A l’heure où je couche ces quelques lignes pour te faire mon traditionnel bilan, Lectrice, Lecteur, je suis dans mon moyen de locomotion préféré pour ce genre d’activité : le train. Et le train, qu’est-ce que je l’aurai pris cette année et même juste pour y écrire ! Une véritable année de la proximité. Pas de « grands voyages », sauf peut-être celui qui se profile au Svalbard et pour cause, me voilà techniquement au chômage depuis la fin février. Si 2018 m’a permis de dire « Oui » à beaucoup de choses et m’a permis aussi de faire l’un des voyages de ma vie, 2019 était l’occasion rêvée de se recentrer sur les joyaux proche de chez moi.

Disons-le clairement, les invitations à des blogtrips à l’autre bout de la terre (coucou la Thaïlande) se font de plus en plus rares pour une modeste blogueuse comme moi, surtout depuis l’explosion d’Instagram. Avec mon petit compte nourri à la main, mes photos prises en grande majorité au smartphone et un talent moyen pour la photo, malgré mon amour pour elle, je ne fais pas le poids. J’en ai fait mon deuil et continue sur ce que je fais le mieux : l’écriture. Si 2020 annonce déjà deux destinations (surprise, surprise), je ne sais pas de quoi sera faIt le reste de l’année, ni si je pourrais voyager plus tout comme c’était le cas cette année… Je t’explique !

Début 2019, Sylvie du Coin des voyageurs et Mitchka de Fish & Child me contactent. Elles ont lu mon bilan de l’année dernière où j’exprimais mes craintes, mes doutes et ma confusion à la fin de ma période de préavis (j’avais négocié mon départ de mon ancien emploi début 2018) et celà leur a donné une idée : et si je les rejoignai dans SoRezo ? SoRezo, ça a été (cela l’est toujours) LA grande aventure de 2019. Celle de l’entrepreneuriat car créer une agence de communication et de formation au digital n’est pas une mince affaire. Surtout quand on est comme moi quelqu’un qui n’a pas la fibre commerciale pour un sous. Ça m’a demandé de mordre sur ma chique, et de prendre aussi quelques petites claques, auto-infligées, qui font mal à la confiance en soi. Heureusement, notre trio 100% féminin est l’exemple même de la sororité et de la bienveillance. Par contre, ça demande d’être plus présente, plus impliquée.

Bref, cette nouvelle aventure, couplée à des moyens financiers plus restreints, ont fait que j’ai privilégié les destinations proches et les courts séjours. Dont un petit séminaire de travail à Sète avec les filles.

2019, c’est aussi l’année de la Wallonie. Comme le Salon des blogueurs voyage (maintenant « Salon des Blogueurs » tout court) se déroulait à Lille, les offices de tourisme des provinces et villes wallonnes étaient nombreux. J’en ai donc profité pour les rencontrer, en priorité. L’opportunité était trop belle. Ça faisait un moment que j’avais envie de mettre la Wallonie en lumière, éclipsée qu’elle est par la Flandre et Bruxelles. Quelques mois plus tard, ces contacts se sont transformés en réelles collaborations avec la Province de Liège, les villes de Tournai et de Mons. Et à ma grande surprise, et fierté, l’office de tourisme de la Province de Hainaut est venue me chercher pour réaliser 4 jours de reportage sur les routes de ma province d’origine. Je ne vous dis pas la bouffée d’orgueil que cela a suscité en moi. Mais la satisfaction la plus grande, ce fut de voir que ces articles ont été lus et vraiment beaucoup. Et surtout, de voir que les offices du tourisme ont joué le jeu et partagé massivement les articles (croyez-moi, ça n’arrive pas souvent, même quand on est en « mission commandée ») m’a démontré que nous avions raison de nous faire mutuellement confiance.

Les aventures de 2019

C’est en février que je me suis rendue à La Haye. La capitale parlementaire des Pays-Bas avec son ambiance relax et la mer toute proche fut un beau moment de détente. Le city break idéal pour recharger ses batteries.

Mars fut l’occasion de retourner à Tallinn entre amis (je ne savais pas que j’y reviendrai en novembre) et de prendre le ferry pour découvrir Helsinki le temps d’une journée. L’occasion de découvrir à quel point la ville a changé durant les quelques années où je n’y étais plus venue.

Avril est le mois du WAT. Direction Lille et trois jours plutôt intense, entre blogtrip, networking et conférences. Suivant mon goût du « hors de sentiers battus », j’avais choisi un itinéraire « Cousine belge » qui nous a emmené au bord de la frontière, dans les régions de Wattrelos et d’Armentières. Drôle de sensation de se retrouver en territoire à la fois familier, mais en léger décalage. J’en ai aussi profité pour retourner à Rotterdam mais cette fois, accompagnée de ma filleule de 13 ans. Une première pour moi qui, je pense, mériterai un article « Voyager avec une ado pour les nuls ».

En mai, je fais coucou à Sète !

En juin, à nouveau une escapade toute proche, cette fois à Düsseldorf, une des belles surprises de l’année. Et qu’y ai-je trouvé ? Une ville pleine d’activité, mélangeant la tradition et l’avant-garde, avec une belle place pour les arts et avec des quais sur le Rhin qui lui donne ambiance de Dolce Vita à l’italienne…

Juillet s’est écoulé dans le calme et dans le travail mais la fin août à vu les choses accélérer avec des micro-séjours au long de la Meuse avec la Province de Liège, un week-end à Tournai et le début de mon roadtrip dans la Province du Hainaut qui s’est poursuivi jusqu’en septembre. Et depuis quelques années, pas un automne ne s’écoule sans son petit trip oenotouristique et cette fois-ci, c’était dans le Bordelais, à Castillon, les rebelles du vin de Bordeaux !

Octobre fut aussi consacré au boulot tandis que novembre m’a emmenée à bord du MSC Grandiosa, le plus grand paquebot européen avant de partir à Riga au Women in Travel Summit, une conférence américaine destinées aux créatrices dans le domaine du voyage (bloguause, Instagrameuses, vidéastes, journalistes…) qui venait de lancer sa première édition européenne. Une expérience insolite puisque j’y participais en tant que bénévole ! J’étais donc un peu dans les coulisses, pour présenter les intervenants lors des séances et diriger quelques participantes égarées. J’aurai la chance d’en voir l’évolution puisque j’ai gagné mon ticket pour la conférence de l’année prochaine à Gdansk. Ce fut l’occasion pour moi de redécouvrir Riga (et surtout sa scène brassicole, on en reparlera), de faire mieux connaissance avec la Lettonie (et surtout sa culture du spa, on en reparlera aussi) mais aussi, de revenir à Tallinn. Je ne pouvais pas laisser Au Goût d’Emma, qui était aussi à la conférence, y aller toute seule.

Enfin, décembre me voit d’abord à Mons pour fêter le Marché de Noël puis ici, au Svalbard (car oui, je n’ai pas eu le temps de finir l’article et je l’ai repris depuis mon douillet nid près de Pôle Nord. Un voyage un peu spécial puisque ce sont mes followers sur Instagram, suite à un sondage, qui ont décidé de l’aventure que j’allais tenter pour célébrer la dixième année du blog. Leur choix s’est posé pour « la nuit polaire au Svalbard » et moi voilà, fraichement débarquée dans un endroit où le soleil ne se lèvera pas avant deux mois. Il fait -17°C, il y a un ours polaire qui rôde depuis Noël mais ça va le faire ! 😉

J’espère que 2020 te ferra découvrir de belles routes et de belles personnes, Lectrice, Lecteur. Pas besoin d’aller au bout du monde non plus pour être émerveillé.e et surpris.e. Je le savais déjà, mais 2019 m’a bien fait répéter cette leçon.

Bien à toi,

Mélissa

Aimez et partagez