- , -

December 2012

F comme… Fort Lauderdale

Ruby Princess: Sailaway from Fort Lauderdale
Au sud de la Floride, il est une ville opulente à 45 minute de Miami. Sortie des marécages, bordées de canaux creusés pour les drainer. De jolies maisons en bois y sont installées, avec chacune son petit bateau. C”est l’image d’une ville où il fait bon vivre… Palmiers et mer fluo… Cette Venise américaine est connue du touriste aisé pour son joli front de mer, ses musées, son shopping mais surtout, pour Port Everglades, l’un des principaux points d’attache de méga-paquebots qui emmènent à leurs bords des milliers de vacanciers à la fois vers des destinations exotiques que la plupart d’entre eux savent à peine situer sur une carte.

Je vous ai déjà dit que j’adorais les croisières?

C’est à Fort Lauderdale que je dois ce vice un peu beauf… La croisière pour moi, c’est une gourmandise presque inavouable! Mais Fort Lauderdale me reste en mémoire plutôt pour autre chose…

Nous voilà donc arrivés, mon compagnon de voyage et moi, la veille d’un départ pour, vous l’avez deviné, une croisière. Sans permis de conduire, pas de location de voiture… et nous devons faire quelques courses de pré-vacances. Que faire? Heureusement pour nous, Fort Lauderdale est une ville assez grande que pour avoir un système de transport en commun (c’est à dire un bus toutes les vingts minutes) et l’arrêt de la ligne qui va jusqu’au WallMart, temple du consommateur US lambda (dont j’ai fait partie) est à 10 minutes de marche de l’hôtel. Ne me demandez plus pourquoi il fallait absolument allez là (p’têt’ qu’on était fauchés, p’têt’ qu’il fallait que j’assouvisse ma passion pour le beef jerky et que celui de Wallmart est mon préféré).

Le bus arrive, on grimpe. Ce n’est pas la première foi que je prends les transports en commun aux Etats-Unis, au contraire: pendant mon exil à Chicago, je les utilisais quasi tous les jours… Un système efficient à l’européenne avec une population qui l’utilise en masse. Mais voilà… dans les villes moyennes, c’est autre chose! On découvre un autre visage de l’Amérique: l’Amérique qui est tellement fauchée qu’elle ne peut pas se permettre une voiture. Dans la banlieue, une population métisse embarque au fur et à mesure des arrêts: des Afro-américains se rendent au travail dans des resto au bords de la route, des vieilles dames cubaines vont faire leurs courses, suivies d’une famille haïtienne. Fort Lauderdale est consciente d’être une ville d’immigration! Dans le bus, les annonces automatiques se font en anglais, en espagnol et même en créole haïtien. Un peu plus loin, c’est un SDF puant la bière et la pisse qui embarque. Le chauffeur ne le presse même pas de payer son billet. Je le soupçonne d’être un habitué de la ligne. Un grand-père et son petit-fils s’éloignent et une jeune fille mal à l’aise, n’ose pas bouger et se couvre le nez. Nous sommes arrivés…

Et cette Amérique que l’on voit rarement s’éloigne avec lui…

Rapa Iti Project : Le Tuhaa Pae IV est lancé (entre autres nouvelles) !
Au fil de la Thaïlande : dernières heures à Koh Tao




  1. Petitgris
    le 18.08.2017

    Accroc aux croisières, le titre de ton billet m’a interpelée car je devais y être début janvier ! Annulation : je dois garder le chat de mes enfants ! 😀 L’ Amérique dont tu parles, je l’ai côtoyée dans certains quartiers de San Francisco ! Tout n’est pas beau et lisse aux States !

  2. Melissa
    le 18.08.2017

    Eeet oui… l’american dream ne marche pas forcément pour tous!

  3. fabrice
    le 18.08.2017

    Sinon, j’imagine que la ville est bof non?

  4. Melissa
    le 18.08.2017

    C’est une ville qui a un côté charmant… les canaux, la plage… mais elle n’a pas le dynamisme de Miami.

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer