Lorsque j’ai su que nous allions visiter le château de Malbork en prenant le train, j’ai sauté de joie ! La Forteresse teutonique de Malbork, son nom en entier, est le plus grand château d’Europe et fait maintenant la fierté de la Pologne ! Patrimoine mondial de l’Unesco, c’est une visite à ne pas manquer lorsque l’on séjourne en Poméranie.

Malbork, visite du plus grand château d’Europe

Comme pas mal d’en droit à Gdansk, le quartier de la gare est en (re)-construction. Heureusement, Mihal à déjà nos billets et nous devons seulement faire slaloms pour atteindre la voie. Je suis aux anges ! Si il y a une chose que j’adore faire quand je visite un nouveau pays, c’est découvrir son train (en fait, n’importe quel moyen de transport en commun) et surprise, je retrouve des compartiments séparés comme on peut en trouver dans nos anciens trains internationaux. C’est que la ligne que nous empruntons traverse toute la Pologne, jusqu’à Cracovie, tout là-bas dans le sud. Nous nous installons à nos places numérotées pendant la grosse demi-heure que dure le trajet.

Nous verrons à peine la petite ville de Malbork, pas le temps de nous attarder, le château nous attend !

Les chevaliers de l'Ordre teutonique
Les chevaliers de l’Ordre teutonique (en entier, maison de l’hôpital des Allemands de Sainte-Marie-de-Jérusalem) sont un ordre hospitalier catholique d’origine allemande qui fut fondé à Saint-Jean d’Acre, dans le sillage des croisades. Lorsque les Musulmans finirent par chasser les Croisés, l’Ordre déménageât d’abords son quartier général à Venise avant de finalement arriver en Prusse. C’est ici que l’Ordre fit construire cette immense forteresse au 13ème siècle et l’appelât « Marienburg », du nom de leur sainte patronne. Une ville du même nom y grandit à ses pieds et la Forteresse devint le Centre administratif des Chevaliers jusqu’en 1466 où le Roi de Pologne conquit le château et Malbork va suivre la destinée de la grande région de Gdansk. A l’époque nazie, c’était devenu un lieu de pèlerinage pour les jeunesses hitlériennes et à l’issue de la guerre, la forteresse fut fortement endommagée. Plusieurs restauration plus tard (la dernière datant de 2016), la voilà resplendissante ! Pour info, l’Ordre des chevaliers teutoniques existe toujours et leur quartier général est à Vienne.

La première chose que l’on remarque en approchant la forteresse, c’est sa couleur rouge. Pas étonnant donc que le style de construction de celle-ci soit appelé « gothique de brique ». La deuxième chose, c’est qu’il y a du monde pour la visiter. Nous sommes fin mai, la fin de l’année scolaire approchant, c’est l’époque des excursions scolaires et des élèves de tous âges se retrouvent un peu partout sur le site. Heureusement, celui-ci est assez grand que pour y dénicher des endroits calmes.

On y trouve évidemment les résidences des chevaliers et le Palais du Grand-Maître de l’Ordre, on y trouve aussi un cloître, des chapelles et l’église Sainte-Marie. Malbork était une véritable petite ville contenue à travers ses murs défensifs (3, si ma mémoire ne me fait pas défaut).

Une des pièces les plus intéressante est le réfectoire. Une immense pièce (la plus grande de la forteresse) qui était chauffée via hypocauste, une bonne vieille technique romaine de chauffage par le sol. Les salles s’enchaînent, au fur et à mesure que l’on entre à travers les différentes sections du château, jusqu’au Palais du Grand Maître. De temps en temps, nous croisons des groupes d’ado en visite guidée, emmené à travers l’histoire par des guides habillés en membres de l’ordre. A voir comme çà, le chevaliers teutoniques n’avaient pas l’air jojo, son emblème est une sévère croix noire (on dit « sable » en héraldique) sur fond blanc. Pas de fioritures, rien ! Les fantaisies, elles sont réservées aux salles… et encore !

On peut facilement passer toute la journée à visiter la Forteresse tellement elle est immense mais l’heure tournant, Mihal veut vite nus faire voir le clou de spectacle médiéval et ouvre une mystérieuse porte. Sans autre indications ou guide, on serait passés à côté. Derrière cette porte, des escaliers, et encore des escaliers avant d’arriver à une terrasse d’où on peut admirer toute la forteresse et les alentours. Ce qui nous permettra de voir un peu son environnement, qui a une importance non-négligeable !

Marins d’eau douce, sur le Delta de la Vistule : le Żuławski Loop

L’endroit pour implanter le château n’avait pas été choisi par hasard ! Construit le long du fleuve Nogat, ce bras du delta de la Vistule permettait de connecter la forteresse à la fois au reste de la Pologne mais aussi à la Mer Baltique. Et c’est sur le Nogat que nous allons nous amuser un peu ! Juste à l’extérieur du chateau, se trouve un pont pour traverser le fleuve et de l’autre côté, une embarcadère et un petit bateau qui nous attend ! Krzysztof  et son équipière Margaret de Vistula Cruises attendent notre équipe de marins d’eau douce pour un petit tour sur le Żuławski Loop (boucle Żuławski), une longue boucle fluviale qui permet de reliers par bateau plusieurs villes de la région, dont Gdansk en plusieurs jours et de revenir à son point de départ. Nous allons avoir un aperçu de ce que ça fait pendant quelques heures.  Nous voilà parti pour plusieurs heures à naviguer sur les eaux calmes du fleuve, à profiter d’un paysage sauvage et vert. On est bien ! Surtout quand Margaret apporte la bouteille de Zubrowka, la fameuse vodka à l’herbe aux bisons (à consommer avec modération). On peut la boire pure ou mélangée à du jus de pomme.

Le grand air, un petit verre, nos lunchs boxes préparées à l’embarcadère. Je ne sais pas ce qu’on peut demander de mieux ? De temps en temps, nous croisons des écluses. L’occasion d’assister aux manoeuvres et de papoter avec les éclusiers. Je vais me placer à l’avant du bateau, à attendre que s’ouvre les portes de la dernière écluse. Au dessus de ma tête, le ciel de Poméranie est tourmenté. Tourmenté, mais beau, plutôt photogénique. Malgré le bruit du moteur, tout est paisible. Je comprend pourquoi Krystof arbore un grand sourire en permanence ! Quelle chance d’avoir un pareil lieu de travail ! Bon, sauf quand il commence à pleuvoir ! On se réfugie à l’intérieur du bateau pendant que tombe une courte averse. Notre capitaine, lui, reste stoïque sous son anorak. Nous, bien au chaud et d’excellente humeur, nous finissons de goûter à la douceur de vivre du Delta… Ca me fait penser, comment dit-on « Dolce vita » en polonais ?

Ce séjour a été organisé avec l’Office du tourisme polonais en Belgique, Pomorskie Travel et Pomorskie Prestige. Les opinions de l’auteure, néanmoins, restent libres, malgré les quelques vodkas absorbées (avec modération).