- Oslo , Norvège -

May 2011

Hei Oslo! (du ski et des œufs)

Les présentations faites, Alina nous propose le programme de l’après-midi: Elle nous emmènera à la plate-forme de saut-à-ski construit pour les championnats du monde puis nous irons manger dans un des meilleurs cafés d’Oslo avant de retourner en ville, de retrouver mes deux compagnons de voyage et d’aviser du reste.

Nous voilà donc partis en direction du métro, le T-Bane. J’apprends donc qu’Alina est Allemande. Étudiante en géologie et en stage dans une compagnie pétrolière, elle s’apprête à passer son doctorat. Depuis son arrivée, elle est tombée amoureuse de la Norvège et même de ses hivers. Pour se rendre au complexe sportif, il faut d’ailleurs prendre la ligne 1. Une ligne de métro qui s’élève doucement avec les inclinaisons de la colline et parcours les bois. Franchement, c’est la première fois que je vois un métro sylvestre! Le quartier est d’ailleurs fort prisé: à deux pas du métro, dans la nature, avec une vue imprenable sur le fjord d’Oslo, il s’agit d’un des quartiers les plus chers de Norvège.

« L’hiver, nous raconte Alina, tu prends tes skis dans le métro, tu sors, tu les chausses et voilà!  Et si tu es fatigué, ou si tu veux remonter, tu reprends le métro ». J’ai envie de venir en hiver rien que pour voir cela!

Nous arrivons à notre arrêt. Holmenkollen est impressionnant… une élégante structure de métal s’élève haut vers le ciel, à ses pieds, des gradins. C’est haut. TRES haut. Je frissonne en imaginant ce que doit voir le skieur depuis le sommet. « Et encore, nous dit Alina, un jour de la compétition, il y avait du brouillard, seul le sommet de la piste surmontait les nuages et les compétiteurs ne voyaient pas où ils allaient. La télé avait une caméra au sommer… Effrayant! ». Et comme partout à Oslo, ce que j’allais bien vite découvrir, tout le domaine est parsemé de sculptures, bien entendu dédiées aux sports d’hiver: patinage, saut à ski bien sûr, et cette spécialité nordique du ski de fond, représenté par une statue du roi Harald en exercice avec son chien. Malheureusement pour nous, le centre d’information, où l’on peut faire un petit tour dans un simulateur de saut à ski, est fermé. Nous allons donc nous rendre en promenade vers le Café Seterstua de Frognerseteren, une très vieille et patricienne bâtisse en bois de style typiquement scandinave, où la terrasse offre une vue magnifique. C’est également un restaurant où l’on sert parmi les parts de gâteau les plus succulentes que j’ai vu depuis… Stockholm l’année dernière! Ma part de tarte à la pomme (leur spécialité, spécialement recommandée par Alina) fait au bien 6 centimètres et la crème chantilly qui la recouvre l’est tout autant! C’est un délice! D’autant que je n’ai plus mangé depuis le petit déjeuner.

 

L’heure malheureusement tourne et mes amis doivent probablement nous attendre à Schouskjelleren, une micro-brasserie où nous prendrons “l’apéritif”. Et c’est là que je rencontre ma première bière à 8 euros (ce n’est donc pas une légende!). L’expérience est intéressante. Je vide mon “Empress of India” à la vitesse de l’escargot. D’autres couchsurfeurs nous ont invités pour une tradition de Pâques bien connue: la peinture sur œufs! Comment dire non quand le lieu de la petite fête est quasi au coin de la rue? Seul inconvénient; nous n’avons pas de bouteille d’alcool à apporter. La Norv!ge est un des pays les plus stricts en ce qui concerne l’alcool. Les magasins d’Etat, Vinmonopolet, seuls habilités à vendre de l’alcool au-dessus de 4,5%, sont fermés depuis longtemps. C’est donc dans un état de sobriété quasi complète que nous sommes accueillis par la maîtresse de maison et sa coloc’ qui s’empresse de nous maquiller pour l’occasion: joues colorées au rouge à lèvre, taches de rousseur au khôl marron et fichu sur la tête. Au bout de la pièce, quelques participants sont hyper concentrés sur leur peinture sur œufs. La soirée semble déjà bien entamée et l’appartement plein de monde.  On me prie de me mettre à la peinture et de faire présent de mon œuvre. Je considère l’œuf un moment d’un air dédaigneux puis, zyeutant le grand blond juste à côté qui a depuis longtemps passé l’âge des culottes courtes s’appliquer à la tâche d’une manière si consciencieuse qu’il ne détourne même pas la tête,  je me laisse prendre au jeu. Puis mon esprit fait tilt. J’attrape le pinceau, l’humidifie et prend une bonne dose de couleur bleue ciel. Je commence à en couvrir la presque totalité en laissant quelques formes blanches flotter comme des petits nuages. Je souffle doucement pour que la peinture sèche est passe à la deuxième étape: vers le bas de l’œuf, je tente de peindre une silhouette noire et de l’autre côté, essaie de tracer quelques mots. Je ne sais plus quand j’ai eu l’occasion d’utiliser des aquarelles. Quinze ans, peut-être? Et je m’étonne du plaisir et de l’application que j’y mets!

Très fière de mon idée, je montre le résultat à Romuald et Aurore: “Ça te dit quelques chose?

–  Non.

– Ben, lis ce que j’ai inscrit!”

Romuald me regarde d’un air perplexe. “Ceci n’est pas un œuf!” m’écrie-je.

Et je n’ai pas bu une goutte d’alcool!

Le reste de la soirée se passera entre bavardage Wallo-Bruxello-Flamand, le teasing d’un sosie suédois de Justin Bieber et la conversation la plus surréaliste que j’ai entendu depuis longtemps:

” – In French, my nickname means “cork”

– You must be kidding! I”m from Cork!!!”

Aux alentours de minuit, les voyageurs fatigués que nous sommes quittent la soirée. Je remercie chaleureusement Alina, des invitations sont échangées et nous embarquons dans le tram. Je laisse mes amoureux poursuivre pendant que je traverse une Karl Johan Gate qui commence à sentir le début du samedi soir.

Arrivée à l’hôtel, je signale au charmant jeune homme de la réception que même si j’ai fait mon check-in, je ne sais pas quel est le numéro de ma chambre et que mes bagages sont encore ici. Celui-ci me regarde comme si j’étais une extra-terrestre mais me sourit gentiment en me tendant ma keycard.

Dans ma chambre, le lit semble me tendre sa couette et je soupire d’aise!

Je repense encore à la tête que le jeune homme d’en bas faisait lorsque j’arrive dans ma salle de bain et éclate de rire.

J’avais complètement oublié que je ressemblais à çà:





  1. Piotr
    le 14.12.2017

    “le teasing d’un sosie suédois de Justin Bieber”
    Mais il est partout ma parole… non !!!!

  2. Melissa
    le 14.12.2017

    Donne lui encore un ou deux ans, après, on dire ;”Justin Who”? ;D

  3. Piotr
    le 14.12.2017

    cela fait depuis 4 ans que l’on dit cela, je n’y crois plus trop…

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer