- Swellendam , Afrique du Sud -

April 2011

Afrique du Sud: Sur la Garden Route, 1e partie

Me voilà devant le bureau de l’agence Nomad Africa qui organise le circuit camping auquel je vais participer. Pendant une semaine, je vais parcourir la « Garden Route » en compagnie d’inconnus, un peu gauche avec mon sac à dos, prêté pour l’occasion. C’est en effet la première fois que je vais dormir sous une tente ! Eh oui ! J’avais déjà expérimenté pas mal de logements en voyage (hôtels, auberges de jeunesses, chalets, sols d’appartement, bateau, étage désaffecté d’internat… mais encore jamais une tente. Je rencontre donc notre guide, Bruce, un grand gaillard qui au premier coup d’œil, assure le cliché du team-leader d’une bande d’aventuriers. L’air nonchalant, mais le physique sportif, en tongue, mais organisé… Je pense que nous serons entre de bonnes mains !

Mes compagnons de route arrivent au compte-goutte. Quasi tous plus jeunes que moi… et quasi tous germanophones (Allemands, Autrichiens et un Italien du Südtirol- Alto Adige). Et pour cause, notre expédition est bilingue allemand-anglais ! Moi qui ai un peu de mal à m’imposer, je sens que ça ne va pas être facile ! Nous tenons notre première réunion Saupoudrez le tout d’une poignée de Hollandais et d’Américains et voilà notre groupe au complet. Après une courte réunion autour d’Ella, notre camion à tout faire, où nous nous présentons mutuellement, nous voilà parti vers Stellenbosch sans plus attendre. Je me retrouve auprès de Cassandra, une jeune étudiante américaine qui voyage avec Janet, sa grand-mère, une vraie baroudeuse qui a presque totalement couvert l’Afrique australe. Il y a quelques jours, elles arrivaient de Madagascar et elles resteront tout le long de ce voyage qui les conduira à Victoria Falls, au Zimbabwe.

Stellenbosch-la-vieille

Stellenbosch, c’est le cœur de la région viticole sud-africaine. Une pratique dont ils sont très fiers, tirant la tradition de la culture de la vigne des Huguenots français venu chercher fortune et liberté suite aux persécutions religieuses. C’est aussi la deuxième ville la plus ancienne du pays après Le Cap. Stellenbosch semble figée dans le temps avec ses petites maisons blanches de style hollandais, ses squares arborés et ses parcs. On imagine que la ville et ses habitants respectent les traditions pourtant, la ville est remplie à moitié d’étudiants. Ce matin, il fait chaud… très chaud. Bruce nous informe ce que sera la routine de notre voyage. Premier arrêt : le supermarché (et généralement ruée vers le liquor-store pour s’approvisionner en bière ou en cidre) et achats de petits snack et boissons pour le voyage (les trois repas du jour sont compris dans le forfait du voyage). Une petite expédition qui me mettra à chaque fois en joie ! Une occasion de se frotter aux habitants et à leurs habitudes. A Stellenbosch, les visages sont plutôt blancs ou métis et les marques de politesses semblent particulièrement appréciées. Ce n’est pas l’anglais qui règne ici, mais l’Afrikaans. Plus difficile à comprendre qu’on ne le croit, comme j’ai pu le découvrir à mon arrivée.

Stellenbosch

Afrique du Sud, une histoire de vin

Enfin, notre premier arrêt nous emmène à Spier, une espèce de centre commercial du vin. Une énorme propriété qui, outre la culture de différents cépages, organise des marchés d’artisanats, des concerts et possède un centre de réhabilitation des guépards et oiseaux de proie. Rien que ça ! Un sommelier nous prend en charge et nous sommes accueillis, pour commencer, avec un verre de vin blanc léger. Il est 10 heures du matin. Nous sommes quasi tous des novices et notre sommelier nous expliquera le B.A.-BA de la dégustation. Comment tenir son verre, apprécier les robes, faire circuler le vin, le respirer, en détecter les odeurs, puis le goûter, faire attention aux arômes. Suivront un cabernet blanc et deux cabernet-sauvignon rouge. Un jeune et un plus vieux, pour que nous puissions comprendre comment se développe le vin avec les années. Avec l’alcool, l’atmosphère s’est tout à fait détendue entre nous !  Je me précipite au magasin pour acheter une bouteille de pinotage millésimé, cépage unique à l’Afrique du Sud. Une petite visite aux guépards du centre de réhabilitation et nous reprenons la route pour nous arrêter sur les hauteurs. C’est l’heure du lunch et nous allons apprendre les premières bases de la vie en camping de groupe : tout le monde collabore ! Il faut installer des chaises, préparer les légumes pour une petite salade, disposer les pains, la charcuterie et le fromage… Nous voilà rassemblés en demi-cercle au bords de la route, assiette en étain sur les genoux. Un petit vent lèger vient nous décoiffer et un panneau nous signale de faire attention aux babouins. Là, j’ai vraiment l’impression que l’aventure commence !

Wine at Spier

La terre et le ciel

L’après-midi se passe dans le ventre d’Ella. Le camion file vers le sud-est dans des paysages enchanteurs, entre mer et montagnes, et coteaux couverts de vignes, que les coloniaux hollandais avaient baptisés « Hemel en aarde », « Ciel et terre ». Alors que le soleil décline, nous arrivons à notre campement aux alentours de Swellendam. Décidément… J’aurai foulé les trois plus anciennes villes du pays en une journée ! Un couple de grues bleues nous regardent passer d’un air distrait dans l’allée de notre lieu de campement.

Outside Stellenbosch

Mon premier camping, à Swellendam

L’endroit est idyllique ! Une prairie verte qui glisse doucement vers une rivière bordée d’arbres. Un ponton invite au plongeon. En hauteur, se trouve un bar et l’espace toilettes. Surprise : il y a même une baignoire pour ceux qui ont de sérieuses envies de relaxation ! J’en verrai à chaque étape. Mais la première opération de la soirée, c’est de monter la tente… Je regarde Bruce faire une démonstration d’un air perplexe. Aïlle… Jamais fait ça de ma vie et comme je suis aussi débrouillarde qu’une droitière qui aurait deux mains gauches… mais celle qui partagera ma tente est une experte. En moins de 10 minutes, notre abri de nuit est sur pied et je me dépêche de me mettre en maillot de bain. Ni une, ni deux, je cours pour me donner de l’élan et saute dans l’eau ! Je fais la planche, au dessus de ma tête, le ciel est devenu légèrement orange dans l’horizon encadré d’arbres inconnus, le bruit des insectes et le coassement des grenouilles, le calme et l’air tiède du soir… Enfin ! Cette petite sensation que je connais bien est  là : le vrai dépaysement. Celle de savoir que je suis hors de mon élément, d’éprouver ces sensations pour la toute première fois, d’avoir devant soi un chemin dont on ne sait ce qu’on va y trouver, ni quelles rencontres ont pourrait bien faire. Le temps de sortir, prendre une douche et la nuit est tombée et le repas du soir est prêt. Bruce avait pris parti de désigner des volontaires mais nous sommes tous tellement désireux de mettre la main à la pâte qu’il doit refuser de l’aide. Le feu de camps est allumé et avant que Bruce ne nous explique le programme du lendemain, nous prenons le temps de tous nous présenter, chacun à notre tour. Tous ces visages seront ma famille dans la prochaine semaine et je suis un peu intimidée. Le bar n’est heureusement pas loin et après deux bières, me voilà embarquée dans une conversation qui file dans tous les sens. On se découvre, on a des choses à se dire et je me demande avec qui les affinités tiendront…

Vers 23 heures, je pars rejoindre ma tente. Ma « co-locataire » a décidé de s’attarder. J’en profite pour lire, la tête appuyée sur mon sac de camping et bénis les apôtres de La Pomme d’avoir inventé un appareil qui permet de faire la lecture et la lampê de poche en même temps. Le sommeil sans crier gare. Qui sait ce qui m’attend demain ?

Swellendam





  1. fabrice
    le 13.12.2017

    Beau récit! L’Afrique du sud e fait envie, tu vas y rester longtemps?

  2. Melissa
    le 13.12.2017

    Je suis déjà revenue… J’y étais pendant un peu plus de deux semaines (en route pour quelques jours à Oslo samedi).

    Je te conseille, vivement d’y aller, Fabrice! Le peu que j’ai vu m’a conquise!

  3. {Article sponsorisé} Les (presque) 24h Starwood! (2/2) | Mel Loves Travels
    le 13.12.2017

    […] surprise: le vin choisi pour accompagner est un pinotage! Le fameux vin d’Afrique du Sud dont je vous avais parlé il y a quelques semaines! L’agneau est bien rosé et tendre et tout cela est délicieusement […]

  4. Julien@Voyageur-Independant
    le 13.12.2017

    Bonjour,
    Que ça me fait plaisir de lire ce récit. Je me rends en Afrique du Sud tous les ans ayant de la famille là bas et à chaque retour en France je me demande pourquoi je n’y habite pas.
    J’adore bien sûr tous les endroits que tu viens de décrire.
    Julien

  5. Melissa
    le 13.12.2017

    Bienvenue Julien!
    J’avoue que si on me propose un job au Cap, je ne réfléchirai pas trop longtemps avant de dire oui! 😉 Où as-tu déjà voyagé en Afrique du Sud?

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer