- Berlin , Allemagne -

January 2014

L’Ibis Kurfuerstendamm, bel oiseau de Berlin

4h30 du matin… le réveil sonne et il fait nuit noire. J’ai presque’envie de crier ma haine à ce moment là. Malgré l’hospitalité de l’Ibis Brussels Airport (sinon, j’étais bonne pour me lever à 3h30 du matin), la nuit a été courte. Trop courte. Je geins un peu en rejoignant la douche. Dans deux bonnes heures, mon avion décolle pour Berlin…

Ibis Expedition où la mission impossible

11h, un vol et une sieste plus tard, je me retrouve dans le lobby plein comme un œuf de l’Ibis Kurfuerstendamm. Ça bruisse de partout! Journalistes, staff du groupe Accor et blogueurs ont été réunis pour un événement bien particuliers… Tellement particuliers que même le Big Boss, Sébastien Bazin, avait fait le déplacement! C’est que l’ouverture du 1000e Ibis, ce n’est pas tous les jours que cela arrive! Eh oui, quand on compte toute la gamme (Ibis classique, Ibis Budget et Ibis Style), ce nouvel oiseau berlinois marque une étape mis aussi un tournant pour le grand groupe hôtelier… C’est aussi l’occasion de compléter une mue qui a commencé il y a plus d’un an. La concurrence dans l’hôtellerie à budget abordable devient féroce. Quand on sait que même des auberges de jeunesse se lancent dans les chambres individuelles et que des sites de locations de chambres ou d’appartement de particuliers comme AirBnB ou Wimdu prennent de plus en plus d’ampleur, il fallait contre-attaquer. Première étape: revenir à l’essentiel de ce qu’est un hôtel: un endroit pour dormir. C’est ainsi qu’on a vu apparaître les nouveaux Sweetbeds d’Ibis. J’avais déjà eu l’occasion de le tester dans d’autre circonstance à Paris et comme je le disais à l’époque: j’y avais passé une des mes meilleures nuits depuis longtemps.

Apparemment, pour ces aventuriers de l’impossible, ce fut aussi le cas (ou ils font bien semblant).

Se refaire une beauté

Deuxième étape: le look. Dans un monde concurrentiel, quand on est une chaîne est que l’époque est l’individualisation, il fallait que la chaîne se donne un coup de jeune!  Petit à petit, les Ibis vont changer de peau et celui de Kurfuerstendamm est une vitrine parfaite de ce que ce sera… Par contre, pour les chambres, le tout nouveau concept sera inauguré à Rotterdam et ressemblera à çà :

La chambre où j’ai passé la nuit ressemble aux photos qui suivent.

Avec l’ouverture d’un Ibis tous les trois jours, on peut dire que le plan est ambitieux… mais le marché des pays émergents est en plein essor. Perso, j’aime beaucoup ce nouveau look, entre le cîté urbain du béton, la chaleur du bois et les couleurs rouges, oranges, chaleureuses, utilisées pour la marque (pour Ibis Budget, qui partage ici le rez-de-chaussée avec son grand-frère), la palette de couleurs est encore plus vitaminée. On a essayé de casser les espaces et de créer un lobby comme un grand salon, où l’on peut se retrouver autour du bar, le lobby devient lieu de socialisation.  Il y a un seul hic: ce sera le même code pour tous!  Une uniformisation qui conviendra sans doute aux road warriors pour qui les hôtels sont un peu leurs maisons. Personnellement, on préfère l’approche des Ibis Styles, qui collabore avec des jeunes designers locaux pour habiller leurs hôtels.Vu les prix proposés, ces hôtels conviennent aussi aux voyageurs qui gardent un œil sur leur budget, sans devoir sacrifier au confort.

 

Et roule la Trabi

Après une conférence de presse rondement menée, je rencontre les blogueurs francophones présents: certains que je connais et/ou suis depuis un moment, comme Piotr de www.bien-voyager.com, Sarah du www.leblogdesarah.com, Laura, de lafrange.net, Julia de www.juliachou.fr et Emily de www.travelandfilm.com. D’autres, que je découvre, comme Charles de www.blogtrotter.co, Morgane  de www.morganewho.com, Maïder de www.iletaitunefaim.com) et Alexandre de www.tuxboard.com. L’esprit encore à l’envers de ce week-end à Helsinki et le fait que je débarque plus tard que les autres me fait un peu arriver comme un cheveu dans la soupe mais tout çà sera vite oublié grâce à une ballade en Traban, la mythique bagnole est-allemande! C’est une vraie procession de ces petites voitures qui nous attend devant l’hôtel! Laquelle choisir… certaines sont peintes des couleurs de l’arc-en ciel, d’autres à taches de léopard. Moi, je zyeutes la plus banale d’entres elles. Elle est beige, sans fioritures. Elle semble ne pas avoir changé depuis sa sortie de l’usine. Je vois que Piotr à la même idée que moi. Nous embarquons donc à bords de la Trabi avec Charles. Ces deux garçons tout en jambes sont quasi pliés en deux et même moi qui suis un petit format, je me sens un peu coincée… Et nous voilà sillonnant les boulevards de Berlin, en procession, dans un nuage odorant d’essence, sous les regards amusés des touristes pendant qu’un guide nous informe depuis un haut-parleur. j’avais vu juste: notre Trabi est d’une couleur originale (il n’y en avait que 4-5) et vu le délai d’attente pour en recevoir (il fallait attendre 12 ans pour en recevoir une), la Trabant était une des rares voitures à être plus chère d’occasion que neuve!

Lorsque nous rentrons à l’hôtel, surprise: des danseuses indonésiennes, gracieuses et souples comme des roseaux terminent un spectacle dans le lobby… elles n’ont pas le temps de quitter l’endroit que des sifflets et tambours résonnent à l’autre bout de l’hôtel: c’est un groupe de musiciens et danseuses brésiliens qui arrivent dans un fracas de sifflets et de tambours. Je n’ai pas le temps de dire “Ouf” que je me retrouve nez-à-nez avec le fessier parfait d’une danseuse de samba. Et pour cause: les jumeaux de l’Ibis berlinois; celui de Surabaya en Indonesia, et de Rio Bottafogo au Brésil ouvrent aussi leurs portes!

Cette soirée là

Ça, c’était l’avant-bouche de la soirée qui nous attendait. Le parking de l’hôtel a été transformé en 4 mondes avec à chaque fois, le Sweetbed en pièce maîtresse: le lit au milieu de la savane, le lit en Antarctique, le lit dans la jungle et le lit au bord du volcan. 4 ambiances bien différentes où les participants ont pu poser pour la postérité et vivre leur rêve de lieu incongru (perso,j’ai un faible pour le lit jungle… et m’endormir au coassement des grenouilles tropicales). Mais surtout, on a pu y voir quelques blogueurs se déhancher d’une manière surprenante, rire, oublier de parler de SEO ou de stratégie… Et moi de naviguer de France en Flandre avec la petite délégation belgo-néerlandaise présente à Berlin. On raconte même que l’on m’aurait vu faire du collé-serré à un pingouin débauché du monde antarctique après la fin de son service potiche… mais ce ne sont que des “on-dit de fin de soirée”!

Alors, c’était comment ce Sweetbed? 

Telle Cendrillon, je me suis enfuie à minuit, complètement vannée et ayant déjà bien tiré sur mes réserves d’énergie. Et puis, il fallait bien que je constate ce que valais ce Sweetbed! Je rejoins ma chambre. Elle est sobre, chaleureuse dans les tons beige, taupe avec touches de rouge. Fonctionnelle en tout cas. Il y a assez d’espace pour ranger ses affaires, même si je trouve un peu bizarre que le petit placard soit coincé à l’autre bout opposé de la salle de bain! Comparés aux autre Ibis, la douche est plus grande ‘chouette!). Pour moi, ce n’est pas un problème mais je sais que certains s’en plaignaient et comble du bonheur pour une fille : il y a un sèche-cheveux! Par contre, j’ai offert un joli strip-tease au bureau d’en face… et l’insonorisation est plutôt médiocre (première fois que j’entends aussi fort mes voisins du dessus) par contre, le lit tient toutes ses promesses! Matelas ferme comme il faut avec juste assez de moelleux apporté par le sur-matelas… Pour que ce lit soit parfait, il ne manque plus qu’un “pillow menu” mais on entre dans une autre catégorie d’hôtel!

Et ne négligeons pas de mentionner que le wi-fi et le petit-déjeuner sont compris!

C’est après avoir dormi comme un bébé que je découvre un Berlin couvert de neige en ouvrant mes rideaux… La ville s’offre à moi pour l’après-midi. Mais çà, c’est une autre histoire!

Ce voyage de presse était organisé par Accor dans le cadre d’Ibis expedition.


Ibis Berlin Kurfürstendamm

Bayreuther Straße 39
Berlin
A partir de 65€ par nuit

Ibis Budget Berlin Kurfürstendamm (juste à côté)
A partir de 41€





  1. Charles
    le 13.12.2017

    Je ne sais absolument pas ce que je foutais à la sortie du Trabant mais j’ai loupé les danseuses indonésiennes. Pendant que je dépliais mes jambes de la voiture peut-être 🙂 Tant pis… et puis que les danseuses de samba ont plutôt bien lancé le ton de la soirée!

  2. Melissa
    le 13.12.2017

    Je pense que tu étais à la recherche de ton permis et de ta mini-Trabi 😉

  3. Emilyz
    le 13.12.2017

    Moi j’ai carrément loupé toutes les danseuses, mais bon la soirée était exceptionnelle.

  4. Melissa
    le 13.12.2017

    Tu ne sais pas ce que tu avais loupé. Je n’avais jamais vu de si belles fesses de femmes de si près! 😉

  5. Une folle nuit... à l'hôtel Ibis de Berlin
    le 13.12.2017

    […] ou d’autres que je connais sur internet, mais pas encore dans la vraie vie, comme Mélissa Loves travel, Maider d’Il était une faim, Alex de Tuxboard, ou encore Piotr de Bien […]

  6. 2014, du bonheur et de la guigne. Vive 2015 ! - Mel Loves Travels
    le 13.12.2017

    […]  J’enchaînais directement avec une folle fête dans le parking d’un hôtel berlinois (et une danse avec un pingouin) et une de mes plus chouettes rencontres de l’année lors […]

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer