- , -

October 2011

Bore Da, Cymru: Un petit goût de Cardiff

Douchée, le poil lustré, la fatigue tant bien que mal camouflée, je rejoins le groupe qui attend dans le lobby de l’hôtel… Rhian m’attrape: “Mais, tu n’as pas mis ta tenue!” ‘Oh… mais je pensais qu’on se changeais là-bas! “Nous n’y couperons pas! Rhian adore les déguisements et c’est donc en tenue médiévale que notre groupe se rend, à pied, au Château de Cardiff. Apparemment, les habitants ont l’habitude de voir de drôles de zozos, on nous lance à peine un regard!

Dans ma magnifique robe verte à lacets, je foule la pelouse et l’allée des nouveaux appartements victoriens du château. C’est ici que se tiendra la réception d’au revoir… En rentrant dans le hall, des tables sont disposées aux couleurs de chaque équipe. Dessus, nos trouvailles: le cadeau le plus kitsch, le plus gros poireaux, la photo la plus drôle avec le drapeau gallois. Chaque équipe crâne, sure de gagner. Première étape: la vidéo souvenir. Durant tout notre périple, une équipe de tournage nous a suivi, apparaissant furtivement pour les activités les plus significatives de nos parcours respectifs.

J’attends toujours que le résultat soit “officialisé”.

Enfin, on regarde aussi les vidéos que nous avons tourné, on rit aux éclats et la fatigue est oubliée…  et les gagnants sont proclamés… Ce sera l’équipe Culture Numéro 2 et nous, en dauphin… Notre récompense? Un agneau en peluche que je baptise promptement “Rhys“. Je termine mon verre de mousseux et on nous invite dans une cave du XVe siècle où sera servi un banquet médiéval. Entre les plats, une jolie jeune fille qui, je ne sais pourquoi, me fera penser à une jeune Annie Cordy toute la soirée (sans doute la combinaison chant et comédie ou alors l’étrange vibration” bonne du curé que j’ai resenti en la voyant? ), nous fera rire (ou mortifier, si vous vous trouvez être une des victimes de la maîtresse de cérémonie) entre deux bouchées.

Bien évidemment, impossible de se quitter tout de suite après le repas! Mike, leader de l’éuipe aventure, vient de Cardiff. Ce sera donc lui notre guide des nuits galloises. Il est 22 heures, nous sommes jeudi soir et tout est encore calme. Étrangement calme pour une cité étudiante! Nous entrons au Yard, un pub énorme détenu par l’empire Brains dans le plus pur style branchouille anglo-saxonne. Un peu lounge, un peu industriel, un peu de bois… La bière coule à flôt mais moi, je fatigue. En sortant, les rues se sont remplies… des jeunes garçons déjà bien éméchés s’apostrophent en rigolant et des jeunes filles toutes plus extravagantes les unes que les autres se pressent de rejoindre les pubs. Certaines sont sur des talons vertigineux mais on déjà un peu de mal de tenir debout… J’avais oublié que les soirées de ce côté-ci de la Manche, c’est souvent grandeurs et décadences!

En arrivant dans ma douillette chambre, je m”étends de tout mon long sur mon lit king size et m’endors du sommeil du juste.

Le lendemain, je me réveille spontanément, sans plan précis mais assez tôt pour que je rejoigne le petit groupe qui fera une visite express de la ville avec Mike. Le temps de boucler ma valise et je les retrouve au Musée National, un bâtiment aux airs patriciens qui regroupe histoire naturelle, histoire du Pays de Galles et art (et surtout une très belle collection impressionniste). Tout à côté, c’est l’hôtel de ville. En fait, nous nous trouvons dans le Centre civique de Cardiff. Un exemple d’urbanisme!  Cardiff s’étant développée surtout au XIXe, le développement a été plus planifié que certaines villes plus anciennes. Au début du XXe siècle, le Centre civique (ou Cathays Park) était construit, regroupant plusieurs bâtiment d’importance civique; Musée, hôtel de ville, court de justice, monument aux morts, parc, différents bâtiment de l’Université du Pays de Galles…

Tout cela respire l’harmonie et le calme en ce joli vendredi matin… Mais après s’être baladés dans le Cardiff “officiel”, on ne pouvait pas faire l’impasse sur la religion du Pays de Galles: le rugby et son grandiose temple qu’est le Millenium Stadium. Mais avant d’entrer, nous sacrifions à une tradition locale avant le match: une pinte de bière au Queen’s Vault, juste en face!

La visite est parfaitement organisée: lounge pour journaliste, vestiaire de l’équipe (avec un discours diffusé du coach qui motive ses troupes à se montrer digne du maillot qu’ils portent) et même, au moment où nous entrons sur le terrain la voix de l’annonceur qui nous accueille tels les maîtres des lieux. Le lieu est  impressionnant! Spécialement le toit qui peut s’ouvrir pour laisser entrer le soleil ou se fermer en cas de concert ou de pluie. Car le Millenium Stadium n’accueille pas que le rugby! On y fait des compétition d’athlétisme, de moto, de foot, des concerts (celui en hommage à Michael Jackson était d’ailleurs en préparation). Chose amusante, lorsqu’un match se prépare, l’herbe est mise en place en petit morceau façon puzzle. L’herbe est cultivée dans  des caisses et disposées les unes à côté des autres pour former un terrain. Un long travail de placement et d’entretien!

 

Je dois malheureusement couper court à ma visite… Pas de passage au TopShop local, ni au Mark & Spencer… Même pas le temps de faire le plein de Welsh Cake! Mon chauffeur m’attend déjà à l’hôtel! Un charmant “gentleman” dans une élégante Mercedes me conduira à l’aéroport de Bristol. Mon chauffeur est retraîté et continue de conduire pour le plaisir et pour arranger ses fins de mois. C’est qu’il a de la bouteille et l’habitude de conduire des ministres et officiels gallois. Je me sens honorée de poser mes fesses sur un cuir aussi bien tanné! Il fait beau, la route est belle et comme il connaît le chemin comme sa poche, il prend des petites routes à travers la campagne pour contourner une portion d’autoroute qu’il sait chargée. Bien que né au Pays de Galles de parent gallois, lui même ne le parle pas. “Mais mais petits-enfants, oui! Ils sont de plus en plus nombreux à l’apprendre! C’est une langue qui grandit!” “Ils devraient vous l’apprendre alors! Vous pourriez parler sur le dos de leurs parents sans qu’ils comprennent!” dis-je en riant. Il fait un geste de la main “Nooon.. à mon âge…”.

Nous voilà déjà arrivés, les bagages enlevés du coffre, il me secoue énergiquement les mains en me souhaitant bon voyage. Grâce à lui, je termine cette semaine avec le sourire et le point final d’une belle ballade galloise.





  1. Mike Reys
    le 14.12.2017

    3/12 j’y serai pour le rugby… Wales-Australie! Je crains que ce jour-là, ce sera difficile d’entrer au Queens Vault!

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer