- Vasto , Italie -

August 2011

Ti amo, Abruzzo (Les pierres silencieuses de Vasto)

L’appareil photo autour du cou, je prends garde de marcher bien à l’ombre. Il est à peine 9 heures et dans les rues de Vasto, il fait chaud. Très chaud.

La canicule semble s’être installée depuis quelques jours sur le cente-sud de l’Italie. Il n’y a même pas un souffle de vent pour rafraîchir l’atmosphère! Pour le moment, cela ne m’empêche pas de refaire connaissance avec Vasto Cittá, que je vois presque tous les jours perchée sur sa colline depuis la mer.

Le vieux centre n’est pas très grand, encadré par le Viale Historium (le nom romain de Vasto) et le Corso Mancini, on peut tranquillement s’y balader toute une matinée. Bien que les origines de la ville soient antiques, la plupart des bâtiment datent du milieu du XVIe siècle, la ville ayant été saccagée par la flotte ottomane Piyale Pasha.  A peine sortie du bus, je tombe sur ma première église, Maria Santissima del Carmine. Bien qu’ancienne, l’église actuelle date du milieu du XVIIe et j’y retrouve une vieille connaissance: un autel à Saint-Nicolas, un saint très vénéré dans cette partie de l’Italie puisque ses ossements sont conservés un plus bas sur la côte, dans les Pouilles, à Bari.

Sans plan, je prends les ruelles dont les aspects me plaisent. Il n’y a quasi personne! Suis-je trop matinale? Vasto est-elle ignorée des touristes? Même les magasins ne sont pas ouverts! J’ai un peu l’impression d’avoir la cité pour moi toute seule comme terrain de jeu. J’avais oublié. Oublié comment la vieille ville était semblable à mon village, avec plus de ruelles que de vraies rues, de lourdes portes en bois gardant l’entrée de maisons de grosses pierres presque blanches, avec quelques petites places où devisent quelques vieux. Le nez en l’air, le doigt sut le déclencheur, je me ballade jusqu’à arriver à cette rue dont la perspective laisse voir scintiller la mer….

Je l’emprunte et arrive au Belvédère et aux ruines de la façade de l’église de San Pietro. Un pauvre édifice qu’il a fallu détruire suite à un éboulement de terrain. A toute chose, malheur est bon! Depuis la jolie place qui la borde, l’entrée est comme une fenêtre sur la mer, et inversement depuis le belvédère! Le Golfe à la forme presque parfaite s’étend devant mes yeux. A cette heure-ci, l’Adriatique n’a pas encore cette couleur aigue-marine qui me plaît tant. Pour çà, il faut attendre au moins la fin de la matinée. Je prendrais bien un cappuccino à l’unique café qui lui fait face mais malheureusement, celui-ci n’est pas ouvert. Je continue donc ma visite.

Mon troisième arrêt, est la Cathédrale San Giuseppe. Elle ne portait le nom de Saint Augustin jusqu’à ce que Joseph Bonaparte, alors le roi de Naples, lui fasse changer de nom pour celui de son saint-patron. Je jette un coup d’œil à l’intérieur. Une messe est en train de s’y dérouler. Je reste quelques minutes dans le fond… la communion s’achève.. A côté de cette cathédrale toute simple et carrée, un bâtiment rose de style vénitien, et à l’air un peu frivole, semble prendre son contre-pieds!

Pas très loin se trouve la grande porte du Palazzo d’Avalos. Les d’Avalos étaient une famille aragonaise qui régnait sur cette partie d’Italie. Comme beaucoup de souverains ayant fait construire un Palais en leur nom, ceux-ci n’y ont jamais habité… Le destin a voulu que ce choix fut heureux puisque le Palais fut également saccagé lors des raids ottomans! Le bâtiment est plus ou moins intact et c’est en ces murs que sont situés la plupart des musées de Vasto: celui d’archéologie et la Pinacothèque par exemples. Les jardins viennent également d’être restaurés et c’est à travers la grille que j’ai eu l’occasion d’y jeter un œil. Je continue ma promenade… La lumière est sublime, je croise quelques habitants, de temps en temps un chat. Pourtant, les signes de vie sont là: le linge et le piment sèchent sur les cordes à linges! Au coin d’une rue, mon nez est violemment attiré par une odeur familière: celle d’une boulangerie! A travers un grillage, une poignée de femme sont affairées à de gros pâtons. Je les salue et respire l’odeur de la pâte qui cuit à plein poumon. Ça faisait longtemps!

Quelques minutes plus loin, c’est une troisième église (et oui, nous sommes en Italie), celle de Santa Maria Maggiore avec son campanile qui donne tout son cachet au panorama de Vasto! L’intérieur est baigné d’une lumière tout jaune, à cause des vitraux! Sous le soleil, c’est assez joyeux! Une orgue énorme tient la vedette dans cette élégante église à l’intérieur classique. Je continue de prendre les petites rues jusqu’à arriver à un second belvédère sur le Golfe…

Une chapelle marque le début d’un sentier vers la mer. Je n’aurai malheureusement pas le temps de le prendre. Je réalise que je n’ai pas bu un seul café depuis mon réveil. Une erreur à corriger au plus vite et pourtant, les cafés face à la Grande Bleue semblent ne pas vouloir coopérer: celui qui s‘y trouve là n‘est également pas ouvert! Je prends donc la direction de la Piazza Rosetti. C’est tout ce qui reste d’un amphithéâtre romain. Cette place aux airs élégants est le lieu de rassemblement de la jeunesse le soir tombé. Une armée de scooter se retrouve dès le coucher de soleil et les terrasses sont prises d’assaut! La foule ne sera pas là avant plusieurs heures, j’ai donc tout le temps qu’il faut pour boire à petite gorgée mon cappuccino. Je jette un œil derrière moi, vers le Castello Caldoresco et ses tours joliment crénelées…

Je repense aux vieilles maisons de pierre et au Golfe qui sourit sous le soleil… Peut-être qu’un jour, fatiguée de parcourir le monde, c’est ici que je viendrai me reposer, face à la mer, jusqu’à la fin.





  1. Sophie
    le 14.12.2017

    C’est làààààà, qu’elle se cache, cette vilaine canicule!!!

    Bon, ben si elle pouvait rester encore quelques semaines au-dessus de la Botte (et de son ballon déformé), moi, ça m’arrangerait!

    Très très belles photos, qui me rappellent un peu la Sicile aussi… *soupir*

  2. Melissa
    le 14.12.2017

    A mon avis Sophie, elle va rester là pour un moment… 35 degrés à Rome demain! #HOTHOTHOT
    Courage!!!

  3. Guide Voyage
    le 14.12.2017

    Magnifique région je rêve de le visiter un jour

  4. Melissa
    le 14.12.2017

    Une région assez ignorée alors que c’est une de mieux préservées d’Italie… Enfin, je ne vais pas trop me plaindre si ça reste encore plus ou moins “secret”.

  5. Dans les pas de Saint-Nicolas - Mel Loves Travels
    le 14.12.2017

    […] de ville côtière de l’Italie, on trouvera l’image de Saint-Nicolas, comme c’est le cas à Vasto, la ville la plus proche de mon village dans les […]

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer