- Ostende , Belgique -

August 2017

48 heures à Ostende (1ère Partie)

« Je te le redemande, irons nous voir Ostende ? Qu’il pleuve ou qu’il vente, irons-nous Ostende ? Je passerai te prendre, avaler l’E40. Alors, réponds-moi, irons-nous voir Ostende ? »

Ostende en a inspiré (et produit) des musiciens et artistes mais cette chanson mélancolique de Jeronimo reste ma préférée sur celle qu’on appelait, la « Reine des plages ». Une chanson qui traduit bien à quel point cette ville de la Côte est ancrée dans l’esprit des Belges.

Ostende, c’est d’abords la plus grande ville de la Côté belge et une des premières à développer une vocation balnéaire. Ville de villégiature royale peu après l’indépendance et l’instauration de la monarchie en Belgique, c’est sous Léopold II qu’elle va connaître son heure de gloire. Léopold avait une affection particulière pour Ostende qu’il considérait un peu comme une capitale d’été : le Casino Kursaal, les galeries royales, les écuries, l’hippodrome, des villas… il ne ménageât pas sa peine et Ostende devint le point de rendez-vous des bien-nés venant de toute l’Europe.

Les deux guerres et l’avènement du tourisme de masse firent perdre de sa superbe à Ostende, comme un peu partout sur la Côte. Les belles villas furent en grande partie détruites pour faire place à des immeubles à appartements.

Lors de ma dernière visite, Ostende était alors en plein chantier : le tram, la digue… une métamorphose qui est maintenant terminée. Allons donc voir çà !

Ostende, Histoires d’O !

C’est en début de soirée que j’arrive à Ostende… un soir d’août frais et venteux. On dirait que l’été a déjà déserté la Belgique. Sur la digue, le vent souffle et tout le monde est en coupe-vent. La digue et la plage sont relativement calme, normal, nous sommes jeudi soir et les vacanciers du week-end ne sont pas encore arrivé.

Après avoir fait mon check-in à l’hôtel, j’ai juste le temps de m’installer avant de me rendre à la brasserie où je suis attendue : Histoires d’O.

Histoires d’O est installé sur la digue. En général, les établissement de la digue sont d’une facture assez classique : un salon de thé un peu vieillot où l’on sert les sempiternelles moules ou steak-frites, les crêpes et les gaufres. Pas de çà ici : avant de rentrer, je jette un coup d’oeil à l’ardoise devant l’établissement : il semble que ce soit LE lieu pour un Gin&Tonic. Et le menu me le confirmera. La petite table que l’on m’a réservée est juste à côté de la fenêtre, afin que je puisse regarder les allée et venue des badauds sur la digue et surtout, la mer pendant que je mange. L’établissement est plein à craquer… et chaleureux. C’est mélange de meubles en bois foncé, de lampadaires en cuivre tendance et d’un joli carrelage géométrique. Il y a la salle de resto, mais aussi le bar et des tables hautes… J’adhère mais l’important, c’est ce qu’il y a dans l’assiette ! Je passerai le chemin du Gin&Tonic pour tester l’apéritif maison (un prosecco avec des extraits de fleurs) et commande l’incontournable plat de la Côte : des croquettes de crevettes accompagnées par une bière ostendaise : la PoppoLou. Les croquettes sont venues accompagnées de frites (style frites du McDo qui n’étaient pas très bonnes) et d’une salade. Les croquettes quand elles, sont belles. La chapelure est bien uniforme, croustillante comme il faut et la farce de crevette est goûteuse, on sent encore quelques morceaux. Finalement, c’est l’essentiel ! Quand à la PoppoLou, surprise : quand le serveur débouche la bouteille devant moi, l’odeur qui sort après le « Pschhhhht », c’est celle de la mer ! Quand au goût, il est très légèrement salé. Pas étonnant : renseignement pris, du sel est utilisé dans le processus de brassage de la PoppoLou ! Elle est immédiatement adoptée et deviendra ma bière du week-end.

Histoires d’O

Albert I-promenade 53, 8400 Oostende

C’était chouette, les cocktails de bords de mer

Mon repas terminé, je vais longuement me balader sur la plage et attendre le coucher du soleil. L’ambiance est un peu apocalyptique, entre nuages lourds de menace et soleil flamboyant. Tout le paysage est devenu orange et le vent se met à souffler comme une furie. Je vais devoir m’acheter un coupe-vent d’urgence. Le vent est tellement puissant que la sable se déplace comme des vagues sur la plage et quand souffle une bourrasque, on reçoit de plein fouet des grains en plein visage, c’est comme se faire faire un peeling gratuit… mais le spectacle vaut bien quelques gifles de sable ! On se croirait sur Mars !

Le soleil une fois couché, je décide m’accorder « un dernier pour la route » au Beach Club qui est PILE devant l’hôtel : Le Blue Bouddha Beachclub.

Les Beach Bar Clubs sont un phénomène plutôt récent sur la Côte. Après avoir découvert ceux de Coxyde, voilà que je fais connaissance avec ceux d’Ostende. C’est la deuxième année qu’ils ont ouverts les pieds dans le sable et la ville n’en compte pas moins de quatre ! Le Blue Buddha est le 3e établissement  du genre, après celui de Knokke et de Blankenberge. Vu la météo, il est un peu déserté mais je tiens à boire mon cocktail pendant que je regarde les dernières lumières du soleil illuminer le ciel. Dire que je ne suis qu’à à peine une heure et demie de Bruxelles, j’ai l’impression d’être bien loin de mon pays. C’est l’effet de la mer !

Blue Buddha Beachclub

Albert I-promenade 58-60, 8400 Oostende

Dans les pas de Marvin Gaye, à Ostende

Le lendemain, le temps reste un peu incertain. J’ai juste le temps d’aller m’acheter en urgence un coupe-vent avant d’arriver à l’office du tourisme pour ma première promenade du jour. Visit Oostende a organisé deux balade sonores qui suivent les traces de deux grands artistes qui ont marqué la ville : le peintre James Ensor et… Marvin Gaye. C’est cette deuxième balade que j’ai choisi de faire : le Marvin Gaye Midnight Love Tour.

Il y a quelques années, alors que je me tenais dans le même fauteuil d’où je t’écris ces quelques lignes, Lectrice, Lecteur, j’essayais de tuer les heures un soir d’hiver dans la maison de ma grand-mère. Il était tard, elle était déjà couchée, et il devait être près de minuit. En zappant, je tombe soudainement sur un extrait de Marvin Gaye et une image du chanteur, l’air un peu triste avec une ville de bords de mer au crépuscule derrière lui. Je m’attarde… cette ville, c’est Ostende et je viens de tomber sur le début du documentaire « Marvin Gaye : Transit Ostende » (que je te recommande GRANDEMENT de regarder, Lectrice, Lecteur). Depuis cette soirée, je suis restée fascinée par cette histoire ! Comment le Prince de la Soul, une super-star qui a fait les belles heures de la Tamla Motown a atterri dans une ville comme Ostende ? Comment cela fut-il même possible ? Si les images n’existaient pas, on y croirait pas.

C’est ce que tu vas découvrir avec cette promenade, Lectrice, Lecteur : on te confie un iPod, une carte, des écouteurs et c’est parti pour la marche qui commence sur la digue. Début des années 1980, Marvin est au bout du rouleau : il vient de rompre avec la Motown, a de sérieux problèmes de drogues et vient de divorcer pour la deuxième fois. Pour couronner le tout, il est criblé de dettes. Afin de s’éloigner de L.A., il part à Londres mais la capitale britannique est encore trop pleine de tentation. C’est Freddy Cousaert, un promoteur de concerts originaire d’Ostende qui va le convaincre de venir se mettre au vert et se retaper pour repartir de plus belle. Il débarque donc le jour de la Saint-Valentin avec son fils et il y restera presque deux ans. La promenade vous emmène devant (et dans) des lieux que Marvin a fréquenté : l’hôtel de Freddy Coasaert où Marvin a séjourné avec la famille a son arrivée, son appartement sur la mer où fut composé Sexual Healing, le club sportif de la ville d’Ostende qu’il fréquentait… le tout est accompagné de musique, de commentaires et d’anecdotes par ceux qui l’ont connu à cette époque.

Je ne te cache pas, Lectrice, Lecteur, que je me suis retrouvée les larmes aux yeux plusieurs fois devant la personnalité attachante et tourmentée de Marvin Gaye. Notamment ce moment où il évoque son père et l’envie qu’il avait que ce père soit fier de lui. Un père qui finira par le tuer de deux balles suite à une crise paranoïaque de Marvin, probablement due à la drogue. On se laisse donc guider par les témoins, la musique mais aussi la voix étonnemment douce de Marvin, pleine de mélancolie et qui semble presque ne pas être de ce monde.

Marvin Gaye Midnight Love Tour

Tarif : 5 Euros, à réserver à l’avance et à retirerau bureau de Visit Oostende

Monacoplein 2
8400 Oostende

Baristas mais pas que…

Après toutes ces émotions, et cette marche, j’ai besoin de reprendre mon souffle et de manger un morceau. Une table a été réservée pour moi au Baristas N*75. Le lieu a un peu plus d’un an mais semble déjà très populaire ! Quand j’y arrive à 13 heures, il est quasi plein ! Au comptoir, une grosse machine à café italienne trône fièrement, mais je n’ai pas le temps de l’admirer : je suis emmenée telle une hôte de marque, à l’étage, pour m’y installer. J’ai le choix : une table normale ou d’étranges fauteuils étroits et profonds mais qui vous mettent parfaitement à la hauteur de la table pour y manger. Va pour le fauteuil ! Si Baristas N*75 est un café, il a également un menu lunch avec quelques plats : des salades bien sûr mais aussi des trucs un peu plus consistant, comme un filet mignon (que je vais commander). Attention, si vous êtes pressés, passez votre chemin. Si la qualité y est, la préparation est longue… voire très longue mais le charmant service rattrape tout çà.

Pour terminer, j’ai commandé le café spécial de la maison. Un café dont le processus de percolation prend beaucoup de temps mais dont le résultat est étonnant : très doux avec des arômes très purs à la fois. A tester si vous y aller !

Baristas N°75

Christinastraat 75, 8400 Oostende

Où dormir à Ostende : C-Hotel Andromeda Ostende

Pour commencer, l’Hôtel Andromeda Ostende doit être un des mieux situé d’Ostende : il est pile sur la digue, à deux pas du Kursaal. Cet établissement bien connu de la ville a été repris par la chaîne C-Hotels et après rénovation, c’est une nouvelle jeunesse qu’on lui a insufflé car si l’extérieur est plutôt peu avenant, l’intérieur l’est beaucoup plus. La première chose que l’on remarque quand on entre via la Promenade Albert Ier, c’est la grande et agréable terrasse du bar de l’hôtel. La deuxième, c’est un espace lounge réservé pour les clients. On peut y lire, y travailler, boire un verre, il y a un coin enfants avec des jouets et tous les jours à 16 heures, on peut y trouver des snacks gratuits. Chouette !

Passons à la chambre, j’ai séjourné dans une Junior Suite qui était immense ; parquet de bois blond au sol, palette de couleur marine entre le gris antracite et le bleu de l’eau mobilier épuré qui renforce encore la sensation d’espace, un petit coin « salon », une salle de bain avec douche à l’italienne ET baignoire mais surtout, une jolie terrasse avec vue sur mer où je viendrais déguster mon café le matin. Franchement, ça faisait longtemps que j’avais été aussi enthousiasmée par une chambre.

Attention, elles ne sont pas encore toutes rénovées, si vous souhaitez réserver chez eux, vous verrez exactement le type de chambre (rénovée ou pas).

Quand au petit déjeuner, il est tout simplement RO-YAL ! Plein de sortes de pains et de viennoiseries, du chaud, du froid, du salé, charcuterie et poisson, des oeufs, un smoothie du jour, un gâteau du jour, des fruits frais et comme très souvent en Flandre : la bouteille de mousseux pour se faire un petit-déjeuner avec des bulles.

Seul pont négatif, la salle du petit-déjeuner est immense et plutôt bruyante. J’ai senti la différence en me réveillant plus tôt le vendredi par rapport au samedi matin. Si vous prenez votre petit-déjeuner avant 9 heures, vous devriez être au calme.

Hotel Andromeda

Kursaal-Westhelling 5, 8400 Oostende

Cet article a été réalisé avec le support de Visit Ooostende mais les opinions de l’auteure reste entièrement libres, malgré le nombre de PoppoLou ingurgitées.

48 heures à Ostende (2ème partie)
Ma Musique du départ #41 : "Mopedbart" - hubbabubbaklubb




En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer