- , -

August 2012

(Republic) of Georgia on my Mind: Quelques perles avant de dire adieu

Il est prêt d’une heure du matin et mes yeux commencent à picoter, signe de grosse fatigue.  Je m’allonge sur un pan d’herbe artificielle en dessous d’un escalator de l’aéroport de Tbilissi et essaie de me motiver: il faut que j’essaie de dormir au moins un petit peu: l’avion décollera à 4 heures du matin!

Je pose la tête sur mon gilet roulé en boule et toutes les images des dernières heures se chamboulent dans ma tête. La beauté de la campagne géorgienne qui défile pendant les longues heures de marschrutka pour retourner à Tbilissi, l’heure passée à rechercher ma guesthouse avec un inconnu dans un quartier qui semble avoir subi un bombardement, le dernier verre de Kindzmarauli, la douceur des soirs à Tbilissi et ce trajet épique en mini-bus de la gare à l’aéroport où quand on pense qu’il n’est plus possible d’y faire rentrer un passager, comme par enchantement, dix autres personnes y parviennent!

Dans quelques heures, mes pieds ne toucherons plus le sol géorgien… mais voici quelques adresses utiles pour vous, si ces quelques épisodes vous ont inspiré.

Dodo:

Tbilissi:

  • Nest (auberge de jeunesse): Mon premier point de chute (qui fut plutôt rock’n roll). A cinq minutes à pied de la Station de Métro “Place de la Liberté” dans le vieux Tbilissi. En plus des dortoirs (maximum 10 personnes, min. 12 Euros). Ils ont des appartements avec chambres individuelles (32 Euros pour une/deux personnes) ce qui est la solution que j’ai choisi, où l’on partage la cuisine et la salle de bain. Réseau wi-fi disponible dans la partie auberge. Nic et les deux jeunes dames qui la tiennent sont super serviables et flexibles! Iashvili Street 23 Tbilisi Géorgie
  • Babilina (guesthouse):  Une charmante guesthouse qui vient d’ouvrir dans un quartier en pleine reconstruction et situé sur une petite colline entre Rustaveli et le fleuve. C’est essentiellement une grande maison de plusieurs étages. La famille qui la gère est adorable et on vous conctoctera un bon petit-déjeuner (à partager avec les autres hôtes sur la grande table commune). Menton spéciale à la terrasse (qui était en train de finir d’être construite) et qui domine les toits de Tbilissi avec une superbe vue sur la cathédrale de Sameba et le Palais Présidentiel. Attention: c’est TRES difficile à trouver, d’autant plus qu’ils n’avaient pas d’enseigne. Environ 37 Euros  Nishnianidze Street 31,

Kazbegi

  • Taliko (guesthouse) : Difficile de dire plus que ce que j’ai déjà écrit! Taliko prendra soin de vous comme si vous étiez de la famille. Sa maison est grande, ses lits confortables, eau chaude et un ordinateur connecté à Internet sont pourvus mais surtout, l’occasion unique de partager sa vie de famille! 15 euros pour le gîte et le couvert (petit-déjeuner et dîner). Taliko Guesthouse Tel +995/557498995 ou +995/555111138

Batoumi

  • Hotel Ritsa : Confortable petit hôtel de 14 chambres, dans le style Belle Époque qui caractérise tout le centre de Batoumi. Superbement situé, et si vous héritez d’une chambre avec balcon, c’est bingo! L’hôtel est probablement complet en été mais si vous n’avez pas peur de vivre dangereusement, il y a sans doute moyen d’avoir un meilleur prix. J’ai eu un peu de chance, vu que je devais normalement loger dans une guesthouse et ai pu bénéficier du prix auquel j’avais réservé mais le tarif normal est de 45 euros pour une occupation simple et 58 pour une double. Wi-fi dans tout l’hôtel! Z.Gamxakhurdia Street, no. 16

MiamMiam et GlouGlou

Tbilissi

  • Konka Station : Situé près du quartier de Jérusalem, Konka est un peu devenu mon QG! Ce petit bar-restau aux abords d’un parc avait tout pour me plaire: un peu bohème mais sans prétention, dans une rue calme, parmi les moins chers du quartier, avec une jolie terrasse et même un vieux wagon de tram! Ils vendent aussi des objets artisanaux, font des expositions et ont même un écran de cinéma! Cerise sur le gâteau, il y a le wi-fi gratuit: what’s not to like? (en tout cas moi, j’adore leurs brochettes de poulet sauce ajika).  N8 Sioni St., Tbilisi, Georgia
  • Kafe Litteraturuli : Vous aimez les livres (malheureusement tous en géorgien ), une cuisine légère, les desserts et le café? Vous cherchez un coin calme pour vous poser et peut-être aussi un peu poser en terrasse? Le “Café de la Littérature” est fait pour vous! Parfait pour souffler et prendre votre temps sur fond de musique cool! La formule a tant de succès que c’est devenu une chaîne (celui de Batoumi est encore plus beau). A Tbilissi: 13, Charden Str. – A Batoumi: K Gamsakhurdia 18
  • Jazz Café Aroma : Habillé de rouge et de pourpre, ce café-restau est une oasis dans un quartier où règnent les bars à chichah et lounge. En plus de la restauration et des cafés, ils ont une bonne carte des vins dont le meilleur Kindzamarauli que j’ai pu tester de tout le voyage. Et la jolie petite terrasse ne gâte rien! – Chardin 14
  • Benjamin Wine Corner : A la fois caviste, bar à vin, et restaurant à l’arrière, le choix à de quoi impressionner! Certes, les bouteilles sont plus chères que disons… celles du supermarché (où il y a pas mal de choix déjà) mais les conseils d’un spécialiste (surtout pour une novice) n’ont pas de prix! – Leselidze 27
  • Tartine : Raz-le-bol du kachapouri (ce que les frites sont aux Belges, le kachapouri est aux Géorgiens) ou simplement fatigué après la descente de la forteresse de Narikala? Pourquoi pas un arrêt chez Tartine. Ce bistrot français vous propose, ben oui, des tartines, généreusement présentées et à un prix raisonnable. Puisque c’est un bistro français, la carte des vins est bien entendu soignée et c’est ici que j’ai pu tremper mes lèvres dans mon premier vin géorgien: un saperavi, le cépage le plus courant, recommandé par de très souriantes serveuses. Il restera le meilleur goûté jusqu’ici. Attention, il ferme à 16 heures! Deux implantations: une dans les beaux quartiers de Vake et l’autre au pied de Narikala, celle que j’ai visitée: Samgebro str 6
  • KGB : Dans un décor kitsch-vintage-bohème, le KGB vous ramène au bon vieux temps de l’URSS. Dans une rue qui ne manque pas de bars qui se disputent le chaland, c’est celui qui est, étrangement, le plus chaleureux (allez savoir). Pas de bortsch ou de portion du prolétaire mais bien un mélange de cuisine géorgienne et internationale. Admirez les affiches de propagandes, les drapeaux des républiques socialistes et profitez de la terrasse. Le KGB peut peut être vous surveiller encore (c’est ce que prétend le bar) mais ce seront les passants qui vous regarderont plutôt!  8/10 King Erekle St.

Batoumi

  • Privetz iz Batumi : J’en avais déjà parlé… Ce café au charme colonial russe est un paradis pour les amoureux des desserts: cheesecakes, gâteau à la crème, cakes, pavés et tartes ainsi que quelques plats salés chauds (dont des blinis) et une pléthore de café et de thés avec des serveurs portant tous un uniforme de marins et s’ils ne ont pas très souriants, ils sont très attentifs. Mon coup de cœur à Batoumi! 39 Abashidze
  • Boulangerie : A nouveau, pour ces moments où frappent la nostalgie du croissant ou du pain au chocolat, dans une ambiance raffinée fin de siècle. Outre les gâteaux et cakes, il y aussi plein de petits fours. Pas de wi-fi par contre! – 11 M. Abashidze Ave
  • Quiet Woman : caché dans la cour de la “Piazza” (en voie de devenir un complexe assez conséquent), en compagnie d’un autre café et d’un restaurant, ce grand pub a une terrasse immense et des concerts en permanence. C’est un pub donc, il y a de la bière et des cocktails et j’ai pu enfin succomber au mojito…  Taille XL à Batoumi! – 18, Vakhtang Gorgasalis str

Gori :

  • Regarder bien en revenant du Musée Staline sur le chemin pour revenir sur la place où se garent les Marshrutkas, vous apercevrez un bar/restaurant dont l’entrée est illuminée mais qui se trouve à la cave. Ne vous fiez pas à ses allures de pub un peu mal famé. Sous la lumière noire vous sera servi une délicieuse soupe au champignons. Ne me demandez pas le nom, je n’en sait rien mais ouvrez l’oeil!

Shopping :

Sur ce coup là, désolée… Pas eu le temps, ni l’envie mais vous ne pouvez pas repartir sans chacha, l’alcool de raisin local qui rappelle un peu la grappa italiene mais en plus fort. Les plus audacieux iront l’acheter chez l’habitant, pourquoi pas à Kazbegi?

გაგიმარჯოს!





  1. Tanned-voyage
    le 15.12.2017

    Merci pour ces adresses, je sais pas si j’irai un jour en Géorgie, les nuits d’hôtels sont un peu cher non?

  2. Melissa
    le 15.12.2017

    Cher Stefan,

    En effet, pour un backpacker, c’est sans doûte cher…mais à catégorie d’hôtels semblables, comparé à l’Europe occidentale, c’est raisonnable. Maintenant, le prix des lits en auberge de jeunesse tournent autour de 12-15 Euros.

  3. Meryem Inu
    le 15.12.2017

    Quel superbe voyage, vraiment! Vos articles sont tellement chaleureux et vivants qu'on a l'impression de vous emboiter le pas à travers les dédales de Tbilissi! J'aimerais tant visiter la Géorgie! Je vous souhaite bien d'autres belles découvertes encore 🙂

  4. Mel Loves Travels
    le 15.12.2017

    Si vous avez l'occasion, chère Meryem, il ne faut pas hésiter! Un vrai coup de cœur!

  5. Meryem Inu
    le 15.12.2017

    L'article sur le musée de Staline à Gori est très intéressant, le musée possède un cadre très intime, presque émouvant si on ne connait pas le personnage ; mais les premières années de celui qui n'était encore que Iosseb Djoughachvili étaient bien modestes, bien champêtres, et on a du mal à reconnaitre dans ce jeune hommes brun aux beaux traits, portant la barbe, le fou meurtrier qu'il deviendra par la suite!

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer