- Nelson , Nouvelle-Zélande -

August 2017

Nouvelle-Zélande : Nelson, cure d’épicurisme

Ca me fait bizarre de revenir en arrière. Depuis que j’ai quitté le Brésil, première étape de ce tour du monde, je n’ai fait qu’aller de l’avant, plus à l’ouest, plus au sud et me voilà maintenant dans un bus qui avalent les kilomètres entre Fox Glacier et Nelson, tout en haut de l’Île du Nord.

Sur la route de Nelson, sur la rouuute de Nelson

Nelson est une étape improvisée, je n’avais pas songé y aller jusqu’à ce que je tombe à court de jours et que je doivent rentrer sur Auckland. Ayant encore du crédit sur mon pass d’Intercity Bus, j’avais décidé de remonter jusqu’à Wellington, avant de prendre un avion pour Auckland et éviter les 12 heures de bus. Nelson, pas très loin de l’embarquement du ferry pour l’Île du Nord, semblait l’étape toute trouvée. Capitale des vins de Nouvelle-Zélande (et de la micro-brasserie), elle semblait avoir pas mal de de trucs à offrir pour une journée de séjour mais avant, il fallait arriver jusque là.

Toute une journée à remonter la côté ouest face à la Mer de Tasman. Toute une journée de paysages de rêves, sauvages, presque vierges, peu peuplé. Une longue route où notre bus n’hésitera pas a s’arrêter de temps en temps pour que nous puissions prendre des photos (comme à Greymouth) ou choisissant sont arrêt déjeuner à un endroit avec une vue de rêve : à Punakaiki et ses fameux “Pancakes Rocks“, des rochers calcaires qui ressemble à un empilement de crèpes. Une longue journée de transition qui se termine sur le soleil qui se couche sur le front de mer de Nelson.

Nelson, ville du vin

L’auberge, Tasman Bay Backpackers, est grande, avec de beaux espaces communs et le patron, qui doit avoir mon âge, m’accueille chaleureusement. « Dommage, tu viens juste de rater l’heure du pudding et de la crème glacée gratuits. On en fait tous les jours mais il faut se dépêcher. » me précise-t-il avec un petit clin d’oeil. Je lui demande conseil sur que faire le lendemain. Sans hésiter, la réponse sort : va louer un vélo et te promener vers les vignobles ! C’est ici que le véloroute « Great Taste Trail » démarre et le sentier est entièrement balisé. C’est super facile et ça ne monte pas beaucoup (quand ça monte). Ouuuh… seconde fois que je vais mélanger vin et vélo ! Je croise les doigts pour que la météo soit bonne et m’endors du sommeil de la juste, anéantie par la journée de bus.

Quand je me réveille, mes prières ont été entendues : c’est grand ciel bleu et températures idéales pour faire du vélo ! Dans la salle du petit-déjeuner, le patron a mis sa playlist : « 100% néo-zélandaise » peut-on lire sur le bulletin affiché à côté de la réception. Il me semblait bien avoir reconnu les Crowded House » ! Comble du bonheur, c’est la première fois en Nouvelle-Zélande que je séjourne dans une auberge qui inclut le petit-déjeuner !!! Byzance, je me goinfre donc en perspective d’une journée sportive ! Malheureusement, tous les vélos de l’auberge sont déjà empruntés et mon déjeuner avalé, je me rends en ville pour aller louer cette fameuse bicyclette et je découvre une Nelson qui ressemble a un livre d’image. Vous savez, ces villes qui sont restées dans leur jus et son mignonnes et proprettes ? Eh ben voilà ! Ses belles maisons, surtout Art Déco, s’alignent sagement sur une rue principale commerçante et fleurie. Tout est calme, rien ne dépasse… Je ne sais pas si je suis charmée ou si j’ai un peu peur. Sans doute les deux ! Le loueur de vélo, avec sa façade jaune, sort un peu du cadre par contre ! Gentiment, il m’aide à choisir la bécane adéquate, me muni d’une carte avec le circuit et en route, ma poule, me voilà casque au vent sur les sentiers de la dégustation!

Enfin… pas que… après avoir suivi la voie du vieux chemin de fer (le seul point où ça monte), le sentier longe la route principale, et ce n’est pas nécessairement top avec le bruit incessant des voitures. C’est loin d’être bucolique mais enfin, bon gré, mal gré, me voilà arrivée à ma première étape : le National WOWand Classic Cars Museum

Ce musée est un étrange machin puisqu’il est partagé entre deux collections : celle de World of Wearable Arts (dont j’avais vu une expo à Auckland) et une collection de voitures anciennes. Bref, c’est très sexué… ce qui ne m’empêchera pas de rester pantoise devant une robe sapin de Noël ET la DeLorean de Retour vers le Futur. Ce qui mettra tout le monde d’accords, c’est un souvenir du Seigneur des Anneaux car c’est à Nelson qu’habitait le bijoutier qui a crée l’anneau unique. Ce n’est tout de même pas rien ! On imagine que le vrai anneau unique est entre les mains de Peter Jackson mais Nelson en possède une version géante qui a été utilisée pour les gros plans. Tu penses bien que je me suis amusée comme une petite folle, Lectrice, Lecteur, a essayé de recréer la scène où l’anneau tombe comme par miracle juste sur le doigt de Frodo. Tentative sans succès, comme tu peux le voir !

Je réenfourche donc ma bécane pour enfin quitter la parallèle à la route et arriver aux premières vignes... Et là, catastrophe : alors que je pensais pouvoir visiter des caves et avoir passé trois exploitations, tout est fermé. Deux heures de pédalage pour rien… et la faim se fait sentir : CA tombe bien, je viens de tomber sur un petit établissement en bords de rivière, tout en bois et absolument charmant ! Sans doute vais-je y trouver ce fameux petit vin blanc de Nelson ? Eh bien NON ! Le restaurant est spécialisé en bières !!! Voilà, et pour bien marquer le coup, je complète ma bière commandée par une deuxième dose de glucides personnifiée par un muffin à l’orange. Et paf !!!

Complètement dépitée, et vu l’heure, je décide de rebrousser chemin et de me rendre à la page de Nelson, histoire d’humer un peu l’air là bas.

Nelson, plage et bière

La plage de Nelson est urbaine, facilement accessible, avec juste une touche de sauvage qui fait qu’elle est plutôt agréable… et il y a un peu de monde en ce début d’après-midi. Il fait bon, ni trop chaud, ni trop froid. Je pense que tu le connais lecteur, ce soleil de début d’automne qui n’est plus si éclatant mais dispense encore un peu la chaleur de l’été. L’eau est un peu fraîche à mes pieds mais rien de bien terrible,elle est juste bien pour nager, je me dis que j’aurai mieux fait d’emporter mon maillot pour piquer une petite tête. Encore un nouveau #FAIL à mon actif, ce qui ne m’empêcher pas de profiter ! Je vais m’installer sur le sable gris, et observe la vie autour de moi, je laisse mon visage boire le soleil tant qu’il peut. Dans une grosse semaine, je serai de retour… et si je rentre avec le printemps, mars et avril ne sont pas spécialement connus pour être les meilleurs mois de l’année en Belgique. Je regarde aussi les nuages… et j’en remarque un petit, tout seul et peu grisâtre. J’ai l’impression qu’il personnifie ce retour dont le pensée me suit depuis quelques jours, faisant de l’ombre à un soleil qui continue de briller.

Je reprends le vélo, et file en direction de la ville. Nous sommes en fin d’après-midi, déjà… je vais rendre la bicyclette et part me balader un peu, les magasins sont déjà fermés et le centre de Nelson a l’air presque déserté… c’est étrange !

Mes pas vont me guider vers The Free House, un pub installé dans une ancienne église et qui dispense des dizaines de bières issues de micro-brasseries. L’endroit est génial ! Bien que ce soit en ville, on se croirait à la campagne avec son grand jardin. Une « free house » est un pub qui n’est pas lié à une brasserie, on peut donc y trouver des dizaines de bières, issues de micro-brasserie… à déguster pendant que le soleil se couche doucement sur ce petit morceau de Nouvelle-Zélande où il semble si bon vivre.

Et ce n’est pas l’heure du pudding gratuit qui me contredire !

Little India : Singapour, côté "wild" !
Nouvelle-Zélande : Wanaka et Fox Glacier, entre lacs, montagnes et glaciers




En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer