- Oxford , Royaume-Uni -

May 2014

#loveGREATBritain : Oxford Magic!

Oxford, un nom qui évoque plein d’images… celle d’un campus anglais aux bâtiments élancés et un peu sévères, aux pelouses manucurées où déambulent des étudiants en tweed qui savent qu’ils seront la future élite du Royaume-Uni: Margaret Thatcher, Tony Blair, David Cameron, W.H. Auden, T.S. Elliot, Richard Burton, et même Terry Jones ou Hugh Grant… la liste est impressionnante!

Pour moi, c’est aussi un peu spécial. Mon boulot me fait côtoyer quelques oxfordiens “old school” et j’ai souvent écouté avec amusement leurs souvenirs d’étudiants, une époque pourtant pas si lointaine, où réunis en “colleges”, ils étaient soumis à une discipline quasi-dickensienne. A l’époque, les “colleges” n’étaient même pas mixtes (les premiers “colleges” mixtes datent de 1974) et le plus comique étant de pouvoir se soustraire à ce carcan avec finesse, intelligence et drôlerie.

Mais pour le moment, les “#BondGirls” et moi sommes réfugiées dans un pub qui semble avoir été tiré d’un roman: “The Eagle & Child“. A l’avant, et de deux côtés de la porte, deux petits salons aux banquettes confortables sont ornés de leurs propres cheminées, l’arrière ressemble plus à une taverne médiévale et le fond du pub semble avoir été rajouté beaucoup plus tard, gâchant un petit peu l’ensemble. Mais dans ces petits salons, on imagine très bien C.S. Lewis, l’auteur du “Chroniques de Narnia” et son vieux pote, J.R.R. Tolkien (celui du “Seigneur des Anneaux”), deviser les soirs d’hiver, autour d’une bonne ale bien tiède… Pendant que nous terminons notre repas (mon premier fish&chips depuis mon arrivée en Angleterre, ENFIN), notre guide vient se présenter à nous. Elle va nous faire parcourir toute la ville.

En suivant les pavés d’Oxford

Il y a deux choses qui frappent quand on visite Oxford: la première, c’est l’uniformité de son architecture: néo-gothique, avec des pierres grises et jaunes. Cela lui donne un côté solennel… peut-être même un peu trop.

La deuxième chose qui impressionne, c’est à quel point l’Université est imbriquée dans la ville. En fait, l’Université EST la ville, avec sa vingtaine de “colleges” disséminés dans la ville. La visite nous permettra d’en voir quelques uns et ils sont nombreux à porter des noms religieux: St-Hilda’s, St-Anthonys ou St-Hugh’s….Ces “colleges” sont un peu comme les maisons de “Harry Potter”. Il n’est donc pas étonnant que les équipes du film soient venues y tourner plusieurs fois: à commencer la Divity School de la Bodleian Library  que nous ne pourrons pas visiter, mais nous pourrons admirer les extérieur de la “Radcliffe Camera“, une annexe en forme de rotonde dont les courbes tranchent avec les lignes droites d’Oxford. Et évidemment, c’est elle qui servira à “incarner” la bibliothèque d’Hogwarts, mais aussi l’hôpital.

Le cloître du New College et son grand arbre a été utilisé plusieurs fois dans “The Goblet of Fire” mais c’est surtout “Christ Church“, le plus grand et le plus célèbre des “colleges” qui a été utilisé. Véritable ville dans la ville, Christ Church a même sa cathédrale et sa galerie de peintures, ainsi que ses terrains de foot. Ce sont sur les marches de Christ Church que le Professeur McGonagall accueillit Harry et tous les autres élèves lors de leur toute premières année. Et si, lorsque j’entre dans le “Dinning Hall”, j’ai comme un sentiment de déjà-vu… la ressemblance avec le set visité quelques jours plus au Studio Warner Bros est frappante: on dirait Hogwart! C’est à peine si on ose regarder les peintures de peur qu’elle ne bougent. Et si on peut le visiter, c’est pourtant loin d’être une salle de musée! Il est bel-et-bien utilisé (la table est d’ailleurs mise). Il y a même des dîner “formels” organisés à 19h20, où les étudiants sont conviés en toge (un ou deux invités sont permis, vous savez ce qu’il vous reste à faire). Pendant que nous nous baladons et admirons les vitraux du Hall, la guide attirent notre attention sur les détails. “Regardezun peu plus près… Vous ne voyez pas une petite fille?” Et en effet, dans un coin une fillette à la robe bleue et aux cheveux blonds est représentée en verre: c’est la petite Alice, bien loin de son Pays des Merveilles. Au XIXe, un ancien étudiant devenu tuteur, Charles Dodgson, se prit d’affection pour la fille du doyen de Christ Church, Alice Liddell et c’est suite à une sortie en bateau avec les sœurs Liddell que lui vint l’idée d’une petite fille qui s’ennuyait et décidât de suivre un lapin blanc à l’air fort pressé. Depuis, Charles Dodgson est plus connu sous le nom de Lewis Caroll. Regardez bien autour de vous à Christ Church, vous y verrez plusieurs indices se rapportant au Pays  des Merveilles et à la petite Alice. Vous trouverez même en ville un magasin : Alice’s Shop.

Dans les rues d’Oxford, on y trouve aussi des signes d’autres artistes: tels le “Bath Hotel”, ou Richard Burton et Liz Taylor venaient s’échapper et au détour d’une rue, ces drôles de gargouilles en forme de faunes qui auraient inspiré à C.S. Lewis le personnage de Mr Tumnus.

P1120805

Jailhouse Rocks!

La tête aussi pleine que des étudiants ayant subit leurs 8 heures de cours réglementaires, nous nous dirigeons vers notre logement pour la nuit: le Malmaison Oxford. Malmaison est une chaîne d’hôtels plutôt branchée mais à Oxford, on touche à un autre aspect de la rénovation de lieux historiques puisque là, l’hôtel s’est installé dans l’Oxford Castle, l’ancienne prison de la ville. Pour un “boutique hotel”, le lieu est immense et il m’a fallu un peu d’astuces pour trouver ma chambre… et que dire quand on se trouve dans l’aile A… C’est juste énorme! L’architecture de la prison, avec ses vraies portes de cellules et ses chemins de rondes ont été conservés. Pour construire les chambres, il aura fallu abattre les murs de 3 cellules adjacentes… et pourtant, les chambres sont plutôt petites. Une fois la porte fermées, on essaie de s’imaginer ceux qui sont passés par là et n’ont pas du en mener large, lorsque je me retourne, j’ai un superbe lit et en au lieu du pain et de l’eau, des friandises sont artistiquement déposées sur une ardoise, petit cadeau de bienvenue de la maison. Je jette un oeil du côté des fenêtres et là, on se rend compte de l’épaisseur des murs! Impossible d’entendre les voisins avec çà!

Et si je n’arrive pas à me persuader dans anciennes conditions de vie des euh… “invités” précédents, une cellule a été préservée en l’état, avec un une lumière qui clignote, pour lui donner l’air encore plus inquiétant.

De quoi vous donner l’envie de revoir “The Shawrank Redemption” ou de faire abstractions de toute çà en songeant à cette ville qui, comme ses clochers, à la tête plutôt dans les nuages.

Ce voyage de presse était organisé par Visit Britain mais mes opinions me sont propres.

 

Flâner à Bangkok (1e partie)
Ma musique du départ #17 : Duchesse Lyzieve




  1. Échos verts ❀ Natasha
    le 18.08.2017

    Joli récit de tes découvertes… Ayant vécu 4 ans à Oxford, ça me rappelle plein de bons souvenirs!

  2. Melissa
    le 18.08.2017

    Oh oh, très chouette? En tant qu’étudiante?

  3. serenity
    le 18.08.2017

    je n’ai jamais eu la chance de visiter Oxford, et pourtant j’adore cette ville!

    http://serenity-photographies.overblog.com/

  4. Melissa
    le 18.08.2017

    Séduite par les photos que tu as pu voir ici et ailleurs? 😉

  5. Belfast, phénix d'Irlande du Nord - Mel Loves Travels
    le 18.08.2017

    […] l’hôtel Malmaison. Ca fait le 2e hôtel de la chaîne que je visite après leur fameux « hotel-prison » à Oxford. Et je dois dire qu’il savent bien choisir leur emplacement. La politique de la chaîne est […]

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier ou cliquez sur "Accepter", nous considérerons que vous acceptez l'utilisation de ces cookies.

Fermer