçantes avant même que les boutiques n’ouvrent, voir les terrasses des bistros qui sont déjà ouvertes pour le petit- déjeuner, avoir l’eau à la bouche en regardant les fruits et légumes de la Place Richelme, râler de ne pas pouvoir s’arrêter parce qu’on est pressée et penser qu’on viendra sûrement prendre l’apéro ici une fois le boulot accompli (ou ce sera pour un dernier avant d’aller se coucher?), saluer l’hôtel de ville, se retrouver à 19 heures au même bar parce que “Rosé every day!” et quand je rentrerai au soir, je retrouverai le sourire bienveillant d’un des réceptionnistes, qui ont appris à nous connaître depuis que nous sommes là.   Cette ville qui m’était tout à fait inconnue il y a encore deux jours, va me devenir quasi aussi familière que Bruxelles.

Ce n’est pas seulement parcourir ses rues pendant plusieurs jours qui contribue à cette intimité… Organiser des conférences, ça ne se fait pas tous seuls ! Il y a la rencontre de l’équipe qui nous accueille et qui va travailler avec nous. C’est à chaque fois une autre culture du travail à découvrir et à laquelle il faut s’adapter (ah, les pauses de 2-3 heures en Espagne, l’envie de bien faire un peu stressante des Chinois, la nonchalance teintée d’optimiste des Brésiliens). A Aix, ce sera la pause-déjeuner sous les platanes teintées de conversations sur la politique qui me restent en tête.  Bosser avec une équipe locale, ce sont aussi les échanges avec nos collègues d’une semaine. Des rencontres provoquées mais qui réservent très souvent de bonnes surprises. Si les circonstances sont un peu exceptionnelles pour tous, se retrouver pendant un certain temps à porter ensemble un projet, ça fait en sortes que vous échangiez quelques moments de vie, pour peu que l’on soit un peu curieux.

Et étrangement, alors qu’il faudra attendre une semaine pour vraiment visiter Aix-en-Provence (avec l’énergie qui nous reste à mes collègues et moi après une semaine de labeur), se noue une relation intime entre cette ville et moi.

Parce que je n’ai peut-être pas bien visité Aix-en-Provence, mais je l’ai vécue !





En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer