tour-du-monde

L’esprit humain est vraiment une drôle de chose! Après le moment d’euphorie qui avait suivi la nouvelle de l’accord de l’ONEM (l’Office National pour l’Emploi) de mon crédit-temps, j’ai commencé à angoisser sur les billets d’avion (réserver au fur-et-à-mesure? Prendre un billet tour du monde?). Pour finir, étant donné que mon voyage durera près de 4 mois, j’ai décidé d’opter pour un billet “tour du monde”, plus facile à gérer sur le court-terme. L’itinéraire sera donc le suivant:

  • Rio de Janeiro
  • Buenos Aires
  • Santiago de Chili (via la route)
  • ïle de Pâques
  • Polynésie française
  • Nouvelle Zélande
  • Singapour

Après ce second moment d’euphorie, j’ai à nouveau commencé à gamberger. Je savais où j’allais atterrir, mais alors, que faire ?   Au Brésil, je me voyais déjà filer vers le Nord, pour Salvador de Bahia, ou au Chili, combiner le désert de l’Atacama ET le parc de Torres del Paine. Bref, si tu as un peu la voyagite, Lectrice, Lecteur, toi aussi tu as des listes dans ta tête… et quand tu as enfin l’occasion d’être dans le pays où se trouve le lieu à visiter, tes yeux s’illuminent… tu t’y vois déjà, et tu fais des plans. Mais voilà, la réalité vient vite te rattraper! Et dans mon cas, ce fut 3 facteurs :

  • Facteur temps : avec 3 semaines à peu près à consacrer à chaque pays  (sauf l’île de Pâques et Singapour), il fallait pouvoir choisir judicieusement où aller, pour combien de temps et comment combiner avec le reste du voyage.
  • Facteur budget : le foutu machin qui vient souvent contrecarrer vos plans: le budget. Les déplacements pour de longues distances, ça coûte cher, et ça grève le budget.
  • Facteur fatigue : une conséquence du facteur temps et facteur budget. Bien sûr, je peux m’amuser à faire 40 heures de bus à la suite, mais alors, comment allais-je profiter de mon aventure si j’arrivais sur place à l’état de zombie? Une fois, passe encore… mais plusieurs fois au cours d’un voyage de 4 mois, ça me semblait exagéré.

C’est surtout lorsque je me suis mise à utiliser le site Rome2Rio (NDLA: ceci n’est pas un placement de produit), que je me suis aperçue de la difficulté de l’entreprise. Rome2Rio est un site qui aide à préparer vos itinéraires en vous renseignant sur les options possibles (avion, bus, train, taxi, etc.) ainsi que les prix. Disons que vous voulez aller de Buenos Aires à Ushuaia, le site vous donnera les horaires et estimations de prix pour les avions, les prix des bus (et les changements à faire)… Bref, un outil TRÈS très utile pour le voyageur, mais qui était devenu anxiogène pour moi en voyant les heures de transport et le coût accumulé.

Bref, j’étais en train de me tirer les cheveux dans tous les sens… je savais bien que j’allais devoir faire des choix mais là… c’était quand même très difficile. Et finalement, jeudi, j’ai eu comme une révélation. Et si je la jouais: “tourisme de proximité” ? Si je ne partais pas trop loin de mes points de chute, afin d’avoir plus de temps pour profiter et aussi, découvrir des endroits ou peut-être personne ne va, parce qu’ils sont éclipsés par leurs voisines de capitales ? Certes, je n’abandonne pas du tout l’idée de certaines destinations éloignées de mes escales mais j’ai trouvé mon fil conducteur. Et dû renoncer à certaines choses, la vie étant une cruelle suite de choix mais une fois cette résolution prise, comme par magie, alors que j’étais excitée et anxieuse je suis devenue excitée ET impatiente!

J -59!

Pour aller plus loin

Réserver un tour du monde :

Deux choix se pose devant vous: soit réserver vos individuellement (soit à l’avance, soit au fur et à mesure), soit réserver un billet “Tour du monde”.

La réservation des billets individuels: il s’agit de réserver une suite de billets aller, au fur et à mesure de ses envies.

  • Les plus de la réservation de vols individuels : la flexibilité : on n’est pas tenu à des dates précises. C’est ce qui convient mieux à ceux qui ont le temps, aux voyageurs au long court sans date précise de retour 
  • Les moins de la réservation de vols individuels : On est soumis à la fluctuation des prix des billets et les vraies bonnes affaires de dernières minutes deviennent rares.

La réservation de billets tour du monde : Dans ce cas-ci, vous devez déjà connaître vos dates et vos escales mais vous n’êtes pas obligé d’aller d’une destination à une autre en avion (dans mon cas, j’ai un “trou” entre Buenos Aires et Santiago, que je ferrai par la route. Il y a deux manières de réserver votre billet tour du monde, soit: via les grandes alliances aériennes (et quelques autres compagnies) soit via des agences spécialisées. (en Belgique, Connections en Belgique peut vous conseiller). Finalement, c’est la solution que j’ai choisi, avec une agence française, Zipworld mais il en existe beaucoup d’autres!

  • Les avantages du billet tour du monde : on ne doit pas perdre son temps à chercher des billets pour la destination suivante. La plupart du temps, les changements de dates sont permises (bien lire les conditions, les délais dans les demandes de changements peuvent varier).
  • Les désavantages du billet tour du monde : c’est limité à un an maximum vous êtes donc tenu à votre date de retour. Une fois votre billet réservé, vous ne pourrez plus changer vos destinations, ou alors en payant un supplément qui pourrait taxer votre budget. Réfléchissez donc bien!

L’astuce : rien ne vous empêche de combiner les deux… imaginons que vous preniez un billet tour du monde qui passent par de grands hubs comme Sydney ou Bangkok (souvent les moins chers) et que vous deviez atteindre un autre pays en avion: pas de problèmes! Il y a des low-cost pour garder votre budget à flot (vers les autres Pays d’Asie depuis Bangkok, vers les autres villes australiennes et les îles du Pacifique). Mais ce n’est qu’un exemple!

Pour plus de renseignements, je vous renvoie vers le dossier “Billet Tour du Monde” du Routard et surtout,sur l’excellent article de “Voyage autour du monde” où vous trouverez tous les renseignements nécéssaires.