- Golden Bay , Malte -

November 2013

Séjour en mode faucon : 4 jours à Malte – Enfin, les plages!

Cet article est le récit d’un séjour effectué en 2009.

Évidemment, me dis-je en soupirant dans le bus qui nous emmène, ma collègue et moi, vers le nord de Malte. Évidemmentt, le jour où nous décidons d’aller à la plage, le jour s’est levé tout brouillé! Je croise les doigts en espérant que ces vilains nuages soient dispersés au large plus tard dans la journée.

Le but de l’excursion du jour?  la pointe nord-ouest de l’île et la plage Golden Bay. Une petite heure suffit pour y arriver il y a plusieurs routes possible,le site des transports en commun est en fin d’article). En chemin, nous passons les repaires pour touristes de Bugibba, Bugibba et Saint-Paul’s Bay où règnent les hotels-clubs. Une fois quitté St-Paul’s, plus rien. La civilisation s’évanouit subitement jusqu’à ce que nous arrivions au lieu dit.

 Golden Bay

Golden Bay

Golden Bay et Ghajn Tuffieha

Golden Bay, c’est une jolie petite baie de sable jaune comme surveillée par un hôtel sur son promontoire. On y accède par des escaliers et l’eau y est calme et chaude. En ce mercredi de septembre, il n’y a presque personne. Le calme n’est cependant pas absolu car le bar-resto de la plage a allumé sa radio et des chansons italiennes s’enchaînent. Ma collègue, qui est une fille orientée nature, n’est pas très à l’aise. J’avais prévu le coup! A côté de Golden Bay se trouve une autre perle : Ghajn Tuffieha. Il suffit d’une jolie petite promenade d’une dizaine de minutes le long des falaises pour y arriver. Une fort jolie promenade d’ailleurs, puisque l’on peut longer la falaise sur un sentier balisé d’où le panorama sur les deux baies est époustouflant!

Golden Bay
Golden Bay

Ghajn TuffiehaLes ruines de l’hôtel Martinique indiquent que nous sommes arrivées. D’interminables escaliers dévalent jusqu’à la plage. Niché dans un creux, un petit bar-restaurant sustente les quelques touristes venus jusque-là. La mer est d’un bleu-vert sombre, le sable ocre-orangé, et les collines parsemées de buissons verts. Je pense que nous avons trouvé notre petit coin de paradis pour la journée! Amoureux de plages, n’attendez pas à trouver à Malte de longues étendues de sable fin bordés de palmiers. Les plages sont à la taille de l’archipel: petites, et aussi un peu arides. Mais pas de doute, Ghajn Tuffieha doit être la plus belle! Je regrette de ne pas avoir emmené mes lunettes de plongée car les recoins des falaises doivent crouler sous la vie marine. Quand je rentre dans l’eau, je me rends compte qu’elle est une des plus claires dans laquelle j’ai eu la chance de faire trempette!

Ghajn Tuffieha

Fatiguée par la journée de la veille, ma collègue ne tarde pas à s’endormir tandis que je nage et me promène le long de la plage. Ces derniers jours ont été bien remplis et l’eau tiède de la Méditerranée semble emporter toutes les tensions à chaque coup de brasse.  Finalement, le sommeil quitte ma collègue et la faim nous décide à remonter les escaliers et commander un petit snack au café. Nous ne disons rien. On regarde la mer tandis que des chansons hollandaises (eh oui) se mélangent au léger bruissement des vagues. S’arracher à nos sièges va tenir de l’exploit mais nous avons encore une ou deux choses à faire avant de mettre un terme à notre aventure maltaise.

C’est le milieu de l’après-midi et les routes du nord semblent bien désertes. Sous un ciel blanc et chaud, on attend que le bus passe. Pas d’horaire précis. Nous patientons en maraudant une paire de figues d’un arbre dont les branches pendaient sur la route. Nous en profitons aussi pour décider de la suite des événements. Finalement, nous mettons d’accords sur l’une des Trois Cités: Senglea. Une petite heure et un changement de bus à La Valette plus tard, nous arrivons sur place.

Malta Busses

Senglea, la belle des dockers

SengleaSenglea fait directement face à Birgu, que nous avions visité il y a deux jours. Cela nous permet d’observer la Marina sous un autre point de vue. Dès que l’on met les pieds dans les rues étroites de la ville, on se rend compte qu’il s’agit d’une cité ouvrière. A deux pas du port, la plupart de ses habitants sont des dockers. Un peu plus brute de décoffrage que sa voisine, Senglea est aussi plus tranquille mais rien ne manque au paysage que nous connaissons maintenant: les maisons jaunes, les balcons, les escaliers, les églises baroques, les pêcheurs qui se détendent en début de soirée, les enfants qui jouent…  Le ciel tourmenté entre le gros nuages et quelques éclats de ciel bleu, fait aussi danser les couleurs de la mer, entre gris fer et bleu pétrole. Les petites barques maltaises, toutes colorées, n’en ressortent que mieux.  Mais incontestablement, c’est la marina qui est le grand atout. Comme il y a deux jours, je regarde  d’un air rêveur les yachts. Sans envie, comme si je contemplai quelque chose que je sais inaccessible et qui ne peut provoquer de jalousie. Juste de la curiosité. De voir de quoi sont faits ces joujoux à l’échelle des fortunes de ceux qui les possèdent. Ma collègue, une ancienne hippie, se moque un peu de moi et de ma fascination sur des choses bien matérialistes à son goût.

Senglea

Senglea

 

Senglea
Senglea

Senglea

Nous nous promènerons longuement jusqu’au bout de la petite péninsule, à regarder les bateaux de croisière quitter le Grand Port de La Valette. Un Grand Port qui semble pourtant bien minuscule quand vient à passer un méga-paquebot italien!  Le soir tombé, nous irons manger dans un petit restaurant au bord de l’eau. Au menu: pâtes aux fruits de mer, bien sûr. Une délicieuse façon de clôturer quatre jours riches en évènements.

Pour plus d’informations sur Malte, n’hésitez pas à vous rendre sur visitmalta.com et pour vous déplacer dans l’île, consulter le site de la société des transports en commun maltais.

Senglea

#wheninlondon : 24 heures à Londres, entre Street art et Street sales - 1e partie
Hellooo, New York City – From Downtown to Midtown