- Bruxelles , Belgique -

July 2013

Une journée idéale à Bruxelles

Cet article a été écrit dans le cadre des 100 villes pour échanger sa maison avant de mourir de Knok

Une fois n’est pas coutume, Lectrice, Lecteur,  je t’emmène en ballade chez moi, dans ma ville, pour une journée idéale à Bruxelles.

Le matin

 

Aaah, les Marolles… C’est le cœur de l’âme bruxelloise… il reste ce quartier populaire qu’il était depuis le temps de Breughel!  Dès les petites heures, le marché aux puce s’installe sur la Place-du-Jeu-de-Balle. Un joyeux bric-à-brac où l’on trouve de tout et même les objets les plus incongrus (me suis toujours demandée pourquoi vendre des diapositives) . On s’attarde aux étals, on marchande… mais surtout, on va prendre son petit déjeuner (en terrasse, si la météo capricieuse du Plat Pays le permet) mais on te recommande le “Skieven Architek” (le “sale architecte”), en référence à Joseph Poelaert, architecte haï des Marolliens qui construisit le Palais de Justice qui surplombe le quartier de toute sa masse! Ou alors, chez Pin Pon, nouvellement ouvert dans l’ancienne caserne des pompiers (nlr: révision  22/0/2014). Les rues Blaes (qui mènent à la place) et rue Haute sont pleines de boutiques d’antiquaires où il fait bon flâner et baver devant les objets d’antan! Avant de rejoindre la rue Haute, on peut se ballade à travers la Cité Hellemans, une des plus anciennes cités sociales construite à Bruxelles (et qui a toujours gardé sa fonction). Ses briques rouges et son architecture harmonieuse m’ont toujours fasciné!

 

Je prendrais la rue Haute pour rejoindre l’ascenseur des Marolles et monter vers la place Poelaert où se trouve un monstre: le Palais de Justice.  Un des plus grands bâtiment civil au monde, le Palais est évidemment ouvert au public (en semaine) et allez jeter un coup d’œil à sa salle des pas perdus vaut vraiment le coup d’œil. Le gigantisme et la débauche de styles différents font du Palais un lieu propice à la création de légendes (je te recommande de passer chez Brüsel pour acheter la BD… “Brüsel” de François Schuytten).

Après cette courte visite,  on admire le panorama sur Bruxelles qu’offre le balcon de la Place Poelaert avant de prendre la longue rue de la Régence pour saluer le charmant Parc d’Egmont et l’Eglise Notre-Dame du Sablon pour atterrir à la Place Royale. Dépendant de tes envies (c’est toi l’invité(e)), on continuerait vers le Palais Royal et le Parc pour une pause verte ou prendrait le Mont des Arts pour redescendre vers le bas de la ville.

Le midi

Une petite pause s’impose! On se dépêche de traverser le Boulevard Anspach pour rejoindre le quartier Sainte-Catherine et la Place du même nom pour aller manger des croquettes de crevettes chez Noordzee. Stand à poissons/fruits de mer, on y mange debout, au comptoir ou sur les tables disposées sur le trottoir. Ambiance conviviale et fraîcheur du produit sont la clé du succès (et on arrose çà d’un bon petit vin blanc).

Les jambes sont décidément fatiguées? La pause se prolonge au Monk, s’il fait mauvais ou à la terrasse du Markten (si on a de la chance, on tombera sur Arno qui sera en train de vider une chope avec ses potes).  Prêt pour d’autre aventures?  A travers le dédale des rues, on retomberait sur la rue des Chartreux, une des plus jolies rues de la ville pour une nouvelle pause shopping vintage chez Isabelle Bajart et Gabrielle avant de rejoindre la charmante Place du Jardin aux Fleurs. C’est ici qu’on trouve un des resto les plus typiques de la ville: « In’t’ Spinnekopke ». Il faudra y revenir… A partir d’ici, je laisse nos pas nous guider à travers un quartier méconnu: celui des Fabriques, en pleine rénovation. Tout proche du canal, ce quartier a vu se construire de nombreux ateliers et hangars qui furent longtemps laissés pour compte. Lieux qui commencent maintenant à être investis par une nouvelle population en quête de logement. En empruntant la rue des Fabriques, on arrive à la Porte de Ninove et au canal. Cela m’aide à me rappeler que Bruxelles est une ville d’eau. Même si on a enterré sa seule rivière, même si le quartier du canal a encore une mauvaise réputation. Et pourtant… on voit les signes de changement! Même sur l’autre rive, à Molenbeek… “Molem” pour les intimes. Le tout dernier, c’est l’ouverture de l’hôtel Meininger, une chaîne d’hôtel-auberge berlinoise qui a investi une partie des bâtiment de l’ancienne brasserie Bellevue. De par son ADN berlinois, cet hôtel a vraiment trouvé sa place dans ce bâtiment industriel et son quartier urbain. Faîtes une petite pause au bar qui a conservé la brique brute et la cheminée de la brasserie (une gueuze ou une kriek Bellevue s’impose, bien évidemment).  Après çà, je reprendrai la route pour longer le canal vers la porte de Flandre et emprunter la rue de Flandre où de multiples bars, restaurants et boutiques ont ouvert (boutiques vintages, caves à vin et le dernier grand succès de la rue, Pimpinelle, boutique et atelier de cuisine). Je ne manque jamais d’aller faire un tour dans celle qui est ma rue préférée: la rue de la cigogne. Une petite rue toute étroite à l’allure médiévale et qui a heureusement survécu aux  grands chamboulements urbanistiques. Et à chaque fois, je rêve encore d’y habiter! Nous voilà revenus Place Sainte-Catherine!

Le Soir

Il est l’heure de prendre l’apéritif! A pas lent, on se rend au Quartier St-Jacques, Au Soleil. Le Soleil, c’est l’un des cafés mythiques de la ville. Et le carrefour du Marché au charbon, avec ses rues étroites et sa belle église baroque lui donne des airs de place de village! S’il fait bon, on se place sur l’une des plus jolies terrasses de la ville et s’il pleut, on profite de l’atmosphère unique de ce bistro où j’use mes fonds de jeans depuis que je suis étudiante. En alternative, les plus branchés iront boire un cocktail juste en face au Fontainas ou gay et hétéros se soûlent gentiment en chœur. Les curieux et amateurs de bière se rendront au Moeder Lambiek 2, Place Fontainas; tout au bout de la rue. Antenne centrale d’un des plus célèbres bar à bière de la capitale, le bar a une liste de bières “invitées”, belges ou pas, rares et qui vous seront conseillées selon vos goût par un staff au fait de son affaire. Attention, pas de cacahuètes à grignoter… mais bien des grains de blés au four! 😉

Vous pensez que la Grand-Place est un piège à touristes ? Ça dépend où vous allez et pourquoi se priver de dîner sur le joyau de la capitale belge ? Enfin… au moins dans une ses caves pour quelques bonnes spécialités belges : t’Kelderke. Si je suis en mal d’exotisme (et accompagnée dans mes déambulations par un groupe de potes), sans doute irais-je au Kokob, restaurant éthiopien où on se partage les plats que l’on mange avec mains!

Voilà le soir et  j’ai le sortant. Toi aussi?  On consultera l’agenda… Envie de culture alternative,  j’embraierai pour le Recyclart, Centre culturel populaire installé dans la Gare de la Chapelle où on naviguerait entre expos, concert ou séance de ciné, dépendant de ce qu’il y a programme. Envie plutôt de faire la fête, alors ce sera Madame Moustache et son ambiance de carnaval ambulant avec sa sélection pointue d’ambiance musicale toutes plus diverses les unes que les autres (une soirée italo-disco, ça te dit?) et si jamais la baraque est pleine, il reste le bon vieux plan du Café Central. Bar le jour, discobar la nuit, la porte est toujours ouverte et la moiteur légendaire du lieu nous collera tout autant à la peau que les beats électroniques qui vibrent jusque à sa minuscule terrasse.

Il vous reste assez d’énergie? Bien! Nous allons terminer la soirée à l’Archiduc, , bar des bars. Pour entrer, il faut sonner à la porte mais là, tu découvriras son somptueux décor art déco, son bon son entre jazz, acid-jazz et funk, ses cocktails bien balancés (fais mon confiance, commande un pisco sour) et sa faune bigarrée de noctambules un peu décadents.

L’ambiance chaude de chez chaude aura fini de nous achever… on va prendre l’air et la Grand-Place n’est pas loin… Une Grand-Place désertée de ses touristes, belle et offerte. S’il ne fait pas froid, on va se laisser tomber sur ses pavés et papoter encore un brin avant de rentrer.

Parce que cette journée, idéale, elle se doit se terminer sur la plus belle place du monde.

Jamais deux sans trois : Mel Loves Travels fête ses trois ans!
Fabuleuses Féroé : L'art et la manière à Tórshavn




  1. Kevin @Que faire au Vietnam
    le 23.06.2017

    Je ne connaissais pas cette ville, mais tu me donnes envie d’y faire un tour et de visiter tous ces jolis endroits !

  2. Melissa
    le 23.06.2017

    Quand tu reviens en Europe, Kevin, passe nous voir.

  3. Visiter Bruxelles sur les traces de Magritte et du surréalisme
    le 23.06.2017

    […] BD, vous pouvez lire Bruxelles, paradis de la bande-dessinée sur le blog Taxi-Brousse. Et aussi: une journée idéale à Bruxelles sur le blog Mel Loves […]