- Koh Phangan , Thaïlande -

October 2012

Au Fil de la Thaïlande : étrange Koh Phangan

Encore un bateau à prendre. Ce ne sera pas le dernier! En fin de matinée, j’embarque pour Koh Phagan, la petite voisine de Samui. Le ciel a décidé de bouder, tout voilé de gris. Depuis la jetée, en attendant de pouvoir embarquer, je regarde les pêcheurs s’affairer.Derrière une colline verte, on aperçoit le Grand bouddha doré, qui médite face à la mer. Mais il est déjà temps d’embarquer !

Koh Phangan, la langoureuse

La traversée jusqu’à Phangan, est courte, 45 minutes. On ne perd jamais Samui de vue mais lorsque j’y pose pied, c ‘est une tout autre ambiance!  Un paysage plus doux, un petit air de port d’une terre reculée et une espèce d’onde sensuelle parcours cette île.Pas étonnant que les hippies furent les premiers à en révéler l’existence aux occidentaux! A présent, si Koh Phangan est connue, c’est surtout comme étant l’île des fêtes les plus débridées: les Full Moon Parties.  Une énorme fête se déroulant sur toute la plage de Haad Rin les jours de pleine lune avec musique électronique, seaux (“buckets”) d’alcool bon marchés et drogues (de tout, mais les champignons hallucinogènes semblent être fort prisés) à gogo. Mais Sarah vous en parlera mieux que moi!Avec la popularité, et l’envie qu’on les hommes d’en faire toujours plus, il y a à présent des ‘half-moon” et des “black moon” parties organisées à d’autres endroits de l’île.

Je me précipite au 7/Eleven du port pour faire quelques achats et voilà que j’aperçois une camionnette portant le sigle de mon logement! Le chauffeur a mon nom sur une liste et m’attendait!

Quinze minutes plus tard, nous traversons une cocoteraie et m’y voilà: le Phangan Beach Resort! A nouveau, j’ai choisi le calme en préférant loger à Ban Tai, la plage qui fait face à Koh Samui. Et là, j’ai l’impression d’avoir trouvé une vraie petite perle! L’accueil est à la cool, comme il se doit dans un coin plutôt fréquenté par les backpackers. Le jeune anglais qui officie à l’accueil me conduit à travers la propriété : deux dizaines de bungalows nichés dans un jardin et posé à même la plage! Certains donnent directement sur la mer mais budget oblige, j’ai un bungalow de base au fond du jardin, et mes pieds foulent le sable et les fleurs de frangipaniers.  Ce sera mon logement le plus “rustique”, une petite cabane en bois, avec  deux lits une couverture, un ventilateur et une douche froide. Il a bien sûr son petit porche, dont je découvrirai qu’il ne sert pas seulement qu’à lire.

Encore une fois, je me dépêche de me débarrasser de mes affaires et rejoins la plage. Elle est superbe, avec son sable blond, ses cocotiers et son eau bleue laiteuse. Des bancs de sable s’étendent très, très loin vers Samui et il est difficile d’y nager! Je pourrais sans doute faire un kilomètre avec de l’eau jusqu’à mi-cuisse tant c’est peu profond. Légère déception pour moi qui adore nager… mais je me console en trouvant un des meilleurs amis du voyageur fatigué : le hamac! Je m’y installe avec mon bouquin. Tout est presque trop parfait! Il fait tiède, de cette température idéale douce à la peau. Sans le soleil qui brûle et presque sans vent, mon corps à l’impression d’être dans le vide. Les vaguelettes clapotent et soudain, une guitare. Une toute jeune fille aux cheveux blonds s’est assise à l’ombre d’un arbre et répète une chanson.

L’île des hippies, ont disait?

Le soir au bar, j’essaie de faire connaissance avec les autres pensionnaires, tous beaucoup plus jeunes que moi à part une famille de Hollandais. Ne viendrait-on pas à Koh Phangan passé 25 ans? Je fais la connaissance de deux Allemandes venues terminer leur périple asiatique. Deux jeunes étudiants français, faisant leur stage dans un 5 étoiles sur la côté, viennent nous rejoindre mais je suis largement snobée. Là, je me sens vieille! Je me tourne vers le comptoir, un Australien fort en train est occupé à raconter sa biture de la veille et s’apprête à remettre celà car ce soir: c’est la Jungle Experience. Une  grosse fête électronique au milieu de la jungle.  C’est un peu dépitée que je rentre dans mon bungalow! Je plonge dans le sommeil immédiatement mais en suis tirée au petit matin par des hauts-parleurs balançant des annonces et de la musique thaï!

Des matins qui chantent !

Sur le moment, j’ai envie d’assassiner quelqu’un mais la curiosité prend le dessus: d’où est-ce que ça vient et qu’est-ce que ça peut bien être ? Je prends le temps d’admirer la plage sous le soleil pendant que je dévore mon petit déjeuner puis me décide à explorer le quartier et à trouver une supérette: il me faut des bouteilles d’eau !  Tout au long de la route, il y a une foule de bars, tous fermés en ce milieu de matinée. Je prends note pour y retourner ce soir, j’aperçois quelques magasins, mais de supérette point, je repars donc dans l’autre sens, dépasse le resort, repère enfin un magasin sur l’autre trottoir mais je remarque que la musique qui m’a réveillée est toute proche. Sur une petite route, il y a un attroupement de voitures.

Je me fraie un chemin entre les arbres et découvre le fin mot de l’histoire: c’est une fête scolaire! Parents, professeurs et enfants sont là, à l’ombre des arbres ou sous des parasols, souriants… Sur la grande plaine, des petits garçons se préparent à faire une course, d’autres, en habits de lumières, tiennent leurs instruments de musique bien en main… quant aux petites filles… Aïlle, aïlle, aïlle… C’est une débauche de costumes en strass, de coiffes mirobolantes, de cheveux en anglaises et de maquillage à outrance. J’ai l’impression de me balader dans un concours de Miss pour gamines aux Etats-Unis! Certaines s’auto-photographient seules ou avec leurs copines, d’autres se font faire une petite retouche auprès de leurs mères et pendant ce temps là, les adultes devisent tranquillement, heureux d’être là. J’en profite pour faire des photos (et j’ose même demander, un grand pas)!

Après une bonne heure passée à cette petite fête, je vais faire mes achats et retourne sur ma plage, à la recherche d’un endroit pour faire un peu de snorkeling : peine perdue! Entre lecture et ballade le long de la plage (oh, le joli cadavre de poisson-coffre), la journée se termine avant même que j’ai eu le temps de réaliser! Oui, la nuit tombe tôt et vite sous les tropiques! Décidées à sortir de mon enclave, je retourne le long de la route, là où j’ai vu les bars. Et là, surprise: ils sont tous vides! Enfin presque. Dans presque chacun d’eux, un groupe de jeunes filles court vêtues semble attendre. C’est comme çà jusqu’à ce que la route plonge dans le noir.

Et là, je suis déprimée. Je ne peux que deviner ce qu’elle attendent.

Je rentrer au Resort, frustrée, fâchée de ne pas savoir conduire un scooter pour aller me balader. Et quand je suis frustrée, j’ai besoin de gras: horreur: je me vois commander un hamburger. Et pour faire passer tout çà, un banana-split. Au bar, je retrouve l’Australien en train de causer avec deux copines anglaises. La dernière fois que je l’avais vu, il s’était endormi sur son porche au petit matin. Ils ont encore la peinture fluo de la soirée de la veille et qui apparemment, avait l’air plutôt cool. J’essaie de m’imposer, çà marche à peine. La saoûlerie de la veille monopolise la conversation. Résignée, avec le son digne du Buddha Bar, je m’éloigne pour être à l’abri de la lumière: le ciel est complètement dégagé ce soir et c’est le moment pour observer les étoiles. Sauf qu’une demi-lune s’en mêle!

J’ai l’impression que le monde m’en veut, sur le coup! Pour la première fois depuis que je voyage en solo, j’aurai aimé avoir un visage ami. Je m’installe dans un hamac et fixe les étoiles en essayant de relativiser.

Pour enrayer la spirale négative, je décide d’aller me coucher. Et pourtant, malgré celà, il y a quelque chose d’indéfinissable à Koh Phangan qui me fera sans doute repasser par là… mais pas toute seule!





  1. amelie@voyager seule
    le 18.12.2017

    Ahh j’adore les photos, la photo des “mamans” assises en bleu me rappelle la mère de mon ex. //buh

    Dommage que tu n’ai pu faire du snorkeling, ça doit être bien là bas!!

    Merci pour ce récit, on s’y sent comme là bas

  2. tanned
    le 18.12.2017

    Je connais bien cet île pour avoir fait la full moon party, la black moon & Half & shiva moon et aussi la Jungle expérience!

    Dommage que tu n’es pas appris à faire du scooter mais tu aurais du le faire sur place!

    Ps : j’ai conduit pour la première fois un scooter à koh phangan, il y a peu de circulation donc c’est facile à conduire!

  3. Melissa
    le 18.12.2017

    Hmm… Tu sais Stefan, j’ai pas voulu tenter le diable en conduisant un scooter pour la première fois à la nuit tombée. 😉 Mais quand je reviens en Thaïlande, je m’y mets. Je serai là plus longtemps!

  4. Eric34
    le 18.12.2017

    Je pars bientôt en Thaïlande et j’aimerais beaucoup allé à Ko Phangan, je pense y faire un tour, merci pour les photos :p (sinon pas mal l’idée du scooter^^)

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer