- Rio de Janeiro , Brésil -

January 2015

Urca, un village à Rio de Janeiro

Dimanche, un ciel implacablement bleu couvre la «Cidade maravilhosa ». Histoire de la jouer tranquille, j’ai décidé de me concentrer sur un quartier assez peu connu : Urca. Urca, tout le monde y passe et pour cause : ce morro (colline d’une seule roche) en forme de dôme est le point d’entrée pour l’une des attractions emblématique de Rio : le Pain de Sucre ! Mais adossé à Urca, il y a tout un monde à découvrir, où la frénésie carioca semble avoir été laissée de côté et c’est un petit bijou à explorer !

Vers 11 heures, je franchis la frontière invisible entre Bottafogo et Urca. Finis les gratte-ciels et autre larges bâtiments. Ici, les proportions sont plus modestes, pour rentabiliser l’espace restreint autour du morro. Mais Urca est aussi dominée par la présence de l’eau. Il n’y a pas moins de 3 plages à Urca et historiquement, le quartier était celui des pêcheurs. C’est d’ailleurs la première chose que l’on aperçoit au Quadrado da Urca : les barques, toutes colorées. C’est jour de repos, elles sont donc assez nombreuses à quai, mais quelques pêcheurs sont là. Certains réparent leurs filets, des enfants jouent, un héron, perché sur un bateau, semble attendre son heure… La Quadrado est le lieu privilégié des pêcheurs ayant peu de moyen… mais ils subsistent malgré tout, certains s’étant plutôt tournés vers le tourisme. Et on imagine qu’un petit tour en bateau n’est pas déplaisant ! Le paysage est superbe ! De l’autre côté, on peut admirer Bottafogo mais également le Corcovado est son Christ Rédempteur, qui semble veiller sur le quartier.

Praia da Urca

En continuant, on arrive sur la plage d’Urca, une petite plage au sable blanc et à l’eau vert-foncée et calme. Parfait pour les familles avec enfants ! D’ailleurs, les familles sont venues en nombre malgré la chaleur! Tout semble crier farniente… le rythme nonchalant des adultes, le petit clapotis des vagues. Seuls les cris des enfants et d’une ou deux mouettes viennent briser le calme. Face à la plage, un bâtiment carré, presque de la même couleur que le sable. C’est l’ancien Casino da Urca où Carmen Miranda, star des stars brésilienne, y avait un contrat. Son ancienne maison n’est d’ailleurs pas loin. On la trouve sur l’Avenida Sao Sebastiao, un des axes principaux du quartier. Bien à l’abri à l’ombre des arbres, on a tout le loisir d’admirer les mignonnes petites maisons, bien gardées par leurs grilles et leurs jardinets. C’est une rue en pente et à la fin, on trouve des escaliers qui vous ramène au bords l’eau. A temps pour l’heure du déjeuner, et pile devant une institution du quartier : le Bar Urca. Ici, c’est plus un kiosque qu’un vrai restaurant et on vient y chercher bière, sandwiches, soufflés au fromage ou boulettes de bacalhau que l’on consomme sur le comptoir ou dehors, assis sur le mur de pierre face à la mer. Avant de revenir au bar, prenez le temps d’explorer les rues intérieures… C’est là que j’ai eu l’occasion de faire une rencontre étonnante : un petit singe ouistiti. Ces tout petits primates sont légions au Pain de Sucre mais je n’imaginais pas les trouver dans la rue. On restera quelque moment à se regarder en chiens de faïence avant qu’ennuyé, il ne se décide à filer via les câbles électriques !

Un dimanche au Brésil

Revenue aux alentours du bar, une belle promenade le long de la baie commence avec à nouveau, un superbe paysage… Tout Urca semble avoir décidé de rester dehors ! Groupes d’ados, personnes âgées, parents portant leurs bébés dans leurs bras… et dans l’eau, c’est pareil. Certains sont à pêche, d’autres se laissent flotter à deux mètres du bords, avec masques et tuba. Sans doute à la recherche de crustacés ? Au milieu de la promenade, j’aperçois un petit attroupement et des notes de musique me parvienne,t poussées par le vent. Un petit groupe de musicien a improvisé un concert ! Je m’arrête… la joie que je lis sur les visages est communicatives ! D’autres musiciens se joignent au groupe, et c’est le public qui participe aussi en chantant. Je suis étrangement émue pendant que je filme la scène. En retrospective, ce moment privilégié restera un des plus beaux de ces 3 semaines au Brésil. Je repasse à nouveau sur la Praia da Urca. Dans la lumière de l’après-midi, l’eau m’a l’air encore plus verte !!! J’ai une folle envie de m’y baigner, de me perdre dans cette petite profondeur émeraude mais l’heure tourne. La flânerie a cet inconvénient. A un moment, on tombe à cours de temps ! Je prend quand même le temps d’immortaliser ce dimanche à la plage avant de me rendre vers le point d’accès au Pain de Sucre. Sur le chemin, j’ai juste le temps de prendre une ou deux photo de l’entrée, recouverte d’azuleijos, de l’église Nossa Senhora do Brasil. Malheureusement, celle-ci était fermée.

Le Pain de Sucre

Le monolithe du Pain de Sucre est une des icônes de Rio de Janeiro et si, j’espère, ce blog vous a donné envie d’y aller, ne loupez surtout pas l’occasion d’y aller, de préférence à la fin de l’après-midi, peu avant le coucher du soleil, quand le rocher prend une couleur de cuivre et de bronze. On accède à son sommet via une série de deux téléphériques : le bondinho. Le départ se situe sur la Praça General Tibúrcio, derrière la Praia Vermelha. Le premier arrêt est au sommet du Morro d’Urca et le deuxième, au sommet du pain de Sucre où on peut se balader dans le petit bois juste derrière la station. Vous y verrez sans doute pas mal de singes ouistitis qui sont fort occupés à… faire les poubelles (moment de tristesse pour la Nature). Surtout, n’essayez pas de les caresser ou de leur donner à manger car : 1. Ils mordent et 2. Cela ne fait que renforcer de mauvaises habitudes.

Bien que l’expérience soit inoubliable (Lectrice, Lecteur, je te le recommande encore plus que le Corcovado), j’ai décidé de faire l’impasse, mes souvenirs d’il y a 5 ans sont encore assez vivaces. Tellement vivaces que je tenais absolument à voir cette petite plage, épiée depuis la nacelle qui nous emmenait d’Urca au sommet du Pain : La Praia Vermelha. Autrement dit, « la Plage rouge ». Plutôt que rouge, elle est ocre mais elle forme un contraste saisissant avec les autres plages de Rio qui sont toutes de sable blanc. Ici, la plage est à côté d’une base militaire (qui a contribué à la réputation de sécurité d’Urca) mais à part un canon posté à côté du restaurant qui surplombe la plage, on a bien du mal à imaginer que la Grande Muette soit dans le coin. Les feuilles de cocotiers bruissent dans le vent, les estivants dégustent des glaces ou se baignent… et certains empruntent les deux kilomètres de la Pista Cláudio Coutinho, un sentier le long du Morro d’Urca, en direction du Pain de sucre et qui offre des vue imprenables sur la plage et l’Océan.

Mais comme il s’agit de mon dernier soir à Rio, j’ai décidé de m’accorder un plaisir dont on ne se lasse jamais : celui du coucher de soleil sur Ipanema. J’ai juste le temps de sauter dans un bus, rentrer enfiler un maillot de bain et prendre le métro. Une bonne heure et demie plus tard, je suis aux alentours de 17h30 à Ipanema et le soleil commence à descendre. Je m’installe au Posto 7, à côté de l’Arpoador, endroit stratégique pour le coucher du soleil. ENFIN, je peux me baigner. Je laisse mes affaires sous la garde d’un plagiste (en général, ce sont les femmes qui gèrent la boutique, et les hommes qui font des allers-retours entre les clients) et pour remercier, leur commande une grande caïpirinha, à déguster lentement pendant que je me sèche.

Le reste du stress accumulé fond aussi vite que les glaçons et bientôt, c’est un soleil de feu qui plonge dans l »océan, juste assez à droite que pour plonger dans la mer. Depuis l’Arpoador, les gens applaudissent une fois le Soleil disparu. Chaque soir, quand il se montre (et au Brésil, il se montre souvent), il a droit à l’hommage de centaines de fans. Je resterai là encore un peu plus longtemps, à côté de la promenade, à regarder les lumières de la ville la ville s’allumer une à une comme de petites lucioles.

Je pense que la « Cité merveilleuse » n’a jamais aussi bien mérité son nom !

 

Pour aller plus loin

Rejoindre Urca : Il n’y a pas de station de métro s à Urca mais le bus 511 qui relie la partie sud de Bottafogo, Copacabana, Ipanema et Leblon jusqu’à l’entrée du téléphérique du Pain de Sucre (descendre plus hait dans l’Avenida Pasteur pour visiter le quartier) est le plus utilisé.

Le bon plan : Vous n’avez pas peur d’un peu d’exercice et être serré côté budget ? Regardez bien le long de la Pista Cláudio Coutinho, vous verrez un sentier qui monte jusqu’au sommet d’Urca… Vous rejoindrez ainsi la première station, et économiserez le montant d’une course en téléphérique (ou deux, si vous redescendez de la même façon)

Urca insolite : Vous êtes un(e) accro de la grimpette ? Sachez qu’il est possible d’escalader Urca (j’ai d’ailleurs croisé des grimpeurs) et même le Pain de Sucre (ce dernier est recommandé pour les grimpeurs chevronnés) mais je dois dire que même grimper Urca est déjà assez impressionnant, tant le monolithe semble lisse! Vu depuis le plancher des vaches, ça fout un peu les boules.

Les Postos d’Ipanema : Les « Postos » divisent la plage en plusieurs zones et chacune a ses particularités. Pour une savoir plus, un petit article de BBC Travel sur la Beach Culture brésilienne (et la signification des Postos) n’est pas de trop.





  1. Maïder
    le 13.12.2017

    Ahhhh les photos de Praiaaaaa à Rio c’est magique ! J’avais complètement oublié ce petit quartier de Rio. Comme tu dis, un petit bijou avec une atmosphère de village super tranquille et familiale 😉

  2. Chrissand
    le 13.12.2017

    Un pays que je connais pas encore mais qui nous tente bien, on a tellement vu de reportages et photos sur le Brésil avec la coupe du monde. On suit régulièrement le prix des billets d’avion mais ça reste cher.
    Il y a bien le low cost de la lufthansa (Condor) qui a des prix bien placé mais je sais pas ce que ça vaut en prestations.
    Sinon j’attends d’avoir + de miles Air France :p

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer