- Clermont-Ferrand , France -

October 2015

L’Auvergne dans tous ses états : Noir comme Clermont-Ferrand

Vous avez déjà vu une ville noire ? Moi oui… et cette ville, c’est Clermont-Ferrand.

Clermont-Ferrand est noire comme la pierre de Volvic qui a contribué à construire nombre de ses bâtiments et noire comme le caoutchouc des pneus Michelin. C’est par ce biais là que je vais apprendre à connaître la ville, en compagnie d’Anissa de l’Office du Tourisme d’Auvergne.

Michelin est une marque emblématique française et son musée, l’Aventure Michelin, est à la taille de sa renommée : immense. Et c’est donc bien normal que ce musée soit installé dans la ville des frères Michelin. Dans le hall d’accueil, le ton est donné : une superbe Micheline, véritable train sur roues, chaussées de Michelin, bien sûr, trône fièrement. Et il y a évidemment Bibendum, icône pub par excellence.

Pour la visite, vous avez le choix : vous suivez les panneaux, ou vous louez soit un audio-guide, soit un guide multimédia ou encore, vous pouvez télécharger la même app que le guide multimédia sur votre smartphone (n’oubliez pas vos écouteurs). Le wi-fi est accessible partout dans le musée, ça aide. Et c’est parti pour la visite ! Comme tous les musées, il y a différentes salles, se déclinant à la fois chronologiquement (la création du pneu, la construction de la société Michelin, son évolution et son avenir) ou par thème (Bibendum, Michelin et son personnel…) sauf que tout ce qui exposé est à la gloire d’une seule marque. Ca me fait un peu bizarre, j’ai l’impression qu’on essaie de me vendre quelque chose par la force MAIS, il faut le noter, Clermont-Ferrand a vécu Michelin pendant des années. La société construisait des logements pour ses employés, avait créé mutuelles et bourses, il y avait des clubs, une vie sociale « Michelin ». Des générations de Clermontois ont eu leur avenir et ceux de leurs enfants assurés par cette compagnie et si on veut comprendre Clermont-Ferrand, ce musée est immanquable. Mes salles préférées ? L’immense hall consacré à Bibendum, l’homme-sandwich de la marque depuis ses débuts. Avec la démocratisation de l’automobile, Bibendum a laissé tomber le monocle et a donné quelques affiches qui sont restées dans l’histoire de la publicité.

L’autre salle, sans doute celle qui vous touchera le plus, c’est une salle de témoignages. Des statues d’hommes, femmes et enfants tiennent des boules dans leur main et il suffit d’y coller son oreille pour entendre des employés, et des familles d’employés, raconter ce que c’était de faire partie de Michelin, quand l’entreprise avait encore son usine sur place. Et là, on se rend compte à quel point cela faisait partie de leur vie. Aujourd’hui, Clermont-Ferrand reste le siège de la société, mais c’est plutôt un département de recherche et l’administratif qui reste.

Nous laissons l’Aventure Michelin derrière nous pour démarrer la visite de la ville, en compagnie de Virginie, guide de l’Office du tourisme de Clermont-Ferrand.

Pour visiter la ville, il faut un peu de bonnes jambes. Le centre-ville est située sur une butte, qu’il faut gravir à partir de mon hôtel, le Best Western Hôtel des Puys, avant de redescendre et au sommet de la butte, la Cathédrale qui règne au dessus de tout çà. Pour la rejoindre, il faudra emprunter la rue du Port. une jolie rue pentue bordée de maisons anciennes et c’est là qu’on fait connaissance avec ce qui donne le cachet de la vieille ville de Clermont-Ferrand : la pierre de Volvic, une pierre volcanique qui devient complètement noire une fois exposée aux éléments. Quelques fois, elle est utilisée pour de la décoration, ou en détails comme des pierres d’angles ou des frontispices. Quelque fois, elle est utilisée pour construire un bâtiment entier. Cà donne un côté graphique à la vieille ville, le noir tranchant sur du blanc, du jaune ou du vieux rose. Cà procure aussi une drôle de lumière à la ville, plus sombre, plus mystérieuse… sans celà, les petites rues ressembleraient fort à celles d’une ville italienne. Et il fait bon s’y perdre. Cette butte, c’est quasi un village ! La rue du Port et ses environs, c’est le royaume des antiquaires. Les chineurs deviendront littéralement fous en y découvrant les boutiques.

Deux éléments dominent le paysage de Clermont : le Puy de Dôme, cet ancien volcan au sommet si caractéristique est une présence amie des Clermontois. Dès que la vue est un peu dégagée (par la météo, et par l’habitat), il est là, toujours fidèle.

L’autre, c’est la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption. Et quelle cathédrale ! Toute en pierre de lave, sa grande masse noire, juchée sur le sommet de la butte du centre-ville, en impose encore plus. En fait, elle ferait presque peur. Pour Anissa, elle reste un objet d’admiration. « Bon, aujourd’hui il fait gris mais tu devrais la voir avec un grand ciel bleu. Elle se détache encore plus, c’est impressionnant ! » (je pourrais constater de visu le surlendemain, lors d’une ballade express avant mon départ). Sur le parvis, on trouve la statue d’un important personnage, Urbain II, Pape. Dans un grand élan de ferveur, il appelle les fidèles à la première Croisade et indique la route vers Jérusalem. En m’approchant, je ne peux pas m’empêcher de regarder les gargouilles. Elles sont énormes, et bien plus longues que les gargouilles habituelles. De loin, on dirait des dizaines de langues qui se projettent de la cathédrale ! Finalement, nous entrons. Bien que les fondements de la cathédrale soient anciens, c’est une bâtiment de style gothique que l’on trouve…. et qui ne fut complètement achevée qu’au milieu du XIXème siècle !

Ce qui frappe au premier regard, ce sont les nombreux vitraux. Ils sont particulièrement beaux, et d’époques différentes. Les plus beaux sont sans doute ceux du déambulatoire, et datent du XIIème siècle. Impossible de ne pas les admirer longuement, tant les couleurs utilisées semblent pures.

L’autre élément phare, ce sont les peintures murales, certaines très anciennes (XIIème siècle) et qui ont survécu aux âge, rénovations, tremblement de terre et à la Révolution française. Regardez bien au dessus d’une des entrées:une inscription blanche qui date de cette époque informe que « Le Peuple français reconnoit l’Être Suprême et l’immortalité de l’âme ».

Nous sortons de la cathédrale pour nous diriger vers l’autre bâtiment emblématique de la ville : la Basilique Notre-Dame-du-Port. Celle-ci est bien différente… claire et plus ancienne (la pierre de Volvic n’a su être utilisée en construction qu’à la fin du Moyen-âge), c’est un fleuron du patrimoine roman que compte l’Auvergne. En contraste avec la cathédrale, la basilique a un petit air folâtre avec ses mosaïques en pierres blanches et noires. Même l’intérieur est en totale opposition : rénovée tout récemment, ses murs sont peint en jaune jonquille, couleur d’origine. Mais pour mieux l’admirer, il suffit de se rendre sur une espèce de terrasse, le Belvédère, assez difficile à trouver (il y a des panneaux mais ouvrez l’oeil), qui permet d’admirer le chevet de la basilique… et vu de là, elle est encore plus belle !

Clermont-Ferrand est aussi une ville de fontaines, il existe d’ailleurs un circuit des fontaines qui vous fait visiter la ville tout en les découvrant. Et Virginie tient à nous faire découvrir la plus connue d’entre elles : la fontaine d’Amboise. Celle-ci et elle est plutôt intrigante : le liquide y représenté sous toutes ses formes par de petits personnages mimant des scène de la vie courante, comme une femme qui lève sa robe pour se soulager ou un bourgeois qui tient une gueule de bois monstrueuse et répend les excès de la veille dans la fontaine. Je vois çà comme des proches parents de notre Manneken Pis ! 😉

Retour vers la Cathédrale, de là, nous redescendons via la rue des Gras, une rue qui commence en escalier et offre le plus joli point de vue sur la cathédrale. Après les ruelles et impasses de l’autre côté de la butte, la rue des Gras a l’air immense. C’est ici que les accro du shopping commenceront à saliver. En bas de la butte, on trouve la Place de Jaude, un énorme espace public qui est un peu devenu le coeur battant de Clermont : restaurants, centre commercial, bar et le fameux opéra-théâtre qui en impose la nuit ! Car Clermont-Ferrand bouge pas mal la nuit. Ville étudiante, ses bars bruissent toutes la semaine entre chopes et concerts de groupes en devenir. Il suffit de regarder un peu les gens qui passent pour se rendre compte de la proportion de jeunes adultes qui habitent ici.

La promenade se termine sur la Place Saint-Pierre, à côté des Halles du Marché, à déguster un bon saucisson et un petit verre de vin. Mystérieuse, mais plutôt accueillante, cette Clermont-Ferrand. Et il reste tant à découvrir pour une prochaine visite, comme le quartier de Montferrand, juste à côté de l’Aventure Michelin.

Pour les bonnes adresses à Clermont-Ferrand et ailleurs en Auvergne, rendez-vous dans deux semaines pour tous mes petits filons !

Pour plus d’information, rendez-vous sur le site de l’Office du tourisme de Clermont-Ferrand (et leurs bureaux, en face de la cathédrale, sont grands ouvert).

Cette escapade auvergnate était organisée avec la complicité d’Atout France et de l’Office de Tourisme de la Région Auvergne. Néanmoins, l’auteure se garde toute son indépendance, malgré les saucissons.




  1. Malicyel
    le 13.12.2017

    Ahlala vous avez été au parc Montjuzet ? Ce parc est génial pour avoir une jolie vue sur la ville aussi 🙂
    Sinon pour l’Aventure Michelin, oui c’est clair que Michelin a été très présent à Clermont-Ferrand, moi ce qui m’avait un peu plus dérangée, c’est que j’avais trouvé que ça manquait un peu de pédagogie.
    Belles photos en tout cas <3

  2. Melissa
    le 13.12.2017

    Ben non, pas de parc… pas eu le temps, malheureusement. 🙁 Par contre, pour l’Aventure Michelin, je trouvais que c’était bien fait, très explicatif, justement… mais peut-être pas pour les plus jeunes visiteurs. Qu’est-ce qui manquait pour toi?

  3. Sandrine Photographe
    le 13.12.2017

    Voilà une bien belle présentation de ma nouvelle ville et région d’accueil…
    Bien dit, bien montré, Vive Clermont-Ferrand, et vive l’Auvergne ! 🙂

  4. Melissa
    le 13.12.2017

    Merci, Sandrine! C’est vrai qu’on est bien à Clermont-Ferrand avec sa nature toute proche. Bienvenue chez toi!

  5. LadyMilonguera
    le 13.12.2017

    Une ville que je découvre grâce à toi et à tes jolies photos…

  6. Melissa
    le 13.12.2017

    Reste plus qu’à y aller. 😉

  7. Julie - La Boucle Voyageuse
    le 13.12.2017

    Clermont-Ferrand, la ville aussi noire que chaleureuse, comme quoi, ça ne veut pas toujours dire grand chose 🙂 C’est drôle car j’y ai passé plein de moments, de concerts et d’animations mais je n’ai pas pris le temps de faire la visite “de base” comme tu as pu faire. Bon, il faut que j’y retourne du coup ! Contente que l’Auvergne t’ai plu en tous cas !

  8. Melissa
    le 13.12.2017

    Merci Julie, c’est vraiment chouette l’Auvergne! J’y retournerai bien pour y faire une petite randonnée. Comme un goût de trop peu. 😉

  9. Josep
    le 13.12.2017

    J’aime bien la première photo, j’ai un très bon cul!

  10. Melissa
    le 13.12.2017

    Ah ah… sérieusement? C’est le tien? (Pour mes lecteurs, le couple en balade parlait espagnol). Sinon, je confirme… pas mal…. 😉 Et je comprends ton étonnement, on ne se voit pas souvent sous cet angle là! 😉

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer