- Roseau , Dominique -

February 2017

Ma musique du départ #38 : “Dreams of Brighter Days” – Busy Signal & RC

“Vous emmener demain en territoire Kalinago ? Oui oui, je connais quelqu’un. Laissez-moi l’appeler, il va arriver.” C’est ainsi que Garnet, l’un des tenanciers de notre Guesthouse, nous a fait rencontrer Rabbat (à prononcer presque comme “Rabbit”). Est-ce qu’il peut nous conduire jusque là ? “Fo’So, man!” Neuf heures ? C’est pas trop tôt ?” ” Plutôt 9h30.” nous sommes à la Dominique, pourquoi se presser ?

Le lendemain matin, Rabbat débarque avec son mini-van et on embarque sous le soleil. “Belle journée, on dirait ?” “Yeaaaah, Maaaahn”. Me répond-il nonchalamment. Il n’y a pas à s’y tromper : Rabbat est un rasta. Ce n’est pas seulement ses long dreadlocks qui me le disent. Sur le siège passager, trône un bonnet croché aux trois couleurs des rastafaris, sur son repose tête, c’est le Lion de Juda qui trône fièrement. Et à côté de lui, un long batons de marche, est installé entre les deux sièges, le pommeau ayant la forme d’une main a deux doigts levés… mais étonnement, c’est  la voix rauque de Johnny Cash qui accueille dans l’habitacle. Rabbat n’est pas sectaire, musicalement parlant : en plus de “The Man in Black”, il aime aussi les divas : comme Mariah Carrey… et Céline Dion. Il ne parlera pas beaucoup, notre ange-gardien des routes domiquaises. Mais on le voit remuer de la tête et fredonner souvent. C’est lui le maître à bords et quand il en a marre d’un style, il passe à un autre. C’est ainsi qu’il nous a fait découvrir “Dreams of Brighter Days“. Rêver de jours plus ensoleillés. Car prendre les routes de la Dominique, c’est se confronter aux réalités de l’île :  les dégâts causés par la tempête tropicale Erica marquent encore le paysage : routes emportées par des éboulement de terrain, pont détruits par les inondations… C’est voir les habitants sans moyens de s’acheter une voiture faire du stop. Busy Signal et RC ont beau être de la Jamaïque, la situation est la même pour pas mal d’îles de l’ancien empire britannique : fort taux de chômage, des économies fragiles, des catastrophes naturelles mettant à bas les gains d’années précédentes…

Et pourtant… nous entendrons peu les Dominiquais se plaindre. La réparation de la route tarde. On espère qu’on se sera pour bientôt ! Les temps sont un peu dur ? Le Seigneur ou Jah pourvoira.  Ce qui ne veut pas dire que l’on reste passif. Certes, il y a l’économie de la débrouille mais aussi des ambitions.. comme vous le découvrirez dans mes articles les semaines qui suivent.  Et en attendant, on rêve de jours meilleurs.

Retrouvez la playlist “Musique du départ“. 





En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer