Rotterdam est le genre de ville surprenante qui aurait plus sa place aux Etats-Unis ou dans une Asie des mégapoles que dans la vieille Europe. D’une des villes martyres de la Deuxième guerre mondiale, elle a su se reconstruite avec panache, le regards fièrement tourné vers l’avenir.  

Facilement accessible depuis la Belgique, c’est le citytrip que je vous propose avec Véronique Thyberghien dans ma de mes chroniques Inspiration sur Tendances Première.  

Véronique Thybergien : Je vous le disais, on va voyager. Les week-ends longs s’annoncent, c’est donc l’occasion de penser citytrips et de pouvoir passer un bon moment. Avec nous en tout cas, Mélissa Monaco nous a rejoints. Bonjour, Mélissa !

Moi-même : Bonjour Véronique, bonjour à tous !

VT : Pour notre séquence Inspiration. Mel Loves Travels.com pour obtenir les informations que vous n’aurez pas le temps de noter pendant cette séquence parce que vous allez voyager avec nous et avec elle. On part en citytrip à Rotterdam.

MM : Et oui, juste un petit saut de train ou de bus pour arriver à Rotterdam donc c’est super facile depuis Bruxelles et c’est vraiment une ville à découvrir.

VT : C’est vrai qu’on y pense pas, on pense à destinations un peu plus lointaine alors qu’à côté de chez nous, il y a des choses qui se passent mais alors, pourquoi Rotterdam en particulier ?

MM : Ben en fait, quand on imagine les Pays-Bas, on imagine les belles petites villes avec les maisons à pignons, toutes serrées, les canaux, etc. Eh bien Rotterdam, c’est l’antithèse de tout ça ! C’est le premier port d’Europe, la deuxième ville des Pays-Bas et c’est une ville qui est en reconstruction permanente.

VT : Ah oui. Il y a eu la guerre aussi, ce qui a pas mal détruit.

MM : Oui, elle a été quasiment complètement détruite dès le début de la guerre par les bombardements allemands et dès la reconstruction, la ville a opté pour un renouvellement et une innovation constante dans son aspect. Il y a toujours une réflexion. Elle n’a pas été reconstruite à l’identique comme Varsovie, ni un peu restée figée dans son style d’architecture de reconstruction comme Le Havre. Elle évolue, tout le temps.

VT : Ce qui doit donner des petites perles à aller découvrir point de vue architectural parce que j’imagine que du coup, on s’en est donné à cœur joie de ce côté-là.

MM : Ben oui, ça, c’est clair. Quand on vient à Rotterdam, c’est principalement pour l’architecture. Si vous êtes passionnés par ça, c’est génial. Depuis ma fin des années 40 jusque maintenant, c’est un véritable catalogue de l’histoire architecturale depuis la 2ème moitié du XXème siècle jusque maintenant. Parmi mes préférés, c’est l’un des plus vieux bâtiments, le Groothandelsgebouw. Il a été construit tout de suite après le début de la reconstruction. Le « Grand bâtiment du commerce » est une énorme masse de béton qui prend toute la place d’un quartier en fait, c’est carrément un « bloc » et à l’intérieur, on y a mis plein de bureaux donc depuis, c’est devenu un peu trendy. Il y a des bureaux d’architectes, d’avocats. Il y a aussi des bars, des commerces à l’intérieur et c’est fait d’une espèce de béton ajouré, qui est très joli. On peut le trouver juste à côté de la gare centrale, vous ne pouvez pas le louper. Il est déjà très, très beau n’hésitez pas à aller le voir, il est très impressionnant.

Parmi les immanquables, il y a évidemment l’Erasmusbrug, le Pont Erasme, qui a été construit à la fin des années 90 et qui est devenu une icône de la skyline de Rotterdam. C’est un pont qui est très beau, très élancé, qui passe au-dessus de la Nouvelle Meuse, le bras de mer qui traverse Rotterdam, et on l’ surnommé « le Cygne ».

VT : Le cygne ?

MM : Le cygne parce qu’il a la silhouette vraiment du cou d’un cygne. On peut aller y faire du vélo, s’y promener, pour passer sur l’autre rive et la particularité, c’est que côté piétons et vélos, c’est enduit d’une espèce de substance noir un peu brillant qui ressemble un peu à des diamants donc au soleil, ça donne un effet magnifique.

VT : C’est bling-bling en fait !

MM : C’est bling-bling ! Et le côté bling-bling se reflète de l’autre côté de la rive parce que c’est là qu’on trouve le « petit Manhattan » de Rotterdam avec par exemple avec un complexe de bâtiments qui s’appellent « De Rotterdam ». Ce sont trois tours qui donnent l’impression d’être un peu cassées en fait. On a l’impression que la partie du haut veut s’échapper de la partie du bas. Et on peut visiter, aussi ! On peut soit réserver une visite privée ou bien tout simplement, on se rend dans un des eux restaurants ou dans l’hôtel qu’il y a dans une des trois tours pour aller voir.

VT : Et on peut monter tout en haut pour aller voir la vue ?

MM : Alors là, je ne sais pas mais en tout cas pour avoir une vue intéressante de Rotterdam, c’est plutôt à l’Euromast qu’il faut aller. Une très grande tour qui fait, je pense, 150 mètres. Donc, on a une vue imprenable. Il y a aussi d’autres bâtiments qui sont sympas du côté de « De Rotterdam » comme le Montevideo qui sont très jolis. Donc ça c’est vraiment très, très contemporain.

VT : Alors, je suis en train de regarder des photos sur Internet de ce grand bâtiment en béton dont vous parliez au tout début et visiblement, il y a plein de photos de ce bâtiment la nuit parce qu’à l’intérieur, qui est ajouré, c’est éclairé mais de toutes les couleurs.

MM : Alors, ce serait peut-être le Markthal alors ! C’est en forme de cloche comme çà ?

VT : Oui, c’est çà Aaaah…Ce n’est pas ça, alors ?

MM : Oui, c’est le Markthal.

 VT : On peut le voir aussi, alors ?

MM : Celui-là, il est tout nouveau. Il est en plein centre-ville. Donc, en fait, c’est une halle au marché donc à l’intérieur, on trouve plein de stands de fruits et légumes mais aussi des petits restaurants, des magasins de bouche, etc. et l’intérieur est recouvert d’une œuvre numérique qui est d’une seule pièce ce qui en fait l’une des plus grandes œuvres d’art au monde.  C’est très, très impressionnant mais c’est aussi très chouette d’y aller manger. Surtout quand on va dans les étages pour y avoir une belle vue et juste à côté, il y a l’icône de Rotterdam : les Kubuswomingen,

VT : C’est quoi ?

MM : Les maisons cubiques, Dans les années 70, il y a eu un architecte qui a eu l’idée de construire un quartier où les maisons seraient comme des arbres saut que ce sont des cubes qui sont inclinés à 45 degrés et qui sont posés sur un pylône.

VT : Ah oui, c’est original !

MM : Oui, elles sont tout en jaune, donc c’est très gai. Tout le quartier est piétonnier, on peut s’y balader comme si c’était une forêt et il y a des gens qui habitent là. Je dois dire que c’est un peu un challenge pour meubler. Si vous avez envie de voir ce que ça fait, il y a une maison témoin qui s’appelle de la Kijkkubus. Les Hollandais ne perdent pas le nord, ils se sont dit : « Y’a plein de curieux qui veulent voir alors, moi je mets ma maison à disposition. » Alors, celle-là est restée dans son jus de la fin des années 70-80. C’est deux-trois euros, quelque chose comme ça, pour voir à quoi ça ressemble et il y en a une qui est un « supercube », le seul et unique, où est installée une auberge de jeunesse !

VT : Ah, chouette !

MM : Donc on peut y dormir !

VT : Bonne adresse pour aller dormir à Rotterdam et on sait que maintenant, les auberges de jeunesse sont vraiment très familiales, n’hésitez pas à pousser la porte.

VT: Si on parlait de boire et manger justement, finalement, c’est ça qui nous intéresse. Pour bien boire et bien manger, on fait comment ?

MM : Moi j’ai deux excellentes adresses à vous recommander où on peut faire les deux, en fait. Une qui s’appelle  Prachtig, qui est juste au bord de la Nouvelle Meuse, à côté de l’Erasmusbrug. Et là, c’est un énorme bar/café où on a l’impression d’être en vacances, vu que c’est au bord de l’eau. C’est aussi un mélange entre le lounge et la récupération de matériaux et on peut se poser au bord de l’eau avec quelque repas, un bon cocktail. C’est relax !

VT : Ca fait envie !

MM : L’autre par contre, on va partir en hauteur ! Je pense que c’est mon endroit préféré à Rotterdam, ça s’appelle Op Het Dak, donc « sur le toit » et qui est sur le toit d’un bâtiment à côté de la gare centrale. C’est un rooftop bar mais de jour. On y sert à manger, du bio, ils cuisent aussi leur pain sur place mais la particularité, c’est qu’ils ont un jardin sur le toit où ils cultivent des herbes, des légumes qui vont servir à la cuisine.

VT : Sympa !

MM : Oui, et donc on mange dans le jardin, dans la terre. Il y a juste des tables qui sont distribuées sur le toit, dans le jardin et alors on mange là ou bien ils ont aussi un intérieur parce que, bon, ce sont les Pays-Bas donc, il pleut comme chez nous.

VT : On peut se mettre à l’abri ! Cela dit au mois de mai, il fera beau, hein !  On espère, pour pouvoir en profiter. En tout cas, il y a plein de potos sur internet de la ville de Rotterdam, ça donne vraiment envie. C’est vrai que c’est une ville qui a l’air d’avoir beaucoup bougé et où on sort un peu du cadre de la maison à pignon dans laquelle on nous plonge de manière habituelle. Euh, on n’en a pas parlé mais vous avez aussi de bonnes adresse shopping. Rotterdam est le paradis du shopping visiblement. Et là, je suis sûre qu’on pourra les retrouver sur votre blog, Mélissa.

MM : Oui, tout à fait !

VT : Mellovestravels.com, pour trouver ces bonnes adresses et on y va plutôt en train puisque tout se situe quasi dans le quartier de la gare et il y a moyen de se déplacer assez facilement.

MM : En vélo !

VT : Voilà, on loue un vélo et on en profite et on y va !   

Pour le podcast, rendez-vous sur Auvio