Les auberges de jeunesse, qui n’y a pas dormi au moins une fois ? Comme elles ont changé depuis leurs débuts. Je me souviens encore de gigantesques dortoirs bruyants et à présent, elles se déclinent en plus petits dortoirs, en chambres individuelles ou familiales, en version « deluxe »… Fini le temps où avoir plus de 30 ans semblait être incongru pour dormir dans une auberge. Des familles, des retraités et des voyageurs soucieux de leur budget sont de plus en plus nombreux à y séjourner. 

Des changements, oui, mais la mission reste la même : permettre, surtout aux jeunes, de voyager avec un budget restreint tout en offrant un comfort de base (sauf que maintenant, le comfort de base comprend une prise USB pour son smartphone). Les auberges sont aussi un grand lieu de brassage de cultures. Dans les espaces communs, qui sont les cœurs et les âmes des auberges, on se rencontre, on parle, on crée des liens (même si l’arrivée d’Internet a changé beaucoup de chose, c’est plus compliqué à présent).   

Pionnier des auberges de jeunesses, le réseau Youth Hostels International organise chaque année depuis maintenant 7 ans #SleepForPeace, afin de célébrer la Journée Internationale de la Paix de l’ONU. Cette année, un panel de discussion sur le rôle des auberges de jeunesse dans la promotion de la paix et de la compréhension mutuelle entre les cultures. Cette année, le panel se déroulera à Bruxelles et j’ai l’honneur d’y participer, à côté de représentants des Auberges de jeunesse de Belgique, du réseau Erasmus,  du Forum des étudiants européens et de l’Organisation internationale du tourisme social.  Il se tiendra le mardi 6 août à l’Auberge Jacques Brel, à partir de 14h. La participation est gratuite et vous aurez une chance de participer à une loterie pour gagner un « Beer Tour’ après le panel. Pour vous inscrire, suivez le lien suivant sur Eventbrite

Du coup, cet évènement m’a donné l’idée d’un article. Tu le sais, Lectrice, Lecteur, j’ai séjourné dans pas mal d’auberges. Elles sont les premiers types de logements auxquels je pense, surtout lorsque je voyage en solo (c’est à dire quais tout le temps). C’est essentiellement pour une question de budget (heureusement, les auberges sont de plus en plus nombreuses à proposer des chambres single privées) mais surtout, pour les espaces de rencontre qui permettent de se sentir au pire moins seule et au mieux, de se créer de belles amitiés. Du coup, je me suis dit « Pourquoi ne pas vous proposer mon top 10 des auberges à travers le monde. C’est parti ! 

 

10. Auberge de jeunesse Arthur Rimbaud, Charleroi

Située à Charleroi, elle est toute neuve puisqu’elle est née en automne 2018). Idéalement située à 5 minutes de la gare de Charleroi-Sud et des attractions de la Ville Basse, elle est super pratique à la fois comme base pour découvrir la ville et la région ou passer une nuit avant ou après de prendre votre avion à Charleroi South, LE grand aéroport low-cost belge.

Les chambres sont sobres, blanches, bien équipées pour satisfaire le baroudeur contemporain (avec prises USB et reposoir pour smartphone) avec un petit côté industriel qu’on retrouve dans les espaces communs (avec la tuyauterie apparente, les chaises en fer). Les gros plus  l’auberge ? Son petit-déjeuner (compris) bio/local, la gentillesse du personnel et les revues et bouquins à disposition. 

Auberge de jeunesse Arthur Rimbaud, 3, Rue du Bastion d’Egmont 6000 Charleroi

9. Nest Boutique Hostel, Tbilissi

Je me souviendrai toujours de mon arrivée à Tbilissi. Je me souviendrai toujours aussi de l’ambiance bohème du Nest. Si depuis, ils ont déménagé vers le quartier de la place de la Liberté, plus près de la Rivière,  elle a gardé son aspect d’auberge à taille humaine (et gagné une belle terrasse).

Les chambres individuelles sont particulièrement grandes ! Le plus ? Le personnel peut vous aider à réserver un logement chez l’habitant dans d’autres destinations (à Kazbegi, par exemple). S’il faut téléphoner et communiquer en géorgien, ils seront heureux de vous aider. 

Nest Boutique Hostel,  27/34 Vakhtang Orbeliani, Tbilisi 0105, Géorgie

8. LKNZ Lodge, Ohakune

Une excellente base si vous comptez faire la grande randonnée du Tongariro Alpine Crossing, sur l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Ohakune est une petite ville à une demi-heure du point de départ de la randonnée et moins chère que de loger au village de Tongariro.

A la fois une auberge avec ses dortoirs er un lodge, on y trouve des dortoirs mais aussi des unités séparées qui se partagent une cuisine et des espaces salons. Au centre de tout çà, un grand lounge et une cuisine pour ceux qui logent dans le bâtiment principal, un bar/restaurant vraiment sympa et… un jacuzzi (payant) et je peux te dire, Lectrice, Lecteur, qu’à la fin d’une longue journée de randonnée, le jacuzzi va te sembler comme un don venu du ciel. L’ambiance est relax, la petite ville d’Ohakune, charmante et le personnel particulièrement attentif et gentil. 

LKNZ Lodge & Backpackers, 1 Rata St, Ohakune 4625, Nouvelle-Zélande

7. Gjestehuset 102 

Une auberge au Pôle Nord (ou presque ?) ? Oui, ça existe !  A 2 kilomètrs environ du centre de Longyearbyen, la capitale du Svalbard, se dresse Gjesthuset 102.

A l’origine, c’était un baraquement pour les mineurs les plus qualifiés (le Svalbard est connu pour ses mines de charbon, quasi plus exploitées sauf la Mine 7 et à Barentsburg, le village russe qui fat face à Longyearbyen). D’ailleurs, le propriétaire du bâtiment, Arne, est lui-même un mineur, toujours actif à la Mine 7. C’est donc une solide construction arctique sans fioriture mais l’intérieur, tout en bois blond, est chaleureux. Au rez-de-chaussée, on y trouve un joli lounge, super confortable et à l’étage, trône la cuisine avec la salle à manger et ses grandes fenêtres qui permettent d’avoir une vue dégagée vers la ville. C’est ici que l’on sert le petit-déjeuner (compris dans le prix). A côté de petits dortoirs, on trouve des chambres privées toutes simples et claires. Les sanitaires sont eux, à partager.

Gjestehuset 102, Nybyen 9170, Longyearbyen, Svalbard et Jan Mayen

6. Davos Youthpalace

Davos, c’est la ville du fameux forum économique où chaque année, les élites politiques et financières viennent prendre le frais pour discuter de la marche du monde. Vu comme çà, c’est pas très folichon, et on ne penserait pas que cette petite ville des Grisons soit adaptée pour satisfaire les clients d’une auberge de jeunesse et pourtant !

Le Davos Youthpalace peut se targuer non seulement d’être installé dans un monument historique (un ancien sanatorium) mais d’avoir en plus une des plus jolies vue de tout Davos sur la montagne. Et c’est qu’il y en a des activités à faire, à moindre frais, à partir de Davos, surtout en été (pour le ski, c’est un autre budget). L’auberge a gardé tout son cachet d’ancien sanatorium et elle est immense (près de 250 lits). Vu sa taille, il y a énormément de groupes d’enfants et d’adolescents à certaines périodes de l’année (notamment pendant la saison de ski et à la fin de l’année scolaire) mais les chambres individuelles sont des petits havres de paix avec leur style chalet et surtout, leurs terrasses avec chaises longues où je me suis délectée de passer de belles minutes à lire.  Pas de cuisine commune dans cette auberge MAIS vous pouvez venir y prendre votre dîner trois services à un prix raisonnable.

Davos Youthpalace, Horlaubenstrasse 27, 7260 Davos, Suisse

5. Casona de Don Jaime 2, Rosario 

Rosario, c’est la ville de Ernesto « Che » Guevera. Située sur le chemin du nord, la deuxième plus grand ville d’Argentine (ou la troisième, ça dépend si vous demander à un habitant de Cordoba), est souvent ignorée des voyageurs et pourtant, la belle du Parana, ce grand fleuve qui la traverse, a plein de choses à offrir et pour y séjourner, je vous recommande la deuxième implantation de la Casona de Don Jaime.

C’est d’abord un magnifique bâtiment Belle-Epoque (Rosario n’en manque pas, comme Buenos Aires) plein de charme mais aussi une ambiance où on se sent comme à la maison, un beau petit jardin, de chouette espaces communs. Parfait pour y passer quelques jours, d’autant plus que l’auberge est superbement située en plein centre, pas loin de tous les centres d’intérêts de la ville. 

La Casona de Don Jaime 2, San Lorenzo 1530, 2000 Rosario, Argentine 

4. Travelling with Hotel Wide and Narrow Allay, Chengdu 

Malgré son nom d’hôtel, c’est une auberghôtel qui mélange dortoirs, chambres familiales, chambres individuelles, etc. Si vous cherchez le charme d’une Chine fantasmée, ce n’est pas ici que vous le trouverez. Le style est résolument urbain, voire scandinave (béton ciré, bois clair, minimalisme) et bien aéré.

C’est très chaleureux, d’autant plus que l’auberge n’est pas très grande. Elle dispose de son propre bar-restaurant (avec personnel au petit soin) et d’une chouette terrasse abritée où on organise des petits événements (par exemple, un repas malaisien organisé par des hôtes de l’auberge, ou des séances de films). Pour couronner le tout, elle ne se situe pas très loin d’un des coins les plus fréquentés de Chengdu, la « Long and Narrow Alley« . Bonus : le staff parle anglais (pour ceux qui ont peur de la barrière linguistique) et peuvent organiser des visites avec guides, à pied ou à vélo. 

Travelling With Hotel Wide and Narrow Alley No.171, Tongxin,Qingyang District, Qingyang, 610021 Chengdu, Chine

3. The Backpack, Le Cap   

Situé à deux pas de Company’s Garden dans la ville du Cap (quartier calme, mais central), le Backpack a le mérite d’offrir plusieurs solutions de logement pour tous les budgets. Du gros dortoir, en passant par les chambres pour voyageurs en solo (avec ou sans salle de bain « en suite ») aux chambres familiales, il y a le choix !

Tout celà fait qu’on y trouve un vrai mélange de clientèle: baroudeurs, jeunes voyageurs, couples de retraités… tout ce petit monde se retrouve autour de la piscine (YES) avec vue sue Table Mountain. Ajoutez-y un café ouvert tôt me matin et (très) tard le soir (on recommande la salade de fruit au petit-déjeuner), le Backpack n’est peut-être pas le meilleur marché de backpackers mais vous saurez qu’une partie de votre argent sera utilisé pour différents projets dans les townships (si vous souhaitez participer activement, suffit de demander à la réception). Vous pourrez également réserver vos excursions ou expéditions en Afrique du Sud ou dans les pays voisins à partir de là. Que demande le peuple ! 

The Backpack, 74 New Church St, Tamboerskloof, Cape Town, 8001, Afrique du Sud

2. Generator Copenhagen

Dans le style « auberge qui en jette », voici le Generator de Copenhague. Generator est une chaîne d’auberge ou plutôt devrais-je dire « poshtel » qui combine style et budget (même si les prix sont tout de même un peu plus élevés que la moyenne). Et quand je dis style, le complexe (c’est bien le mot, il est énorme), a été pensé par Philippe Starck, rien que çà. 

Les chambres individuelles (il y a aussi des dortoirs) sont un peu spartiates MAIS les espaces communs (à commencer par le bar-restaurant et la superbe terrasse) sont fabuleux, mélangeant des objets vintages avec des meubles fait en palettes en bois et des chaises en métal. Et tous les soirs, une activité est proposées pour les hôtes. Gros point qui fait la différence : elle est située à 5 minutes de la Konges Nytorv, sur la ligne de métro de l’aéroport, en plein centre de Copenhague. 

Generator Copenhaguen, Adelgade 5 -7, 1304 Copenhague, Danemark 

1. The Happy House, Santiago de Chile

Quand une auberge te vient recommandée chaudement par un autre baroudeur, tu ouvres grand les oreilles. C’est donc les yeux fermés (bon, OK, après avoir été voir à quoi ça ressemblait) que j’ai réservé ma chambre à The Happy House à Santiago de Chile et waouh ! Il y a plusieurs raisons pour lesquelles elle figure en numéro 1 de mes auberges préférée. Premièrement, il y a le bâtiment lui-même. C’est quasi un mini-palais !

Et lorsque l’on arrive à la réception, haut de plafond et surmontée par une verrière, on reste un peu bouche-bée. Difficile de croire que c’est une auberge… sauf à y regarder de près avec les canapés un peu fatigués et les meubles qui ont beaucoup servi. J’adore ce mélange de grandeur et de décadence ! Quand ce n’est pas un superbe parquet qui recouvre le sol, ce sont de jolis carrelages qui vous emmènent jusqu’à une piscine avec des abords tout en bois et un espace extérieur qui claque. C’est juste top ! Et que dire des chambres ? Immenses avec aussi leur parquet et une hauteur sous plafond digne d’une reine ! Seul point négatif, elles étaient un peu vieillottes (meubles et besoin de coup de peinture) mais on dirait bien qu’elles ont été rénovées depuis. C’est une maison qui a une âme et pleine de bonnes vibrations. J’aurai dû m’en douter lorsque j’ai découvert que ma chambre s’appelait… la « Rapa Nui », alors que mon étape après Santiago allait être l’île de Pâques. Un vrai bijou, qui est plus est très bien situé près de la station de Metro Eroes, à deux pas du Microcentro et à l’entrée du vivant « Barrio Brasil ». Une vraie perle que vous ne pouvez pas louper si vous avez prévu de séjourner dans la capitale chilienne. 

The Happy House, Moneda 1829, Santiago, Región Metropolitana, Chili 

Et vous ? Quelles sont vos auberges préférées ?

 

 

Aimez et partagez