- Bruxelles , Belgique -

February 2016

BXLtour – 1er épisode : Bruxelles-Ville

Lectrice, Lecteur,

Tout comme les cordonniers sont les plus mal chaussés, les voyageurs ignorent souvent ce qui est tout à côté de chez eux. Ce qui m'en a fait prendre pleinement conscience, c'est la réflexion d'une amie. Nous entamions notre deuxième bière lorsqu'elle me lançât : "Quoi? Toi qui reviens de tour du monde, tu n'as jamais mis les pieds à Boisfort?" Pour les non-initiés, Watermael-Boisfort est une des 19 communes qui constitue la région de Bruxelles. Eh bien non! Je n'avais jamais visité Boisfort, ni son marché, ni sa fameuse friterie dans le tram, ni d'ailleurs le musée du tram. Je les connais de nom mais je les ai jamais vu. Comment était-ce possible ? Ma ville, celle où j'habite depuis maintenant près de 10 ans (sans compter les années passée en tant qu'étudiante)! Si ce n'était que Boisfort, mais non! J'ai traversé Ganshoren et Koekelberg en tram, sans jamais m'y arrêter, je fréquente rarement Molenbeek, Schaerbeek ou Saint-Josse et quand je vais à Anderlecht, c'est pour me rendre chez Saint-Joseph des Suédois.

Bref, je suis une mauvaise, très mauvaise Bruxelloise.

Aussi, j'ai décidé qu'une fois par mois, nous irons explorer ensemble, des bouts de ces 19 communes : le BXLtour.  

A savoir :

  • Anderlecht
  • Auderghem
  • Berchem-Sainte-Agathe
  • Bruxelles
  • Etterbeek
  • Evere
  • Forest
  • Ganshoren
  • Ixelles
  • Jette
  • Koekelberg
  • Molenbeek-Saint-Jean
  • Saint-Gilles
  • Saint-Josse-ten-Noode
  • Schaerbeek
  • Uccle
  • Watermael-Boitsfort
  • Woluwe-Saint-Lambert
  • Woluwe-Saint-Pierre

Pour parfaire l'expérience, je vais également séjourner, autant que possible, dans la commune en question, à l'hôtel (parce que j'adore retrouver une chambre pimpante quand je rentre après une longue journée) ou ailleurs. Et pour commencer, honneur à ma commune de résidence : Bruxelles -ville.

Bruxelles-ville, j'en ai déjà parlé, plusieurs fois. Ville de mon cœur, malgré tous ces défauts... J'ai évoqué comment je voyais une journée idéale à me promener sur ses pavés et quelques fois son histoire mais cette fois-ci, j'ai décidé d'aller faire une ballade dans une partie largement ignorée de Bruxelles : la partie sud, entre la Place Rouppe et le quartier de la Senne.

La Place Rouppe est à la fois bien connue et ignorée. Difficile de faire les deux à la fois! Chaque premier mai, c'est là que viennent se rassembler les syndicats pour la grande célébration/beuverie de la Fête du travail. Les autres jours de l'année, cette large place ronde est plutôt calme mais elle est le siège d'un des meilleurs restaurant de Bruxelles : le "Comme chez soi" (deux étoiles au Michelin).  Si vous avez envie d'y aller, le restaurant y ait des menus lunch à 60 Euros mais pour les bourses plus petite comme la mienne, il y "Houtsiplou", le tout premier restauranr à avoir préparer des "gourmet burgers" en ville. Et il reste encore une références : la preuve ! Et on adore les frites servies dans des pots à fleurs, la marque de fabrique de la maison depuis sa création. Pour ceux qui n'aiment pas les burgers, il y aussi tout un assortiment de tartines (on ne peut plus belge). Devant la place Rouppe, s'étale la grande Avenue de Stalingrad. Une allée arborée bordée de restaurants, de poissonneries, de cafés et de commerces, la plupart marocains, la communauté étant très présente dans cette partie de la ville.

A expérimenter :

A gauche de la Place Rouppe, on à accès aux Marolles, quartiers des antiquaires et de la brocante dont j'ai déjà parlé.

Un petit saut à l'atelier des Tanneurs, tout proche, vaut quand même le détour. Non seulement pour profiter de la chouette architecture de l'endroit que pour faire un tour au  Marché bio des Tanneurs. Centre d'entreprise pendant la semaine, le dimanche, sa cours et son énorme espace couvert laisse place à un bien joli marché du bio où les gens du quartier et les familles à vélo viennent remplir leurs paniers. une chouette ambiance détendue, certes un peu moins pittoresque que le grand marché du Midi, mais au moins, on ne s'y marche pas dessus (et s'il pleut, on est à l'abri).

Mais pour le reste de la la ballade, nous allons passer de l'autre côté du Boulevard de Stalingrad, puis de l'autre côté du Boulevard Anspach. Il suffit de quelques mètres pour que Bruxelles change de visage et d'ambiance. Nous sommes à quelques mètres du quartier de Dansaert/Saint-Géry, où les bars succèdent aux restaurants, qui succèdent aux boutiques et pourtant... Le quartier Senne/Anneesens, Lemonnier a quelques fois l'air d'être à des années lumières.  Premier arrêt : la Place du Jardin aux fleurs, c'est un peu la frontière du quartier. Une place ronde, avec une petite fontaine au centre qui est toute mignonne en été. A chaque fois que j'y passe, je me demande toujours comment il est possible que cette Place n'aie pas été prise d'assaut par les bars branchés! A part une pizzeria, et un éphémère resto de cuisine du Surinam, pas de bars... Par contre, si vous voulez tenter de la cuisine typiquement belge; une institution se cache dans une petite maison : "In 't Spinnekopke". N"hésitez pas à vous lâchez sur le filet américain (une espèce de tartare de bœuf) coupé et assaisonné devant vous. Je vote aussi pour le porc à la Carolus (la bière de Malines) et pour le trio de sorbet à la bière. Service à l'ancienne, avec l'accent brusseleir!

En prenant la rue des Fabriques, on arrive dans un Bruxelles industriel. Difficile d'imaginer que la Grand-Place est à 10 minutes à pieds seulement et pourtant... les grands bâtiments, dont certains sont transformés en loft, témoignent du passé de manufactures du quartier. Il y avait même une fonderie de plomb dont ont peu encore voir la tour. C'est un plaisir de s'y promener hors de sentier battus. Il y a de fortes chances pour que vous soyez tous seuls, à par les résidents du quartiers! J'aime y faire un tour de temps en temps pour voir comment les choses évoluent. Pour le moment, il semble que ce soit largement le résidentiel qui s'y installe. Et quelques galeries d'art et entreprises, puisque les volumes sont grands.

Un peu plus au sud, nous voilà à nouveau dans un autre Bruxelles. Imperceptiblement, nous arrivons dans le Quartier Anneesens. Un quartier qui a longtemps eu une mauvaise réputation. Pas de lofts luxueux dans le coin, mais de petites maisons à appartements et une population d'origine immigrées qui, pour certains, tire le diable par la queue car oui, paradoxalement, si la région de Bruxelles est la plus riche du pays, la commune de Bruxelles est plutôt pauvre. Ici, les rues sont courtes, et étroites, ramassées entre le boulevard Anspach et la "petite ceinture", l'ancien tracé de la deuxième enceinte de la ville, à présent devenue une vraie autoroute urbaine. Ici, presque chaque rue à son épicerie, qui reste ouverte tard et où on trouve de tout. Les fruits et les légumes, disposés avec amour, sont les seuls éléments qui donnent de la couleur au quartier... çà et pas mal de fresques du parcours BD.

C'est aussi la porte du Canal, ce mal aimé dont j'attends toujours qu'on en fasse quelque chose de bien. Car si Bruxelles a perdu la Senne, son vieux fleuve désormais souterrain, elle y a gagné un canal mais sans savoir la chance qu'elle avait. Et pourtant... c'est à l'ancien Pavillon d'octroi du Canal, à la Porte d'Anderlecht, que se trouve l'entrée du Musée des égouts  où l'on retrouvera justement la Senne ! Je suis malheureusement arrivée trop tard lors de ma promenade pour le visiter mais ça ne serait tarder! Dommage pour ce musée insolite qui vient juste de réouvrir!

Reste plus qu'à vite aller se réchauffer à l'intérieur du Moeder Lambic II, un des meilleurs bars à bière du centre. Pas de fioritures : grande table en bois, intérieur bétonné mais chaleureux mais surtout une quarantaine de bière au fût, des sélections nouvelles tous les mois ainsi que des bières invitées venues d'ailleurs mais surtout, un personnel aux petits soins et qui connait son affaire (si vous êtes novices, laissez vous prendre en main les yeux fermés).

Dodo

Pour être au plus prêt du quartier, j'ai déposé mon sac à dos à The Augustin, un "boutique hotel" rénove cet été situé au début du Boulevard de Stalingrad. J'ai littéralement craqué pour la moquette du lobby : colorée, graphique... elle semble tout droit sortie d'un trip de Modrian.

 

Gin & tonic chez Augustino... #theaugustin #bxlblog

Une photo publiée par Melissa M. (@mellovestravels) le

Si on descend d'un niveau, on arrive au petit bijou de l'hôtel : son bar, Augustino ! Il est noir, laqué, bien fourni, on peut s'y prélasser dans de grands fauteuils en velours mordoré ET il y a une cheminée (mais il faisait un peu trop chaud pour l'allumer, pas grave, les flammes étaient remplacées par une dizaine de bougies, ce qui n'est pas mal non plus) ! Si on est seule, ou pour patienter, il y a une bonne dizaine de beaux livres à consulter sur les tables du bar.   Côté chambres, elles sont plutôt de grandes tailles pour Bruxelles! La literie est toute neuve et on y dort superbement bien. Et mention spéciale pour les coussins monogramés qui leur donnent un cachat très chic. Côté salle de bain, c'est Byzance! Les fans de Nuxe seront contents de retrouver cette marque en produits d'accueil (je salue l'esprit écologique de mettre les produits dans des dispensateur plutôt que des petites bouteilles individuelles. Côté un peu moins bien, les chambres font pâles figures quand on vient du lobby. On s'attend à quelque chose de plus peps. Quelques meubles ont sans doute été récupérés de l'ancienne chaîne qui occupait l'hôtel et on dirait que la rénovation n'a pas été jusqu'au bout. Rien de bien grave... Là où l'hôtel excelle, c'est la proximité avec ses clients. Les réceptionnistes ont tous été d'une gentillesse exemplaire, n'hésitant pas à bavarder longuement, tant que la charge de boulot leur permette et n'hésitez pas à leur demander conseil.

Pour le petit-déjeuner, rien à redire. Il est correct et on y trouve de tout. Du chaud (des oeufs, du bacon), du froid (viennoiseries, fromages et charcuterie...) et, on peut se faire un jus d'orange pressé soi-même, ce qui est plutôt sympa! De quoi faire le plein avant de reprendre le chemin de mon appart', à seulement une petit quart d'heure à pied... mais dans une ville dense comme Bruxelles, ça pourrait tout autant être des années lumières.

Merci à The Augustin de m'avoir accueillie. Les opinions de l'auteure reste les siennes, malgré le jus d'orange pressé.
Festival Tapati à l'Île de Pâques
Circuit à travers l’Île de Pâques / Rapa Nui




  1. Lydia
    le 22.10.2017

    Superbe vile Bruxelles, ton reportage photo donne vraiment envie d’y retourner

  2. Melissa
    le 22.10.2017

    En espérant que le ciel soit un peu plus clément quand tu y passeras, Lydia (mais remarque, ça a son charme).

  3. Hélène
    le 22.10.2017

    Un autre indispensable place Rouppe, histoire de plonger tête première dans la culture populaire bruxelloise… Le Saint d’Hic !

  4. Melissa
    le 22.10.2017

    Oui!!! J’ai justement mis is la photo du café mais comme je n’ai fréqunté que la terrasse lors des 1er mai… (honte à moi) ! 😉

  5. Malicyel
    le 22.10.2017

    Très sympa ce petit tour ! J’étais allée au houtsiplou avec mes potes en décembre mais nous n’avions pas été plus loin because on avait bien mangé 😀
    En tout cas, c’est chouette de faire ce genre d’article, ça va me servir aussi pour avril 😉

  6. Melissa
    le 22.10.2017

    Ah ah… De rien, Mali! Prochain arrêt : surpriiiise!

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer