- Bruges , Belgique -

May 2017

Bons plans à Bruges : l’Hôtel Martin’s Relais et la Brasserie Bourgogne des Flandres

Il y a des fois où les sirènes, surtout si elles portent les douces voix d’une copine blogueuse et de celle de Bruges, arrivent à vous attirer. Lorsque Lauriane d’Un pied dans les nuages m’a demandé si ça me tentait de l’accompagner pour sa première visite dans la Venise du Nord, j’ai sauté sur l’occasion.

Avoir une chance de se balader dans une des plus charmantes ville d’Europe impossible à refuser… surtout lorsqu’on est accueillies dans un hôtel de charme : le Martin’s Relais.

C’est en fin d’après-midi, après être partie à l’assaut des pavés et des canaux de Bruges, que nous découvrons nos pénates Installé dans pas moins de cinq maisons, le long des quais du canal qui débouche sur la Van Eyckplein, cet hôtel de charme a un cachet certain ! Une fois franchies les lourdes portes, on se retrouve dans un autre monde fait de haut-plafonds, de lustres, de tapis persans, de jolies porcelaine et de beaux meubles anciens. Plus qu’un hôtel, on a plutôt l’impression de se balader dans une demeure bourgeoise.  Le bar est particulièrement joli et fait plus penser à un club à l’anglaise qu’à un bar d’hôtel !

Première étape : trouver la chambre, ce qui est un petit peu un jeu de piste à travers ces maisons. Nous avons bien passé près de dix minutes à trouver la nôtre, ce qui était plutôt comique mais finalement, nous y voilà : une jolie chambre sous les toits !

Tu les sais, Lectrice, Lecteur, ce n’est pas la première fois que je séjourne dans un Martin’s Hotel : il y avait le sublimer Patershof à Malines et le Martin’s Brugge, tout à côté de la Grote-Markt, je savais donc que nous aurions une chouette chambre avec un lit de qualité. Surprise, surprise, j’avais le choix entre deux épaisseurs d’oreillers. Je t’explique… je suis loin d’être chichiteuse MAIS je dors sur le ventre, ce qui fait que les oreillers bien rembourrés me cassent littéralement le cou et là, quel bonheur de trouver dans une armoire des coussins plats qui n’attendaient que moi.

La chambre en elle-même est très douillette. Située sous les toits avec des poutres apparentes, elle est de grande taille, avec de profonds fauteuil, de beaux tapis et une vieille commode qui cache habilement le mini-nar est les produits de courtoisie (thé et café).

La salle de bain est elle aussi très grande, mais complètement différente de la chambre : carrelée de partout en noir en blanc, elle a plus le look d’une salle de bain des années ’30 que de l’ambiance “belle-époque” de la chambre.

Pour complèter le portrait, l’hôtel possède également un charmant jardin dont nous n’avons malheureusement pas pu vraiùent profiter (rentrées trop tard et temps gris le lendemain).

Un des moments les plus attendus, c’est bien évidemment le petit déjeuner. Servi dans une jolie salle qui a plus l’air d’un petit restaurant que d’une salle de déjeuner d’un hôtel, il est plutôt bien pourvu (hmmm… le pain encore tout chaud au moment de le découper) mais je m’attendais à trouver plus que les standardisé pain/viennoiseries/bacon/yaourts du commerce MAIS le jus d’orange est de la vraie orange pressée et il y a du cava au petit-déjeuner. Romantique, non ?

Bref, pour un séjour en amoureux, c’est l’endroit rêvé !

Martin’s relais

Genthof 4a, 8000 Bruges

(chambres à partir de 99 Euros)

Rouge comme la Bourgogne des Flandres

Si nous avons fait l’impasse sur le cava, c’était pour mieux savourer notre étape du dimanche matin : la Brasserie Bourgogne des Flandres.

Jusqu’en 2015, des 34 brasseries qui existaient à Bruges à la sortie de la Première guerre mondiale, il n’en restait qu’une : De Halve Maan (que j’avais visité l’an dernier). La Brasserie Den Os, qui brassait la Bourgogne des Flandres ferme et sa fabrication sera déplacée dans la région bruxelloise, à la Brasserie Timmermans (que j’ai aussi visitée il y a . C’est en 2015, après que John Martin ait racheté Timmermans, qu’il persuadât la ville de Bruges de permettre l’ouverture d’une seconde brasserie ainsi que le retour de la Bourgogne des Flandres en ville.

Cette bière est un peu spéciale… de couleur rouge, elle est en fait un assemblage entre le lambic, une bière à fermentation spontanée qui est brassée uniquement dans la région de Bruxelles (les levures et bactéries présentes dans l’air de la vallée de la Seine sont uniques au monde) et une bière brune, à fermentation haute, brassée sur place. C’est donc une espèce “d’assemblage”. Le résultat est une bière d’un rouge étonnant, à degré d’alcool limité (5%) et au petit sûret typique des bières à base de lambic mais avec plus de corps. Elle est très rafraîchissante mais pas très longue en bouche.

Avant que Lauriane ne la découvre, nous allons visiter la brasserie du rez-de-chaussée au grenier ! Comme le bâtiment n’a rouvert qu’il y a deux ans, la partie “muséale” est très ludique et interactive. On confie à chaque visiteur un audio-guide, et on flashe des petites boites le long du parcours.

Les premières étapes racontent l’histoire de la brasserie, la deuxième, la fabrication de la bière (avec le pssage au-dessus du brassin avec les levures en train d’agir) et au grenier, on rencontre Thomas, le maître-brasseur, qui en plus de surveiller la bière, est là pour répondre aux questions des visiteurs. Plutôt impressionant ! De là, on peut profiter d’une jolie vue sur les toits de Bruges.

La troisième partie et la plus ludique, avec des simulateurs de service de Bourgogne des Flandres à la pression, des jeux et un e espèce de photomaton à greenscreen où on peut poser avec plein d’accessoire et la transformer en étiquette à l’achat d’une bouteille. Vraiment sympa !

La visite se conclût au joli bar de la brasserie où on profite d’une dégustation gratuite (santeï).

Voilà, il ne reste plus qu’à comparer ces deux brasseries… Une idée, passez le week-end et faîtes en une par jour. Vous êtes en Belgique, autant s’imprégner de la culture locale (avec modération, bien entendu).

Brasserie Bourgogne des Flandres

Kartuizerinnenstraat 6, 8000 Bruges

Tarif: 10 €(adulte), 5 € (10-14 ans). Gratuit en dessus de 10 ans

En attendant, si vous voulez en savoir plus sur Bruges, je vous invite à suivre ma chronique en deux parties :

Cette escapade à Bruges a été réalisée grâce à Martin’s Hotels. Les opinions de l’auteure lui restent propre.
Christchurch, la ville phoenix
Fabuleuses Féroé : les bonnes adresses et les bons plans