- Vallon Pont d'Arc , France -

October 2017

Le Sud de l’Ardèche hors saison : du vin et des hommes

Un mistral piquant souffle sur Alba-la-Romaine… dès la sortie de la voiture qui nous a emmené depuis Valence jusqu’en Ardèche, le ton est donné : nous voilà au milieu des vignes, pour déguster du vin. La première d’une loooooooongue série de dégustations : Bienvenue en Ardèche !

Finalement, je vais bientôt devenir une experte en oenologie : après la Champagne et presqu’un an jour pour jour après la Bourgogne, me voilà donc dans le sud de l’Ardèche, le côté le plus méditerranéen du département, pour quelques jours qui vont nous faire faire découvrir les vins d’Ardèche autrement. Nous, c’est dire L’apprentie voyageuse, Les itinéraires de Charlotte, A la conquête de l’est, La valise à fleurs et Explore le monde. Et je dois dire que déguster un pinot noir dans une parcelle de vigne… de pinot noir, ça fait quand même son petit effet et le ton est donné sur les aventures qui nous attendent !

Alba-La-Romaine

Voilà un village qui ne porte pas son nom pour rien ! Importante ville de la Gaule romaine, Alba-la-Romaine a conservé quelques vestiges de sa splendeur antique, notamment un théâtre qui a dû son salut… à la culture de la vigne puisque les vignerons s’en sont servis pour cultiver en terrasse, la terre et les racines protégeant ce qui restait du théâtre. Si l’Antiquité te passionne, Lectrice, Lecteur, va donc faire un tour au MuséeAl. Alba est elle-même fort jolie, avec son mélange de pierre claire en calcaire et de pierre noire volcanique, on dirait une ville dalmatien ! Pas étonnant qu’elle fasse partie des 20 villages de caractères d’Ardèche !

C’est déjà ici que le groupe va se séparer pour explorer des coins différents.. Je prends donc la route du village de Gras avec Charlotte…enfin, c’est surtout elle qui aura affaire à la route puisque… je n’ai pas le permis. Et je n(aurai pas pu mieux tombé comme binôme : Charlotte, c’est l’unique experte en vin, et je compte bien apprendre grâce à elle.

Et si il y a un département français qui est fait pour le roadtrip, c’est bien celui-ci : nous voilà toutes les deux filant dans un décor fait de montagnes, de villages de pierres perchés sur leurs collines, de vignes qui commencent à prendre les couleurs de l’automne, et de champs de lavande tous nus. Il flotte comme un air de fin de vacances sur la route de Gras !

Chambre d’hôtes “Chez Bacchus”

C’est dans ce petit village que nous allons être hébergées Chez Bacchus, la maison d’hôtes de l’énergique Marie-Christine. Nous n’aurions pas pus rêver mieux comme logement : c’est une grande et vieille maison de pierres, typiquement ardéchoise avec un très grand jardin, une vue imprenable sur la campagne alentour… et le Mont Ventoux, au loin. J’ai presque l’impression d’être dans un épisode de « Bienvenue chez nous » ! J’hérite de la chambre voutée, l’ancienne bergerie, un peu à l’écart de la maison. Plus que les Cévennes, c’est plutôt la proximité de la Provence que l’on sent dans cette chambre : lit en fer forgé, couvre-lit jaune soleil, tournesols dans de grands vases en terre-cuite et carrelage au sol. On s’y sent bien, à l’aise… et ma petite fenêtre donne sur ma mini-terrasse privée qui invite à venir y prendre des apéros.

Mais nous sommes dans une maison d’hôtes et qui dit maison d’hôtes dit « table d’hôtes » ! Après s’être installées, Charlotte et moi rejoignons Marie-Christine dans la cuisine pour faire plus ample connaissance et pour l’aider dans ses derniers préparatifs. Parce qu’on est pas du genre à se mettre les pieds sous la table ! Pendant que nous finissons de dresser la table et de tartiner les toasts de tapenade, Marie-Christine nous pose plein de questions. Pour pas mal de gens, les blogueurs restent une espèce un peu curieuse et insaisissable… Un truc entre le journaliste et le rédacteur de guide, on fait même quelque fois un peu peur ! Mais comment résister au sourire et à la générosité de notre hôtesse qui s’affaire et s’inquiète de ses plats dans cette cuisine à l’ancienne. J’ai l’impression que je suis tout simplement à un repas de famille, sauf que cette famille m’est encore inconnue ! Alors que nous finissions l’entrée, les convives arrivent… il n’y a plus qu’à s’asseoir et à profiter : tapenades d’olives et noires, cayette (spécialité ardéchoise, une espèce de paté), porc au miel et sans oublier la châtaigne, l’icône ardéchoise déclinée en kir à l’apéro et en mousse mélangée à du chocolat comme dessert. Quand il est l’heure de quitter la table, Marie-Christine est effarée : elle avait cuisiné pour un régiment mais ses tapenades étaiten tellement bonnes que nous avons dû un peu trop en abuser !

Le réveil le lendemain est un vrai régal… je fais exprès de m’attarder un peu dans le jardin pour profiter de la fraîcheur, du soleil et du paysage. Si tu as le moindre souci, Lectrice, Lecteur, il s’envolera comme par magie devant le paysage que Marie-Christine voit au quotidien ! Le déjeuner sera tout aussi merveilleux que le dîner et c’est avec notre pic-nic sous le bras que Charlotte et moi reprenons la route, direction Saint-Remèze à la rencontre d’une famille de vignerons.

Le clos de l’Abbé Dubois et la vigne miraculeuse de Monsieur Brunel

C’est en plein vidage de cuve au Clos de l’Abbé Dubois que nous surprenons la famille Dumarcher. Vignerons indépendants, ils sont à la tête d’une belle exploitation et ont un assortiment d’une bonne dizaine de vin, allant du blanc au rosé, en passant par différents types de rouges. Normalement, à cette période de l’année, nous aurions dû les trouver en pleines vendanges mais cette drôle d’année 2017, imprévisible et chaude, a précipité les récoltes de deux semaines et ils viennent à peine de terminer. Si le rendement ne sera pas au rendez-vous, la qualité devrait y être. Du coup, Cécile a du temps à passer avec nous !

A.O.P ? I.G.P ? KESKAKO ?
Ces drôles d’abréviatons dont nos chers voisins français raffolent sont en fait, des vrais labels de qualité.

L’A.O.P. est une appellation d’origine protégée, un label désigne des produits qui ont été produits, transformés et élaborés dans une aire géographique déterminé. En France, les AOC (Apellations d’origine controlée) ont été reprises sous ce label. Les appellations d’origines ne sont ni des marques commerciales, ni des modèles déposés, mais des certifications officielles de provenance et de savoir-faire délivrées par un organisme dépendant d’un ministère et sanctionnée par un service de répression des fraudes. (source: wikipedia). Un des labels les plus prisés en France qui couronne des produits comme le champagne, le taureau de Camargues, lemiel de sapin des Vosges ou l’oignon de Roscoff. Dans le cas de l’Ardèche, les AOP/AOC les plus connues sont les Côtes du Rhône et les Côtes de Vivarais.

L’indication géographique protégée (IGP) est un signe d’identification de l’Union européenne d’origine et de qualité qui permet de préserver les dénominations géographiques contre les usurpations et imitations, et aide les consommateurs à déterminer l’origine d’un produit agricole alimentaire quand il tire une partie de sa spécificité de cette origine. (source: wikipedia). Les IGP “Ardèche” répondent au cahier des charges du label.

Et chez les Dumarcher, faire du vin, c’est une affaire de famille comme l’explique Cécile. Avec Claude son mari, leur fils Vitalys et occasionnellement leur fille Cloé, c’est une affaire qui dure depuis plusieurs générations et dont la relève est déjà assurée avec le fiston, parti compléter sa formation à la fois dans une exploitation classique et dans une exploitation qui a choisi la biodynamie.

Après nous avoir fait visité les installations, Cécile nous emmène dans les vignes voir la star de l’exploitation : le Plant de Brunel… Dans les années 80, devant la cave de M. Brunel, viticulteur et pépiniériste, une vigne a poussé spontanément, dans une fissure du béton. Sans aucun soin, elle avait réussi à grandir. Intrigué, après avoir goûté les raisins et pensé qu’il pourrait en faire quelque chose, M. Brunel se décide à le greffer et a en faire un plant expérimental. Il se révèle résistant, productif et début des années 2000, le Plan de Brunel est homologué. Finalement, c’est la famille Dumarcher qui va hériter de la propriété de la famille Brunel et qui va relancer la production d’un vin à 100% composé de Plan de Brunel : l’Originel. Et pendant que nous discutons, voilà Léon Brunel, 93 ans, bon pied, bon oeil, qui vient à notre rencontre. C’est un peu comme si nous rencontrions une grande star ! Une star qui a plein d’histoires à nous raconter : celle de son plant, des vins d’Ardèche, de la vie de pépiniériste… Charlotte a dégainé son smartphone, pour elle qui est passionnée de vin, c’est une sacrée aubaine. On ne rencontre pas le créateur d’un cépage au pied de son plant tous les jours ! Même la nOOb que je suis comprend bien que nous sommes en train de partager un moment privilégié.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il est temps de retourner au Clos pour passer aux choses sérieuses : la dégustation. Et quelle dégustation, mes aïeux !!! A part le rosé, je pense que nous aurons essayé presque toute la gamme. D’A.O.P. Côtes du Vivarais en I.G.P. Ardèche, des blancs vifs, des rouges fruités ou plus charpentés après avoir mûris en fûts (comme le Cuvée Simone) et le fameux « L’Originel » et son goût de fruits rouges. Autre coup de cœur, le Cloédoux, un Viogner doux, mais juste ce qu’il faut avec une note de fraîcheur qui ne le rend pas écourtant.

En discutant avec nos hôtes, je me rends compte qu’en fait, ce que je préfère dans le vin, ce sont les histoires de vignerons. Une chose m’a d’ailleurs frappée : la référence à la paysannerie. Fièrement proclamée sur le t-shirt de Claude, c’est aussi en tant que « Paysan » que s’est présenté Monsieur Brunel. Cet attachement fort à leur métier et à leur terre, à ses caractéristiques, à ses qualités et à ses défauts, la fierté aussi qui en découle, tout cela me touche à chaque fois.

Et la magie de la convivialité du vin opère ! On est juste…bien, à discuter du travail de la famille et de leur histoire. Tellement bien que les contraintes d’horaire tombent comme un couperet.

Saint-Montan, village perché

A contre coeur, nous reprenons donc la route pour un arrêt au village de Saint-Montan. Déjà, la route pour y arriver vaut à elle seule la visite. On grimpe, on grimpe le long de route en zig-zagpour rejoindre ce village perché sur son petit sommet. Ca me rappelle mes Abruzzes familiales, en un peu plus boisé, jusqu’à cette poignée de maisons ramassées sur éperon rocheux couronnés par un château-fort médiéval en ruine qui lui donne l’allure d’un village de conte de fée. Je pars à l’assaut de ses rues pavées pour profiter du peu de temps que nous avons. Lectrice, Lecteur, s’il y a un village que tu dois voir dans ce coin d’Ardèche, je pense bien que ce doit être celui-là. A chaque tournant de rues tortueuses, c’est un enchantement ! Pas étonnant qu’il y aient des galeries tous les 20 mètres sur le chemin qui mène au château : de veilles maisons de pierres dont les devants sont ornés de coquettes fleurs, des arches, des chats qui regardent le touriste passer et se laissent complaisamment caresser quand on les approche et de petits bars où on vient prendre le frais. Malgré la brièveté de ma visite, Saint-Montan reste mon gros coup de cœur !

Descente vigneronne à Valon Pont d’Arc

Nous reprenons donc la route et allons retrouver le reste du groupe pour une activité… plutôt intéressante : la descente vigneronne.

C’est au Domaine du Colombier à Vallon Pont d’Arc que nous avons rendez-vous avec Ludovic Walbaum, dans son joli centre d’accueil, l’ancienne cave du domaine qui a plus de 100 ans. Avec passion et dynamisme, il va nous faire visiter les lieux et nous expliquer la culture raisonnée qui est pratiquée dans les vignobles du Domaine. Elle implique d’utiliser moins de pesticides et le labour traditionnel. Et en parlant du vin, mon petit coup de coeur de la dégustation, ce sera la “Fleur de vigne”, un rosé très, très pâle, presque transparent, très frais et délicat.

Le petit plus, à côté de l’énergie communicative de Ludovic, ce sont les plants de différents cépages du jardin ampélographique (à tes souhaits !) destinés à « illustrer » les saveurs que les raisins apportent au vin. Et c’est avec un plaisir enfantin que je me jette dedans pour essayer de goûter à tout ! Et en cette fin septembre, les raisins sont à point, voire un peu plus. Et ça fait bizarre de goûter un grain de merlot ou de syrah quand on y a associé jusqu’à présent que le goût du vin. Tout ça pour te dire Lectrice, Lecteur, c’est que si tu voyages avec des enfants, ils ne seront pas en rade !

Après une petite dégustation accompagnée de gourmandises ardéchoises (SAUCISSON!!!), il est l’heure d’aller s’équiper pour une mini-descente de l’Ardèche jusqu’à un des grands atouts touristiques du département : le Pont d’Arc, une immense arche de pierre qui enjambe le fleuve.

Comme je suis une petite veinarde, c’est moi qui hérite du moniteur. Je vais donc affronter la descente (et ses petits rapides) en toute sérénité et avec commentaires, le moniteur me pointant aussi des endroits où regarder. Le décor est magnifique : un fleuve court à travers une gorge encaissée de pierre jaune pâle et couverte de végétation qui commence à peine à prendre les couleurs de l’automne. Avec le soleil déclinant, la lumière est de toute beauté et luxe suprême : nous sommes seuls !!! Imaginez-vous qu’en été, les gorges et les plages sont blindés de gens. Une bonne raison pour toi, Lectrice, Lecteur, de venir hors-saison si ne veux pas te retrouver dans un embouteillage de canoës ! Franchement, passer en dessous du Pont d’Arc seuls, ça n’a pas de prix.

Et si tu veux rester dans le coin et profiter de la beauté du lieu, il y a moyen de séjourner au Prehistoric Lodge, un hôtel-lodge-restaurant installé sur une falaise au dessus de l’Ardèche. C’est là que nous avons dîné, crevés mais heureux, mais mon Dieu, que les petites cabanes en toile faisaient envie. Cachées par la végétation, elles étaient toutes mignonnes et c’est sur les terrasses avec vue sur la rivières que nous avons trinqué à cette première journée complète… pas encore tout à fait terminée !

Ardèche-by-night

L’Ardèche-by-night est un concept… en guise d’escarpins, on chausse ses godasses de rando, pas de bâtons fluos à balancer en rythme mais l’option lampe de poche pour smartphone quand à l’ambiance lumineuse, elle est fournie par les étoiles et une Voie Lactée brillant de tous leurs feux. Et les maîtresses du son ce soir seront… les chauves-souris ! Oui, nous allons nous promener dans la nuit noire, en bords de fleuve pour aller observer ces petits mammifères volants qui se font un plaisir de dégommer tous les insectes possibles au bord de l’eau. C’est bien entendu guidée que cette balade s’effectue (avec le Syndicat de gestion des Gorges de l’Ardèche) et à nouveau, je le recommande pour les enfants (d’autant que la nuit tombe assez tôt en fin d’été-début automne).

Dodo au Domaine de Briange

Nous passerons la nuit au domaine de Briange qui combine à la fois le camping traditionnel, les hébergement insolites (comme une roulotte) et un concept de « co-vacances » où des bungalows tout confort sont installées en « hameaux » avec un bungalow commun où se trouve une cuisine/salon afin que les vacanciers passent de bons moments ensemble. Un concept intriguant mais que nous n’aurons malheureusement pas pu tester (sauf les papotes nocturnes sur les terrasses). Dommage car le domaine est très grand et vert et on s’y serait attardé volontiers plus longtemps.

Cette aventure ardéchoise a été réalisée avec le soutien de l’Agence de Développement Touristique de l’Ardèche (ADT), l’Office de Tourisme « Du Rhône aux Gorges de l’Ardèche», l’Office de Tourisme Pont d’Arc-Ardèche et 2000 vins d’Ardèche. Les opinions de l’auteure restent ibres et entières, malgré le nombre de dégustation de vin d’Ardèche.
Le Sud de l'Ardèche hors saison : des mille et une façons de déguster du vin
48 heures à Ostende (2ème partie)




Leave a Reply

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer