- Inverness , Ecosse -

November 2017

Un grand week-end à Inverness, 2e partie Les mystères du Loch Ness et une balade en ville

Les animaux fantastiques, des créatures mythiques, il en existe partout et dans toutes les cultures : les sirènes, le yéti, Bigfoot, la femme-phoque, les centaures… Pour certains, leurs origines remontent à la nuit des temps, pour d’autres, c’est un peu plus récent. Pas étonnant que l’Ecosse, et dans les Highlands, terre de légendes, n’abrite un des « monstres » les plus connus au monde : le monstre du Loch Ness.  

Finding Nessie

D’étranges créatures, il en existait déjà avant qu’on ne parle du Monstre. Pendant des siècles, on a raconté dans les chaumières écossaises les terribles légendes sur les kelpies, des esprits attachés aux rivières et aux lochs, qui apparaissaient sous la forme de chevaux (ou d’un homme bien fait) et emportaient leurs victimes sous l’eau avant de les dévorer et de laisser leurs entrailles sur la berge. Le Loch Ness n’y a pas échappé non plus et ces histoires ont longtemps servi d’avertissements aux enfants de ne pas s’approcher trop près de l’eau et aux jeunes filles, de se méfier d’un bel étranger.  

Tout commence en 1933 quand Alex Campbell, journaliste à mi-temps d’un canard local d’Inverness, ne raconte la mésaventure d’un couple de londoniens qui aurait aperçu une créature « préhistorique » dans le loch. Après cette publication, le journal commençât à recevoir des dizaines de courrier de témoignage. D’autres personnes avaient vu quelque chose mais les descriptions variaent grandement : certains avaient vu un poisson géant, d’autre un serpent de mer, un dragon ou un dinosaure. Et depuis, on continue toujours de chercher ‘Nessie’ comme on a appelé la créature.  

Afin de mieux comprendre tout ça, notre première visite se fera au Loch Ness Centre and Exhibition où le visiteur est mis dans la peau d’un détective recevant informations factuelles sur le loch (ses origines, la composition de ses eaux…), témoignages et théories afin de pouvoir en tirer ses propres conclusions. C’est tout un parcours méthodique que nous allons suivre, guidé par une narration dans chaque salle. 

Il n’est pas étonnant que le Loch Ness inspire tant de mystère : le loch est profond, très profond (200 mètres, le lac plus profond du Royaume-Uni) et ses eaux sombres, presque anthracites sous un ciel gris ont de quoi faire fonctionner bien des imaginations. Pourtant, la science semble ne pas soutenir la présence d’un gros animal. Malgré toute cette eau, la composition de l’eau du lac fait qu’il n’est pas riche en poissons. Il n’y en aurait pas assez pour pouvoir soutenir le régime d’un prédateur de la taille qu’on attribue à Nessie. Les photos se révèlent la plupart du temps être des illusions d’optique, voire des farces mais pourtant, il reste plein de gens de bonne foi qui ont vu « quelque chose » … et c’est à notre tour d’essayer de traquer Nessie !  

Sur les eaux du Loch Ness

Une petite navigation sur le Loch Ness devrait nous aider à comprendre un peu mieux. Nous embarquons donc sous la pluie à bords d’un des bateaux de Jacobite Cruises qui fait la navette jusqu’à Urquhart Castle. Ça me fait tout bizarre… j’ai l’impression de me retrouver comme Tintin dans « L’île noire ». Le ciel est bas, très bas, un vent frais me fouette les joues et la pluie ne me rend pas la tâche facile pour observer et photographier. Si le loch n’est pas très large, il est par contre très long, une vingtaine de kilomètres et à ce point-ci, on en voit pas le bout. On dirait une profonde baie qui pourrait s’ouvrir sur la mer. D’ailleurs, la mer est en fait reliée au loch, via le fleuve Ness et de temps en temps, des phoques arrivent même jusqu’ici (ce qui aurait pu être pris pour « le monstre »). Mais là, ce sont plutôt les éléments écossais que je perçois et en cette matinée ombrageuse, difficile de discerner une ombre dans l’eau grise et rien ne surgit hors de l’eau. Je vais quand même bien observer toutes mes photos, sait-on jamais !  

Le temps de se réchauffer à l’intérieur du bateau, il est déjà temps de débarquer. Le ponton est juste au pied des majestueuses ruines de Urquhart Castle et il est temps de le visiter ! 

Urquhart Castle, carte postale écossaise

Urquhart est un des plus grands châteaux en Écosse, et aussi un des plus visités, dû à sa présence près du Loch Ness. Bien installé sur sa butte, il surveille le loch et ses environs mais ni sa taille, ni ses défenses n’ont pu le garder d’une histoire plutôt tumultueuse. Il parait que ce serait ici que Saint-Colomba, le grand évangélisateur de l’Écosse, convertit un roi picte sur son lit de mort. Urquhart fut une prise de choix durant les guerres d’indépendances écossaises puis souvent disputé entre les clans des MacDonalds et des Grants, qui possédaient le château à la fin du XVIème. Finalement, le château sera abandonné à la fin de la rébellion jacobite. Avant de quitter les lieux, les soldats du gouvernement firent exploser la porte du château afin d’en empêcher la réoccupation par les jacobites. Bien qu’une compensation fût attribuée aux Grants, il ne fut jamais reconstruit et Urquhart Castle fut laissé aux éléments et à la merci des habitants du lieux qui vinrent se servir en pierres comme matériau de construction.  

C’est à présent un lieu particulièrement poétique et qui correspond pile-poil à un des jolis clichés que l’on se fait de l’Écosse : un paysage composé d’un solide château en ruine surplombant un loch bordé de forêts. Nous nous sommes bien amusées à en explorer certaines parties, à la recherche du point de vue idéal pour essayer de traduire ce sentiment de mélancolie et d’abandon qu’exsude le château mais finalement, c’est vu de loin que ça marche le mieux, sur le chemin du Urquhart Castle Information Centre situé un peu plus en hauteur. N’hésitez pas à y passer pour en apprendre plus sur l’histoire d’Urquhart, d’autant plus qu’une surprise vous sera dévoilée à la fin du film explicatif !  

Quand on rencontre deux spécialistes du Loch Ness : Willie Cameron et Adrian Shine

Après cette petite navigation et cette balade dans les ruines du château, il fait faim et nous avions donné rendez-vous à deux éminents spécialistes du Loch Ness et de son monstre au restaurant du Loch Ness Inn : Willie Cameron et Adrian Shine 

On ne peut pas imaginer plus différents l’un de l’autre ! Willie est un homme du cru, son accent rocailleux et sa stature en témoigne. Il a l’œil rieur et sa voix et son humour porte au bout de la table. Adrian par contre, est le portrait type de l’English Gentleman un peu excentrique. Mise impeccable dans un costume contré, gilet compris, une belle barbe blanche de sage, des yeux encore enfantins et une douce voix maitrisée. Tous les deux se connaissent bien ! Le père de Willie est un des grands témoins d’une apparition de Nessie et Willie lui-même a vu d’étranges vagues qui défiaient le sens du vent.

Dans le coin, Willie est connu comme « Mister Loch Ness ».  Il connait si bien le loch et ses environs qu’il en est un peu le VRP officieux et collabore à développer le tourisme, à donner travailler pour des équipes de films… voire à côtoyer des stars (demandez-lui quelques anecdotes, vous ne serez pas déçus).

Adrian, lui, est un scientifique et LE spécialiste du Loch Ness. Naturaliste de formation, Adrian a profité de l’intérêt que suscitait Nessie pour stimuler la recherche et mieux comprendre comment fonctionnent les lacs profonds. On voit même une réplique de son submersible au centre d’information sur le Loch Ness. Même si pour le moment, aucune trace probante d’une créature ressemblant à un serpent de mer géant ou un dinosaure marin n’ont été découvertes, les recherches menées par Adrian et ses pairs ont eu des retombées scientifiques importantes. Mais alors, pourquoi le père de Willie a vu quelque chose ? Pourquoi un touriste lui a t-il encore fait part de quelque chose de bizarre dans le lac ? Willie est persuadé de ce que son père a vu. Quant à sa propre expérience à lui, il ne peut pas en jurer. Adrian, lui, explique la plupart de ces témoignages par des illusions d’optique, des ombres d’oiseaux sur l’eau et surtout, par l’action du cerveau humain et l’envie de croire à quelque chose de mystérieux et d’incompréhensible dans un monde où tout nous est expliqué.  

Promenade au crépuscule à Inverness

L’après-midi est déjà bien avancé lorsque nous quittons la table et rejoignons Inverness. La ville est très au nord et à cette époque de l’année, le soleil se couche vers 16h, les journées sont courtes mais nous arrivons pile au bon moment devant l’Old Court House d’Inverness pour rencontrer Sandy (Alexander de son nom complet) qui nous emmène pour une visite guidée express de la ville. Mais d’abords, nous allons monter sur le toit de la Cour pour avoir une vue à 360¨sur la ville. La première chose que l’on voit, c’est le fleuve Ness et son méandre qui projette la lumière du coucher du soleil. Ce soir, le show sera particulièrement beau et long, prolongeant les teintes de roses mais surtout de parme, de lilas et de mauve bien après que le soleil ait disparu. Du coup, les deux rives d’Inverness apparaissent un peu comme des masses sombres de part et d’autre de la rivière. Il faut tourner le dos au soleil pour mieux la voir et apercevoir la Mer du Nord toute proche.

Inverness comme on la voit aujourd’hui avec ses beaux bâtiments de pierres sombres, est une ville plutôt récente. Avant, les habitations étaient construites en bois et l’Inverness médiéval a quasi complètement disparu. Parmi les plus anciens bâtiments qui subsistent, reste le Old High Church et son cimetière… un lieu bien mystérieux une fois la nuit tombée avec le cimetière qui l’entoure. Et Sandy semble un amateur des histoires à faire frissonner… Telle celle de Christian Caddell (oui, oui, sans “e” à la fin), une femme qui s’était déguisée en homme afin de devenir une « Witch-prickler », une chasseuse de sorcière, un job qui n’était réservé qu’aux hommes et une tâche plus que sadique (mais bien payée) : déshabiller l’accusé(e), le/la raser complètement afin de trouver la « marque du diable », un endroit du corps que l’on pouvait piquer sans que la personne aie mal ou ne saigne. Vous imaginez qu’après des dizaines de piqûres, certaines victimes étaient prêtes à confesser ce qu’on voulait afin que cela cesse. Si vous étiez chanceux, on vous tuait avant de vous brûler. Sinon, c’était le bûcher mais vivant.e. Sous le nom de John Dickson, elle fit régner la terreur jusqu’à ce qu’elle n’accuse une personne bien décidée à ne pas se laisser accuser sans raison. L’homme réussit à retourner la situation et à faire arrêter « John Dickson » jusqu’à ce que son sexe soit révélé. Christian n’eut pas à subir le sort de ses victimes, elle fut exilée à la Barbade pour travaux forcé et nul ne sait ce qu’elle est devenue. 

Autre histoire plutôt macabre également se déroule devant la Balnain House. Cette belle demeure géorgienne fut transformée en hôpital pour les soldats du gouvernement après la bataille de Culloden et il semblerait que l’on exécutait les prisonniers juste de l’autre côté de la rive, à la vue des blessés qui tenaient là leur revanche.  

Pour revenir à Outlander et à ses liens avec la vraie Histoire, tu trouveras, Lectrice, Lecteur, Abertarff House, la demeure des Frasers de Lovat où le grand-père de Jamie, Simon Fraser, dit « Le renard » (qui a réellement existé, lui), séjournait à Inverness. Pour le moment, elle est en cours de restauration.  

Autre endroit insolite à visiter à Inverness : l’Old Gaelic Church, une ancienne église transformée en immense bouquinerie ; Leakey’s Bookshop and Café. Des rangées et des rangées de livres sur tous espaces et plusieurs étages. Le sorte d’endroits merveilleux qui semble sortir d’un rêve de petit rat de bibliothèque que j’étais ! Si toi aussi, Lectrice, Lecteur, tu es amoureux.se de l’odeur des vieux bouquins, tu seras au paradis (en plus d’admirer cette très belle église). 

Pendant que le ciel mauve devient noir, Sandy prend congé de nous et c’est l’heure d’aller dîner !  

Dîner et sortir à Inverness ? 

The Mustard Seed  

Une des plus belles adresses à Inverness. Ce joli restaurant à deux étages offre un menu qui change toutes les semaines, centré sur la cuisine écossaise et française. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a du monde, ce qui augurait bien de ce que j’allais retrouver dans mon assiette et je ne serais pas déçue !!! J’ai décidé de faire l’impasse sur l’entrée pour ENFIN attaquer un rib-eye de bœuf écossais et c’était une des meilleures viandes que j’ai mangées cette année. Juteuse, goûteuse, servie avec une petite salade toute fraîche… Un régal, et mes compagnons de table ont également adoré leur plat. A noter : les menus de midi et de soirée (jusque 19h) sont vraiment une bonne affaire : Environ 10 livres pour le déjeuner et 14 livres pour le menu de soirée pour une entrée et un plat.  

Hootananny’s 

Impossible de ne pas terminer sa soirée au pub et si en plus, il y a de la musique, encore mieux : nous sommes lundi, mais ça ne veut pas dire que rien ne se passe : Hootananny’s est bien connu pour çà et les jours de semaine, ce sont les groupes de « musique traditionnelle » qui viennent y jouer. Souvent informels, il s’agit surtout pour les groupes de musiciens de s’exercer en toute liberté et de se faire connaître. Attabler vous, allez chercher une bière et laissez-vous bercer par les mélodies des Highlands !     

A suivre…

Cette aventure écossaise a été réalisée en coopération avec Visit Britain et Visit Inverness Loch Ness. Les opinions de l’auteure restent libres et entières, malgré le nombre de dégustations de whisky.

 





  1. Tripatypical
    le 13.12.2017

    Superbe article ! On adore l’architecture de Inverness.
    Très belle vue depuis l’Old Court House 🙂

    À bientôt,

    Carmen & Vincent

  2. Melissa
    le 13.12.2017

    Merci à tous les deux. Oui, la ville est vraiment mignonne et très agréable… pas trop grande… et puis, être au bords de l’eau, ça change beaucoup de choses.

Leave a Reply

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer