- Copenhague , Danemark -

September 2013

Cap sur Copenhague – Vesterbro, histoire de renaissance !

Copenhaguen Central Station

J’ai longtemps traîné avec moi les sensations ramenées de mon expérience à Christiania… Jusqu’aux portes de l’Opéra, à vrai dire. Sur le chemin, j’ai croisé des quartiers, nouvellement sortis de terre et tout semble soudain, presque trop parfait… ces maisons bien alignées, ces petits jardins, ces pistes cyclables et ce souci du recyclable… Tout est net, propre… Sans doute trop. Je me demande si ce n’est pas à çà que les premiers Christianites ont essayé d’échapper! Après un détour pour une mini-sieste à l’hôtel, je prends la direction de la Gare centrale de Copenhague. Elle sera mon point de départ pour une courte expédition dans le quartier de Vesterbro. Et je dois dire que j’ai un certain coup de cœur pour cette gare, mi-chalet en bois, mi-château médiéval, une lumière jaune-orangée filtre dans une salle des pas perdus aussi nickel qu’un endroit pareil puisse l’être. On se hâte lentement vers son train, d’autres attendent famille et amis qui ne tarderont pas à débarquer… des noms inconnus s’affichent sur écrans signalisateurs, des petites villes et villages, à côté de noms plus évocateurs: Aalborg, Odense ou Roskilde…. et d’autres destinations au delà des frontières, comme la voisine suédoise de Malmö.

Vesterbro

Je laisse le quartier de la Gare et m’engage sur Ia Istedgade après un passage sur la Vesterbrogade, l’une des grandes avenues qui traversent Vesterbro. Vesterbro, c’est une histoire maintenant bien connue des capitales nordiques : ancien quartier ouvrier et connu pour ses prostituées (tiens, comme Södermalm à Stockholm et Grünerløkka à Oslo), Vesterbro fut investie par les jeunes travailleurs et les artistes, en quête de logement à prix raisonnable et proche du centre ville. Mais ici, la gentrification n’a pas encore complètement pris… En tout cas pas sur Istedgade. Même si la majorité  des sex-shops ont laissé place à de petites boutiques, des bars ou des restaurants, cette avenue garde un côté “brut de décoffrage”, bien dépaysant en venant d’un Centre-ville qui semble tiré d’un livre d’image. Je n’aurai pas le temps de faire un tour dans le “Meatpacking District“, la partie la plus branchée de Vesterbro… mais rien qu’à parcourir cette longue rue, je vais obtenir  une bonne idée du quartier.

Vesterbro

Istedgade, c’est une suite de maisons à 4-5 étages, simples, un peu austères. Ici, pas de jolies places pour marquer la promenade du passant… en tout cas pas avant d’arriver au bout de l’avenue! A première vue, cela manque un peu de charme mais en y regardant mieux, on fait attention aux petites rues transversales, aux épiceries, aux magasins d’objets vintage, à tous les petits restaurants turcs, thaïlandais, libanais… Un petit goût de la vraie vie d’un Danemark multiculturel… et rien ne l’incarne mieux que Ricco’s Coffee. Vous en trouverez plusieurs à Copenhague (Ricco a réussi à s’imposer sur la scène du coffee bar) mais le Ricco’s original, il se trouve tout en bas d’Istedgade. Installé au Numéro 119, ouvrez l’œil quand vous passerez devant car vous risqueriez de le louper! L’endroit est minuscule. A l’intérieur, un barista latino-américain officie derrière son tout petit comptoir et bavarde avec les habitués. Un soleil de fin d’après-midi rentre à travers la porte et comme faire un bon café prend du temps et que tout le monde est d’excellente humeur, on bavarde. Les deux amis qui resteront au comptoir sont kurdes mais habitent ici depuis longtemps. Ils m’affirment avec force que ce n’est plus la peine d’aller chercher un autre café en ville. Même dans un autre Ricco’s. Le jeune homme qui les prépare est le meilleur! La jeune femme après moi est le portrait type de la Danoise. Grande, blonde, courtoise, elle viendra s’installer dans la minuscule salle pour papoter avec moi pendant que nous dégustons nos cappucinni. Une espèce de microcosme de ce qu’est devenu Vesterbro! Un peu plus haut sur l’autre trottoir, c’est Bang&Jensen qui va attirer mon attention. Cette ancienne pharmacie a ouvert une des voies du changement pour Vesterbro. A l’avant, il garde l’ancien caractère de la pharmacie et a un petit côté pub. Sous l’oeil et la pipe d’un marin reproduit de multiples fois, il doit être bien agréable d’y prendre son petit déjeuner. Par contre, à l’arrière, c’est un plutôt le design retro-seventies qui prime. C’est là que je vais me placer pour déguster une bière d’une micro-brasserie mais surtout, regarder la faune impossiblement cool qui hante le lieu… Rien que celà vaut le saut jusqu’ici! J’y passerai bien la soirée mais j’ai encore envie de me balader et de profiter de la pénombre qui se pose sur la ville. Je prends donc le bus en direction de la Place de l’Hôtel de Ville. Le temps d’arriver là, et le ciel est devenu violet… Copenhague by night commence à se montrer. L’air est doux et la terrasse sont quasi pleine en ce lundi soir.

Vesterbro

National Museum of Denmark

Le lendemain, j’aurai encore l’opportunité de visiter (en vitesse), l’étage préhistoire jusqu’à l’ère des vikings du Musée national du Danemark. (l’entrée est gratuite et la collection, impressionnante pour ceux qui adorent les hommes venus du nord). Je resterai fascinée par les objets religieux de l’âge de bronze… surtout celui du Chariot du Soleil, ou un cheval tire un énorme disque doré. Le cheval n’était pas le seul assistant du soleil pour les hommes de cette époque. Le poisson, le serpent et l’oiseau intervenaient pendant sa course et une barque le recueillait pour traverser la nuit. En regardant le grand disque, Lectrice, Lecteur, moi qui suis pourtant passionnée d’astronomie, j’en viens presque à regretter le temps où la poésie suppléait au manque de connaissance.

National Museum of Denmark

Je quitte Copenhague un peu frustrée, à peine ai-je eu le temps de me pe,cher sur les grandes pierres runiques du Musée. Et quand à ses fameuses boutiques de design, laisse-moi te dire que j’étais plus préoccupée de visiter que de m’enfermer dans les magasins… mais crois-moi, j’y reviendrai. Avec un gros budget et une grosse valise vide. Parce qu’à la simple vue des quelques vitrines, je crois que je ferai un malheur.

Pour en savoir plus sur Vesterbro:

http://www.dw.de/danemark-le-quartier-de-vesterbro/a-2870795 

Visionner le set Flickr
Un aperçu du Bahreïn : le souk de Manama
Aaaaaaah... le spa!




  1. argone
    le 24.10.2017

    J’imagine ta frustration de rester si peu de temps … tu y retourneras peut-être ?

  2. Melissa
    le 24.10.2017

    Surement même! Dès que je vois un bon deal passer et que j’ai le budget, HOP! 2 jours, c’est un peu short! J’en passerai au moins 4 voire 5.

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer