Road trip gastronomique en Explore Meuse, entre Namur et Dinant

Connaissez-vous Explore Meuse ? C’est la région touristique de la vallée de la Meuse, entre Hastière et Andenne. Traversé par la majestueuse Meuse, dans des paysages qui comptent parmi les plus beaux de Belgique, son territoire est parsemé de beaux villages, de nombreux châteaux, de vallées boisées et bien sûr, des deux perles que sont les villes de Namur et Dinant. Mais attention, un patrimoine, ce n’est pas seulement que de vieilles pierres. C’est aussi un savoir-faire, ce qui fait le « goût » d’un endroit. C’est ainsi qu’un beau samedi, je me suis retrouvée sur l’Esplanade de la Citadelle de Namur, avec d’autres blogueurs, pour un road trip gastronomique pas comme les autres, puisque nous allions le faire à bord d’un véhicule légendaire !

Et notre véhicule insolite, c’est un mignon Kombi Volkswagen vert et blanc, millésime 1967 de chez Kombi Legend ! Petit aparté : sachez que vous aussi, vous pouvez louer un de leurs Kombis ou leur coccinelle vintage pour faire une balade ou une visite. Dans notre cas, nous aurons un chauffeur, Philippe, le patron de Kombi Legend et passionné de ces minivans iconiques.

Pause à Profondeville

Notre petite troupe embarque pour ce road trip de bord de Meuse et on commence à longer le fleuve en direction de Dinant pour arriver à Profondeville. Philippe nous lâche sur le parking de l’église, nous avons une petite heure pour s’y balader. On aime se perdre dans les ruelles de Profondeville, à admirer les maisons de pierres marron foncé, si typiques de l’architecture mosane, à découvrir des petites cours où poussent les premières fleurs… Et puis, au détour d’une rue, on arrive sur les quais de Meuse. Le panorama vaut la visite : des hautes falaises se dressent sur la rive opposée. Ce sont les Rochers de Frênes qui forment comme un grand mur et structurent le paysage. La petite ville a les pieds presque dans le fleuve. Quand il fait beau comme aujourd’hui, c’est enchanteur mais à la lueur des récentes inondations de l’été dernier, on ne peut s’empêcher d’être un peu inquiets pour la charmante Profondeville.

On a à peine le temps de se mettre dans l’ambiance que nous réembarquons dans le Kombi. Nous nous enfonçons dans une campagne boisée, prenons le temps de photographier la jolie église Saint-Hubert à Arbre (oui, il y a un village qui s’appelle « Arbre », si c’est pas poétique !) avant d’arriver à la destination prévue pour l’apéritif.

Du vin belge au Château de Bioul

La région namuroise est une terre de châteaux, vous en croiserez pas mal sur votre route (la Belgique a une des plus importantes concentrations de châteaux au monde) et le Château de Bioul en impose ! Même dans notre gros Kombi, passer la porte puis l’allée du château fait son petit effet. Mais qu’est-ce qui fait la spécificité de ce château ? C’est qu’il s’agit en fait d’un domaine viticole. C’est Vanessa Wyckmans-Vaxelaire qui nous accueille. Sa famille possède le château depuis près d’un siècle et cela fait une douzaine d’année qu’elle s’est lancée dans la viticulture avec son mari Andy. Les premiers plans de vignes seront plantés en 2009, c’est donc un jeune domaine. Avant de visiter, nous allons nous promener dans les extérieurs du château et on découvre vite que tout n’est pas de la même époque. Ce n’est pas étonnant, ses origines remontent à presque 1000 ans et il a eu le temps d’évoluer avec les siècles, au fil des incendies, rénovations et agrandissements successifs. Si on va dans le parc à l’arrière du bâtiment, au-delà des jardins, on peut apercevoir les vignes qui se dorent au soleil.

Le domaine est ouvert aux visiteurs (et à la dégustation). Pour mieux comprendre la philosophie du domaine, tout un parcours interactif « Made in Bioul » est aménagé dans une des ailes du château. On en apprend plus sur l’histoire du lieu, sur la culture du vin, on découvre que l’exploitation fonctionne en bio (et même en biodynamie). Et comme dans le domaine Achillée en Alsace, le vin mûrit au son de la musique (avec même une playlist bien spécifique). 

Enfin, Vanessa nous attend pour une petite dégustation avec vue sur le par cet les vignes. Outre la culture en bio, l’autre particularité des vins du Château de Bioul, c’est la sélection des cépages. On oublie le riesling, le pinot noir ou tout autre cépage de tradition française. Le choix s’est porté sur des espèces naturellement résistantes qu’on trouve dans des « pays froids » (la Suisse, l’Autriche, l’Allemagne) comme le Solaris, le Pinotin ou le Johanniter. Un choix pragmatique mais pas seulement ! Vanessa nous explique que cela n’avait pas de sens pour eux de tenter d’imiter les vins français. Nous sommes plus au nord et il fallait que l’on retrouve ces caractéristiques du nord dans ses vins.  Devant nous, nous avons 3 exemples de vins : un crément rosé légèrement orangé, un blanc et un rouge (que le domaine a commencé tout récemment). Mon palais, habitué aux cépages français ou italiens, est un peu bousculé et c’est une bonne chose ! 

Vous êtes épicuriens ? Sachez qu’à la belle saison, le Château propose des paniers pic-nic pour déguster plein de bonnes choses, et encore mieux apprécier le vin, dans le cadre enchanteur du parc. 

Château de Bioul

Pl. de Vaxelaire

5537 Anhée

Vachement ferme, c’est vachement bon

Après cette mise-en-bouche, nous filons dans la direction de Maredsous, non pas pour visiter la fameuse abbaye ou pour goûter ses bières et fromages, mais pour déguster une l’entrée qu’on nous a préparé chez Vachement Ferme.  C’est la famille de Dorlodot qui est à la tête de cette exploitation et c’est Jonathan qui nous accueille et nous fait le tour du propriétaire.  Nous sommes dans une ferme qui se consacre principalement à l’élevage de vaches pour leur viande. Blanc-bleu-belges, Herefords, Normandes et même une race croisée Blanc-bleu-belge-Wagyu y grandissent mais on y trouve aussi des volailles (dont des cailles). La ferme cultive aussi des arbres fruitiers et des légumes également vendus au magasin tout frais ou sous forme de produits transformés (comme des confitures). Tout cela se retrouve dans le magasin de la ferme, on ne peut difficilement faire mieux en termes de circuit court (l’abattoir se trouve à une dizaine de kilomètres). En plus de ses propres produits, le magasin propose des produits d’autres artisans locaux.  

Jonathan nous emmène faire un tour dans les étables. A cette époque de l’année, les vaches restent à l’intérieur et il y a pas mal de veaux qui sont nés pendant l’hiver. Si la météo se maintient, d’ici quelques jours, les vaches reprendront le chemin des près. Et les paysages sont plutôt riants dans le coin !

Vachement Ferme

Rue de Chesselet,

5537 Anhée

Les Montagnards de Sosoye

Après avoir dévoré une assiette apéritive composée de produits de la ferme et des environs, nous reprenons la route pour un long segment à travers la campagne. Le paysage alterne entre zone boisées, bord de rivière, plateaux dégagés et charmants villages aux maisons de pierres, si typique du Condroz. Nous traverserons d’ailleurs deux des plus beaux villages de Wallonie : Falaën et Sosoye. Justement, c’est à Sosoye que nous attend notre dîner chez « Les Montagnards ».

Les Montagnards, c’est le surnom des habitants du village. En effet, Sosoye est adossée à la Montagne de Ranzinelle. Bon, c’est plutôt un gros rocher qu’une vraie montagne mais dans un pays qui n’en compte pas, elle fait son effet ! L’autre élément qui donne sa forme au village, c’est l’eau. La Molignée, qui a creusé la vallée où se trouve le village, le traverse. Nous n’aurons malheureusement pas le temps de profiter des beautés de Sosoye, nous sommes un peu en retard et notre plat principal nous attend !

C’est dans l’ancienne école du village, un des bâtiments historiques de Sosoye, que Françoise à ouvert son restaurant, « Les Montagnards ». Le cadre est vraiment mignon et rustique. Quant à la cuisine, elle est simple et savoureuse. Tout est fait maison, avec des produits locaux. Sur la carte, on retrouve des escargots petit gris de Namur, truite montagnarde ou volaille à la bière locale. C’est d’ailleurs le plat qui nous sera servi. Une cuisine généreuse, sans chichi, qui reflète bien ce restaurant de village. Et pour couronner le tout, il y a un petit coin boutique pour y acheter quelques délices locaux.

Les Montagnards

Rue du Marteau 29/30

5537 Sosoye

Pause sucrée aux Douceurs d’Alexandre

Jamais un repas sans dessert (en tout cas, moi, je ne peux pas m’en passer, quitte à faire l’impasse sur l’entrée) alors, notre Kombi retourne manger du bitume pour une ultime étape, à Mettet et la chocolaterie « Aux douceurs d’Alexandre ». En fait, à l’heure où on arrive, c’est plutôt le gouter qu’on va nous servir. Alexandre, c’est Alexandre Porsont. A la fois chocolatier et pâtissier, il propose ses créations depuis 2017 dans son espace qui est à la fois une boutique et un salon de dégustation. Il y a même une terrasse à l’arrière qui promet de belles pauses quand le temps le permet. Malheureusement, nous ne rencontrerons pas le maître des lieux mais ça ne nous empêchera pas de goûter à ses douceurs ! Pour commencer, deux sortes de tartelettes (une au chocolat noir et l’autre au chocolat au lait et caramel) et comme il commençait à faire froid, un bon chocolat chaud. Et nous n’avons pas été déçus ! Mon vote va à l’intensité de la tartelette au chocolat noir. En fait, nous étions tellement bien et relax que j’en ai complètement oublié de faire des photos de la boutique, de la rangée de pralines et des montages et œufs de Pâques qui embellissent la vitrine en cette saison. Bref, pas très pro de ma part mais à ma décharge, j’étais en plein coma cacaoté. Je suis évidemment repartie avec un mélange de pralines qui n’ont pas fait long feu une fois rentrée à la maison.

Aux douceurs d’Alexandre

Rue Reine Elisabeth 23

5640 Mettet

Et alors que le soleil décline, nous repartons une dernière fois dans notre véhicule de légende pour retrouver l’esplanade de la citadelle de Namur. Nous filons, noyés dans les rayons dorés du soleil, sur les routes d’Explore Meuse, l’estomac et les yeux repus.  

Ce road trip a été réalisé en collaboration avec Explore Meuse et THXAgency. Merci à eux.

Aimez et partagez

Cet article a 3 commentaires

  1. Agnès lecuit

    cela donne envie! Magnifique description et très bon rendu , surtout quand on connait la région !Félicitations!

    1. mellovestravels

      Merci Agnès, Si j’ai réussi à donner envie de découvrir cette belle région, mon travail est accompli. 👍

Laisser un commentaire