- Hangi Roa , Rapa Nui -

March 2015

Ma musique du départ #26 : Hiva kara rere

Tapati… comme un cri au milieu de l’océan, le mot claque dans le vent. Tapati, c’est le mot qui appelle le monde à Rapa Nui, qui réclame ses enfants exilés.

Tapati, c’est sans doute aussi le meilleur moment pour visiter l’île de Pâques. Pendant quasi un mois, ce festival y célèbre la culture sous toutes ses formes : artisanat, chants, danses, comptes, prouesses physiques des « aitos » (les champions des deux grands groupes de l’île) et bien entendu, la musique est omniprésente… et rien n’est plus omniprésente que « Hiva kara rere » (ou  « Hiva rara here », selon les versions, le nom du dieu de la pluie). C’est carrément un hymne que l’on entend chaque jour quand il s’agit d’ouvrir les compétitions, pendant les temps de pause… ce petit air sautillant de ukulele accompagnera chacun des voyageurs qui passera par Rapa Nui.

Presqu’encore plus que les Moaïs, ces gigantesques sculptures des ancêtres qui veillent sur l’île et ses habitants, « Hiva kara rere » est ce qui évoque Rapa Nui, ses habitants et leur fierté retrouvée.

Lien vers la playlist Spotify

#MelDoestheWorld : Paraty, carte postale brésilienne
Belfast, phénix d'Irlande du Nord