- , -

October 2012

A comme… Abou Dabi

Pendant que je suis au repos forcé, et en alternance avec la suite de mes aventures thaïlandaises, et sur la suggestion de l’ami eMich qui avait fait de même, je me lance dans la première édition de l’alphabet de MelLovesTravels.

Premier arrêt: Abou Dabi!

Abou Dabi, c’est le frère plus avisé de Dubaï. C’est un peu l’aîné des Emirats arabes unis (la ville étant la capitale des émirats), le plus sage, qui gère son patrimoine en bon père de famille et vient porter secours à ses petits frères qui ont déconné (c’est Abou Dabi qui a fourni l’argent nécessaire à Dubaï pour terminer sa fameuse tour). L’extravagance est domptée et les ambitions maîtrisée. Abou Dabi se voit comme la capitale culturelle de la péninsule arabique, y attirant antennes d’universités et de musées renommés, créant des îles et des banlieues-pilotes   C’était aussi ma première conférence avec le boulot, une conférence en grande pompe, comme il sied dans le Golfe. Le séjour à l’Emirates Palace (auto-proclamé 7 étoiles) reste gravé en lettres d’or dans ma mémoire. D’ailleurs, l’or, il n’en manque pas dans cet immense palace. Tellement énorme que l’on est obligé de vous escorter jusqu’à votre chambre lorsque vous faîtes votre check-in et vous réalisez qu’il faut près de 10 minutes pour aller de votre chambre à la salle du petit-déjeuner.  D’ailleurs, la façade mesure 1 kilomètre de long… 1 million de mètres carrés remplis de marbre, de feuilles d’or, de bois précieux, de lustres en cristal et de plantes…

Abou Dabi restera aussi pour moi la ville où on ne met pas le nez dehors. A part la Corniche, la longue promenade qui longue le Golfe persique, on y voit personne dans les rues. La ville est une longue succession de gratte-ciels aux formes audacieuses, parcourues par des routes à quatre bandes à l’américaine ou rutilent les Mercedes et BMW. Pas de terrasse, quelques espaces verts, un ancien fort et puis plus rien. Les lieux publics se cachent à l’intérieur.

Et soudain, confortablement installés sur le cuir de votre spacieuse berline, vous les voyez. Sous un soleil à faire fondre le béton, ils balaient, sont perchés sur des échafaudages ou au dessus de la route, en train de remplacer un panneau de signalisation, ou encore, dans un bus dépareillé avec des petits ventilateurs pendant que vous, vous respirez l’air frais de la climatisation. C’est l’armée d’immigrés qui construit le rêve Abou Dabi mais qui en toucheront à peine la réalité.





  1. Blog voyage
    le 15.12.2017

    Je ne suis que très peu attiré par ces pays modernes qui présentent que peu d’intérêt culturel et historique 🙁

    L’exposition de la richesse démesurée n’a pas forcément d’âme 🙁

  2. Melissa
    le 15.12.2017

    Hmmm… oui et non. Tu sais, Aurélien, il n’y a pas de vide culturel, au contraire, mais c’est différent. Les Emiratis descendent d’une culture nomade et donc, il la porte en eux. Et maintenant qu’ils sont sédentarisés (pour la grande majorité) et riches (pas tous), ils veulent construire plus grand pour montrer qu’il ne sont pas “inférieurs”. Pour eux, c’est très importants de montrer qu’ils peuvent aussi bien, sinon mieux, que les pays occidentaux. C’est mon analyse à deux balles.

  3. Voyage@Rocky
    le 15.12.2017

    Ca ne s’écrit pas plutôt Abu Dhabi?
    Du moins cela me rappelle sex & the city 2 ^^.

    En tout cas la photo est très belle!

  4. Melissa
    le 15.12.2017

    Abu Dhabi, c’est en anglais Rocky! Ça m’a bien fait rire S&C 2, tiens… Tout était filmé au Maroc!

  5. Voyage@Rocky
    le 15.12.2017

    Sérieux au Maroc? haha quel arnaque, je ne savais même pas.
    Alala ces américains, ils sont forts!

  6. Lucie
    le 15.12.2017

    En général j’ai du mal avec les bâtiments trop modernes (je suis plutôt fan des vieilles pierres) mais en même temps Dubai ça doit être quelque chose à voir. On sait que c’est énorme mais les photos c’est pas pareil 🙂

  7. Melissa
    le 15.12.2017

    Justement Lucie, Nous sommes allés jusqu’à Dubaï et ce qui frappe, c’est l’excès! Même avant la crise, je me suis dit qu’ils allaient se casser la gueule. Il y avait une véritable frénésie de construction. C’est pas tellement l’architecture mais l’ampleur des constructions qui m’a marquée. Des grues à perte de vue! Abou Dabi est bien plus prudent!

  8. amelie
    le 15.12.2017

    La troisieme ville apres dubai et charjah

    Dommage qu’il n’y ait pas plus de photo? (et notamment de la façade?)

  9. Melissa
    le 15.12.2017

    C’est un des prérequis de l’alphabet: n’utiliser qu’une photo pour illustrer la lettre. Mais dans un prochain article… 😉

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer