P1120604

Une jeune femme en tablier dispose devant chacune d’entre nous une théière. La demoiselle dépose la dernière de ses théières devant une dame aux cheveux gris et à la mise particulièrement digne. Dans cette salle voûtée où les rayons du soleil se faufilent comme par miracle, la dame nous fait un signe pour nous inviter à nous servir en sucre.  Je saisis un morceau avec des gestes précis et tourne ma petite cuillère avec délicatesse, en faisant attention à ne pas heurter la porcelaine de la tasse. Lentement, la dame place sa main droite par dessus sa main gauche et commence à nous expliquer l’histoire de la pièce où nous nous trouvons  : nous sommes un peu “Downstairs”, dans le quartier des domestiques. Bienvenue dans la demeure londonienne des Crawleys de Downton Abbey : Grantham House. Bienvenue à Basildon Park!

P1120592

Basildon Park

La magie du tournage a fait que Basildon Park, un grand manoir situé à la campagne, double  une belle maison de ville. C’est assez comique! Plutôt que l’Angleterre du début XXe siècle, quand on découvre ce joli bâtiment palladien et son énorme parc, on a envie de revêtir une robe empire et de partir se promener pour songer à ses tourments de cœur (à la Jane Austen) en soupirant “Oh, Mr Darcy!” n portant sa main au front dans un grand élan de désespoir.  Pas étonnant que l’endroit me dise quelque chose: il a été utilisé pour figurer “Netherfield Park”, la propriété des Bingleys dans “Pride & Prejudice“. Mais si nous somme ici, c’est surtout pour la grande saga “Downton Abbey“, cette grande fresque historique où la vie d’une noble famille et de ses domestiques, sert en fait de prétexte pour montrer l’histoire d’Angleterre et les bouleversements de ce tout nouveau XXe siècle.  A regarder Kelly, Katie et Rachelle, il semble que la série soit plus que populaire aux États-Unis. J’avoue: je ne l’avais jamais regardée auparavant et en préparation du séjour, je me suis procurée la première saison que j’ai commencé à regarder dans l’Eurostar. Et j’ai terminé le pilote en larme. J’étais conquise!

P1120593

C’est donc toute fraîchement convertie que j’entre dans le hall d’entrée. La dame qui nous a accueilli dans la cuisine nous présente notre guide, un homme d’un certain âge, aux allures d’intendant. Pendant toute la visite, il parlera avec une fierté de propriétaire de Basildon Park, comme Mr Carson aurait pu le faire s’il avait fait visiter Grantham House. La propriété a connu bien des déboires et appartient maintenant à la National Trust mais lorsqu’en bas de l’escalier, nous passons devant le portrait de Lady Iliffe, on sent chez lui une déférence teintée d’une certaine affection. Car Lady Iliffe, c’est un peu celle qui remis la propriété sur pied, elle, la jeune Mauricienne de bonne famille mariée à un magnat de la presse avec un titre de Lord. Le couple n’eut pas d’enfants et décida de faire passer la propriété au National Trust.

Nous naviguons de pièce en pièces, mêlant les souvenirs des Iliffes, leurs collections d’objets et de tableaux et les photos de scènes de Downton Abbey. Dans la grande salle à manger, on trouve même la table dressée pour toute la famille Crawley et leurs invités (j’immortalise la nominette de la Comtesse douairière, sans doute mon personnage préféré)… cela contribue à nous mettre tout à fait dans l’ambiance! Dans chaque pièce, on trouve aussi des fleurs artificielles. La dame qui nous accompagne dans la visite désigne notre guide. “C’est lui qui a réalisé tous ces arrangements!”. Notre guide regarde ses pieds un moment, gêné mais content du compliment avant de s’en tirer avec une pirouette verbale toute “british”. Impossible de ne pas y voir un peu de Mrs Hugues et de Mr Carson dans ces deux là. “Mr Carson” nous dispense quelques anecdotes de tournage. Comment Shirley MacLaine lui a tapoté le séant, comment Maggie Smith l’a houspillé ou l’improbable accent cockney de Michelle Dockery quand elle n’est pas Lady Mary. De salons en chambres, la visite s’achève. On prend quand même le temps de poser dans les magnifiques meubles avant de faire nos adieux. Malheureusement, pas de promenade dans le Parc pour ces jeunes filles.

Bampton, le village de Downton

Quand nous arrivons à Bampton, le ciel est presqu’aussi gris que les pierres qu’on a utilisé pour construire ce village. Bampton est la doublure du village de Downton. Y mettre les pieds, c’est se transporter dans une ambiance typiquement anglaise. Le rendez-vous était fixé à la bibliothèque communale. Ce bâtiment ne m’est pas inconnu: c’est celui qui est utilisé pour figurer le “cottage hospital” du village, siège des joutes verbales entre la Comtesse douaire et Isobel Crawley! Un guide nous prend en charge pour nous faire visiter le village. Chaque année, le petit village entre en branle-bas de combat quand l’équipe de tournage débarque, surtout pour les scènes en extérieur. Les quelques photos que nous voyons à la bibliothèque nous donne l’impression que c’est le village tout en entier qui a remonté dans le temps! Costume en tweed, robes longues, vieilles bicyclettes… Assister à un tournage doit être plutôt impressionnant! Ca se fait très vite, on passe devant la “maison de Matthew et Isobel Crawley” et surtout, nous avons le loisir de nous promener dans l’église du village, théâtre des grands moments de la vie des comtes de Grantham.

P1130017

En revenant à la bibliothèque, un homme aux allures de gentleman farmer vient nous retrouver, il était déjà là pour nous accueillir à la descente de voiture. Robin Shuckburgh, et sa femme Pip, habitent une jolie maison un peu dehors du village. Il en est la mémoire, elle en est l’artiste. Fraîchement retraités, ils tenaient un Bed&Breakfast, ils ont la tête pleine de projets mais en attendant, nous sommes gavés de thé, de ginger cake maison et d’échanges entre nos parcours respectifs. Nous faisons découvrir le monde du blog à nos hôtes et nous sommes toutes ouïes sur les histoires du village et les sérigraphies de Pip.

Et c’est ainsi que se referme cette parenthèse dans le monde Downton Abbey, comme elle avait commencé, dans la porcelaine d’une tasse de thé.