Je vais te faire une confidence Lectrice, Lecteur : ça faisait un moment que j’avais envie de naviguer sur un navire des croisières MSC. Habituée aux lignes américaines, j’étais curieuse de tester la seule compagnie 100% européenne. Chose faîte avec ces quelques jours en Méditerranée à bords du MSC Orchestra sur invitation de MSC Belgique.

C’est à Gênes que nous allons embarquer mes complices de croisière et moi : Alerte à Liège, Style_and_Travel, Drink & Lipstick et Florence Ackermans. Processus bien rôdé et super-rapide, mais qui nécessite de franchir plusieurs étapes (vérifications des billets, enregistrement) avant d’enfin arriver enfin sur le navire. Le MSC Orchestra est ce qu’on appelle un « paquebot de taille moyenne » : avec un peu plus de 3000 passagers, c’est le deuxième plus petit paquebot sur lequel j’ai jamais navigué. Même si c’est encore assez gros, ce n’est rien comparé aux 6000 du Symphony of the Seas.

J’ai à peine embarqué que je me dirige vers ma cabine. Première différence avec les compagnies américaines : ma « cruise card », qui sert à la fois de clé pour ma cabine et de portefeuille à bords, n’est pas délivrée à l’embarquement mais m’attends dans ma cabine. Une jolie cabine de type Aurea (qui donne accès à certains privilèges, entre autre au spa, mais j'y reviendrai) d’une belle taille et surtout un très grand balcon et laisse=moi te dire, Lectrice, Lecteur, qu'une fois que tu voyages dans une cabine avec balcon, c'est difficile de revenir en arrière.  Tous les matins, je me suis levée avec le soleil pour profiter de la vue entre terre et mer et tous les soirs, je me suis installée sur ma chaise pour observer les étoiles dans l'air tiède de l'été.

Mais au moment de découvrir ma cabine, je me dépêche de tâter l’immense lit qui trône tout blanc dans la chambre : coussins moelleux, matelas ferme mais sur-matelas doux. Il remplira toutes ses promesses.

Passons à la visite du MSC Orchestra ! Même si il est « petit », il y a pas mal de choses à voir !

Le lobby et les lounges du MSC Orchestra

Le lobby est toujours le cœur du bateau. C’est en général là que l’on trouve la réception, quelques bars… Il y donc toujours beaucoup de monde. Le lobby de l’Orchestra est d’une taille modeste, même s’il s’élève sur 3 ponts. C’est un peu déroutant quand on est habitué.e à des piazzas immenses, style cathédrale. Tous les regards sont attirés par une sculpture lumineuse, couleur vert d’eau, qui forme comme une grande vague. A l’heure de pointe (juste avant l’heure de dîner et à l’embarquement/désembarquement), il y a BEAUCOUP de monde… et la taille du lobby a un peu de peine à contenir tout çà mais le reste du temps, c’est un coin plutôt tranquille. Autour du lobby s’articulent des bars, des boutiques, c’est aussi le point d’accès aux espaces publics comme les 3 lounges (Amber Bar, Savannah Bar - devenu notre préféré et affectueusement surnommé par nous, "le Lépoard" - et le Shaker Lounge) mais aussi, vers le théâtre, le casino (où votre blogueuse a gagné une mini-fortune à la roulette, promptement dépensée en jambon à Barcelone) et les restaurants.

Manger et boire à bord du MSC Orchestra

L’Orchestra compte deux restaurants principaux inclus dans le forfait de base : le Villa Borghese et l’Ibiscus. Sur ce navire, les heures du dîner ainsi que le restaurant sont fixes (soit premier service, soit deuxième service). Vous trouverez l’information sur votre cruise card. De notre côté, nous avions choisi le 2ème service et étions placées au restaurant Hibiscus, mon préféré des deux ! Sachez que vous pouvez aller au restaurant aux trois repas de la journée, et pas seulement qu’au dîner.

Pour les plus gourmands, il existe deux restaurants hors-forfait : Le Four Seasons (restaurant italien, que nous n’avons pas testé) et le Shangaï, un restaurant pan-asiatique où le service est aux petits oignons.

A côté de cela, il y a l’inévitable buffet, La Piazzetta, ouvert 20h/24 (ce qui est quand même pas mal). Et c’est ici que l’on détecte bien l’ADN italien de la compagnie : il y a toute une section dédiée aux pâtes.

L’autre touche italienne, c’est évidemment le café. Et cafés premium (hors-forfait) sont servis au Amber Bar. Vous pourrez les acheter soit à la carte, soit dans un forfait.

Pour compléter l’offre, un bar à vin/bar à tapas (La Cantinella) et un Cigar-whisky Bar (La Cubana) sont aussi présent.

Première surprise à propos de la nourriture : la qualité des repas dans les restaurants compris dans le forfait. Meilleure que sur les navires que j’avais pu tester jusqu’alors, même au buffer.

Deuxième bonne surprise, la quantité servie au restaurant. Juste bien. J’avais eu l’habitude de plats bien copieux qui étaient difficiles à finir (bonjour le gaspillage) et ici, non. La juste quantité, la saveur était aussi au rendez-vous. Top.

Le MSC Aurea Spa

Pas un navire de croisière sans une section importante réservée au spa et au bien-être, le MSC Orchestra n'échappe pas à la règle. Le spa Aurea s'étale sur pas moins de deux ponts et est divisé en plusieurs zones : un espace beauté, un espace gym et un espace bien-être avec salle de soin, sauna, hammam et suite thermale (accessible avec surplus). C'est une des parties les plus réussies du bateau, on se sent tout de suite bien dès qu'on entre dans le spa et la suite thermale avec vue sur la mer est un véritable régal pour celles et ceux qui aiment buller les jours de mer (en tout cas, nous, on en a bien profité). Sachez qu'en réservant une cabine de type « Aurea » (la même où j'ai séjourné), vous aurez automatiquement accès à la suite thermale.

Et à l'extérieur ?

Le pont où se trouve les piscines est toujours le plus populaire d'un paquebot et ne soyez pas étonné.e.s si dès le petit matin, des serviettes sont déjà disposées sur les chaises longues (les places sont chères). Heureusement en Méditerranée, l'itinéraire étant très intensif au niveau des escales, il restait pas mal de place pour pouvoir profiter du soleil une fois revenu.e.s à bord. Les espaces piscines sont en tout cas réalisés avec pas mal de goût et pour vous rafraîchir, les petits bars ne manquent pas. Il y a même un bar qui propose de vrais gelati (en supplément) ! Pour les familles et le plus sportifs, le pont supérieur offre aussi un mini-golf et un terrain de basket tout en haut du bateau.

Et les activités à bords du MSC Orchestra ?

C'est une question qui revient souvent quand on me parle de croisière : est-ce qu'on va s'ennuyer ? Eh bien non ! Tous les soirs, vous allez retrouver dans votre cabine votre journal de croisière qui liste toutes les activités de la journée. Pas d'activités extravagantes ici, le navire étant plus petit, on reste dans le classique : des quizzes, des dégustations de vin, des cours de danse... Mais c'est le soir que l'offre est impressionnante. Déjà, il y a les grands spectacles qui se déroulent au « Covent Garden », le grand théâtre du navire, suivent les autres spectacles type stand-up, magie, etc. au Shaker Lounge, les musiciens live dans différent bars, le casino « Palm Beach » et pour les noctambules, le club R2-D2 réjouira ceux qui aiment danser jusqu'au bout de la nuit.

Vous voyagez en famille ? MSC compte un espace pour les enfants ainsi que pour les ados mais à part vous signaler leur existence, je ne peux rien en dire de plus, ne les ayant pas visité.

Les escales et excursions

MSC étant d'origine italienne, son terrain d'expertise est la Méditerranée dans son ensemble. Notre mini-croisière partait du port de Gènes et s’arrêtait à Marseille et Palma de Majorque avant d'arriver à Barcelone pour le débarquement. Un itinéraire donc plutôt intensif point de vue escales mais également très diversifié puisque 3 pays sont explorés en seulement 3 nuits.

Histoire d'avoir une vision de ce que MSC propose à ses passagers, nous avons participé à une excursion lors de notre escale à Marseille. Une excursion qui nous a menées jusqu'en Avignon pour la journée.

Le matin, tous les participants ont rendez-vous à un point du bateau (en général un des lounges) pour s'enregistrer et savoir dans quel bus ils vont embarquer. A partir de là, vous êtes pris en charge du début à la fin avec un.e guide qui vous accompagne lors des visites. C'était une première pour moi car d'habitude en croisière, soit je vais à l'aventure toute seule, soit je tombais sur un.e guide local.e que j'engageais pour la journée. Et je dois dire que je n'ai pas trop aimé... si l'organisation était au point, suivre un groupe à la trace, ce n'est vraiment pas mon truc mais il fallait que je teste et c'est toujours une bonne chose de se mettre dans la peau d'un passager lambda. Par contre, le gros avantage de réserver une excursion avec MSC, c'est l'assurance que même si il arrivait quelque chose sur la route, vous ne rateriez pas votre bateau au retour. Et je sais que c'est une hantise pour pas mal de gens.

A l'escale de Palma de Majorque, nous avons par contre profité de la ville à notre rythme, ce qui était beaucoup plus agréable, d'autant plus que l'escale était assez longue. Et pour ceux qui auraient aimé explorer l'intérieur de Majorque (et qui ont le permis), louer une voiture pour la journée est toujours une possibilité.

J'en parlais dans un article précédent, il faut faire le deuil de la frustration qu'on peut ressentir lors des escales. Je prends cela comme un « amuse-bouche ». Une fenêtre sur ce qu'une ville, une ville, une région a à proposer et si j'ai un coup de cœur (comme ce fut le cas pour la Dominique ou l'île de la Grenade), je fais des projets pour y aller par moi-même.

Politique de la gestion du plastique chez MSC

Voilà pour le bateau... mais tu te souviens, Lectrice, Lecteur, que j'avais promis sur Instagram d'en savoir plus sur la politique de recyclage et de la réduction des émissions polluantes des navires de MSC ainsi que sur le futur d'une navigation propre. J'ai donc posé quelques questions à MSC et tu pourras lire leurs réponses complètes ici.

La croisière est devenue un mode de vacances de plus en plus populaire avec un nombre de navires qui croît de plus en plus. Sachant qu'un paquebot pollue autant qu'une petite ville, on peut légitimement se poser pas mal de questions. Sans parler de la question du sur-tourisme qui est un autre point épineux.

Eh bien je vais d'abords parler des bonnes nouvelles : il y a une prise de conscience des grandes lignes de croisière. La mer, c'est leur business et un outil de travail, ça s'entretient. A la mi-octobre, MSC a annoncé un programme pour graduellement se passer de plastique sur leurs navires. A commencer par les pailles, puis d'autres objets en plastique à usage unique (gobelets, touillettes, sacs...) seront progressivement retirés d'ici mars 2019.

Qu'en est-il est des émissions de gaz ?

Pour le moment, la compagnie est en train d'installer des systèmes de nettoyage des gaz d’échappement (EGCS) sur leurs navires nouvellement construits ainsi que sur la majeure partie de leur flotte existante. D'ici la fin 2019, 12 de leurs 17 navires seront équipés de ce système. Ce système permet d'éliminer plus de 90% des émissions de dioxyde souffre et une même proportion de particules fines (par contre, pour le dioxyde d'azote, ce n’est pas brillant avec 5% en moins).

L'autre approche est celle de carburant plus propre, notamment à faible teneur en soufre. Particulièrement dans le cas des navires qui ne sont pas équipés de système de nettoyage.

La limite pour la réduction drastique des émissions de soufre pour tous les bateaux, qu'ils soient des paquebots ou des navires de la marine marchande, est 2020 suite à la signature de l'accord MARPOL – Annexe VI (merci l'Organisation maritime internationale).

La gestion des déchets à bord

Avec 3000 passagers et plus de mille membres d'équipage (dans ce cas-ci, certains navires sont plus gros), un paquebot, ça en produit des déchets. J'aurai bien voulu me balader avec l'Environment officer (tous les navires MSC -et pas que – en ont un) mais voilà... je m'y suis prise un peu trop tard pour demander.

J'ai quand même posé la question... et d'abords sur le rôle d'Environment officer. C'est lui/elle qui veille à la bonne exécution du plan environnemental de la compagnie et à la gestion des déchets à bord. Il/elle doit activement se tenir à jour des règles de gestion des déchets à bords d'un navire et doit former et informer l'équipage.

Du point de vue des déchets, ceux-ci sont triés (restes de nourriture biologique, papier et carton, plastiques - sale ou recyclable-, verre, aluminium) et le recyclage est une priorité, la compagnie ayant des partenariats spécifiques dans ce domaine dans différents pays.

Enfin, une ligne de téléphone spécifique est ouverte et les membres d'équipage sont priés de signaler tout incident susceptible d'avoir une incidence sur la protection de l'environnement.

Et les investissements dans les technologies plus propres ? Qu'en est-il ?

Une autre bonne nouvelle, la technologie évolue sans cesse. Le problème, c'est l'application. Car si les solutions existent déjà pour résoudre le problème des énergies fossiles, c'est la concrétisation qui est bien compliquée et qui se heurte à pas mal d'obstacles (les intérêts économiques n'étant pas les moindres). Mais ça ne veut pas dire que rien n'est fait. J'ai donc posé la question à MSC sur leur implication dans les technologies pour rendre leurs vaisseaux plus propres.

Certains de leur futurs navires seront alimenté avec du gaz naturel liquéfié (GNL). Ça reste un combustible fossile, mais plus propre que le diesel qui est utilisé actuellement et qui permet de faire baisser drastiquement les émissions de dioxyde de souffre et dioxyde d'azote (respectivement 99 et 85%).

D'autres investissements sont encore en cours mais malheureusement, on est encore loin de pouvoir propulser des paquebots uniquement à l'aide d'énergie renouvelable, même si la technologie existe.

J'ai bien conscience que les mesures prises ne sont pas suffisantes, étant donné les énormes enjeux écologiques et qu'il reste encore pas mal de chemin à faire mais je suis convaincue que tant que les acteurs économiques ne se sentent pas concernés, le changement ne peut avoir lieu. Du moins son accélération. C'est très frustrant parce que ça n'arrive pas assez vite mais c'est aussi notre devoir de consommateurs d'exprimer notre envie de plus d'effort. En tout cas, je constate que le changement est en mouvement dans l'industrie des croisières, enfin.

Si vous êtes intéressé.e.s, voici le lien vers les réponses détaillées que MSC m'a envoyées suite à mes questions. 

En conclusion

J’ai aimé :

La taille pas trop grande du navire

Le style de croisière plus traditionnel

La qualité de la nourriture

Le personnel mutilingue et très serviable

L’itinéraire

Le prix raisonnable des boissons si on n’achète pas de forfait

J’ai moins aimé

Certains espaces publics (comme le lobby), un peu petit pour le nombre de passagers

La sollicitation constante pour acheter. C’est une généralité sur la plupart des compagnies de croisière. Votre forfait de base comprend pas mal de choses (gîte, couvert et boisson de base comme de l’eau, du jus de fruit et du café des machines au buffet). Il existe des tas de forfaits à ajouter pour un peu de tout (sodas illimités, alcool illimité, forfait bière, forfait vin, photos, pass internet) etc. La liste est impressionnante), des tentations de tous les instants (photos, gelait, etc.), sans compter les excursions, si vous souhaitez réserver avec la compagnie Sachez que le prix de base d’une croisière ne sera pas le budget total de vos vacances. Ce sera sans doute la moitié.

Une déco qui commence à montrer son âge à certains endroits

Les excursions

Voilà, vous avez tous les éléments pour choisir votre croisière MSC en connaissance de cause. Il s'agissait d'une expérience inédite pour moi : la première fois sur MSC mais aussi, la première fois que je n'y allais pas en couple. Ce qui m'a donné une idée de ce que ça pouvait être si je naviguais entre copines. C 'est une tout autre perspective !

A toi maintenant de décider si la croisière est un mode de voyage fait pour toi ! Peut-être en testant un itinéraire d'une nuit ? (oui, oui, ça existe, j'en ai vu sur le site de MSC, vous pouvez par exemple rallier Marseille à Gènes pour 70 € pour une signle, 55€ par personne si vous naviguez à deux ).

Cette escapade en Méditerranée s'est déroulée suite à l'invitation de MSC Croisières Belgique. Les opinions de l'auteure restent libre. Malgré l'octroi d'une danse avec un officier.