- Bruxelles , Belgique -

September 2016

Test de matériel : Le Momentum 32 de Osprey

Il y a de ces objets dont on tombe instantanément « amoureux ». Comme si on l’avait attendu toute une vie. C’est le cas du sac Osprey Momentum 32 qu’il m’a été donné de tester.

imageCrois-moi, Lectrice, Lecteur, je ne suis pas du genre à me pâmer devant un sac à dos et quand je l’ai reçu, à première vue, je me suis demandée ce qu’il pouvait bien à voir de spécial mais dès que j’ai commencé à l’ouvrir et le tourner dans tous les sens, j’ai su que je tenais un sac à dos d’exception puisque ce sac a été testé sous différentes conditions : comme remplacement de valise pour un city-trip, e, randonnée en montagne en Suisse et en sac de jour pour l’Indonésie.

Conçu au début pour les cyclistes, ce sac de 32 litres semble avoir plus dévié pour une utilisation « urbaine » mais son ADN sportif reste. Détaillons-le…

L’extérieur du Momentum 32

La première chose que j’ai remarqué par rapport à mon sac « Quasar », c’est le nouveau panneau dorsal parsemé d’arrêtes avec un filet par dessus appelé « AirScape ». C’est censé permettre une meilleure ventilation du dos et en effet, je confirme après utilisation en randonnée en plein soleil, mon dos n’a pas ruisselé comme ce pouvait être le cas avec le Quasar 28 (un de mes griefs lors de ma critique du sac). Pour compléter cette aération, l’encolure est complètement différente : au lieu de partir directement du sac, le harnais est relié au sac par des sangles parallèles en stretch au niveau des épaules. Résultat ; plus de confort et plus de ventilation. Ces élastiques se prolongent sur le haut du sac et peuvent être ajustées à votre morphologie.

Pour compléter le portage, vous trouverez : une sangle qui ferme au niveau du sternum et une autre au niveau des hanches avec des rabats pour coller au corps (on sent la différence, n’hésitez pas à en user et en abuser). Si votre sac n’est pas très rempli, il existe aussi des sangles de compression sur les deux côtés, afin de comprimer le sac. Une excellente idée afin que le contenu ne tombe pas vers le bas et n’alourdisse la charge au niveau du bas du dos.

Sur le haut, se situent : la sangle pour soulever le sac et une pochette anti-scratch où on peut placer des lunettes de soleil ou un petit appareil photo.

Le sac comporte trois compartiments principaux (ouverture vers le haut pour le compartiment « documents et PC » et le compartiment principal et à l’avant pour le compartiment « organisation »). Sur l’avant du sac, on ne peut pas louper le « LidLock », une protubérance en plastique qui permet d’attacher un casque de vélo (dont je n’ai pas eu l’occasion de me servir).

Sur les côtés, on trouve les traditionnels filets pour transporter des bouteilles d’eau ou des objets qui doivent être facilement accessibles.

Le bas comporte deux excellentes nouveautés : un compartiment soufflet diviseur qui prend toute la longueur du sac. Isolé du reste, il permet de stocker divers objets : au choix, j’y ai mis mes câbles d’ordinateurs/ smartphone ou même une paire de chaussures ! Comme il ne comporte pas de filets d’organisation à l’intérieur et est facilement lavable, on peut y mettre des objets sales comme des outils, une paire de chaussettes pleine de boue, etc.

Et juste en dessous, presque bien caché, se trouve le compartiment de la housse de protection du sac. Et là, j’ai jubilé ! C’est un énorme plus ! Si vous circulez dans la pluie ou dans un environnement boueux, c’est une vraie bénédiction ! De couleur verte presque fluo pour être bien visible quand il fait sombre, la housse doit être bien ajustée autour du sac pour qu’elle soit efficace. Testée en catastrophe sous un déluge en Indonésie, je ne l’ai sans doute pas serrée comme il le fallait et la pluie a réussi à passer à certains endroits. Néanmoins, le fait qu’elle soit comprise dedans fait vraiment la différence !

Encore plus caché, sur le côté gauche en bas du sac, on trouve un petit compartiment zippé avec un porte clé où l’on peut stocker de petits objets x (comme un porte-monnaie ou un couteau-suisse). Pas besoin d’ôter le sac de son dos, ce compartiment est fait pour être accédé facilement avec une main libre.

L’intérieur du Momentum 32

Pour organiser vos affaires, le Momentum dispose d’une foule de compartiment et de filets. Le premier compartiment est accessible sur le haut du sac. On peut y placer son ordinateur portable (13 pouces maxi), des documents ou magazines.La pochette est rembourrées et on y trouve également un fourreau pour tablette (dont je n’ai pas encore testé l’utilité).

Le compartiment principal, aussi zippé sur le haut du sac, est le plus large, c’est là que je place mes plus gros objets comme mon appareil-photo, mon sac à vêtement, etc. On y trouve : un fourreau à documents et deux petites pochettes de rangement (j’y place mon smartphone quand je ne m’en sers pas).
La panneau frontal plus facilement accessible que tout le reste, compte 3 filets de rangement. C’est ici que je dispose des billets de transports par exemple, qui doivent être à disposition le plus rapidement possible mais rien qui soit de valeur.

Les plus, les moins

Les plus :
C’est donc un énorme coup de coeur pour ce Momentum 32. Voici les points qui m’ont le plus séduite :

  • Si je devais le résumer en quelques mots, je dirai que c’est comme un gros sac-à-dos de baroudeur, mais en miniature tellement on peut sentir que sa conception a été pensée comme çà, de pas ses fonctionnalités, l’agencement des compartiments, la multitude d’espaces de rangement. C’est assurément le plus malin des sacs  de jour que j’aie vu.
  • Le confort lors du portage est vraiment appréciable (merci le nouveau système de ventilation et la nouvelle encolure) et finalement, c’est ce qui est le plus important dans un sac à dos.
  • La housse de protection comprise, comme mentionnée plus haut, est une aubaine !
  • Durabilité : après trois mois d’utilisation presque chaque semaine (transport en train, en avion, en montagne, sous la pluie, sous les tropiques), le sac est dans un état quasi neuf : pas une égratignure,  et seules deux petites taches sur le haut du sac, à part çà, rien !

Les moins :
J’ai bien cherché pour trouver un défaut à ce sac… mais la perfection n’étant pas de ce monde, j’ai bien du remarquer que :

  • La mousse du niveau système de ventilation a commencé à gondoler après un bon mois et demi d’utilisation. Je ne sais pas si c’est normal mais je me demande s’il n’y a pas de risque que la mousse se fissure à ce niveau là.
  • L’absence d’un filet sur le panneau frontal. La place du filet est prise par l’attache pour casque à vélo, mais le filet m’a bien servi avec mon sac Quasar, pour pouvoir y mettre des serviettes de bains ou des vêtement mouillés pour qu’il puissent rester à l’air libre.
  • La multiplication des compartiments accessibles par le haut (3) et leur proximité fontt que je me trompe souvent lorsque je dois chercher quelque chose dans le sac et je dois ouvrir plusieurs tirettes avant de trouver ce que je cherche.

Bref, vous l’aurez compris, je suis fan de mon sac à dos et je pense qu’il va me servir encore pendant très, très longtemps !

Vous trouverez plus d’information sur l’Osprey Momentum 32 sur le nouveau site d’Osprey Europe (prix conseillé : 130 €). Pure coïncidence, la marque californienne vient à peine d’ouvrir sa page Facebook européenne avec un sac à gagner !
Yogyakarta : tourbillon de sensations !
Les Grisons avec un petit budget : St. Moritz




  1. Mel Loves Travel
    le 23.06.2017

    […] dire que c’est le plus confortable que j’aie jamais eu.  Comme pour mon dernier Osprey, le Momentum 32, il est pourvu du panneau dorsal Airscape, une structure en mousse cannelée et pourvu d’un […]