- Georgetown , ïles Caïman -

October 2013

Caribbean Redux : Sur le Carnival Valor vers les Îles Cayman

Day1: Aboard the Valor and Embarkation Day in Miami

Ceci est le récit d’une croisière faite en 2009

Day 2: At sea on the Carnival ValorBien carrée dans l’embrasure de ma fenêtre, je regarde une mer de plus en plus sombre défiler. Il y a à peine quatre heures, le Carnival Valor a largué les amarres sous un soleil radieux. La ville de Miami ne semble plus qu’un jeu de légo, noyée dans un mélange de rose et d’orange. Je finis de savourer la cerise qui décorait mon cocktail en repensant à la première impression que m’a faite le Valor… un méga-paquebot dédié au thème de l’héroïsme, surtout américain. Connaissant la ferveur patriotique des USA, je m’attendais au pire (je fais partie d’une race en voie d’extinction: les passagers qui naviguent pour les escales et pas pour le bateau). Heureusement, la bannière étoilée, dont on retrouve le motif partout dans l’impressionnant lobby, est stylisée, dans des tons un peu passés (orange brûlé, bleu  foncé et crème). Tout le contraire d’un des points centraux du bateau: le buffet! Imaginé comme un « diner » géant dans des tons jaunes et citron vert. Est-ce pour calmer les appétits des passagers (on peut y manger 24h/24) ? Juste à côté, près de la piscine, une partie des quelques 3000 passagers fait la fête. Depuis, j’ai eu l’occasion de naviguer sur un paquebot avec un peu de passagers mais le lendemain, journée passée à naviguer, ne fait que confirmer mes impressions. Pour la première fois de ma courte carrière de croisiériste, j’ai l’impression de ne pas avoir d’espace vital. Il doit y avoir un problème de conception quelque part. Le salut du Valor? Paradoxalement, c’est une des “attractions” les plus bizarres que l’on puisse trouver sur un bateau: un toboggan aquatique! Oui, oui, je te fois déjà secouer la tête et te faire un magnifique “facepalm”, Lectrice, Lecteur mais crois-moi, si tu te trouvais comme moi sur une petite plateforme, au point le plus haut d’un géant des mers (équivalent à une quinzaine d’étage d’un immeuble) voguant avec un océan à perte de vue, je crois que pour un moment, tu t’arrêterais aussi pour profiter du moment.

Avant de te faire pousser par un gamin qui a du mal à attendre son tour.

Day1: Aboard the Valor and Embarkation Day in Miami

Day1: Aboard the Valor and Embarkation Day in Miami

Day 2: At sea on the Carnival Valor

Day 2: At sea on the Carnival Valor

Day 2: At sea on the Carnival ValorDay 2: At sea on the Carnival Valor

Bref… Le Valor, c’est un gros bateau, un peu clinquant mais comme on se plaît à souligner le positif, on mettra un bon point pour l’un des secrets les mieux gardés d’une croisière:  l’Afternoon High Tea. Les jours de mer, il est servi par un personnel en smoking dans un des lounges et les passagers en short ont l’air de ne pas trop être à leur place au milieu des thés et gâteaux les plus raffinés, mais les macarons et crumbles font très vite oublier ce détail.

Day 3: Grand Cayman

Après cette journée en mer, je me réveille au lever du soleil.  Impossible de ne pas vouloir en profiter le plus possible quand on a une escale de quelques heures! Je me rends sur le pont. L’aube pointe et les lumières de Grand Cayman s’éteignent une à une. Une fois que le Valor aura jeté l’ancre, les premiers bateaux navettes pour transborder les passagers commencent leur ballet.  A la voir, cette petite île corallienne plate comme une crêpe ne laisse pas soupçonner qu’elle est une des plus développées de la région. Et pour cause, dans Georgetown, la capitale, les banques sont à tous les coins de rue, quelques fois sans rien de plus qu’une simple boîtes aux lettres. Je visite donc le paradis de l’évasion fiscale. Et on comprend vite pourquoi les Îles Cayman ont du trouver un secteur qui leur permettre d’être économiquement viables. Les trois îles (Grand Cayman, Little Cayman et Cayman Brac) sont petites, plates, vulnérables face aux ouragans et sans grandes ressources, à part leurs jolies plages et leur spot de plongée. Mais voilà, grâce à leur législation, les Îles Cayman sont devenues la cinquième place bancaire du monde et le niveau de vie et les salaires sont les plus élevés des Caraïbes.

Day 3: Grand Cayman

Et a bien y regarder, Grand Cayman n’a rien de vraiment caribéen (à part l’accent de ses habitants). L’afflux d’expatriés, souvent américains, fait qu’on pourrait se croire en Floride! Mais nous ne sommes pas là pour cela. Sans doute est-ce à cause des ouragans que George Town, la capitale, n’a rien de bien historique? A part l’ancienne mairie qui garde le charme des “gingerbread houses” typique des Caraïbes, George Town est une ville sans grande grâce, faîte de tours peu élevées et de maisons faites d’un seul bloc. Et de banques. Les unes après les autres et sur la route de la plage, je croise même les “bureaux” de la mienne.

Day 3: Grand Cayman

Day 3: Grand Cayman

Le principal attrait du Grand Cayman touristique, ce sont les eaux turquoises de Seven Miles Beach.  Année après années, cette longue étendue de sable blanc se retrouve dans le classement de tête des plages les plus belles de la région. L’eau est turquoise, chaude, on peut y faire de la plongée et du snorkeling (les îles ont coulé pas mal de bateaux pour créer des récifs artificiels)… on se laisse porter par la douce torpeur des Tropiques, à peine troublée par le bruit des vagues, du vnt dans les pins et d’un petit oiseau noir fort bavard et qui me suivra jusqu’au bar. Et là, je fonds. Le jetlag (je suis arrivée d’Europe il y a deux jours et demi), la fatigue due au boulot à laquelle j’essayais d’échapper… Je suis anesthésiée. Pour çà, les Îles Cayman remplissent plus que leur part du contrat.

Day 3: Grand Cayman

Les enfants, eux, iront sans doute à sa ferme de tortues de mer et la Stingray city, le discutable, mais très populaire expérience interactive avec les raies. Mais malgré cette apparence bien sage, Grand Cayman a une excentricité: Hell… une étrange formation de roche et de calcaire  toute pelée et déchiquetée, désolée… semblable à l’enfer. Il y a même un petit bureau de poste où vous pouvez inviter vos amis à aller se faire voir à « Hell ». Bah, si ce n’est que çà, je veux m’y faire rôtir quelques jours.

Day 3: Grand Cayman





  1. Pierre
    le 15.12.2017

    Ça m’a l’air idyllique, merci du récit. : )

  2. Youssef
    le 15.12.2017

    Surprenant le bateau avec les grands toboggans. On ne peut trouver ça qu’à l’étranger !

  3. Melissa
    le 15.12.2017

    Oui, dingue n’est-ce pas? 😉

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer