- Biarritz , France -

June 2015

Biarritz en 24 heures thalasso – 2ère partie

19h30

Je quitte la Grande Plage de Biarritz tandis que le soleil décline… Dans cette ville, il faut monter et redéscendre. Monter pour accèder au petit belvédere qui offre une vue imprenable sur la plage, puis redescendre  en direction du port, vers une petite plage encadrée de pont de pierre qui relient de gros rochers à la ville. Ici, Biarritz sent l’océan… Je pense que ce sera l’odeur à laquelle je l’associerai. Un mélange d’embrun et d’algue, plus sauvage que l’odeur de la mer!

J’arrive finalement au Port Vieux… et je craque complètement pour ce petit reste du passé. Le Port des Pêcheurs est encore un vrai port qui fonctionne les crampottes en sont témoins! Les crampottes, ce sont des petites cabanes, souvent transformées en restaurant. Elles appartiennent à la commune de Biarritz qui les attribue aux propriétaires de bateau qui mouillent dans le port. Pour moi, c’est l’endroit le plus charmant de Biarritz… et je dois dire que la terrasse du Crampotte 30 me fait vilainement de l’oeil… Je me fais violence! Je n’ai quasi rien vu de Biarritz et je compte arriver jusqu’au Rocher de la Vierge !

20h30

Je me promène dans le parc que l’on trouve au bout de l’allée des Pêcheurs. Une odeur me saisit les narines : familière, sucrée et enveloppante. L’odeur des vacances à la maison quand j’étais petite : c’est celui du chèvrefeuille! Une masse de petites fleurs jaunes et blanches qui me ramène en arrière l’espace d’un instant.  Je me promène, je prends des photos. La promenade est jolie… tellement jolie que je m’attarde et qu’une polici§re me hèle. Il est 21 heures et le parc va fermer.

21h

Pas de chance pour le Rocher de la Vierge, je n’y arriverai pas par contre, mon estomac commence à crier famine… direction le Bar Jean à côté des Halles. Et on dirait que j’ai choisi mon soir : c’est plein à craquer et même la terrasse déborde. Après le calme de la plage et du parc, je suis un peu perturbée ! Une foule joyeuse est dispersée un peu partout dans le quartier mais le Bar Jean semble le plus bondé. Après tout, nous sommes samedi soir! Une serveuse arrive à m’installer sur la terrasse et je le décide très vite pour une assiette de charcuterie. Pas très diététique… mais nous sommes dans la patrie du jambon de Bayonne et à un jet de cerise noire de l’Espagne. C’est trop tentant! Je dévore mon assiette en jouissant du spectacle des autres.

22h15

Il quasi tout à fait nuit… le temps de me mettre en route. Il parait que le bar de l’hôtel a une excellente carte de cocktails… et j’ai bien envie d’en goûter un avant de retrouver ma chambre et de savoir si mon lit est aussi confortable qu’il en a l’air… mais pour y arriver, il faut encore se promener dans un Biarritz by night. Dès qu’on quitte le quartier des Halles, on retrouve le calme,il n’y a que le bruit des vagues, et les pas de quelques rares promeneurs. Au loin, le phare illumine l’horizon à 360 degrés. La brise de mer me chatouille le visage et je me laisse hypnotiser par le rythme régulier.

8h30

Pas de temps à perdre! Je resterai bien quasi noyée dans la grandeur et le moelleux de mon lit mais je n’ai pas beaucoup de temps devant moi, et j’ai une mission “jambon” à remplir. Dans l’immédiat, c’est surtout mon estomac qui a besoin d’être rempli et je file directement au restaurant pour le petit-déjeuner. Le restaurant est l’opposé chromatique du lobby. Ici, tout est blanc et agrémenté de touches de couleurs avec des chaises et fauteuil mauve ou magenta. Pour commencer, on me tend un petit smoothie de bienvenue (betterave… coco, étonnant mais bon). Et on peut dire que le petit-déjeuner est copieux : différents types de pains, viennoiseries pur beurre, yaourt, oeufs, des plats chaud et pour la touche régionale, le fameux gâteau basque, que je ne connaissais pas du tout. C’est juste une tuerie! Un gâteau moelleux au délicieux goût de vanille… à consommer avec modération, c’est un peu lourd. Reste maintenant à choisir entre la version fourrée à la crème ou aux cerises noires ! Éternel dilemme, même pour les Basques! 

9h30

En route pour les Halles sous un joyeux soleil! La brise marine est encore un peu fraîche… les premiers surfeurs sortent pour affronter leurs premières vagues et les joggeurs se croisent en petites foulées mais je n’ai qu’un idée en tête : me ramener un morceau de jambon! Devant les Halles de Biarritz, on trouve déjà quelques étals, mais le plus intéressant est à l’intérieur : le dimanche, c’est marché à Biarritz et il est particulièrement bien achalandé ! A chaque fois que je viens en France, je suis toujours étonnées par la façon dont laquelle les produits sont”mis en scène”. Tout est joli, frais et appétissant. Ca donne très, très envie de cuisiner… Je n’ai pas besoin d’aller bien loin pour trouver mon premier négoce de charcuterie… mais je résiste, je fais le tour, regarde les sélections. Et avec un petit café pour parfaire le tout, celà donne bien envie de rester un bon moment. Finalement, je craque pour 100 grammes d’iberico bellota, le fin du fin du jambon espagnol… un jambon de couleur rouge très foncé, fin, un peu sucré… et heureusement qu’il est coupé très finement en toute petite tranche, parce que mon portefeuille en aura (un peu) pleuré. J’embarque en même temps un quart de haut de cuisse de jambon de Bayonne, qui est lui tout à fait local… et pour m’empêcher toute autre tentative d’extravagance, je cale mon portefeuille dans le fond de mon sac et nie ostensiblement le stand des gâteaux basques. Eux aussi peuvent être emballés sous vide! Pour me consoler, je me dis qu’il aurait été tout écrabouillé dans mon sac.

11h

De retour au Sofitel Miramar, c’est l’heure pour ma deuxième série de soin…

Premier soin du jour, le bain de mer hydromassant : plongée dans une grande baignoire, des jets d’eau massants alternent sur différents points du corps, mes chevilles au bas du cou. Pendant ce temps là, des LEDS placées un peu partout chagent agréablement de couleur, alternant entre le bleu, le magenta et le pourpre. Plutôt agréable !

Je poursuis avec le soin qui est sans doute le plus original : le Lagon de relaxation. Attention, ça ne conviendra sans doute pas à tout le monde ! On flotte, les oreilles plongées dans l’eau, placée dans une petite “alcove” dans une piscine d’eau très salée avec la voix de la thérapeute et de la musique pour se détendre. Les sons vous parviennent dans l’eau! On a que le visage et un peu le ventre qui soit au dessus de la surface. Pour moi qui aime ce genre de chose, et qui fait de la relaxation depuis des années, c’est un moment agréable. D’autre passeront leur chemin. Je regretterai quand même que l’eau ne soit pas un peu plus chaude et le lagon aurait sans doute besoin d’un petit coup de frais.

Et enfin, pour conclure; l’enveloppement hydratant : sans doute le plus connu des soins. On vous enduit d’un masque hydratant avant de vous envelopper dans une couverture chauffante et lorsqu’on ouvre tout après 15 minutes, votre peau est tout douce! Le bonus ? La sensation de bien être qu procure la couverture chauffante, on a juste envie de s’endormir, comme une chenille dans son cocon.

C’est donc à moitié dans le gaz que je retourne dans ma chambre pour rassembler mes affaires… Il est presque l’heure de quitter Biarritz mais certainement pas sans avoir dîner!

13h30

J’ai rendez-vous avec Evelyne, la responsable la thalasso, au restaurant de l’hôtel « Le B ». Sa particularité, à côté des plats à la carte, est d’offrir un menu 3 services à 400 calories ou moins pour ceux qui sont en cure minceur… J’ai préféré quand même tenter le menu du marché. La cuisine du sud-ouest est riche et pleine de saveur, j’ai donc opté pour le menu du marché et je me suis régalée. On retrouve des spécialités de la région (foies gras, agneau, cerise noire) mais modernisée. Le fois gras est accompagné d’une salade d’herbes, les côtés d’agneau d’une purée de légumes qui a vraiment le goût de légumes, ou un blanc-manger au coco, mais avec des fruits du coin ! C’était fin, gouteux, léger… Et la carte des vins est aussi excellente. Pendant que je déguste, je discute avec Evelyne, je l’interroge sur la thalasso, un type de séjour qui revient en vogue après une période d’oubli. Le type de visiteurs aussi change, la clientèle s’internationalise de plus en plus.  Je m’étonne du nombre d’hommes, plutôt jeune, présents. J’ai encore le cliché de la thalasso pour personnes âgées. Evelyne rit. « Oui, en général, la première fois, c’est leurs femmes qui les oblige à venir. La deuxième fois, ils viennent de leur plein gré et seul et la troisième fois, ils ramènent des copains. »

16h

Je traîne les pieds, je n’ai pas envie de quitter cette bulle de confort et ce ciel tout bleu. Pourtant… je prends congé de l’hôtel et de son personnel et en route pour l’aéroport!

Je partais tenter l’expérience de la thalassothérapie l’esprit ouvert, mais sceptique.  Je pensais revenir de ces 24 heures passées là-bas (vive l’avion!) un peu fatiguée, peut-être même plus qu’avant d’être partie… eh bien, non ! Parfaitement détendue, réénergisée par les soins et l’air de l’océan, j’étais prête à affronter la semaine (et ce niveau d’énergie a tenu jusqu’au vendredi). Comme quoi, même en si peu de temps, le bien-être, c’est possible…  Et se gâter une fois de temps en temps, ça fait un bien fou. Une fois n’est pas coutume!

Pour aller plus loin
Rejoindre Biarritz

Pour une visite express, pas le choix, ce sera l’avion! Iln’existe pas de liaison directe depuis Bruxelles National mais bien à partir de Charleroi-Brussels South avec RyanAir.

Si vous avez plus de temps, Biarritz est aussi accessible en TGV (avec changement de Paris Nord à la Gare Montparnasse)

Cette première expérience de thalasso est une collaboration avec Atout France dans le cadre de l’opération #WellnessElle. L’auteure se réserve toute son indépendance.
Port Maravilha : Le Rio de Janeiro de demain
Argentine: A travers le Delta du Paraná, à Tigre




En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer