- Vienne , France -

June 2016

ViaRhôna : entre Vienne et Arras-sur-Rhône

Vienne-la-Romaine

J’ouvre mes rideaux… le soleil me rit au nez : enfin!!! Le temps idéal pour une belle balade à bicyclette le long du grand fleuve sur la ViaRhôna mais avant d’enfourcher nos vélos, nous allons prendre un peu de temps pour jeter un oeil à Vienne. Son histoire remonte à plus de 2000 ans mais ce sont les Romains qui lui ont donné ses lettres de noblesse. « Vienna » était une ville importante, sa situation sur le Rhône, plus ou moins à mi-parcours du fleuve, l’a fait grandir et Vienne devint une véritable cité, avec ses temples et son théâtre. De ses temples, il n’en reste qu’un : celui d’Auguste et de Livie que les Viennois connaissent comme « la maison romaine », qui ressemble très fort à la Maison carrée de Nîmes. Elle ne dût son salut qu’à sa transformation en église mais la voilà devant nous, elle a traversé les siècles et ses affres, pas intacte, mais debout !

Il y a également la cathédrale de Saint-Maurice, éclatante dans sa simplicité, mais que nous visiterons en vitesse. Adossée à la colline, Vienne semble un peu ramassée, ses rues étroites lui donne un petit air d’Italie, avec ses bâtiments de couleurs claires et ocres, on pourrait s’y méprendre !

Finalement, comme dans toutes les anciennes villes romaines qui en possèdent encore, ce qui impressionne le plus, c’est le théâtre. Toute ville romaine qui avait un certain standing se devait d’avoir un théâtre et leurs tailles souvent énorme ont fait qu’ils sont souvent les survivants qui ont le mieux traversé les âges. Et c’est sans doute grâce à sa taille que le théâtre a continué de vivre. Il pouvait contenir jusqu’à 13.000 spectateurs et à présent, il garde sa vocation de lieu de spectacle puisque lors de notre visite, on était en train de le préparer pour un festival de jazz !

Cette visite rapide nous aura un peu laissé sur notre faim, mais la matinée avance, et il faut commencer à pédaler !

A Bycletteuuuuuuuuh

A vrai dire, nous n’aurons pas trop d’effort à fournir : le parcours de la ViaRhôna est plat et en plus, nos vélos sont électriques, une première pour moi !

Rassemblés devant les Musées gallo-romains, notre petite caravane à deux roues se met en branle. Lorsque j’appuie sur la pédale, une fois le moteur enclenché, j’ai l’impression que le vélo a un soubresaut avant de se mettre subitement à accélérer. C’est… surprenant. Et à prendre en compte quand on a un autre vélo devant soi (histoire de ne pas lui renter dedans). Le début du parcours est complètement ouvert, et en milieu urbain, on longe les bords du Rhône en admirant Vienne, de l’autre côté. Une grande ligne droite me permet de faire monter la vitesse du vélo au maximum : 30km/h. C’est tellement grisant que je me demande comment je vais revenir à un vélo normal, maintenant !

Ce qu’il y a de bien de voyager en vélo, c’est que c’est que l’on garde la liberté d’un véhicule (on s’arrête où on veut) mais, on a le temps de voir la paysage, de s’en imprégner puisque qu’il n’y a aucune barrière entre nous et l’environnement. Nous sommes mi-mai, et il commence à faire chaud, mais trop. Le Rhône est haut, il porte encore les fontes des neiges en lui. Il est aussi bleu, large et à l’apparence tranquille. On a le temps de détailler des fleurs, de regarder des bateaux passer… c’est à la fois euphorisant (du moins quand il fait beau) et relaxant.

Condreu, presqu’île…

Vers midi, nous arrivons à la base nautique de Condrieu La Presqu’île est un grand centre de loisirs où on peut faire évidemment du bateau, du ski nautique mais aussi, du gyropode sur les collines environnante, à travers les vignes. Il y a même une petite plage avec sable ! Un vrai bel endroit pour venir s’éclater mais la botte secrète de la base nautique, c’est son restaurant. Nous nous attendions à une cuisine toute simple, de brasserie, voire de snack et bien, non ! On est à limite du gastro-pub ! Les plats sont de grande qualité, recherchés, joliment présentés… et savoureux. Qui l’aurait cru dans une base de loisir ?

C’est délicieusement repus que nous allons reprendre le route. Nous disons au revoir à Nicolas de l’Office du tourisme de Vienne et Louiza de l’office du tourisme du Rhône pour embarquer dans la voiture direction Sarres, le deuxième point de départ de notre parcours.

Rien de mieux pour éliminer les calories accumulées ! Ici, le parcours se fait de plus en plus sauvage! Nous sommes en pleine après midi et le soleil commence à taper gentiment. C’est un autre avantage du vélo, il faut qu’il fasse très chaud pour être en nage. Je ne sais pas qu’en ce moment même, mon nez est en train de prendre un bon coup de soleil… j’étais trop occupée à écouter les cigales qui ont commencé à chanter. Ca sent la paresse et l’heure de la sieste, à vrai dire.

Chez Catherine et Pascal

Finalement, ce sera plutôt l’heure de l’apéro puisque nous allons nous arrêter chez Catherine et Pascal Jaumet.

Avec son mari, Catherine a repris cette exploitation et tout démarré. Elle nous fait voir un de leur joli domaine, celui de la Tour-d’-Arras, surplombé par une tour qui lui donne un visage de carte postale. Lorsque nous sommes arrivés, elle était dans la vigne, en train d’y attacher les ceps avec des joncs. Une pratique ancienne qui s’est perdu avec le temps mais que la taille du domaine permet de perpétuer ici. Avec énergie et passion, ils ont développé leur Saint-Joseph, une appellation contrôlée de la vallée du Rhône à base de Syrah que nous goûterons à la fin de la visite. Mais aussi du Viognier, et des vins de pays. De la vigne à la bouteille, Catherine nous parlera avec passion de son métier qui semble lui être chevillé au corps. N’hésitez pas à y faire un saut, ça vaut le coup rien que pour l’écouter (quand à moi, j’ai acheté une bouteille directement après avoir l’avoir essayé, c’est dire s’il était bon).

A suivre…

Cette promenade à vélo a été réalisée dans le cadre d’une opération organisée par ViaRhôna mais les opinions de l’auteure lui restent propre, malgré les nombreux verres de Côte-du-Rhône dégustés.
ViaRhôna : entre Arras-sur-Rhône et Viviers
ViaRhona : entre Lyon et Vienne




En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer