IMG_8659

Aéroport de Bruxelles, je tire ma valise, toute guillerette! Je viens à peine de quitter le bureau et me voilà en route pour des vacances. De vraies vacances, direction la Thaïlande et pour y arriver, j’avais décidé de profiter d’une super promo de Qatar Airways… Ça faisait bien longtemps que j’avais eu envie de tester une compagnie qui a quand même une sacrée réputation sur le marché et comble de la chance,  Qatar venait de mettre en service leur Boeing 787 « Dreamliner » entre Bruxelles et Doha.

Quand je me présente au comptoir, je n’ai pas encore fait mon check-in (une des réglés pour espérer un surclassement, et soyons honnête, être une blogueuse voyage aide aussi) et là, je constate que ça prend plus de temps que prévu… Je vois l’hôtesse prendre mon passeport en fronçant un peu des sourcils alors qu’elle est au téléphone. Finalement, elle me rend mon passeport, mon billet et m’annonce que je suis upgradée en business! Je suis aux anges!

Les conseils de Michelle d’eBooker Suisse pour se faire surclasser

A la porte d’embarquement, je ronge mon frein en regardant le bel oiseau qui attend sagement sur le tarmac. J’ai rarement eu l’occasion de voler dans un avion aussi neuf, tout élégant dans sa livrée blanche, argent et amarante. Enfin, nous sommes invités à embarquer dans l’avion.

L’accueil et les premières impressions

Lorsqu’on arrive dans la cabine, on est tout de suite saisi par l’impression d’espace. Le Dreamliner n’est pas le plus grand des avions (le Boeing 747 et l’A380 le surpasse), mais le layout en donne l’impression. Les lumières sont tamisées (merci, le moodlighting), un petit bouquet de roses rouges trône sur une tablette noire qui ferme l’espace business et je remarque tout de suite les hublots, plus grands que les hublots que l’on peut voir d’habitude. On peut les assombrir avec un bouton mais comme je n’étais pas placée à côté d’une fenêtre, je n’ai pas pu voir comment ça marchait précisément. Chaque passager est salué par son nom par les hôtesses, et on vous propose d’emblée une petite boisson (pour moi, une petite limonade à la menthe, les bulles, ce sera pour plus tard). Ça y est, je me sens déjà une VIP!

wpid-P_20140227_061920.jpg

Votre espace et ce qui vient avec

La configuration de la cabine est en 1-2-1 (1 rangée des sièges à droite à gauche et une rangée de deux au milieu) et chaque « siège » est en fait un vrai petit espace personnel, presque une capsule avec un immense siège qui peut s’incliner complètement en position « lit »), le plus grand des écrans de télé que j’aie vu sur un avion, un joli petit nécessaire de toilette signé Ferragamo avec eau de parfum, baume à lèvre et crème pour les mains. Dans un deuxième petit sac, vous trouverez chaussettes, masques p0ur les yeux, boules quiès et une brosse. Sous un repose bras, vous trouverez une bouteille d’eau et un casque anti-bruits. Pour ceux qui souhaitent dormir, l’oreiller est on ne peut plus moelleux, on vous proposera un joli pyjama (une première pour moi!) et l’hôtesse pourra rajouter un sur-matelas à votre siège en position « lit ». Il n’aura pas fallu moins que ces mesures de confort extrême pour qu’enfin, en 22 ans de voyage en avion, je dorme (et même rêve) pour la toute première fois. Mais avant de dormir, j’ai quand même eu le loisir de profiter des films et séries à la demande (avec une belle sélection de films et séries indiens),  on y trouve également des concerts, documentaires, jeux vidéos,  et différentes « radios ». Il y a également une prise USB pour recharger vos tablettes/smartphones.

wpid-P_20140214_161751

Service à bords

Évidemment, on est soigné aux petits oignons! Votre menu du jour vous attend déjà sur votre tablette. Ce sera un service 5 plats avec, pour l’entrée et le plat principal, plusieurs options entre un plat oriental, un plat plus international et un plat végétarien, tandis que les options desserts sont réparties entre pâtisserie, crème glacée et fruits. Quand aux boissons, cocktails, vins il y assez de quoi satisfaire les plus exigeant (champagne brut et rosé, martinis…). En entrée, j’ai choisi les saveurs orientales d’une soupe aux lentilles. Pour le plat principal par contre, pas de chance! J’étais une invitée surprise donc, plus des délicieux plats principaux. Je me retrouve avec… des lasagnes. Un peu dommage, mais le dessert a eu vite fait de rattraper cela! En deuxième partie de vol, un « snack » (un deuxième repas 3 services en fait), vous sera offert. Bref, on ne sort pas de ce vol en crevant de faim! Mention spéciale pour les thés (le choix fut cornélien, il y en avait tant) et pour les serviettes chaudes distribués pendant le vol, parfumées à l’eau de jasmin. Hmmmmmmmmmmm…

A l’arrivée

Doha est en train de construire un nouvel aéroport, en attendant, son ouverture, ils ont donc inventé un système un peu spécial pour gérer le flux de passagers: différents terminaux pour différents cas. Les passagers avec ticket business/première ont leur propre terminal premium, les passagers en économie qui sont en escale sont emmenés vers le terminal principal, et les arrivées sont acheminées vers un autre terminal. Mon ticket étant à l’origine un ticket de classe économique, je suis acheminée vers le terminal principal (ô, le déclassement ;D ;D ;D ). Pour la somme de 40$, vous aurez accès au lounge. Si vous avez une longue escale, ça peut vite devenir intéressant car il y a beaucoup de monde dans cet aéroport qui est vite devenu trop petit pour suivre le développement de Qatar Airways. Lors de mon vol de retour, j’aurai l’occasion d’y faire un saut. Le lounge est assez petit, mais on y est au calme, on peut y brancher ses appareils, se sustenter, se reposer… bref, de quoi tuer le temps en attendant le prochain vol. Attention, l’embarquement se fait au moins une heure avant l’heure du décollage, car les passagers sont acheminés en bus vers leur avion et ça peut prendre pas mal de temps.

wpid-IMG_20140227_051653

Et en économie ?

Au retour, j’ai pu tester la classe économie dans un Boing 777. Verdict ? La qualité du service reste la même. Certes, les hôtesses ne vous saluent pas personnellement, les plats sont moins recherchés (mais quand même savoureux pour une classe éco) mais les sièges sont assez confortables (j’ai failli m’endormir), le choix de l’entertainment system est le même que pour la classe business et la gentille petite touche, est que chaque passager reçoit le petit sac avec masque pour les yeux, chaussettes et brosse. C’est la première fois que je vois çà pour la classe éco.

Conclusion: Voilà une compagnie qui est en pleine expansion (elle a une des flottes les plus jeunes sur le marché) et qui arrive à maintenir un service de qualité, même en classe éco (ça devient rare), qui plus est, celà se double d’une politique de prix et de promotions assez agressives. Je vous conseille donc de vous abonnez à leur newsletter.

La leçon a retenir? N’hésitez pas, surtout si vous voyagez seul(e) à demander s’il y a une possibilité de surclassement. Avec un peu d’audace et de la chance, vous verrez que la gentillesse, ça peut être payant!

Merci à Qatar Airways de m’avoir fait vivre cette expérience.