- Koh Mak , Thaïlande -

December 2015

#MelDoesThailand, Saison 5, épisode 3 : Koh Mak

Il est 5h30, Bangkok s’éveille. Et elle s’éveille avant le soleil. Je quitte le frénétisme de la capitale pour une oasis à quelques heures de là, un petit paradis encore relativement secret : Koh Mak.

Petite île du Golfe de Thaïlande et voisine de la très connue Koh Chang; Koh Mak reste relativement épargnée, car elle appartient à 3 familles de planteurs de coco et de caoutchouc d’origine chinoise et qui veille jalousement sur leur île.

Avant de la découvrir de visu, il faut encore y arriver… et d’abords, il faut rejoindre l’embarcadère du village de Laem Ngop, le temps d’une ballade en bus de 4-5 heures. Je commence à avoir l’habitude de quitter Bangkok au petit matin, d’observer les pick-ups chargés de gens à l’arrière qui se rendent au travail ou qui en rentrent pendant que le soleil finit de se lever. A nouveau, je ne peux m’empêcher de sourire en observant le bus, tout aussi customisé qu’un taxi. La conductrice (car oui, c’est une conductrice) à décidé de faire un “chemin de plafond” en velours noir à motifs fluos, avec rideaux assortis. Only in Thailand !

Quelques heures plus tard, j’embarque dans un song theo à destination de Laem Ngop… Il faudra attendre deux heures avant que ne parte le speed boat, alors les autres passagers et moi tuons le temps. Le chauffeur nous a bien évidemment emmené dans une espèce de restaurant qui vent les tickets de bateaux. Certains ont décidé de se restaurer. Moi, je commande un pineapple shake, et déploie mon Mac pour une séance d’écriture. L’air est lourd, plein de la chaleur de l’après-midi et de l’humidité de la fin de la saison des pluies. Un premier contingent de passagers, le lus important, s’en va. Ce sont ceux qui vont à Koh Chang. Nous ne sommes qu’une poignée à aller à Koh Mak et j’ai du mal à réprimer un sourire.  Enfin, c’est notre tour, le song theo s’éranle avec son chargement pour le petit kilomètre qui nous sépare de l’embarcadère. C’est un petit speedboat d’une trentaine de passagers qui va nous transporter en moins d’une heure à Koh Mak. Je m’installe bien tranquillement et une fois les amarres larguées, le bateau file à toute vitesse sur les eaux du Golfe de Thaïlande. Sur le chemin, nous croisons quelques bateaux de pêcheurs, quelques îlots, mais aussi Koh Chang, qui a l’air énorme vue du bateau. Son aspect montagneux donne envie de s’y arrêter et de l’explorer… car lorsqu’on arrive à Koh Mak, on se rend bien vite compte que l’île est presque toute plate. Nous débarquons sur l’une des trois embarcadère de l’île et ceux qui séjournent dans un autre coin de l’île sont embarqués en song theo pour les emmener à destination. C’est mon cas et nous traversons toute l’île pour arriver à mon havre de paix pour les 4 prochaines nuit: Koh Mak Resort.

A Koh Mak, pas de mastodontes ni d’énorme resorts. Les établissements restent de taille de modeste, ce souvent de petits bungalows en bords de plage et c’est mon cas ici. Le resort est un petit village de 28 chalets et dès que j’y mets les pieds, c’est comme si j’arrivais dans une espèce d’endroit dont j’avais toujours rêvé. C’est d’ailleurs le propriétaire qui m’accueille. J’étais attendue, apparemment! “Mélissa?” me demande-t’il avec un sourire interrogateur. Je souris en retour. Après les formalités d’usage pour le check-in, le propriétaire m’emmène vers mon bungalow… Il est là, tout blanc, derrière quelques palmiers. Un joli jardin le borde, je suis séduite. Et quand j’y entre, j’ai du mal à contenir ma joie. Ses grandes fenêtres m’offrent une vue de rêve sur la mer et les alentours. Mon hôte me salue, l’air tout content que je sois si satisfaite et une fois la porte fermée, je commence la danse de la joie autour de mon lit.

Je crois que j’ai trouvé mon paradis !

Que voir et que faire à Koh Mak ?

Alors… que fait-on au paradis ? Si vous aimez les sports nautiques, la plongée et le snorkeling, vous serez servis!

Plongée et snorkeling

Si vous séjourner sur la même baie ou se trouve le Koh Mak Resort, il suffit de tout simplement nager vers le large pour atteindre des spots décents pour le snorkeling. A côté de l’hôtel, il y a même un endroit où on peut voir des coquillages bénitiers!

Si vous aimez plonger, il existe trois écoles de plongée sur l’île (une anglaise, une anglo-allemande, et une thaï, ce qui ne vous aidera pas). Koh Mak Divers organisent aussi des journées snorkeling dans le Parc National maritime de Koh Chang. Et j’étais l’unique occidentale du groupe, ce qui m’a valu une attention tout particulère de la part du guide; un Anglais installé à Koh Mak depuis 8 ans! Une merveilleuse expérience car ce coin du Golfe de ThaÏlande a été plus protégé des dégâts causés par le tsunami de 2006. C’est plutôt El Niño qui a causé de gros problèmes au corail en élevant la température brusquement… et le corail n’aime pas çà du tout. Ca fait plusieurs années qu’il commence à se remettre et je peux certifier que les fonds marins me semblaient beaucoup sains qu’à Koh Tao. Et je pense qu’il y a bien peu de chose qui me puisse plus m’émerveiller que d’être entourée de poissons dont les écailles brillent au soleil quand ils nagent à côté de moi. Pendant un moment, j’oublie que je n’ai que ce tuba qui me relie à la vie, que l’eau n’est pas le milieu naturel de l’homme. J’en prends juste plein les yeux! En bas, le corail vert, violet, blanc, frappé par les rayons du soleil qui filtrent dans l’eau comme autant de doigts divins, et les poissons qui soit m’ignorent et glissent, soit s’enfuient à mon passage. Ca me permet aussi de noter que les Thaïlandais ne sont pas très à l’aise dans l’eau. Tous muni de gilets de sauvetage, ils se font tirer à la queue leu-leu par un guide sans trop s’éloigner du bateau. C’est assez étrange…

Le kayak de mer (et autres activités nautique)

N’importe quel resort situé sur une plage louera des kayaks de mer. C’était la première fois pour moi et c’est un moment que je n’oublierai pas! Je suis partie tôt le matin, pour éviter que le soleil ne tape trop et le sentiment de paix et de sérénité qui en découle est immense. Le mal aux bras et aux épaules aussi . Si, Lectrice, Lecteur, tu es situé(e) comme moi sur Ao Suan Yai , tu pourras facilement rejoindre la petite île de Koh Khham juste en face !

Koh Kham, Koh Rayang Nai, Koh Rayang Nok

Koh Kham est un des îlots voisins de Koh Mak et possède en fait la plus belle plage du coin. Elle est petite, mais parfaite : sable blanc, cocotier, des rochers noirs pour encadrer le paysage et abriter les poissons (snorkeling décent à faire). On peut y passer quelques délicieuses heures de farniente et de baignade. On peut la rejoindre en barque, ou en kayak de mer (voir même à la nage, pour les plus courageux). Il existe un petit kiosque qui vent boissons et snacks. Pour y mettre les pieds, il faut s’acquitter du droit d’entrée de 100 bahts car Koh Kham est une île privée… vous ne manquerez pas de voir de mystérieux bungalow en béton recouvert de plantes. C’est qu’il y a déjà plusieurs années, l’idée était d’en faire un resort de grand luxe… sauf que les choses ne se sont (heureusement) pas passées comme prévu. Cela doit faire au moins 5 ans que la construction a commencé et plus de deux ans qu’elle fut interrompue mais des gardiens (presque tous Birmans), veillent à l’entretien des lieux. Aux dernières nouvelles (glanée chez le guide anglais qui dirigeait le groupe de snorkeling), les petits malins avaient construits des bungalows sur des rochers, ce qui est interdit par les codes de protection de l’environnement puisque l’ère de Koh Kham est protégée. Bref, les visiteurs à Koh Mak pourront encore profiter de ce paradis miniature pour encore un moment.  Les visiteurs qui sont situés sur la plage de l’autre côté de l’île ont eux accès à deux îlots : Koh Rayang Nai et Koh Rayang Nok… que je me ferai un plaisir de tester à la prochaine occasion. 😉

Profiter

Lectrice, Lecteur, je suis une amatrice des petits plaisirs de la vie. Et Au resort, j’ai été servie ! Mets-moi une Tom kha kai (la fameuse soupe de poulet au coco, une des meilleures jamais mangée) pour me restaurer après une journée à batifoler dans l’eau et un cocktail ou une Singha dans une main pour observer le coucher du soleil et crois-moi, je suis la plus heureuse des femmes. Et les couchers de soleil sur Koh Mak sont SPECTACULAIRES! Le genre de grand show de la nature qui vous fait monter les larmes aux yeux. Et ce n’est pas seulement les couleurs, tous les jours différentes du soleil qui disparaît. C’est une ambiance… les enfants qui sortent se baigner et jouent, c’est un kayak qui glisse sur l’eau, à l’horizon, ce sont les reflets de la lumière sur l’eau, hypnotiques… un tout qui fera que Koh Mak restera une des représentations de la (presque) perfection. Il il me tarde d’y retourner!

Pour aller plus loin
Rejoindre Koh Mak

Deux solutions : le bus ou le mini-bus.

Pour le bus régulier (plus confortable et si vous avez un gros sac à dos, il vaut mieux), il faudra vous rendre à la gare routière d’Ekamai (station BTS) très tôt le matin (avant 6 heures). Vous pourrez vous rendre soit directement à Laem Ngop où se trouve l’embarquadère, soit à Trat.  A la gare routière de Trat,  vous remarquerez très vite les signes pour les song theos (transports collectifs) qui vous emmèneront à Laem Ngop.

Les minibus partent de la Gare routière de Mo Chit (comme les bus pour Ayuttayah) et vous déposeront à Trat. De là, vous devrez à nouveau prendre un song theo.  Si vous rentrez via Trat et souhaitez revenir avec un bus et pas dans un minibus, signifiez le bien au chauffeur du song theo, ce n’est pas le même endroit (c’est ainsi que j’ai su qu’il y avait des minibus).

Une fois à Laem Ngop, il vous reste à choisir de prendre soit un speed-boat (plus cher mais qui vous prendra une heure) ou le bateau régulier, un bon vieux bateau en bois (moins cher, 3-4 heures de traversée).

Plus de renseignements sur Koh Mak ici: http://www.kohmakguide.com/

Bon à savoir

  • Pas de banques sur l’île, ni de distributeurs de billets donc munissez-vous d’argent liquide en conséquence (et/ou d’une carte de crédit).
  • Pas tellement de moustiques à Koh Mak (ouf), malheureusement, il existe pire : les sandflies ! C’est une espèce de petit moucherons. On le voit à peine (il ne mesure que quelques millimètres) et comme le moustique, on ne sent pas directement quand elles piquent et lorsque la démangeaison se déclenche, c’est juste insupportable! Le seul remède ? Le anti-répulsif au DEET (n’oubliez aucun recoin de peau). Les remèdes à la citronnelle ne sont pas assez fort. Emportez avec vous de la crème pour soulager les piqûres d’insectes car au plus vous grattez (et les démangeaisons durent plusieurs jours, voire dans mon cas quasi deux semaines), au plus les piqûres s’enflamment et le bouton devient rouge et dur. Une horreur ! Vous comprendrez pourquoi j’ai mis le mot “presque” dans ma description de ce paradis. 😉  
#MelDoestheWorld : Rio de Janeiro, en balade à Copacabana, Ipanema et le Centro
Riga, impressions baltiques