- Amiens , France -

May 2016

Un week-end à Amiens (1ère partie)

Il y a surprises et surprises... Je m'explique, Lectrice, Lecteurs... Il y a des fois où on s'attend à être surpris (et où la déception peut pointer le bout de son nez, selon les attentes de chacun) et des fois où on ne s'attend à absolument rien. L'esprit n'a pas de point de repère, se trouve devant une page presque blanche et le premier petit trait qui y apparaît est un événement en soi. C'est ainsi que je définirai ma rencontre avec Amiens.

 

Sympathy for rhe devil... #amiens #Francefr

Une vidéo publiée par Melissa M. (@mellovestravels) le

De la capitale picarde, je ne savais presque rien. J'avais bien entendu parler de sa fameuse cathédrale, mais le reste était noyé dans le brouillard. Je m'imaginais une ville de province française, vous savez, le genre de grande ville bourgeoise, souvent chef-lieu de région ou de département, belle et calme. Sans doute ressemblerait-elle un peu aux villes de Belgique ? La frontière n'est pas loin et les liens culturels réels entre l'ouest de la Belgique et la Picardie. C'était en partie vrai... en partie seulement. C'est ce que j'ai vu en arrivant à l'Hôtel le Prieuré un vendredi tard le soir. En un peu plus de deux heures, un TGV et un train local plus tard, j' étais arrivée à Amiens sous une pluie battante. Personne dans les rues ou presque. A pas pressé, j'entrevoyais à travers mes lunettes bardées de gouttes de pluies, de jolis bâtiments, mélancoliquement éclairé au réverbère. Puis enfin, la cathédrale, mais je n'osais pas trop lever la tête de peur de devenir complètement aveuglée par l'eau qui tombait. Une fois installée, j'avais décidé d'aller faire un tour... d'humer l'air humide de la ville, d'aller simplement boire un verre avant d'aller me coucher. C'est vendredi soir, après tout ! Il avait enfin cessé de pleuvoir mais la ville restait quasi déserte, à part le passage de quelques silhouettes indistinctes ; filant comme des ombres sous l'éclairage public. J'étais à l'heure ou les restaurants ferment, à travers les vitrines, un personnel a l'air fatigué rangeaient tables et chaises, débarrassait les dernières assiettes. Allais-je trouver mon lieu de perdition temporaire ? Oui ! Les oreilles aux aguets, des notes de rock semblait venir d'une rue toute proche. Je laissais le son me guider pour atterrir au Cappuccino, un bar plein comme un œuf de gens de ma génération, déchaînés, chantant sur des standards du rock issu d'un groupe de reprise. Probablement de collègues de travail vu que le nom de leur groupe était « Ma petite entreprise ». J'arrive péniblement à me faufiler au bar et à commander une bière et bientôt, me voilà en train de remuer du pied et de la tête et de faire les chœurs avec le public sur « Sympathy for the Devil ». Entrée en matière : réussie !

 

Comment rencontrer une ville et ses habitants ? En allant au marché ! De bon matin, me voilà en route pour le Marché sur l'eau, qui nécessite une petite promenade pour s'y rendre. Même s'il est 9 heures, les rues du centre sont encore vides... la ville est calme et semble n'appartenir qu'à moi ! Je traverse le mignon jardin médiéval, juste à côté de la cathédrale avant d'arriver sur les hauteurs qui surplombe le quartier de Saint-Leu. Première surprise, je découvre plusieurs petit pont reliant les deux parties de la ville, par dessus un petit canal... Je me laisse charmer pendant que je descend les escaliers qui descendent et Saint-Leu et découvre un quartier de raz de Somme, faîtes de vieille maisons colorées. La rue du Don est déserte, il est encore tôt pour que cafés et boutiques puissent ouvrir et sous un ciel gris, je médite sur une phrase écrite au feutre sur un coin de mur : « Etre là et aimer le matin ». Comment ne pas être d'accords, il y a comme un sentiment de début d'une grande aventure. On ne sait pas vraiment où on va, mais on y va, et avec force. Seuls mes pas résonnent sur le pavé d'Amiens et je me sens maîtresse de ma destinée !

 

La petite rue débouche vite sur la place et ses charmants ponts. Mais personne ne m'avait dit qu'Amiens était une petite Venise picarde ! Je crois que ce que je préfère, ce sont ces petites maisons en bords de canal, où il fait prendre une passerelle au dessus de l'eau pour accéder à la porte d'entrée. Et enfin, devant moi, la Somme et son marché au bords de l'eau. Un marché « somme toute » (oui, jeu de mot pourri) modeste mais qui a la particularité de proposer des produits régionaux... bien évidemment des fruits et des légumes mais aussi et surtout, des fromages (l'odorant et célèbre Maroilles, le Rollot, fromage vraiment picard), des charcuteries (36 sortes de boudins) mais aussi, LE plat emblématique du coin... la ficelle picarde, avec laquelle je ferai plus ample connaissance plus tard. Entre les appels aux achats des marchands, je me promène, me laissant aller dans l'ambiance du lieu, appareil-photo au poing.

Verne à Amiens

Je me demande si un blogueur voyage n'a jamais lu le « Tour du monde en 80 jours » ? A l'âge de 10 ans, j'avais suivi les aventures de Phineas Fogg à travers le monde, rêvant de jungle indienne ou d'un train qui filerait à travers les Etats-Unis ? Il a fait partie de ces auteurs qui ont nourri ma propension naturelle à la découverte et il se trouve que sa maison est à Amiens ! Pour atteindre la maison de Jules Verne, il faut rejoindre un boulevard qui ne semble pas avoir changé depuis l'installation de l'écrivain au XIXème siècle. Quand il débarque en ville, c'est surtout pour faire plaisir à Honorine, sa femme, originaire de la région. La ville est plaisante, pas très loin de Paris, ni de la mer où le couple Verne possède un bateau. Ils y resteront et Jules Verne aura si bien adopté la ville qu'il deviendra conseiller municipal. Très populaire de son vivant, et même traduit, l'écrivain pourra s'acheter une vaste demeure qu'il aménagera dans les goûts de l'époque, et avec un certain penchant pour l'historique et l'exotisme. La première salle que le croise est justement le jardin d'hiver, une vraie serre où le maître des lieux se plaisait à recevoir ses invités. Contraste avec la pièce suivante : la salle à manger. Autant le jardin est clair, autant la salle à manger est plongé dans la pénombre. Le propriétaire l'ayant voulu sur le modèle d'une salle à manger gothique, les bois sont sombres, un peu sévères et le tout est un peu chargé. C'est pourtant ici que l'on y dînait, peut-être à la lumière des bougies pour parfaire l'ambiance ou à la lumière générée par l’électricité encore tout jeune. Car les Verne aimaient recevoir et organiser des événements. Deux bals costumés seront organisés par le couple, et sur l'affiche d'invitation, on peut encore lire « Aujourd'hui, on boit gratuit ». Le salon ressemble plus à son époque, avec ses canapés et les portraits des Verne qui nous regarde. C'est le visage qu'on connait de l'auteur, un beau vieillard à barbe blanche, un peu bourgeois, à l'expression pensive et bienveillante... Comment imaginer que cet homme qui a fait voyager des générations de jeunes était en fait un casanier ? Et fidèle en amitié ! Sa relation avec son éditeur était si fusionnelle qu'un étage lui est entièrement consacré. Et on y trouve une pièce unique. Connu du tout Paris, Pierre-Jules Hetzel avait des amitiés bien placées : un canapé où se sont posées les fesses de Georges Sand et de Victor Hugo est d'ailleurs exposé. La dernière partie de la visite laisse libre court à l'écrivain. On y retrouve son bureau et bibliothèque, avec une immense carte du monde peinte sur le sol, remplie de livres, de mappemonde$es et de globes terrestres qui ont du le faire rêver bien des fois. Quand à moi, 

Tchiot Zinc

Le « Petit Zinc », on le reconnait tout de suite à sa jolie façade. Ce bistro tout en longueur est une valeur sûre d'Amiens et probablement un endroit à ne pas louper pour votre introduction à la gastronomie picarde. Premier conseil : ne prenez pas de petits -déjeuner copieux, vous risquez de le regretter ! C'est donc ici que je vais enfin tester la ficelle picarde, chaudement recommandée par personnel. La ficelle picarde, c'est une crêpes dans laquelle on a roulé une tranche de jambon ou de la viande hachée, napée de sauce au champignon puis gratinée au fromage.

Ca, c'était l'entrée... j'enchaîne avec un plat pourtant le curieux nom de « caqhuse », une espèce de blanquette de porc, servie avec une sauce au champignon et vinaigrée. BAM ! Ma gourmandise me fera prendre des fraises en dessert et je n'ai plus qu'à traîner mon ventre jusqu'à l'hôtel pour aller y récupérer un vélo.

Vous voulez visiter Amiens ? N'hésitez pas à enfourcher une bicyclette, la ville est facilement navigable ainsi et on peut y faire de chouette promenade dans les parcs et sur les sentiers de hallage, le long de la Somme mais pour l'heure, je pédale pour évacuer les calories et me rendre vers le trésor d'Amiens, les hortillonnages.

Les hortillonnages, joyau vert d'Amiens

C'est quoi un hortillonnage ?
Le terme Hortillonnage dérive du nom Hortillon, terme picard usité dès le xve siècle et issu du bas latin hortellus, « petit jardin », diminutif du latin classique hortus, « jardin ». Il désigne à Amiens et dans les environs, des marais entrecoupés de canaux, où l'on pratique la culture maraîchère.

Source : Wikipedia

C'est dans un petit bateau à fond plat, presque à raz de l'eau, que notre petit groupe embarque pour traverser les canaux qui forment les hortillonnages d'Amiens, C'est entrelacs de ruisseaux qui traverse une terre noire, grasse, riche de limons et propice à la culture maraîchère. Il en reste d'ailleurs une poignée (7) qui continue cette activités ancestrale et pour trouver leurs produits, il faut se rendre au Marché sur l'eau vu le matin.  Sinon, on y trouve des cabanons, des berges fleuries et des espaces sauvages remplis de petits arbres et de ronces : pas d'eau, d’électricité ni de commodités dans les hortillonnages, on ne peut pas y construire pour y habiter, sauf des cabanons pour entretenir les champs, jardins et les berges mais aussi quelques cabanes d'hôtes que je serai curieuse d'essayer ! Le printemps est sans doute la meilleur saison pour voir le vert reprendre ses droits et les fleurs exploser de couleurs au bords de l'eau. Pendant que nous naviguons, notre « capitaine » nous raconte son lieu de travail : son sauvetage par groupe de personnes concernées, son combat contre l'érosion des berges, les petites anecdotes du lieu....  Et pourtant, ce lieu hors du monde n'est qu'à un tout petit kilomètre de la cathédrale, à l'entrée du centre-ville. Une petit sphère à la fois aquatique et terrienne qui semble vivre en parallèle à notre monde. On y entend que le clapotis de l'eau et les oiseaux qui s’époumonent de branche en branche. Normal, le milieu du printemps, c'est la saison des amours ! Peu à peu, les paroles du capitaine se perdent dans le brouillard de mon imagination. Je m'imagine vivre ici. ce serait bien pour une caprcorne, moitié chèvre, moitié-poisson, les pattes dans le limon, la queue dans la rivière. Une vie en double. 

Le yeux encore plein du camaïeu de vert, après la visite, j'enfourche à nouveau mon vélo pour me balader à travers le parc Saint-Pierre et revenir vers le Centre pour un peu de shopping!

Shopping à Amiens

La rue de 3 cailloux, c'est LA rue commerçante d'Amiens, des grandes marques, et d'autres plus confidentielles, y ont élu domicile mais il y a d'autres boutiques, dispersées dans le centre-ville, qui mérite le déplacement : le concept store Wanderlust (6 Rue Dumeril) est l'endroit rêvé pour dénicher le cadeau original à faire ses proches ou soi-même : tasse rigolote, tête de licorne en origami, cartes du monde à épingler, fouiner bien partout pour trouver votre bonheur. Dans le même esprit, il existe aussi les Cousines de Léon (15 Rue Léon Blum), une caverne d'Ali Baba d'objets de toutes sortes (bijoux, maroquinerie, objets de déco) où le moindre recoin est occupé par un objet. Lectrice, Lecteur, tu es gourmand(e) ? Je te recommande un arrêt absolument nécessaire chez Nature de Cacao (11 Rue de Metz). Comme le nom l'indique, c'est un temple du chocolat (on vous recommande les barrettes aux différents chocolats fourrés) mais surtout : les macarons d'Amiens, qui n'ont à voir avec le macaron parisien que l'amande. Cette friandise enveloppée dans du papier doré ressemble plus à un rocher tendre et aplati qu'à un vrai macaron. Un régal !

Et pendant que je me baladais de boutiques en boutiques, le ciel s'est soudainement dégagé, juste à temps pour voir le soleil décliner et promettre une soirée sous les étoiles. Pou moi, c'est aussi le signal de l'apéritif... mais reste encore à trouver où. 

A suivre

Cette escapade picarde a été possible grâce à Atout France et l'OT d'Amiens. Les opnions de 'auteure lui reste propre, peu importe le nombre de macarons d'Amiens ingérés. 
Pour aller plus loin
Se rendre à Amiens

Amiens est très facile à rejoindre depuis la Belgique.  Outrela voiture, le plus facile est le train et vous pourrez atteindre Amiens en un peu plus deux heures au plus vite, soit via Arras (à l'aller) soit via Lille. La partie de/vers la Belgique se fait en Thalys ou TGV puis on saute dans un TER. 

Se loger à Amiens

L'Hôtel le Prieuré est une adresse de charme en ville. Le premier atout de cet hôtel 3 étoiles est d'être à littéralement 30 secondes de la cathédrale, dans une jolie rue du vieil Amiens. Ancienne demeure des chanoines, les Prieuré essaie d'allier le côté historique (via la préservation du lieu et le mobilier) avec une patte contemporaine (via la déco). C'est frais, tonique, et on s'y sent bien. Chaque chambre est différente et mise sous la protection d'un saint (Saint-Eloi dans mon cas) qui révèle une chambre plutôt "girly" et d'où on peut voir la cathédrale via le vélux. Ell est de bonne taille, douillette... de son côté, la salle de bain est plutôt petite, mais fraîche avec ses plantes. Seul reproche ? Il n'y a pas beaucoup de place pour y mettre ses affaires de toilettes. Un mot doit être dit sur la gentillesse du personnel, digne d'un cinq étoiles et j'ai adoré le service repas ! Contactée avant mon départ par la réception à cause de mon heure d'arrivée tardive, j'ai pu commander mon "repas 3 services", servis dans des bocaux à réchauffer grâce aux machines à vapeur mise à disposition à l'hôtel. Un vrai gros plus qui fait la différence (chambres à partir de 90 euros).

 





  1. LadyMilonguera
    le 12.12.2017

    Je découvre Amiens grâce à ton post et je dois dire que ce que je vois me plait beaucoup.

  2. Melissa
    le 12.12.2017

    Tu peux y passer le week-end les yeux fermés, ça vaut vraiment le coup

  3. Julie - Du Monde au Tournant
    le 12.12.2017

    J’étais tombée des nues en suivant ton week-end sur Snapchat. Moi aussi, je n’avais que la cathédrale d’Amiens en tête. Mais en voyant tes vidéos, et maintenant tes photos, des canaux, des hortillonages, de la maison de Jules Verne… Ouh, il ne faudra pas longtemps avant que je me fasse un petit week-end là-bas. Merci pour l’inspiration.

  4. Melissa
    le 12.12.2017

    Ça me fait plaisir de lire ça, Julie! Je t’y accompagne volontiers, si tu veux. 😉

  5. Laurent
    le 12.12.2017

    Superbe article. Je reconnais bien là toute la richesse d’Amiens. Lorsque j’avais postulé pour différents journaux, j’avais posté cette lettre à Amiens en me disant que ça m’emmerderait d’y aller. Et puis j’ai découvert la ville lors d’un premier CDD de 15 jours. Excepetionnel accueil, la gentillesse des gens, et cette ville où il fait bon flâner. J’y ai bossé deux ans et ça avait été une révélation pour moi !

  6. Melissa
    le 12.12.2017

    Merci Laurent!
    Ben non, la chaleur des gens des “hauts de France” n’est pas une légende! 😉 C’était chouette, surtout de s’y balader à vélo. J’imagine que tu avais le tien ?

  7. Julie
    le 12.12.2017

    Merci beaucoup pour ce très joli article qui met à l’honneur notre belle ville d’Amiens ! Selon Jules Verne, Amiens est la ville idéale 😉
    Julie de Somme Tourisme

  8. Melissa
    le 12.12.2017

    Merci Julie! J’ai passé un excellent week-end parmi vous ! Ah oui… la société agréable vantée par Verne n’est pas une légende. 😉

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer