- Chisinau , Moldavie -

September 2011

Ivresse moldave : Chișinău, la fuyante

Cet article est le 1er de la série qui parait dans le cadre du Pari de Méli!

Le tout début de l’après-midi, et je me réveille avec l’impression de devoir cuver une énorme beuverie. Je mords sur ma chique! J’achèterai au passage une bouteille de boisson pétillante et caféinée pour me soutenir le long de la journée… En prévision de ma visite de Chișinău, j’ai téléchargé sur mon smartphone le guide Moldavie de Triposo. La carte de la ville non seulement pointe les endroits à voir, est en plus accessible hors-ligne et le GPS signale votre position donc, si vous aimez vous perdre, il y a toujours moyen de retrouver votre chemin par après.

 

Je me mets en route: il fait chaud… TRES chaud! L’été n’a pas encore fini de briller sur Chișinău mais je vais très vite découvrir que quasi toutes les rues sont plantées d’arbres pour ombrager le promeneur et le passant. J’arrive sur la place qui marque le début de l’avenue Stefan cel Mare, le grand axe central de la ville. C’est ici que sont rassemblés la majorité de ce qu’il y a à voir en ville. Ma première impression va marquer le reste de ma découverte: celle d’une certaine anarchie due aux circonstances et à l’histoire. Un monument au style soviétique sur fond de bâtiment plus ancien et une pub pour une marque de vêtement de masse… Cela représente assez bien ce qui se passe en Moldavie, pays encore en transition et en prise à pas mal de difficultés.

A Chișinău en tout cas, il ne semble pas aux premiers abords que la vie soit difficile. Les jolies moldaves à la dernière mode font claquer leurs stillettoes sur un trottoir parfois défoncé et de jeunes hommes en costumes à l’italienne ou en jeans et T-shirts de marques les regardent passer en buvant négligemment une Cvas dans un des bars de rue qu’on trouve tous les 10 mètres le longs de l’avenue.  Je m’aventure du côté du Monastère Sf. Teodor Tiron dont les bulbes bleus et or sont en cours de restauration (les bâtiments religieux semblent être ceux auxquels on a porté le plus attention) puis reviens vers l’avenue.

Étrangement, il n’y a pas tellement de bâtiment qui marque l’esprit à Chișinău, si ce n’est le théâtre du l’Opéra et Ballet National, qui est sans doute ce que les Soviétiques ont laissé de plus joli dans la ville. C’est bien la première fois que mon esprit ne reste pas marqué par une caractéristique architecturale. C’est comme si cette ville était devenue une capitale après coup… Ce qui n’est pourtant pas tout à fait le cas.


Non, ce que Chișinău  fait de meilleurs, ce sont les parcs! De vrais havres de paix où l’on s’enfonce pour oublier l’incessante circulation, où toutes les générations se retrouvent et où il fait bon déguster un petit plat à l’ombre des parasols. C’est d’ailleurs du côté de l’Arc de Triomphe que l’on trouvera la cathédrale Nașterea Domnulu et la chouette terrasse du Café Régal tandis que juste de l’autre côté de la rue, derrière la grande statue de Stefan cel Mare, on peut se balader dans le parc du même nom.

Je vous disais que la Moldavie était un pays champêtre!

Dans une des rues parallèle, la Strada Bucuresti, on retrouve un peu du vieux Chișinău. Des petites maisons à un étage, peintes de couleurs pastels, des arbres bien sûr, le joli château qui abrite l’ambassade américaine (gardée par des soldats de l’armée moldave, tous de noir vêtus, et disons-le, un peu sinistres)  et le château  de Sfatul Țării qui sert à présent d’Académie de musique et des beaux-arts…

Le soleil se couche quand j’ai terminé mon round d’observation… Je m’assieds à la terrasse du Café Greenhills et en sirotant ma première bière moldave (Chișinău Aura, bien sûr), je prends le temps de rassembler mes premières impressions, un peu déconcertantes je dois bien l’admettre… Je ne serai dire si j’aime cette ville ou pas.





  1. Le pari de Méli: le défi! | Pensées sans importance
    le 15.12.2017

    […] Le premier article est paru chez Mel Loves Travels (“Ivresse moldave : Chișinău, la fuyante“) […]

  2. Les Baroudeurs
    le 15.12.2017

    Tiens…tiens…C’est vrai qu’on y pense jamais à la Moldavie ! Merci 🙂

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer